AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2867449332
Éditeur : P.O.L. (06/02/2003)

Note moyenne : 4.69/5 (sur 16 notes)
Résumé :

Pourquoi écrire un journal ? Sans doute et avant tout pour garder trace de certains instants de vie. Pour revenir avec des mots sur ce qui fut vécu et dont il importe de prendre conscience. Afin de l'interroger et de le revivre. Afin de mieux le savourer. Ainsi s'écrivent des notes sur des voyages, des lectures, des rencontres. À quoi s'ajoutent des réflexions sur l'art, sur l'écriture, sur l'aventure de la quête de soi.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   09 février 2014
[2 mai 1989]

Dans -Ecriture-, m'a t-on fait remarquer, il y a -cri-, et je sais depuis longtemps que l'art naît le plus souvent d'un manque, d'une nostalgie, d'une blessure, d'une inguérissable souffrance. Avant, lorsqu'il me fallait révéler que j'écrivais, c'était pour moi comme faire l'aveu que j'avais des difficultés à vivre, et c'est pourquoi j'avais honte de dire que l'écriture était au coeur de ma vie. (p.38-39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
alzaiaalzaia   24 avril 2013
7 février. Annecy

Nicolas Bouvier (...) auteur du remarquable l'usage du monde (...) Il avait enregistré en quelque coin perdu d'Europe centrale des chants gitans qu'il voulait nous faire écouter. (...) Au restaurant il nous raconte qu'un jour il est convoqué au Centre des impôts. On s'étonne qu'il gagne si peu et que ses rentrées d'argent n'aient aucune régularité. Il explique à un inspecteur qu'il voyage, qu'il aime découvrir de nouveaux pays et s'arrêter là où ça lui chante "Vous me faites rêver lui répond cet homme"
L'année suivante même convocation. Il demande à s'adresser au même inspecteur
" Vous ne savez pas ? L'année dernière, après votre passage, il a tout quitté. Ce que vous lui avez raconté l'a poussé à lâcher les amarres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
alzaiaalzaia   24 avril 2013
7 mars Castres (...) P225

La soirée s'est poursuivie au restaurant. Pharmacien-biologiste, mon voisin rentrait d'un second séjour au Yémen. Il a compris là-bas que l'homme occidental a tué ses émotions.
Dans ce pays le rapport humain est primordial. On vit constamment avec les autres. En leur parlant. Pourtant les mots ne comptent pas, on ne leur accorde pas d'importance. On peut dire les pires injures à quelqu'un et il sourit. Mais une certaine manière de dire peut être prise comme une insulte, et l'homme est capable de sortir son poignard.
Il marchait un jour sur un étroit sentier de montagne. D'un côté la paroi, de l'autre le vide. En face arrive un vieil homme, la mitraillette en bandouillière. Pour se croiser, il faut que l'un recule ou s'efface. Problème de préséance.
"Où vas-tu en marchant si vite ?" Le Français explique qu'il ne marchait pas si vite. Un long dialogue s'engage. L'homme finit par céder le passage.
Allah a crée des riches et des pauvres, mais on ne fait pas dépendre la valeur d'homme de sa situation sociale.
Ils vivent pleinement le présent et ne craignent pas la mort .
Un culture ou le temps ne compte pas, où tout est à l'opposé du nôtre, où le rapport humain est préféré à tout. Il me cite plusieurs exemples de leur étonnement face aux comportements des occidentaux, toujours emprunts de hâte, d'agressivité, de volonté de domination. Leurs commentaires sur les touristes qu'ils voient comme des enfants excités.
Mon voisin était membre d'une organisation humanitaire qui leur apportait des médicaments. Aucun remerciement, aucune manifestation de reconnaissance.
"Faut-il que vous nous méprisiez pour que vous nous donniez tout cela sans chercher à nous connaître"
Le don doit avant toute chose servir à tisser un rapport d'amitié
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alice_Alice_   25 août 2018
10 mars 1989
J'ai connu la souffrance d'être opaque à moi-même et de ne rien pouvoir dire de ce qui me brûlait. C'est pourquoi je la perçois en vous qui êtes coupée de votre réalité interne. Votre regard me dit cette douleur qui ne cesse de vous accompagner. Mais alors que je voudrais trouver les mots qui pourraient vous aider à pénétrer en vous-même, à découvrir qui vous êtes, ce que vous pensez, désirez, ce en quoi vous croyez, l'émotion qui me vient de vous me scelle les lèvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alice_Alice_   29 août 2018
17 janvier 1992. Annecy
(...)
Au restaurant, il nous a parlé d'un fait que Nicolas Bouvier a consigné dans son Journal des Iles d'Aran et autres lieux. Dans ces îles, les femmes tricotent pour leurs frères ou leurs maris pêcheurs des pull-overs qui ont tous des motifs différents. Lacarrière leur en a demandé la raison :
- Les crabes ne mangent pas la laine. Quand il se produit un naufrage, les pull-overs permettent d'identifier les corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Charles Juliet (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Juliet
Dans la veine du précédent, Charles Juliet publie un nouveau « journal » intitulé « Gratitude ». Entre souvenirs, anecdotes du quotidien et rencontres, le lauréat du Grand Prix de l?Académie française en 2017, retrace à sa manière la période 2004-2008 à travers ce « carnet de vie ».
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : journalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre