AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782081278110
218 pages
Flammarion (22/03/2013)
3.9/5   10 notes
Résumé :
A l'été 2009, Miranda July travaille au scénario de son second film, une oeuvre attendue et qu'elle peine à achever. Durant ses pauses-déjeuner, elle se met à lire frénétiquement le PennySaver, le journal de petites annonces que tout le monde trouve dans sa boîte aux lettres aux Etats-Unis. Qui est la personne proposant une "grande veste en cuir, 10$"? Le découvrir devient soudain une priorité - ou au moins, un très bon moyen d'oublier le scénario. En compagnie de l... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
marinaVa
  02 juillet 2016
- livre interviews + photos
- idée : la réalité dépasse la fiction
- sujet :
Miranda July bloque dans l'écriture de son scénario. Elle décide d'interviewer des personnes qui passent des petites annonces dans un journal PAPIER. A travers ces interviews se dessine le portrait de Miranda July, espèce de "princesse hyper connectée qui sort de son royaume pour aller à la rencontre de la populace". le message final ("la morale") s'adresse donc à un lecteur qui vit dans une certaine "abstraction de l'existence" où internet-facebook = la vie.
- style : toujours agréable, légèrement décalé. (mais nettement plus sage que dans "un bref instant de romantisme")
- structure : chaque chapitre est consacré à un des annonceurs du journal ils vendent des trucs tels que des "blousons en cuir", des "sèche-cheveux" : ces personnes sont des personnages avec des univers bien particulier. D'ailleurs une des personnes interviewées devient un personnage du film de Miranda... (rappelons que le but est pour Miranda de trouver de l'inspiration -et un échappatoire- à la rédaction de son scénario "qui n'avance pas").
Certaines personnes interviewées ne prendront pas forcément super bien les remarques de Miranda à leurs sujets.... Je me dis qu'elles n'ont pas dû être contactées pour approuver le livre et autoriser sa diffusion post-édition (avant édition c'est certain pour le "droit à l'image" à cause des photos). Donc éthiquement, le livre est discutable. (on peut en discuter?)
les plus :
- le style
- idée originale
- la sincérité de Miranda qui ne la met pas à l'abri des critiques "éthiques"
Les moins :
- des longueurs
- éthiquement discutable

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kathel
  15 août 2013
Aujourd'hui, je m'adresse aux amateurs d'objets littéraires, artistiques, voir cinématographiques non identifiés. Miranda July est en effet une artiste un peu touche-à-tout à l'univers particulièrement original. Je l'avais découverte avec un film, Moi, toi et tous les autres dont le titre est tout à fait caractéristique de l'auteur, qui parle d'elle, certes, mais de quelle façon ! Drôle, décalée, poétique, provocante parfois, mais ouverte à l'inattendu et aux autres.
Je l'avais ensuite retrouvé dans un recueil de nouvelles, ne ressemblant à rien d'autre non plus : Un bref instant de romantisme.
Voici qu'une chambre d'hôtes bien fournies en bibliothèques m'a permis de passer une soirée avec son dernier ouvrage. Il est né du blocage de Miranda face au scénario de son deuxième film, The future…
Au lieu de rester devant la page blanche, elle s'amuse à lire les petites annonces d'un journal gratuit californien. Et là, l'idée lui vient de connaître mieux les vies qui se cachent derrière des annonces anodines comme la vente d'une « grande veste en cuir, dix dollars. » Téléphoner pour demander un entretien, s'y rendre avec une photographe, poser des questions sur la vie, les attentes, le bonheur… elle répète ce procédé avec une quinzaine d'annonces qui lui permettent chacune de pousser des portes, de découvrir des vies, d'écouter surtout. Car le point commun de ces personnes est d'avoir envie de se livrer, d'être assez isolé pour en ressentir le besoin irrépressible. Les photos qui s'intercalent dans le récit, les apartés sur la progression du travail sur le scénario renforcent le côté décalé et quelque peu irréel du livre…
J'ai passé un moment hors du commun auprès des marginaux, des oubliés, de ceux qui passent encore leurs annonces dans une feuille de chou locale parce qu'ils n'utilisent pas internet… une drôle d'expérience, difficile à oublier.
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
NonFiction   02 août 2013
On l’a connue actrice et scénariste, romancière, c’est avec un livre hybride, à l’esthétique parfois kitsch, que Miranda July revient.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Alice_Alice_   02 novembre 2013
J’ai pensé à soixante-deux années de gentilles cartes cochonnes et quelque chose s’est débobiné dans ma poitrine. Peut-être avais-je mal calculé ce qui restait de ma vie. Ce n’était peut-être pas des broutilles. Ou, en fait, tout n’était que broutilles, du début à la fin – de très nombreux petits moments, toutes les vacances, toutes les Saint-Valentin, toutes les années insupportablement répétitives et cependant toujours nouvelles, d’une certaine manière. On ne pouvait jamais rien acheter avec ça, on ne pouvait jamais monnayer cela pour s’acheter quelque chose d’une valeur supérieure ou plus complète. C’était juste toutes ces journées, tenues ensemble uniquement par la mémoire fragile d’une seule personne – ou, avec de la chance, de deux personnes. Et c’est pour cela, en raison de cette absence de sens ou de valeur, que c’était remarquable. Comme la plus radicale et complexe des œuvres d’art, le genre d’art que j’avais toujours essayé de faire. Cela osait ne pas avoir de sens et par conséquent exigeait tout de vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alice_Alice_   20 octobre 2013
Don et moi avons évoqué la question de l’être-au-présent, et la nature insaisissable du « maintenant », et ensuite il a loué les talents de son fils, ce qui, comme c’était à prévoir, m’a émue aux larmes. Pour ne pas pleurer, je me suis obligée à me livrer au truc consistant à contracter le cul jusqu’à ce qu’il forme comme un poing minuscule en me répétant mentalement les mots vatefairefoutre vatefairefoutre vatefairefoutre vatefairefoutre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Alice_Alice_   20 octobre 2013
A soixante-cinq ans, un âge tellement au-delà de la jeunesse qu'il n'en est presque plus féminin, une femme a décidé de se prendre en photo chaque jour. Cela a immédiatement été une de mes œuvres d'art favorites, d'autant plus significative qu'elle n'était pas Sophie Calle ni Tracey Emin. Elle savait que personne ne viendrait réclamer à cor et à cri trois salles remplies d'albums; leur valeur était entièrement définie par elle. Et si bien sûr je regrettais de ne pas avoir pu d'une manière ou d'une autre conserver ces albums, la performance devait s'achever avec son décès et la collection, finir à la benne à ordures. C'était l'inéluctabilité de la fin qui provoquait véritablement la réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alice_Alice_   20 octobre 2013
Andrew était en fait un gars de dix-sept ans avec trois bassins dans son jardin. Les garçons adolescents n'ont jamais été très compréhensibles pour moi, et en gros, depuis le lycée, je les évite. Mais Andrew était un genre d'adolescent que je connaissais bien: le gentil solitaire curieux.
Commenter  J’apprécie          30
marinaVamarinaVa   02 juillet 2016
Il m'a paru évident que le monde entier, et particulièrement Los Angeles, était conçu pour me protéger de ces gens que j'étais en train de rencontrer. Aucune loin ne m’empêchait de les connaitre, mais cela n’arriverait pas. L.A. n'est pas une vile où l'on circule à pied, en métro, et si quelqu'un n'est pas dans ma maison ou dans ma voiture, nous ne seront jamais ensemble, même pas un moment. Et pour que cela soit absolument certain, dès que je sors de ma voiture, mon iphone m'escorte, afin que tous les gens du bureau de poste sachent bien que je ne suis pas vraiment avec eux, que je suis avec les miens, qui sont tellement hilarants que je ne peux pas m'empêcher de sourire tout en leur envoyant un texto
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Miranda July (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miranda July
Portrait : Miranda July .http://www.dailymotion.com/video/xo3v3q#user_search=1
autres livres classés : petites annoncesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6598 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre