AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302031423
Éditeur : Soleil (18/09/2013)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Jung clôt ce voyage intérieur par l'évocation de ses années de jeunesse, étudiant à l'Institut Saint-Luc, amateur de jolies filles et de dessins. Il évoque aussi ce récent voyage en Corée effectué en 2011 pour le tournage de l'adaptation audiovisuelle de la série. Soulagement, sentiment d'appartenance retrouvé ou acculturation définitive? Ses sentiments sont complexes et troublants. Et son récit toujours bourré d'humour et d'émotions. Démarche autobiographique peu c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  13 janvier 2017
Valise bouclée, passeport et billets d'avion en poche, Jung s'apprête à mettre enfin ses pieds sur son pays natal. Celui qu'il a quitté il y a presque 40 ans et qui, malgré ses quelques voyages en Asie, n'aura pas refoulé. Ce voyage n'est pas sans lui rappeler celui effectué à Barcelone. Dans l'avion qui le conduit vers la Corée du Sud, il ne peut s'empêcher de penser à sa mère biologique... Mais de nombreuses questions l'assaillent aussi. Reconnaîtra-t-il son pays ? Se sentira-t-il à sa place ? Y aurait-il des chances qu'il retrouve le policier qui l'avait recueilli dans la rue et amené à l'orphelinat ? Ce voyage l'aidera-t-il dans sa quête d'identité ?
Dans ce troisième volet, Jung revient sur les traces de son passé, accompagné d'une équipe de tournage qui veut adapter ses albums pour le cinéma. La peur au ventre, ce voyage initiatique sera surtout pour lui l'occasion de retrouver le petit garçon de 5 ans qu'il était et à qui il avait promis ce retour. Outre ce retour aux sources émouvant, Jung relate quelques souvenirs comme ce voyage en Espagne, son goût immodéré pour le piment ou encore son amitié avec Mohamed. Toujours, en arrière-plan, le fantôme de sa maman. Une autobiographie touchante, sincère et d'une profonde humanité. L'auteur se livre avec émotions mais évoque aussi la difficulté d'être adopté et de se sentir quelque part chez soi. D'une délicatesse et d'une sensibilité incroyables, Jung nous offre un album remarquable et bouleversant magnifié par un noir et blanc profond et un trait délicat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
AudreyT
  08 janvier 2017
Jung a désormais 40 ans. Comme il l'a promis à ce petit garcon de 5 ans qu'il était, il retourne en Corée du Sud. Il cherche dans son dossier des informations sur sa famille biologique mais tout est bien mince...
Ne jamais se sentir à sa place, être vu différent tant dans son pays d'origine que dans celui qui vous a adopté : telles sont les difficultés que rencontrent Jung et la plupart des enfants abandonnés... un troisième tome vraiment touchant et émouvant...
Commenter  J’apprécie          300
stokely
  06 avril 2017
Avant d'ouvrir ce troisième tome j'ai eu un peu peur, qu'es ce que Jung allait pouvoir nous raconter de nouveau sur son adoption et c'est la le tour de force de l'auteur de retrouver un Jung bien plus âgé à 40 ans qui part en Corée du Sud à la recherche de ses origines.
On suit donc l'auteur à la recherche de ses racines, de sa culture, de ses parents. Une recherche sous la forme de quête d'identité et la découverte d'un pays vraiment très différent de celui ou vit l'auteur (la Belgique).
Le dessin est toujours aussi plaisant, le récit plus touchant, la découverte du Perdu de Vue de Corée du Sud pour retrouver ses parents évoque un vrai problème de société. J'ai hâte d'enchainer sur le tome 4.
Une très belle lecture.
Commenter  J’apprécie          263
Ziliz
  05 janvier 2014
Dans ce troisième opus, Jung revient brièvement sur des souvenirs de jeunesse. Mais surtout, il évoque son premier retour dans son pays natal : "Il m'aura fallu presque quarante ans pour y retourner. Quarante ans... Notez que j'aurais pu attendre encore plus longtemps !". Jung est parti à la (re)découverte des lieux, des goûts, des odeurs de sa prime enfance, mais aussi à la recherche de son dossier d'adoption et de ses parents biologiques.
Superbe graphisme, fin, délicat, émouvant, qui exprime brillamment le manque de la mère, de sa tendresse, de ses bras. Mais aussi, et surtout, les problèmes autour de l'identité (masques, puzzles) et de la filiation, notamment grâce à des arbres. Des arbres aux racines énormes, visibles, posées ou au contraire en suspens entre ciel et terre - racines dans lesquelles le narrateur s'empêtre parfois, qui le soulèvent (le portent et l'élèvent ou lui font perdre pied ?).
Jung rappelle aussi que le dessin fut et reste une thérapie pour lui, et revient sur le mal-être et le suicide de camarades coréens adoptés également, qui n'ont pas su s'y retrouver.
Ce qui m'a frappée : l'auteur s'y dessine, adulte, avec des traits d'enfant - ce qui peut s'expliquer par une immersion dans ses premières années.
Je me suis interrogée également sur la présence d'une équipe de tournage lors de ces premières retrouvailles avec le pays d'origine. Mais on peut y trouver une explication dans l'ambivalence qu'éprouve l'auteur à l'égard des émissions coréennes de téléréalité, destinées à rapprocher ces enfants adoptés de leurs parents biologiques.
C'est, je pense, ce détail qui m'a empêchée d'apprécier ce troisième volet autant que les précédents, l'impression d'un récit moins 'spontané'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Myriam3
  01 novembre 2017
Encore un très bon tome de Jung, même si on s'habitue au style. Il y a moins de surprises au niveau stylistique, mais j'aime toujours autant l'organisation des cases et le dessin très symbolique et dynamique de Jung.
Le voici enfin parti pour la Corée, quarante après l'avoir quittée, jeune enfant, à la recherche de ses origines.
Par ces trois tomes, Jung montre à quel point la perte de ses racines et l'adoption peuvent être traumatisante, et qu'il n'y a pas de mode d'emploi pour composer avec. Ce tome est vu comme un bilan des trois, avec des rappels des tomes un et deux. Il n'imaginait sûrement pas qu'un quatrième suivrait, que je vais m'empresser de chercher.
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (2)
Sceneario   15 novembre 2013
Ce récit autobiographique touchera j'en suis sûre un large public, pas seulement les adoptés. Il parlera aux adolescents, aux métissés, aux parents adoptants.
La BD et le film sont à voir de façon complémentaires.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   20 septembre 2013
Ponctué d’un humour qui désamorce la tension dramatique, tout en conservant la justesse du propos, le récit file à travers le temps, passant d’aujourd’hui à hier, pour revenir au présent.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   13 janvier 2017
Quand le fil de la vie a été interrompu, il faut le reconstruire. Et la reconstruction de soi passe inévitablement par l'acceptation de ce qu'on est... de ses origines... de ses racines.
Commenter  J’apprécie          341
ZilizZiliz   01 décembre 2013
Vais-je pousser plus loin les recherches de mes parents biologiques, aller dans les archives de la police pour savoir s'ils sont réellement morts ? Il est probable que je n'y trouverai rien. D'ailleurs, ai-je vraiment envie de les retrouver ? Aucun père n'habite mon imaginaire... Quant à ma mère biologique, n'est-il pas plus confortable pour moi de continuer à la rêver ?...
(p. 80)
Commenter  J’apprécie          130
marina53marina53   15 janvier 2017
Rappelle-toi que c'est moins l'origine que la qualité de la terre qui te permettra de plonger tes racines au plus profond de ton être.
Commenter  J’apprécie          280
ZilizZiliz   02 décembre 2013
Est-ce que j'aurais appris à dessiner si je n'avais pas été abandonné ? Peut-être pas... Le dessin a été pour moi une manière ludique d'exprimer mon intériorité, de compler un vide, parfois même un exutoire. Une sorte de thérapie, en fait...
(p. 103)
Commenter  J’apprécie          90
marina53marina53   13 janvier 2017
Quand le poète peint l'enfer, il peint sa vie.
[Victor Hugo]
Commenter  J’apprécie          250
Lire un extrait
Videos de Jung (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Jung
Jung en interview sur planetebd.com
autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prix BD 3e-2nd (3e5) : Babybox

Quel est le prénom du pasteur ?

Ifar
Pierre
Isaac
Jean

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Babybox de JungCréer un quiz sur ce livre
.. ..