AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Terre des ombres tome 1 sur 3
EAN : 9798565713015
493 pages
Auto édition (24/11/2020)
4.37/5   38 notes
Résumé :
Les Bulles.
Immenses cités de verre suspendues où tout est réfléchi pour protéger ses habitants. Les protéger des Ombres. La guerre que mènent l’Impératrice et son Commandant est sans relâche. Seules les Chuchoteuses pourraient intervenir, car elles connaissent le langage des Ombres. Mais des Chuchoteuses, il n’y en a plus. En apparence, du moins.
Adèle ne sait pas encore qu’elle en est une. Et qu’une mission qui la dépasse l’attend.
Un seul c... >Voir plus
Que lire après Terre des ombres, tome 1 : La nation des BullesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
4,37

sur 38 notes
5
15 avis
4
11 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Josépha Juillet est une jeune autrice tourangelle qui ravit par un univers plein d'originalité et une galerie de personnages vraiment intéressante.

Dans un monde quelque peu différent du nôtre, les êtres humains vivent dans des immenses bulles de verre pour se protéger du peuple des Ombres. Êtres mystérieux dont l'origine est totalement inconnue. Adèle est une Chuchoteuse, elle a le don rare de communiquer avec les Ombres. Bien que très discrète, la jeune femme va devoir rapidement comprendre ses pouvoirs et savoir à qui faire confiance pour peut-être enfin connaître la paix.

Le récit est extrêmement original et l'autrice nous offre ici un univers complexe et surtout crédible. J'ai beaucoup aimé suivre l'évolution du personnage d'Adèle et apprendre à découvrir les personnages secondaires qui sont tout autant intéressants. le tout est vraiment bien fouillé et on sent que l'autrice y a mis du coeur. L'intrigue dose parfaitement entre intrigues politiques, relation humaine et action ce qui plaira tout autant au public adolescent et jeune adulte. Bien qu'en autoédition, l'autrice a soigné autant le fonds que la forme et le roman est très agréable à découvrir.
Commenter  J’apprécie          260
Je commencerai cette critique par dire que l'autrice a un énorme potentiel. "Terre des ombres" est le premier roman d'une trilogie très intéressante. La plume est aisée à lire et assez accrocheuse. L'histoire est bien racontée et m'a tenue jusqu'à la fin du livre. Pas une seule fois je n'ai songé à abandonner ce livre bien qu'il y ait quelques passages que j'ai lu en diagonale par moment.

J'aime l'univers. L'idée est très classique, mais c'est intéressant de voir comment l'autrice amène tout cela. Il y a une attention portée aux détails (les tenues des Officiels, la superstition des vêtements noirs, les technologies de détection, le détails des armes utilisés, le thème de la danse...).

J'ai aussi adoré plusieurs personnages qui sont très bien construits : Ben, Morgan et Léo. Ils ont un caractère intéressant, réaliste et une part d'ombre et de mystère en eux qui m'a laissé sur mes gardes. Je ne savais pas quels étaient réellement les intentions des personnages, s'ils étaient plutôt dans le camp de l'héroïne ou non et j'ai adoré ne pas savoir. Ce mystère est très bien géré, car ils ont vraiment des comportements très calculateur. Je les ai également trouvé très réel.

Dans cette histoire, il y a tout une étape d'apprentissage de l'héroïne avec ses armes, un schéma assez classique. L'héroïne n'arrive pas à se battre avec ses armes et (SPOILER) va finir par y arriver quand on lui dira que se battre à l'épée, c'est comme de danser. C'est un gros cliché, mais qui est bien amené et travaillé car l'héroïne a un passif avec la danse très important qui fait que ça fonctionne. Ensuite, la scène qui permet cela est très mignonne et très bien amenée. C'est agréable de voir des auteurs jouer avec des clichés et se les approprier plutôt que de les utiliser sans réfléchir (FIN SPOILER).

