AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782849469507
144 pages
Éditeur : Quadrants (20/09/2007)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 399 notes)
Résumé :
Jun Jung-sik errait dans les rues de Séoul quand un policier l’a pris par la main pour l’emmener au Holt, un orphelinat américain. Il avait alors 5 ans. Quelques photos, un rapport d’orphelinat… Ses souvenirs tiennent à un fil. Mais les questions le taraudent.
2007: Jung décide de remuer les souvenirs ou les fantasmes de sa vie, en tout cas d’en finir avec une certaine période teintée de l’incertitude qui ronge. Il se raconte dans ce récit terriblement intime... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  24 mars 2015
Un petit garçon erre dans les rues de la capitale coréenne. Un policier le prend sous son aile et l'emmène à l'orphelinat américain de Bertha Holt. Jung-Sik Jun se retrouve alors parmi des tas d'autres comme lui, orphelin et bon pour l'adoption. Gentil, souriant, affectueux, miel de couleur de peau, il est fortement recommandé. Mais, une petite cicatrice et un bleu auront suffi à faire fuir un couple. Qu'importe... Les adoptants ne manquent guère. C'est ainsi qu'à tout juste 5 ans, c'est à dire l'âge où pour lui il a commencé à vivre, il est accueilli par une famille belge qui comprend déjà 4 enfants, une autre petite fille adoptée viendra compléter la fratrie. Une nouvelle vie s'offre à lui, un nouveau pays, de nouveaux compagnons de jeu et une nouvelle place à se faire...
Jung se livre et nous plonge dans sa vie intime. de l'histoire de la Corée à sa vie de pré-adolescent en passant par son enfance, il nous raconte son parcours semé d'embuches, sa place dans sa famille ou parmi ses camarades de classe mais aussi ses sentiments vis à vis de son pays et de sa maman. L'auteur nous livre un témoignage poignant, riche et fort intéressant sur sa condition d'adopté et le regard qu'il porte sur la Corée. Malgré un sujet sensible qui le touche profondément, il parsème ici et là quelques touches d'humour et d'ironie. L'ensemble se veut léger mais néanmoins émouvant. En noir et blanc, le trait tout en rondeur apporte une touche de fraîcheur.
Couleur de peau: miel... fruité et coloré...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
cascasimir
  20 juillet 2019
"Il rêve, couché sur un parquet
Dans les bras de sa mère
Dessinée à la craie
Tous les soirs en secret
Ce dessin, il le fait
Trait pour trait".
Le portrait, Calogero

L'auteur raconte son enfance et son adoption à 5 ans, par une famille belge. Dans son miroir, l'enfant voit un petit Coréen. Il l'écrira dans le tome 2:
- C'est mignon, un petit asiatique, avec les yeux bridés, toujours sage.
Sauf, quand il ment ou quand il falsifie ses notes en classe, ( on l'a tous fait, non?). Mais, Jung ne ment plus à 36 ans, quand il fait des recherches sur l'histoire de l'adoption en Corée...

Des milliers d'enfants sont d'orphelins ou ont été séparés de leur famille, à cause d'un dictateur, Kim Il Sung, et de la guerre de Corée( 1950-1953)
Beaucoup d'enfants adoptés étaient d'origine illégitime ( union de Coréennes avec des soldats américains ou européens...)
La Corée du Sud était une société machiste.( Ça n'a pas vraiment changé!) En 1960, la loi familiale sud coréenne annihila les droits démocratiques de la femme, pour instaurer les pleins pouvoirs de l'homme !
Une femme qui divorçait, n'avait plus aucun droit sur son enfant... Une maternité hors mariage, était une honte! Sans argent et mise au ban de la société, la femme n'avait qu'une solution :
abandonner son "bébé" !

Abandon pour des questions raciales , sociales et de grande pauvreté. L'adoption internationale Coréenne est un phénomène unique dans l'histoire humaine!
La mère de Jung était-elle une mère célibataire, elle l'a abandonné ou est-elle décédée ?
Mais parfois, Jung peut apercevoir sa maman, ou seulement une silhouette, en costume traditionnel Coréen, dans un grand champ de blé...

