AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jusuf Vrioni (Traducteur)
EAN : 9782070382859
199 pages
Éditeur : Gallimard (17/10/1990)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Un épileptique dont on interprète les contorsions comme un message de Dieu, des rhapsodes ambulants colportant d'étranges ballades, des envoyés d'une puissance étrangère qui soudoient un prince crédule et vénal, des caravanes d'asphalte - marchandise du démon - traversant le pays, une main malfaisante qui détruit la nuit ce qui a été fait le jour, un emmuré: tels sont, racontés sous forme de chronique par le moine Gjon, les événements de mauvais augure qui entourent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bunee
  08 mai 2011
Ce très joli conte aux lectures multiples nous emmène au 14ème siècle, en Albanie, sur les rives de l'Ouyane. L'Ouyane est alors sous le monopole de la compagnie des bacs et radeaux, dont le passage rythme la vie de la population locale.
C'est l'Ancien ordre, celui des petits seigneurs qui morcellent ce territoire dangereusement proche de l'empire ottoman, celui où l'homme ne brave pas les contingences géographiques, et où les rapsodes nourrissent l'imaginaire collectif de mille contes et superstitions.
Ce qui se passe ailleurs, à l'extérieur, n'est qu'un échos lointain, dont les signes se manifestent parfois? Des charrettes qui transportent l'Asphalte.
La machination peut alors commencer? de mystérieux personnages, que l'on sent missionnés par l'imposant voisin, viennent proposer de construire un pont, ce que le seigneur concerné accepte.
Des évènements étranges entourent la construction de ce pont. Un épileptique qui fait une crise, la nuits une main ténébreuses détruit ce qui est fait le jour, et ces évènements étranges sont les symptômes de la lutte entre les tenants de l'ancien ordre (la compagnie des bacs et radeaux) et du nouvel ordre (les constructeur du pont).
Tout s'accélère. Des glaneurs de contes utilisent une ancienne légende (et commettent un meurtre, un sacrifice) pour assoir la suprématie des bâtisseurs de pont.
Mais un pont c'est aussi le symbole du passage, du changement. Vers un ordre nouveau, qui circule et palpite, fait de routes, de foires et de ponts, de mouvements. Vers la domination turque qui plane comme une ombre croissante.
Une très belle histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Olloix
  23 février 2013
Ce court roman est très prenant car il enveloppe la réalité la plus terre à terre dans un fond de légendes, voire de mythologie : le destin est écrit, rien ne l'arrête. le récit est rythmé alternativement par l'entrée en scène de personnages semi-réels et par des évènements tragiques ou menaçants. le destin est ici le basculement des Balkans sous la domination ottomane en cette fin de 14ème siècle. Il est aussi l'entrée de l'Occident dans son ensemble dans la technique, le commerce et la mobilité. C'est la fin du règne de la nature et des légendes.
On ne sait rien des personnages. Ils sont des ombres chinoises mues de l'extérieur.
Aucune vision nostalgique chez Kadaré, qui dépeint très bien toute l'ambiguïté des situations et toutes les lectures possibles et contradictoires d'un évènement donné.
Commenter  J’apprécie          30
stcyr04
  13 octobre 2019
En l'an de grâce 1377, le moine Gjon prend la plume, pour conter la chronique de la construction du premier pont en pierre d'Albanie et de ses conséquences, alors que la présence Ottomane se fait, jour après jour, plus présente.
Bravant les eaux de l'Ouyane maudite, les discours des septiques, les superstitions des anciens et les intérêts rivaux, on s'attelle à la construction de la structure avec l'accord du seigneur local. C'est avec la difficulté inhérente à la réalisation d'un tel projet, à laquelle s'ajoutent les actes malveillants de ceux qui n'ont pas intérêt à ce que l'édifice voit le jour qu'ont réussit enfin à mener à bien la construction. le pont achevé, il facilite le passage et les échanges entre les populations des deux rives, ce qui entraînera fatalement la perte de la région autrefois protégée par le cours tumultueuc de l'Ouyane..
L'intérêt du roman est assez anecdotique, mis un part un épisode horrifique. On peut sans dommage faire l'économie de sa lecture. Je ne saurais trop conseiller le Pont sur la Driva d'Ivo Andric. abordant le même sujet, et se situant d'ailleurs dans une région voisine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GODINHO
  15 octobre 2014
Le Pont aux Trois Arches, m'a été conseillé, par Lulja et l'en remercie.
Ne connaissant rien à la culture albanaise, j'ai tout de même aimé ce court roman, qui relate l'histoire de l'Albanie au travers des légendes et des croyances. La chronique journalière de l'édification du 1er pont de pierre de l'Albanie, par Gjon, avec le malheur qui entoure cette construction.
Ismail Kadaré est bien entendu un écrivain engagé, et malheureusement, bien que cité plusieurs fois pour le prix Nobel de la Littérature, il n'a jamais eu ce prix.
Le Pont aux Trois Arches, tragédie antique difficile à raconter (en tout cas pour moi), donc lisez, cette très belle histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Marc21
  19 décembre 2019
Je l'ai perdu ce livre, offert alors que j'effectuais un stage sur la construction d'un pont il y a maintenant près de 30 années!
Je le redécouvre et suis toujours enchanté par ce conte. Plus qu'une histoire sur un pont, il s'agit d'un conte sur l'homme, ses aspirations, ses certitudes et aussi ses incertitudes. La bêtise humaine aussi, il ne manque peut-être qu'un peu d'amour. Oui, en fait , il manquerait l'essentiel. Est-ce voulu?
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PilingPiling   14 octobre 2008
Moi, moine Gjon, fils de Gjorg Oukshama, sachant qu'on ne trouve dans notre langue rien des écrits dessus le pont de l'Ouyane maudite, et vu que, de surcroît, on continue de répandre au sujet dudit ses légendes et rumeurs non fondées, maintenant donc que sa construction est achevée et qu'il a même été, par deux fois, arrosé de sang à ses fondements et à son sommet, j'ai décidé d'en écrire l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BuneeBunee   08 mai 2011
La rumeur se répandait alentour le jour et la nuit, recouvrant le pont d'un mystère toujours plus épais. La nuit, il dressait, noire sur la rivière, son unique arche , qu'on lui avait blessée cruellement. De loin, les endroits réparés, le mortier et la chaux fraîche qui les recouvraient faisaient penser aux pansements d'un membre fracturé. Avec ce corps mutilé, le pont était sinistre.
Commenter  J’apprécie          20
BuneeBunee   08 mai 2011
"Le voilà" me dit une voix étouffée.
Il était là, blanc comme un masque, badigeonné de chaux, et l'on ne distinguait que son visage, son cou et une partie de sa poitrine. Le reste du corps, les bras, les jambes, disparaissait dans le mur.
Je ne parvenais pas à détacher mes yeux de l'emmuré. Partout se voyaient des traces de mortier frais. Un pan de mur avait été ajouté pour envelopper la victime (un corps emmuré dans les piles mêmes du pont en affaiblit la construction, avait dit le glaneur de contes). Deux madriers fixés au-dessous du mort servaient de fondement au pan de mur ajouté.
L'emmuré semblait avoir poussé dans la pierre. Ses racines, son ventre, ses jambes, son tronc étaient à l'intérieur. Seule émergeait une toute petite partie de son corps.
"Quand? Demanda la voix éteinte d'un nouvel arrivé.
- Un peu après minuit.
- Il a beaucoup souffert?
- Non, pas du tout."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GODINHOGODINHO   15 octobre 2014
« Je voyais les hordes turques raboter le monde pour y étendre l’espace islamique »
Commenter  J’apprécie          50
BuneeBunee   08 mai 2011
Comment te transformeras-tu en Asie, Toi qui es si belle, mon Arbérie?
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ismaïl Kadaré (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ismaïl Kadaré
http://www.club-livre.ch#Bessa_Myftiu Interview de Bessa Myftiu réalisée par le Club du Livre en partenariat avec Reportage Suisse Romande
Bessa Myftiu, née à Tirana, est une romancière, poète, conteuse, essayiste, traductrice, critique littéraire, journaliste, scénariste et actrice établie à Genève, en Suisse romande, de nationalité suisse et albanaise. Pour commander un ouvrage de Bessa Myftiu : En SUISSE : https://www.payot.ch/Dynamics/Result?acs=¤££¤58REPORTAGE SUISSE ROMANDE36¤££¤1&c=0&rawSearch=bessa%20myftiu En FRANCE : https://www.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=bessa+myftiu&sft=1&sa=0
Fille de l'écrivain dissident Mehmet Myftiu, Bessa Myftiu fait des études de lettres à l'université de Tirana et par la suite elle enseigne la littérature à l'université Aleksandër Xhuvani d'Elbasan. Elle devient ensuite journaliste pour le magazine littéraire et artistique albanais La scène et l'écran. Elle émigre en Suisse en 1991 et s'établit à Genève dès 1992, passant son doctorat et devenant enseignante à l'université de Genève en faculté des Sciences de l'éducation, tout en poursuivant en parallèle ses activités dans les domaines de l'écriture et du cinéma. Depuis 2013, elle enseigne à la Haute École Pédagogique de Lausanne. Elle est par ailleurs membre de la Société Genevoise des Écrivains BIOGRAPHIE 1994 : Des amis perdus, poèmes en deux langues, Éditions Marin Barleti [archive], Tirana 1998 : Ma légende, roman, préface d'Ismail Kadaré, L'Harmattan, Paris (ISBN 2-7384-6657-5) 2001 : A toi, si jamais?, peintures de Serge Giakonoff, Éditions de l'Envol, Forcalquier (ISBN 2-909907-72-4) 2004 : Nietzsche et Dostoïevski : éducateurs!, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-05-6) 2006 : Dialogues et récits d?éducation sur la différence, en collaboration avec Mireille Cifali, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-09-4) 2007 : Confessions des lieux disparus, préface d'Amélie Nothomb, Éditions de l'Aube, La Tour-d'Aigues (ISBN 978-2-7526-0511-5), sorti en 2008 en livre de poche (ISBN 2752605110) et réédité en 2010 par les Éditions Ovadia (ISBN 978-2-915741-97-1), prix Pittard de l'Andelyn en 2008. 2008 : An verschwundenen Orten, traduction de Katja Meintel, Éditions Limmat Verlag [archive], Zürich (ISBN 978-3-85791-597-0) 2008 : le courage, notre destin, récits d'éducation, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 9782915741087) 2008 : Littérature & savoir, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-39-1) 2011 : Amours au temps du communisme, Fayard, Paris (ISBN 978-2-213-65581-9) 2016 : Vers l'impossible, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-36392-202-1) 2017 : Dix-sept ans de mensonge, BSN Press, (ISBN 978-2-940516-74-2)
CLUB DU LIVRE : http://www.club-livre.ch#bessa_myftiu REPORTAGE SUISSE ROMANDE : http://reportage-suisse-romande.ch/
Vous souhaitez réaliser un interview littéraire - nous contacter info@club-livre.ch
#suisse #Club #livre #littéraire #littérature #roman #écrivain #auteur
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature arménienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature arménienne (38)
autres livres classés : littérature albanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LES ROMANS DE KADARE

L'arrivée de deux Irlandais new-yorkais, Max Roth et Willy Norton, dans la ville de N., au coeur de l'Albanie, fait l'effet d'une bombe dont les intéressés auraient bien étouffé l'explosion. Le sous-préfet de N. partage bien sûr l'avis de son ministre : il n'est pas exclu que les deux étrangers soient des espions...

Le grand hiver
Le général de l'armée morte
L'année noire
Le dossier H

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Ismaïl KadaréCréer un quiz sur ce livre