Les points négatifs maintenant, sinon ma note ne serait pas justifiée. Bien qu'il y ait beaucoup de point positifs, il y a d'après moi un peu trop de points négatifs qui ont entaché ma lecture et m'ont fait sortir de l'histoire.
L'univers de base a un problème : pour éviter qu'il y ait des ombres dans les cités, ces cités sont éclairées à fond, de jour comme de nuit. Mais c'est impossible de supprimer les ombres, car la lumière créé des ombres. Les ombres existent partout : sous le pied qu'on pose, sous les épaules, dans les plis des vêtement, des narines, dans un placard fermé. J'attendais une justification qui expliquait pourquoi les cités (les bulles) fonctionnaient, pourquoi il n'y avait quasiment pas d'ombre grâce à l'éclairage, mais rien de réaliste a été amené. Il aurait été simple de résoudre ce problème en laissant une part de mystère sur l'apparition réelle des ombres : on sait que si on éclaire beaucoup plus, les ombres sont moins susceptibles d'apparaitre. Peut-être que cette justification existe dans les tomes suivant ?
La peur des ombres et également étrange. Au début, on nous dit que c'est une menace, que les bulles sont en guerre contre les ombres, mais dans tout le reste du livre, les personnages n'ont pas l'air d'avoir peur des ombres. Je ne savais pas ou me fixer en tant que lectrice.

Ensuite, il y a énormément de facilités scénaristiques et d'incohérences.

Exemple d'incohérence :
- Par exemple, dans ces cités, tout est toujours éclairé à fond, même la nuit. Les gens dorment dans la lumière. L'héroïne trouve un moyen d'éteindre dans sa chambre et voit pour la première fois le ciel étoilé au travers de son plafond de verre (scène très mignonne)... sauf que c'est impossible. Si la ville est éclairée à fond, elle ne peut pas voir les étoiles. C'est comme d'essayer de voir les étoiles en plein Paris, quand toutes les lumières de la ville sont allumées (et avec une puissance d'éclairage plus forte).

- Il suffit que l'héroïne jette une serviette sur une seule ampoule pour créer une ombre dans sa chambre. Si la menace des ombres étaient si forte et les cités si éclairés, il faudrait qu'elle aveugle plus qu'une ampoule pour ça. Je n'arrive pas à croire qu'il n'y ait pas plus de sécurité. Ça veut dire que si un jour, un ampoule s'éteint (par défaillance), juste une seule ampoule : une ombre va pouvoir se créer ? C'est assez dangereux et incohérent comme système de protection.

Exemple d'une facilité scénaristique :
- Une autre qui m'a marqué, moins subtile c'est quand (SPOILER) l'héroïne doit retourner secrètement dans la bulle. Il est dit que pour rentrer dans la bulle, tout est très surveillé, pour éviter de ramener des ombres sur soi. Vraiment très, très, très surveillé. Pour éviter qu'on la découvre, l'héroïne se cache dans un caisson car, facilité scénaristique : les caissons ne sont pas contrôlés. Ce n'est pas logique, les caissons peuvent trimbaler des ombres. Pourquoi ne pas les contrôle ? Car ça arrange l'autrice. (FIN SPOILER).

L'héroïne m'a également posé problème, car pour des facilités scénaristique, elle évite d'envisager des situations à venir (exemple de l'ampoule dont elle atténue la luminosité et du contrôle des électriciens qui suit derrière), ce qui permet de créer de la tension... le problème, c'est que ça la fait passer pour quelqu'un d'un peu stupide (elle a vraiment oublié que son alarme était raccordé au système de sécurité du quartier ? le système de sécurité qui lutte contre les ombres ? ) alors qu'elle est décrite comme manipulatrice et devient très (trop) perspicace à d'autres moments (toujours pour le besoin du scénario). Il y a un manque de constance sur ce personnage qui porte l'histoire.

Dernier point : les "méchants de l'histoire" sont un peu forcés. Ils sont méchants et il n'y a rien pour apporter un peu de gris à leur personnalité. Leur comportement est aussi un peu immature pour des Officiels gradés de l'armée.

En conclusion, bien qu'il y ait de nombreux point qui m'ont posés problème, j'ai terminé ce livre (alors que j'abandonne facilement mes lectures. Les personnages de Ben, Morgan et Léo ont fait que je voulais connaître la suite et bien que le récit souffre d'incohérences, j'aimais l'univers et je voulais y rester. Malheureusement, je ne lirai pas la suite. Je n'aime vraiment pas l'héroïne qui porte l'histoire.
En revanche, comme je le disais en début de commentaire : le potentiel de l'autrice est incroyable. Elle sait raconter une histoire, elle sait créer des personnages forts, elle sait créer un univers intéressant. Je reviendrai certainement vers ses livres, mais seulement d'ici quelques années.
Commenter  J’apprécie          00
Pour commencer, parlons du livre dans son aspect général. le roman fait 493 pages, la taille d'écriture est idéale pour une lecture fluide, le papier utilisé pour les pages est de bonne qualité. Oui, je trouve que c'est important de le souligner, la page ne risque pas de se déchirer au bout de quelques manipulations. La couverture est souple et douce au toucher en plus d'avoir une magnifique illustration, par contre les coins sont assez fragiles, mais ceci n'est qu'un minuscule détail. Petit plus également, à la fin du livre nous avons une playlist des titres écoutés par l'autrice durant l'écriture du livre. J'adore ! Personnellement, j'aime écouter de la musique tout en lisant.

