AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782361392079
Éditeur : Le Mot et le reste (05/03/2020)
3.72/5   9 notes
Résumé :
Nouvelle-Orléans, 31 décembre 1912. Tandis que fusent les traditionnels pétards du Nouvel An, Louis Armstrong, onze ans, tire des coups de feu en l'air avec un vieux pistolet chipé chez lui. Immédiatement arrêté, il est placé dans une institution pénitentiaire pour enfants noirs des rues. Pour ce garçon qui travaille depuis l'âge de cinq ans afin d'aider sa mère, cette détention s'avère une planche de salut.Il intègre la fanfare dirigée par Peter Davis, qui devient ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
EvlyneLeraut
  20 juillet 2020
Pétillant, frais, joyeux, « Little Louis » est un livre salvateur. du soleil en diapason, l'endurance vertueuse, des sourires en myriades. Ce récit est un baume au coeur. Un outil indispensable pour construire son humanité. Lisez- le en grand, en large, en majesté. Ce récit majeur puise son identité dans l'optimisme. L'hédonisme et la générosité sont des cartographies lumineuses. Cet essai né d'une main de maître ne laisse rien de côté. Nous sommes dans la cour des grands. Claire Julliard dévoile la vie de Louis Armstrong, sa jeunesse. L'hymne de la Nouvelle-Orléans fusionne dans les pages aériennes et apprenantes. Louis Armstrong est le narrateur. Il conte ses jours et l'écoute devient levier. « Chez nous, c'était la nouvelle Babylone, le royaume du crime et de la dépravation à ce qu'on disait. » Storyville, le quartier pauvre, jeté en pâture. On imagine une fourmilière, chacun son rôle, dans cette idiosyncrasie, les enfants lâchés dans les rues, gavroches aux destinées contrées par leur couleur de peau noire, la misère, les coups et les malfrats aux quatre coins des rues. Les femmes soumises, battues, mais dignes. L'habitus est un volet qui claque au vent des aspérités. Little Louis est un enfant atypique. Sa famille est écartelée. Lui, fait le grand écart entre sa grand-mère, sa mère, son père fuyant l'antre familial, la rue et ses hôtes. « Vous êtes consterné, vous me prenez pour un petit Olivier Twist version nègre. C'est mal me connaître. » Little Louis s'éveille dans cette Babel, aux cinq sens, aux ruelles gorgées d'affres, au manque. Sa force est de regard, d'observation, et de malice. Musique et vivacité, reproduire les mêmes gestes que les autres artistes, les adultes. Admirable, tenace, un pas de côté magnifique et révélateur, Little Louis est équité, justice, intelligence et intuition. On ne lâche plus la main de cet enfant qui nous donne une sacrée leçon de vie. La loyauté, l'humilité, sont des socles. Little Louis va s'émanciper. Veiller sur les valeurs inculquées par les siens. Rendre grâce à l'éducation reçue dans une institution pénitentiaire qui va le remettre d'équerre. Cet enfant à l'aube de ses 11 ans va être apprécié, reconnu, choyé. Il va enfin jouer de la musique dans les fanfares. Avoir un père, un frère, un allié, un alter égo : Peter Davis. « Grâce à des hommes d'exception comme Monsieur Karnofsky et Peter Davis je suis devenu quelqu'un. Sans eux, j'aurai mal tourné comme la plupart de mes camarades. On peut dire que j'ai eu de la chance. » On est dans le sublime. Dans un relationnel initiatique. Little Louis est le versant de tous les possibles. Les chutes d'eau racistes, les ségrégations, la pauvreté, la violence et les injustices sont pour Little Louis des épreuves. Il va réussir. S'émanciper. Rester maître jusqu'au bout de sa vie de ses idéaux. « Little Louis » est une biographie, un essai à peine romancé. Nous sommes dans une littérature d'excellence. Les rayons de soleil percent au travers des pages. On est l'ombre de Little Louis. La musique est un cri . Un souffle vital, le gain spéculatif. Lire « Little Louis » c'est apprendre les notes de la vie. C'est admirer ce gamin qui va se muer en cygne. C'est rendre hommage aux recherches, à la culture infinie de Claire Julliard. C'est fouler La Nouvelle-Orléans. Et plus que tout, écouter Louis Armstrong « Deuxième trompette » jouer dans un orchestre à Chicago. Publié par les majeures éditions le Mot et le Reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MadameTapioca
  17 août 2020
Beaucoup de plaisir à la lecture de cette biographie romancée dans laquelle Claire Julliard fait parler Louis Armstrong comme s'il répondait à un journaliste.
Armstrong a 60 ans (ou 59, vu que la date de naissance de l'artiste reste floue) et il est désormais une star. Il se livre sur son enfance et sa jeunesse à la Nouvelle Orléans jusqu'à son départ pour Chicago vers 20 ans.
Il raconte les quartiers pauvres de la ville dans lesquels il grandit, ses parents bancales, sa grand-mère attentionnée, la naissance du jazz, son passage en maison pénitentiaire, les multiples boulots qu'il doit faire, la ségrégation, la violence, la prostitution, son désastreux premier mariage et son idée fixe de faire de la musique.
Si tout cela vous semble larmoyant, vous vous trompez lourdement car Little Louis est heureux. Son enfance est trépidante, effervescente. D'un naturel joyeux, Satchmo traverse la vie avec le sourire aux lèvres. Débrouillard, malin, bien élevé, le futur grand est déjà un sacré bonhomme.
Nul besoin d'être féru de jazz pour apprécier cette lecture car au delà de la biographie c'est aussi un petit bout de l'histoire des Etats-Unis qui nous est offert.
Les paragraphes courts, la langue vive, le charme de Louis Armstrong font de ce roman, un de ces livres qui arrivent à être distrayants tout en étant parfaitement documentés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Jazzynewyork
  27 mars 2020
Mon père était trompettiste et saxophoniste, dans sa jeunesse il jouait dans les bals avec son frère aîné. N'étant pas encore née, je n'ai pas eu la joie de connaître cette époque mais à chacun de mes anniversaires je lui demandais de me jouer ses morceaux préférés.
Tout comme Louis Armstrong, il a rejoint les étoiles depuis bien longtemps et j'ose espérer que si l'occasion se présente, ils s'offrent un boeuf de temps en temps pour se rappeler le bon vieux temps.
En attendant, je sais d'où me vient ma passion pour le jazz, la musique en général et tous ces musiciens d'ici ou d'ailleurs.
Mais revenons à ce magnifique récit, laissons mes souvenirs nostalgiques errer dans mes pensées.
À travers ce récit, c'est toute l'enfance de Louis que l'on découvre, parfois chaotique mais malgré tout, toujours joyeuse.
L'histoire d'un petit garçon qui aurait pu devenir voyou mais qui sera sauvé par sa passion pour la musique.
Un enfant courageux, emplit d'amour et de générosité pour sa famille et ses amis et qui le restera une fois adulte.
Little Louis nous fait redécouvrir la Nouvelle-Orléans du passé, la naissance du jazz, dans un contexte ultra violent de ségrégation et de misère.
En s'inspirant des souvenirs de Louis Armstrong consignés dans Ma vie à la Nouvelle-Orléans [1952] (Coda, 2006, traduit par François Thibaut), et en rajoutant de nombreuses anecdotes, Claire Julliard nous fait cadeau d'un formidable roman sur la jeunesse tumultueuse de Satchmo, l'un des plus grands génies du Jazz.
Un magnifique blues qui nous emporte, nous bouleverse comme cette musique qui véhicule des émotions simple et sincères.
À découvrir absolument en s'accompagnant pourquoi pas d'un bon whisky et des sons merveilleux de la trompette de notre merveilleux Louis Armstrong.
Chronique complète sur mon blog, lien ci-dessous :
Lien : https://dealerdeligne.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
titisa
  11 mai 2021
L'originalité de cette biographie repose sur la construction du récit sous forme d'interview, où Louis Armstrong revient sur son enfance. Comme s'il s'agissait d'un échange, il est parfois interrompu, même si seule sa parole est retranscrite, il lui arrive de se répéter ou de devoir préciser à nouveau un fait. Cela donne de l'énergie et du rythme à ce récit, rendu ainsi plus vivant qu'une biographie traditionnelle, et qui permet d'en apprendre autant sur sa jeunesse que sur la vie à la Nouvelle-Orléans en ce début de vingtième siècle.
Commenter  J’apprécie          10
viduite
  17 avril 2020
L'enfance de Louis, la Nouvelle-Orléans et ses tonk, la naissance du jazz, la misère et la musique. Claire Julliard, sous une allure de faux entretien, explore cette partie peu connue de la vie de Louis Amstrong. Little Louis donne à entendre la voix du maître, son optimisme, sa joie et cette confiance oecuménique dans la musique. On lit cette libre évocation comme on écoute un morceau de Louis Amstrong, entre blues et joie.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
mimo26mimo26   19 juin 2020
Je vous répète qu’on n’était pas malheureux. Vous pouvez me croire. D’abord, parce que dans les premiers temps de ma vie, je n’avais pas vraiment conscience de la ségrégation.
Bien sûr, les Noirs et les Blancs ne se mélangeaient pas. Nous vivions dans le quartier noir, Back O’Town, et on se débrouillait entre nous. Beaucoup occupaient de simples chambres dans des maisons de brique. Ils n’y restaient que pour dormir.
Toute la journée, nos vieux se balançaient dans leur rockingchair ou tout ce qui pouvait ressembler à un fauteuil. Les gosses jouaient autour. On entendait ce qui se passait chez les autres. On se lavait dans la cour, dans une bassine. Les latrines aussi, c’était dans la cour. D’un côté les hommes de l’autre les femmes. Je ne connaissais que cette vie, elle me convenait car les gens m’aimaient bien. Je cavalais, je gigotais, je frétillais. Quand ma grand-mère faisait le ménage chez les Blancs, je jouais à cache-cache avec leurs enfants dans la cour. Je trouvais des planques judicieuses mais les gosses étaient malins, ils me retrouvaient toujours. J’adorais ces moments. Je n’avais pas encore pris conscience de notre condition, je vous dis. Bien sûr, j’ai fini par ouvrir les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mimo26mimo26   19 juin 2020
” J’ai grandi dans ce chaos où la frontière entre le bien et le mal n’existait pas. Les macs et les voyous, les artistes et les honnêtes gens trouvaient un terrain d’entente. Tout ça a influencé ma vision de la vie. Pour moi, nous évoluons dans un mouvement circulaire susceptible de renversements, de renouveau et de métamorphoses. J’en suis la preuve vivante. Regardez d’où je viens et ce que je suis aujourd’hui. J’ai connu le pire et le meilleur, du pire j’ai fait ma fortune et celle de mes proches, j’ai cru en mon destin, moi le petit Louis de Black O’ Town. “
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mimo26mimo26   19 juin 2020
Chaque vie possède sa propre tonalité, son rythme. La mienne a commencé au son des fanfares de La Nouvelle-Orléans.
Nous, les gosses, suivions de joyeux cortèges en tapant sur des bouts de tôle avec des bâtons pour ponctuer les tambours et les cuivres. Ces processions musicales accompagnaient souvent une âme vers l’au-delà. La mort ne nous faisait pas peur, elle ne se cantonnait pas comme aujourd’hui derrière les murs des cimetières clos et les églises. On la célébrait partout
dans la ville. C’était le signal éclatant d’un départ vers une vie meilleure. Personne ne doutait que cet ailleurs serait moins sordide que Storyville, le centre de cette cité poisseuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mimo26mimo26   19 juin 2020
Le Seigneur nous avait laissés croupir au fond d’un trou pour nous apprendre à vivre et à mourir en nous contentant de notre sort. Et puisque la plupart d’entre nous ne pouvaient pas accéder à mieux sur cette terre que ce coin du monde, on était heureux avec ce qu’on avait.
Commenter  J’apprécie          20
MadameTapiocaMadameTapioca   11 août 2020
Tout ce que je sais, c’est dans nos rues que je l’ai appris. La vie, ça se passe dans la rue, dans la pleine lumière ou à la lueur d’un réverbère, pas derrière les persiennes des belles demeures.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Claire Julliard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Julliard
Claire Julliard P2
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
828 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre