AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353770029
Éditeur : Musée Rodin (01/12/2002)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Auguste Rodin est un immense dessinateur. Avec près de 10 000 dessins réalisés tout au long de son existence, c'est un travail colossal qui est ici analysé de manière thématique, confirmant toute la vitalité et toute la modernité de Rodin. Du portrait aux découpages, de l'Antiquité à la danse moderne, ce livre montre l'originalité d'un dessin de sculpteur et en présente les multiples facettes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Alzie
  09 août 2017
Un petit livre élégant renfermant un tiré à part sur vélin crème à l'intérieur, oublié. Cette « Danseuse cambodgienne » de 1906 à la mine de plomb, aquarelle et gouache, offerte par les Éditions du musée Rodin, est une invitation toute aérienne à (re)prendre contact avec l'oeuvre dessiné d'un artiste plutôt mondialement et prioritairement connu pour sa sculpture. Or Rodin fut pourtant précocement et demeura sa vie durant un immense dessinateur. Son oeuvre dessiné plus fragile et moins vu reste parfaitement autonome de son oeuvre sculpté même si de forts échos passent de l'un à l'autre (dans les croquis préparatoires à des monuments publics comme ceux pour sa Porte de L'Enfer sur laquelle il va travailler de 1880 à sa mort). Depuis sa jeunesse à Paris et en Belgique, ses voyages en Italie, ses dessins témoignent de son assimilation de l'Antiquité et des maîtres anciens. Plus tard dans ses années de maturité il continua et ne cessa jamais de dessiner, après quelques mutations essentielles soulignées par un texte qu'il fait bon redécouvrir à l'occasion du centenaire de sa disparition. S'il n'exposa pas sa production dessinée avant l'âge de cinquante ans, bien que sculpteur déjà célèbre, c'est par crainte de l'incompréhension du public. Comme souvent, c'est de l'étranger que viendra la reconnaissance. Multiples et trop nombreux furent en effet les malentendus – que cette lecture balaie salutairement, particulièrement sur les dessins dits érotiques à l'origine de tant de faux –, au sujet d'un oeuvre qui reste absolument considérable. Jusqu'à dix mille dessins répertoriés. Claudie Judrin qui en a réalisé l'inventaire consacre ici seize courts et passionnants chapitres à leur analyse thématique et stylistique – quatre-vingt pages –, un pari osé mais judicieux, compte tenu du travail, et réussi. Découpage visant l'essentiel accompagné de commentaires ultra synthétiques (sans être réducteurs) et large place accordée à l'iconographie enlèvent définitivement de l'esprit l'idée que Rodin dessinait pour sculpter. Magnifiques sont les dessins noirs d'inspiration dantesque, l'illustration des Fleurs du Mal (confidentielle) ou celle du Jardin des Supplices. Beauté des dessins d'architecture qui révèlent la passion des cathédrales et croquis de monuments que l'estampe a contribué à diffuser. Portraits publics ou privés. Vivacité du trait et surprises d'assemblages : Rodin est un avant coureur de la modernité. Fragments et mouvements. le corps de la femme et la danse restent des sources d'inspiration majeure à partir de 1900. Rodin apparaît en ses diverses révolutions de papier : mines, plumes, encres, fusains et lavis le révèlent, singulier et libre, incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlzieAlzie   09 août 2017
"Le dessin de tous côtés donne tous les profils de l'âme en même temps".
(Aurel, "Rodin et la femme", La grande Revue, décembre 1917)

Le dessinateur a tout essayé en matière de découpages, collages, montages et assemblages. [...]
Cette manière de travailler, la plus singulière et la plus inconnue, échappa au discernement des critiques de l'époque, en partie parce qu'ils ne surent pas la percevoir, en partie parce que cette part la plus intime était dans des recherches personnelles non dévoilées au public, mais c'est elle qui fait de Rodin aujourd'hui un précurseur, avant les cubistes, les surréalistes, et bien entendu Matisse. (p.56)

Chapitre 12 - Les découpages et assemblages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AlzieAlzie   07 août 2017
Ce qu'on doit admirer dans le dessin de Michel-Ange, ce ne sont pas les traits en eux-mêmes, ce ne sont pas des raccourcis audacieux et des anatomies savantes, c'est la puissance grondante et désespérée de ce Titan. (p. 10)
(Auguste Rodin, L'Art, entretiens réunis par Paul Gsell, Paris, Grasset, 1911, p. 128, chapitre "Le dessin et la couleur".)

Chapitre 2 - Michel-Ange
Commenter  J’apprécie          60
AlzieAlzie   08 août 2017
Rodin s'est immergé dans la lecture de L'Enfer de La Divine Comédie et son dessin en est le commentaire très attentif. La plume imagée du poète florentin a rencontré un écho dans la rêverie profonde et féconde de Rodin. Au moment de la commande d'une porte destinée au futur musée des Arts décoratifs, pour s'imprégner en homme de son temps de l'univers d'un monde moyenâgeux, il choisit de lire ce texte dans sa traduction par l'écrivain du XVIIIe siècle, Antoine Rivarol. Nous en avons pour preuves irréfutables les titres donnés par l'auteur et les annotations qu'il porte en marge qui sont les propos de Dante et qui ne laissent aucun doute sur leur inspiration. Elles explicitent le texte de manière unique parfois inexplorée. Rodin s'appuie sur Dante comme Dante trouve refuge auprès de Virgile qui lui sert de mentor. (p. 16)

Chapitre 3 - Dante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlzieAlzie   08 août 2017
J'ai vécu un an entier avec Dante, ne vivant que de lui et qu'avec lui, et dessinant les huit cycles de son Enfer. (p. 16)
(Serge Basset, Le Matin, 19 mars 1900)

Chapitre 3 - Dante
Commenter  J’apprécie          80
AlzieAlzie   09 août 2017
La main doit attraper le geste en plein vol. La biographe Judith Cladel écrivait que trois ou quatre minutes lui suffisaient pour fixer les contours d'un corps. Jean Dolent disait en janvier 1889 : "J'ai vu les extraordinaires dessins d'une minute de Rodin". Le critique praguois, Arnost Hofbauer, en visite à Meudon, avouait qu'il avait appris à "lire la sténographie" de Rodin. Le public d'alors eut le sentiment d'inachèvement, d'abstraction, mais l'exactitude d'un mouvement dépendait de sa rapidité. Son esquisse, vision instantanée d'un seul jet dans un souci d'extrême simplification, rend toujours l'essentiel du mouvement qui passe. Ne disait-il pas que chacun de ses dessins était un mouvement. (p. 47)

Chapitre 10 - La femme
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : estampeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Histoires d'auteurs (2)

J'étais invitée pour le week-end chez Antoine Bloyé, dans sa propriété, curieusement nommée "Aden-Arabie". Dans la cour trônait "le cheval de Troie" et les chiens de garde surveillaient l'ensemble. On peut dire qu'il avait le sens de la conspiration !

Blaise Cendrars
Henri Barbusse
Albert Camus
Paul Nizan
Françoise Sagan
Nathalie Sarraute

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , auteur français , 20ème siècleCréer un quiz sur ce livre