Passons désormais à l'histoire. Josépha Juillet nous emmène ici dans un monde quelque peu différent du nôtre, où une magie s'éveille chez quelques femmes et où les humains vivent dans des immenses bulles de verre pour se protéger du peuple des Ombres. Les Ombres sont des êtres mystérieux, sensibles, dont personne ne connaît l'origine. Adèle, notre héroïne, découvre qu'elle a le don de communiquer avec les Ombres, un don rare, qui fait d'elle une Chuchoteuse. À partir de maintenant, elle doit protéger les humains ainsi que les Ombres et tenter d'instaurer la paix entre ces deux peuples.

Le ton est donné dès les premières lignes ! Au début, j'étais assez déboussolée et je ne comprenais pas ce qui arrivait à Adèle. le récit étant à la première personne du singulier et du point de vue de l'héroïne, il est logique d'être aussi perdu qu'elle et j'ai bien aimé être à ses côtés pendant qu'elle faisait face à tout ces changements dans sa vie. Il y a toutefois des événements ou des réactions chez certains personnages, assez prévisibles, mais ça ne m'a pas empêché de me poser des questions durant ma lecture. Ce qui était bien, c'est que j'avais certaines réponses quelques pages plus loin. L'histoire, qui est presque en huis-clos, est bien construite selon moi. Bien sûr, je me pose encore quelques questions à la fin de ce premier tome et j'espère avoir les réponses dans le prochain, mais c'est le principe d'une trilogie n'est-ce pas ? Si le lecteur a toutes les cartes en main dès le premier tome, ça n'a aucun intérêt. Enfin, j'ai hâte de lire la suite surtout parce que l'on fini sur un cliffhanger ... Ah ce genre de fin... Ça fonctionne toujours sur moi !

Parlons maintenant des personnages. Adèle est l'héroïne et on la rencontre alors que sa vie est sur le point de basculer. D'abord réservée, calme et sans histoire, elle va apprendre à s'imposer, à se remettre en question et à ouvrir son esprit. C'est une femme qui a du caractère et qui ne baisse pas les bras à la première difficulté, elle cherche même à se dépasser et j'apprécie. de temps en temps, on a des informations sur son passé, mais c'est peu.. J'aimerais en savoir plus sur elle, sur sa mère qui est plusieurs fois évoquée, mais qu'on ne voit pas. Nous avons d'autres personnages qui apparaissent au fil de l'histoire et tous ont leur utilité, mais ceux qui m'intéressent le plus sont : Léo un Officiel charmeur et Ben, un archiviste mystérieux. Ce sont deux protagonistes très présents dans le livre qui gravitent autour de notre héroïne. S'ils semblent complètement différents l'un de l'autre, ils se complètent d'une certaine manière, car ils apportent beaucoup à l'histoire, à l'héroïne et à l'intrigue. Il y a également Yuni, elle m'intrigue, je n'arrive pas encore à la cerner et à savoir si ses intentions sont bonnes ou mauvaises. Pareil pour Léo, je ne sais pas quoi penser de lui... Et je m'attends à un retournement de situation qui risque de bouleverser l'avis que j'ai sur chaque personnage. Pour ce qui est des Ombres, ce sont des personnages sensibles et par moment attachants, ces êtres mystérieux, méritent bien plus d'attention et de place dans le roman surtout l'une d'elle qui est très proche de notre héroïne ! Une chose que j'ai également apprécié dans ce livre c'est la romance ! Elle est justement dosée, elle n'arrive pas au premier chapitre et elle ne s'impose pas à nous, ça vient petit à petit, les personnages flirtent, ça fait naturel. Bon... Il y a un semblant de triangle amoureux, mais là ça ne me dérange pas vraiment. D'ailleurs, si besoin, j'ai déjà choisi ma "team" !

Ce que l'on peut retenir : c'est un roman fantasy destiné aux jeunes adultes et plus. Je pense qu'il peut être lu par des adolescents friand du genre, car il n'y a pas de scène inappropriée, on évoque la mort d'êtres chers, mais sinon on accompagne une jeune femme qui se découvre, qui s'épanouit, qui remet en question la société dans laquelle elle a grandit et qui fait face à un jeu politique dangereux dans lequel elle ne veut pas être le pion qu'on manipule. J'ai lu énormément de Young-Adult et je trouve que celui-là a un petit quelque chose original. L'autrice a une très belle plume et une grande imagination en plus d'être sympathique. N'hésitez pas à la contacter sur les réseaux sociaux ! J'ai essayé de faire une chronique sans trop spoiler des éléments du livre ... Je vous invite fortement à le lire. C'est un roman auto-édité, mais la qualité du travail fournit est digne d'un livre retravaillé par une maison d'édition. L'autrice a annoncé la date de sortie du tome 2 et c'est pour le mois prochain ! Vous pouvez découvrir sa couverture sur Internet. J'ai hâte de le lire ! J'ai quelques attentes pour les prochaines tomes. Par exemple, j'ai envie d'en savoir plus sur le passé des personnages, sur le passé de ce peuple, sa politique, d'avoir des réponses à mes questions : Est-ce que la cité peut s'agrandir ou est-ce qu'on régule la population à l'intérieur des bulles ? Comment les humains en sont arrivés à vivre dans des bulles ? Quel est l'événement déclencheur ? Est-ce qu'il existe d'autres colonies d'humains ailleurs ?

Il me manque une carte pour mieux me plonger dans cet univers. Une carte qui représente les différents secteurs des bulles et une carte qui montre où se situent les bulles par rapport à la forêt et aux villages, avec une échelle des distances. Avoir ce genre de chose c'est un gros plus selon moi.

Encore merci à Jospéha Juillet pour l'envoi du livre en service presse, dédicacé et accompagné d'une lettre. J'ai hâte de lire la suite ! Je vais suivre attentivement l'actualité sur votre compte Instagram ! Bon courage pour la suite !
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          41
Je crois que j'ai l'esprit de contradiction. Ce qu'il y a de positif à ça, c'est qu'au moins, j'ai un esprit - et au départ, c'est pas évident. Bon… il est pas souvent d'accord, mais on s'en arrange.
Aussi, quand une autrice me dit "Non mais mon livre, c'est vraiment pas ton genre, je suis pas sûre que tu aimes", mon esprit répond "Challenge accepted !".
Et c'est ainsi que mes discussions avec la discrète Josepha Juillet (j'ai mis 3 mois à comprendre qu'elle écrivait des livres) et nos échanges sur nos différents coups de coeur littéraires m'ont amené à la découverte de la Terre des Ombres, avec ce premier tome, La Nation des Bulles.

Bienvenue dans la Terre des Ombres. Pour une raison inconnue, Ombres et Humains sont en guerre. Ces derniers se sont retranchés dans des Bulles, espaces clos baignés d'une lumière constante dans laquelle aucune ombre ne peut s'immiscer. Aucun espoir de paix entre ces deux peuples, encore moins depuis la disparition quelques années plus tôt de la dernière Chuchoteuse, seules personnes capables de communiquer avec les Ombres. Jusqu'à l'apparition d'Adèle, la dernière Chuchoteuse…

Rien ne prédestinait la jeune Adèle à devenir Chuchoteuse : insignifiante, pas toujours très disciplinée, l'Archiviste menait une vie aussi tranquille que solitaire quand son pouvoir va se révéler aux yeux du monde. Face à ces bouleversements, elle va devoir choisir sur qui compter : Morgan, son chef, mentor et figure paternelle ? Leo, le militaire aussi bienveillant que beau gosse ? Ben, l'irascible Archiviste ? L'Impératrice, puissante et intraitable ? Ou la mystérieuse Yuni, dont on ne sait rien, si ce n'est son lien particulier avec les Ombres ?

Allons droit à l'essentiel : si ce premier essai n'est pas parfait, j'ai bien aimé (et toc !).

Parmi les (nombreux) points positifs, citons déjà l'univers de cette Terre des Ombres : l'idée est originale, avec un concept des Ombres plutôt ingénieux, associé à une mystique qui intrigue et donne envie d'en savoir plus. Rapidement, on souhaite comprendre ce que sont les Ombres, pourquoi elles sont en guerre avec les Humains et quelles sont les forces réellement en présence dans ce conflit. On sent que Josepha Juillet a cherché à construire un univers au background riche, et sur ce point, c'est réussi.

Pour autant, le pitch semble plutôt (trop) classique : une menace latente, des intrigues politiques, une héroïne que rien ne prédestinait à porter les espoirs d'un peuple sur ses frêles épaules… J'ai retrouvé un peu d'Agnieszka, l'héroïne de Déracinée (Naomi Novik) dans cette Adèle au caractère bien trempé, héroïne malgré elle qui doit apprendre à vivre avec son nouveau statut de personne exceptionnelle. Et comme avec Agnieszka, j'avoue avoir été un peu gêné par cette facilité avec laquelle cette jeune fille, au talent incroyable et au charisme évident, arrive à se dénigrer continuellement.

Autour de cette Adèle un brin complotiste sur les bords - nota : elle ferait une excellente Bene Gesserit -, gravite une galerie de personnages plutôt réussie, aux caractères bien trempés et aux zones d'ombres qui peuvent toutefois expliquer la petite tendance paranoïaque de la mortelle Adèle. Les interactions entre les personnages, leurs dialogues verbaux et non verbaux sont une franche réussite, et l'autrice trouve très rapidement le bon rythme, insufflant à ces relations une dynamique très intéressante.

Au final, le bilan est extrêmement positif, malgré quelques petites erreurs de jeunesse : ce premier tome très introductif pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses, et a une petite tendance à faire un peu trop de teasing pour la suite.
Néanmoins, on ne peut reprocher la générosité de l'autrice dans son livre : proposer un roman accessible, avec une héroïne forte - même si elle ne l'assume pas -, et, plus que le message légèrement féministe, la question du rapport au corps aussi inattendue qu'intéressante.

En synthèse, une jolie balade dans cette Nation des Bulles, qui invite à découvrir la suite des aventures d'Adèle.

En bref
La Nation des Bulles est faite pour toi si… tu aimes les filles fortes mais pas trop, Déracinée de Naomi Novik et un peu la danse, aussi !

J'ai aimé :
- Un univers original, avec un concept bien trouvé
- Des dialogues dynamiques
- Une jolie galerie de personnages…

J'ai moins aimé :
- … malgré la tendance complotiste d'Adèle
- Parfois un peu trop classique
- Quelques petites "erreurs de jeunesse" sur la forme
Commenter  J’apprécie          20
Eh ben voilà ! J'étais persuadée de n' être ni intéressée ni amateure de romans classés fantasy - fantastique. Sans doute, jusqu'à ce jour, n'en ai-je lu que d'insipides !
Car cette Terre des Ombres, singulièrement, ne m'a ni asphyxiée, ni lassée ; je dirais même plus : puisqu'une trilogie est annoncée, je vais épier la suite...
Pour être un peu plus prolixe, je dois dire que Josepha Juillet m'a été présentée avec enthousiasme par une de ses collègues qui m'est très proche. Ce précepte étant posé, cette jeune auteure dont c'est le premier ouvrage manipule avec dextérité( je me rends compte en écrivant que je parle aussi de sa profession, puisqu'elle est psychomotricienne!) mais là c'est son clavier et son imagination qu'elle utilise pour donner naissance à la nation des Bulles- toutes puissantes- mais redoutant les Ombres , capables de les transformer jusqu'à l'absorption totale. Fort heureusement, les Bulles ont leurs vigiles : les chuchoteuses. Sauf que, à l'heure où commence l'action, il n'y a - presque- plus de chuchoteuses au pays des Bulles.
Vous l'aurez compris : le suspens est en place. A vous de lire ! On pourrait craindre une atmosphère ésotérique, une fantaisie débridée ; il n'en est rien, c'est plutôt un clin d'oeil aux contes classiques avec des personnages bien campés, des situations, des rencontres, des rapports de force ... Tout ça à suivre , et voir évoluer, sans doute dans les prochains tomes... Bon courage Josepha!
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
- Repose-moi, Ben, tu me fais mal ! persiflai-je en désespoir de cause. Tes os sont durs, et tu es sec comme un vieux pruneau !

- Ah oui ? Tu veux un coussin, peut-être ?

Je l'avais déstabilisé, mais il n'avait pas lâché prise. Je changeai de stratégie, cessai de bouger, et, les coudes dans son dos, la tête sur les mains, je me laissai porter, en y mettant tout mon poids, et tous mes angles.

-Très bien, je t'aurai à l'usure. Tu ne pourras pas me porter indéfiniment.

-Tu plaisantes ? Tu ne pèses pas plus lourd qu'un chat mouillé.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : ombresVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (86) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2486 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}