AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782867447938
96 pages
P.O.L. (06/12/2000)
3.8/5   5 notes
Résumé :
La vie et l’œuvre du poète allemand Friedrich Hölderlin (1770-1843) sont devenues Outre-Rhin un véritable mythe.
Une mère au cœur sec que son fils vénérait et dont elle a décrété qu’il serait pasteur. De quatorze à vingt-trois ans, Friedrich dut donc se morfondre dans les séminaires protestants. Des années qui l’ont meurtri, brisé, lui ont fait perdre foi en la vie.
Hanté par le besoin d’écrire, il put éviter de porter l’habit noir et devint à quatre r... >Voir plus
Que lire après Un lourd destinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
En évoquant dans cette pièce «le lourd destin» d'Hölderlin, Charles Juliet n'est pas très éloigné de son propre parcours qui présente quelques similitudes avec celui du poète. Les murs et la discipline du séminaire où entre Hölderlin n'est pas sans rappeler ceux de l'école militaire où Charles Juliet s'est senti si souvent blessé comme pris dans un étau, tarauder par le désir d'écrire. 
Cinq personnages sont réunis pour composer un portrait vivant du poète et évoquer les étapes de son parcours :
Johann devenu amoureux des livres, ivre de lecture, vient de découvrir Hölderlin et veut en savoir plus sur ce poète qui le bouleverse, avec lequel, bien qu'il ait quitté ce monde, il a noué une «fervente amitié».
Il va alors rechercher et dialoguer avec trois amis qui l'ont connu, Ludwig, Emmanuel, Casimir et avec sa soeur Heinrike. Cet échange, où se croisent leurs différentes voix, permet de deviner par approches successives ce que fut la vie et la souffrance de cet homme, nié au plus profond de son être, exilé au milieu de ses semblables par son extrême sensibilité qui lui donne le désir d'écrire et vont finalement le conduire à la clinique de Tübingen et ensuite chez le menuisier Zimmer, prisonnier de sa démence pendant trente six ans.
Heinrike : «Sa vie a été celle d'un maudit. Une exigence extrême le possédait, ou plus exactement un feu. Un feu qu'il n'a jamais pu maîtriser et qui fini par le consumer. D'où le tragique de son existence qui voyait alterner les heures de surchauffe et les ruptures, les affaissements.
Friedrich était rongé par la brûlante nostalgie de l'infini, de l'immuable, de l'intemporel.»

En 1986, Charles Juliet, lors d'un séjour de cinq mois à Tubingen, forma le projet d'écrire sur Hölderlin. Ce projet a abouti à cette pièce où l'on sent la connivence de l'écrivain avec celui qu'il évoque. J'ai eu souvent, en la lisant, l'impression d'entendre des passages du journal de Charles Juliet.
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
De plus, son aspiration à vivre l'illimité le poussait à se détacher du terrestre, et c'est pourquoi sans doute il a traversé la vie en solitaire, incompris, exilé, essentiellement occupé à écrire, à servir sa vocation, à labourer sans trêve sa terre intérieure.
Commenter  J’apprécie          10
Alors que j'étais enfant, une passion s'est emparée de moi : la passion de la lecture. A l'adolescence, cette passion s'est pour ainsi dire embrasée, et pris de boulimie, j'ai dévoré des dizaines et des dizaines de livres. A l'époque, je ne savais pas que ce que je cherchais dans ces livres, c'était l'essence de la vie - une vie condensée, intensifiée, magnifiée. Un inconnu m'admettait dans son intimité, me prenait pour confident et me racontait avec force détails le meilleur de que ce qu'il avait vécu.
Commenter  J’apprécie          00
Friedrich était rongé par la brûlante nostalgie de l'infini, de l'immuable, de l'intemporel.
Commenter  J’apprécie          10
La réalité est toujours décevante, en ce sens qu'elle est toujours autre que celle qu'on imagine.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Charles Juliet (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Juliet
Avec Marc Alexandre Oho Bambe, Nassuf Djailani, Olivier Adam, Bruno Doucey, Laura Lutard, Katerina Apostolopoulou, Sofía Karámpali Farhat & Murielle Szac Accompagnés de Caroline Benz au piano
Prononcez le mot Frontières et vous aurez aussitôt deux types de représentations à l'esprit. La première renvoie à l'image des postes de douane, des bornes, des murs, des barbelés, des lignes de séparation entre États que l'on traverse parfois au risque de sa vie. L'autre nous entraîne dans la géographie symbolique de l'existence humaine : frontières entre les vivants et les morts, entre réel et imaginaire, entre soi et l'autre, sans oublier ces seuils que l'on franchit jusqu'à son dernier souffle. La poésie n'est pas étrangère à tout cela. Qu'elle naisse des conflits frontaliers, en Ukraine ou ailleurs, ou explore les confins de l'âme humaine, elle sait tenir ensemble ce qui divise. Géopolitique et géopoétique se mêlent dans cette anthologie où cent douze poètes, hommes et femmes en équilibre sur la ligne de partage des nombres, franchissent les frontières leurs papiers à la main.
112 poètes parmi lesquels :
Chawki Abdelamir, Olivier Adam, Maram al-Masri, Katerina Apostolopoulou, Margaret Atwood, Nawel Ben Kraïem, Tanella Boni, Katia Bouchoueva, Giorgio Caproni, Marianne Catzaras, Roja Chamankar, Mah Chong-gi, Laetitia Cuvelier, Louis-Philippe Dalembert, Najwan Darwish, Flora Aurima Devatine, Estelle Dumortier, Mireille Fargier-Caruso, Sabine Huynh, Imasango, Charles Juliet, Sofía Karámpali Farhat, Aurélia Lassaque, Bernard Lavilliers, Perrine le Querrec, Laura Lutard, Yvon le Men, Jidi Majia, Anna Malihon, Hala Mohammad, James Noël, Marc Alexandre Oho Bambe, Marie Pavlenko, Paola Pigani, Florentine Rey, Yannis Ritsos, Sapho, Jean-Pierre Siméon, Pierre Soletti, Fabienne Swiatly, Murielle Szac, Laura Tirandaz, André Velter, Anne Waldman, Eom Won-tae, Lubov Yakymtchouk, Ella Yevtouchenko…
« Suis-je vraiment immortelle, le soleil s'en soucie-t-il, lorsque tu partiras me rendras-tu les mots ? Ne te dérobe pas, ne me fais pas croire que tu ne partiras pas : dans l'histoire tu pars, et l'histoire est sans pitié. »
Circé – Poèmes d'argile , par Margaret Atwood
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (12) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
804 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre

{* *}