"On ne choisit pas ses parents,
on ne choisit pas sa famille
Être né quelque part
C'est toujours un hasard
Je suis né quelque part
Laissez moi ce repère
Ou je perds la mémoire"
Maxime le Forestier
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          536
cicou45
  16 novembre 2019
Devant assister à la projection du film "Couleur de peau : miel", titre éponyme de la série de l'auteur Yung et étant arrivé sur le lieu de mon reportage avec une heure d'avance, je me suis laissée tenter par une très agréable proposition : me plonger dans la lecture de ce premier tome et au bout de trois quart-heure, l'auteur avait eu le temps d'arriver et moi, d'achever dans ma lecture-découverte.
Notre auteur protagoniste n'est qu'un petit garçon, errant seul dans Séoul là où commence notre histoire. Recueilli par un policier puis placé pour un temps dans un orphelinat, il ne faudra pas longtemps pour qu'il soit adopté par une famille vivant en Belgique. S'adaptant très vite et très bien dans cette famille qui compte déjà quatre autres enfants, notre jeune héros ne peut cependant s'empêcher de devenir un peu infernal sur les bords, été pris une première fis la main dans le sac après avoir commis un vol de tickets-repas mais surtout en falsifiant ses bulletins scolaires et en mentant régulièrement. Est-ce un défi envers sa famille d'adoption bien qu'il sache qu'il sera sévèrement puni après chacun de ses mensonges ou simplement une recherche identitaire...
Un premier opus très fort qui cadre bien le décor, met les personnages en place et donne d'horribles données statistiques sur les enfants coréens abandonnés, de nombreuses années après la guerre de Corée. Manque d'argent, droit des femmes non reconnu...bref, un premier tome pas très réjouissant mais avec néanmoins une bonne dose d'humour par moments et je rajouterais même, heureusement, la pilule est moins dure à avaler !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
isabelleisapure
  09 décembre 2015
N'ayant aucune culture dans le domaine « BD », je choisi au hasard, par un coup de coeur pour la couverture, le plus souvent.
Bien m'en a pris cette fois-ci. Après avoir succombé au charme de ce bambin brandissant fièrement sa pancarte avec son nom et sa date de naissance, j'ai découvert un texte plein de tendresse.
A travers sa propre histoire, Jung aborde le sort de centaines de milliers d'enfants coréens adoptés à l'étranger à la fin de la guerre qui a laissé son pays exsangue et rempli d'orphelins.
Jung a grandi à Séoul, trouvant sa nourriture dans les poubelles, errant dans les rues. Mais cette vie-là ne l'intéresse plus, sa vie est depuis 36 ans en Belgique, dans la famille Hénin. Une famille où il y a déjà 4 enfants biologiques, et où une petite soeur de Corée le rejoindra plus tard. Une famille où les parents ne sont pas parfaits, mais où il n'a manqué de rien. Une famille, tout simplement. Un entourage qui manque à des milliers d'enfants de par le monde, des enfants qui attendent des parents, des parents qui n'arrivent jamais pour certains. Jung a eu de la chance.
Cet ouvrage traite avec beaucoup de délicatesse de problèmes graves.
L'émotion est palpable, mais on ne tombe jamais dans le pathos.
Ce fut un coup de coeur inattendu.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
AudreyT
  07 janvier 2017
Jung est né en Corée du Sud. Il est orphelin et recueilli dans l'un des plus grands orphelinats américains de Séoul. Il sera adopté par une famille belge, éduqué de manière stricte et sévère. Entouré par ses frères et soeurs, il va rapidement s'intégrer. Mais la question de ses origines, l'envie de connaître son histoire va peu à peu prendre forme dans sa tête...
Ce premier tome nous permet de faire la connaissance de Jung. Il nous présente sa famille belge et ses débuts d'adopté. Les dessins en noirs et blancs sont doux et nous permettent de facilement entrer dans l'univers de l'auteur. Un premier tome touchant et qui ne nous qu'une seule envie : découvrir les 3 suivants !!!
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   16 novembre 2019
"Si si, on oublie très vite la rue quand on ne veut pas s'en souvenir. Mais c'est tout à fait compréhensible, car dans ce contexte-là, oublier est une protection, une sorte de "cessez-le-feu", et l'esprit est un "no man's land". Seulement, l'être humain n'oublie jamais rien. Toutes ces petites choses sont cachées quelque part, dans les méandres de notre esprit."
Commenter  J’apprécie          120
RhlRhl   22 novembre 2014
Je me suis senti tomber dans un précipice.
J'étais une pomme pourrie...
... tombée dans un seau de pommes mûres.
C'est ce qu'on appelle une métaphore.
Et celle-là me laisse un goût de pourriture dans la bouche.
Un goût étrangement familier. Celui des poubelles de Séoul.
Commenter  J’apprécie          110
JulitjubileJulitjubile   07 février 2010
"Je savais bien que je n'étais pas japonais. Mais quand je me regardais dans un miroir, je ne me sentais pas belge non plus ! Je voyais un Coréen. C'était inéluctable. Et ça ne me rappelait pas de bons souvenirs."
Commenter  J’apprécie          90
JulitjubileJulitjubile   07 février 2010
"Nous devrions remercier grand'ma Holt d'avoir crée des orphelinats, des hôpitaux, de nous avoir trouvé des familles... et pourtant... Pourtant, à l'heure actuelle, je ne sais toujours pas si je dois la remercier ou la détester. Nous sommes deux cent mille Coréens adoptés à travers le monde. C'est beaucoup trop."
Commenter  J’apprécie          50
Under_the_MoonUnder_the_Moon   07 octobre 2017
Pourquoi chinetoque ? pourquoi pas corétoque. Je suis pas Chinois, après tout.
Parce que chinetoque, ça sonne mieux. Mais si tu préfères "bol de riz"...
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Jung (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Jung
[Performance]
Dans le cadre de l'exposition "Annemarie von Matt. Je ne m'ennuie jamais, on m'ennuie" (11.10.2020 - 24.01.2021) Sophie Jung a présentée le 24.10.2020 la performance "Sophie Jung performs her sculptures : “This Particular Medusa (It is a gun in my pocket and I hate to see you)”, “All The Horse's Horses: Uns Bitte Nicht Berühren, Danke, “Wer Wind Säät, Wir Sturm Ernten”, “Alarming New Reports”, “{NUMB and Dumb} How to get yourself to cry & Show to stop yourself from crying”" dans laquelle elle active les sculptures présentées dans l'exposition. Ce film en présente quelques extraits.
© Sophie Jung Avec : Sophie Jung, Peter Burleigh Réalisation : Tristan Savoy Images : Tristan Savoy et Valentin Duciel
Centre culturel suisse. Paris
+ Lire la suite
Dans la catégorie : AdoptionVoir plus
>Enfants et adolescents>Institutions pour enfants>Adoption (10)
autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prix BD 3e-2nd (3e5) : Babybox

Quel est le prénom du pasteur ?

Ifar
Pierre
Isaac
Jean

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Babybox de JungCréer un quiz sur ce livre

.. ..