AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marthe Robert (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253029823
674 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (15/05/2002)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 146 notes)
Résumé :
Nous avons des yeux pour voir
Pour connaître Dieu nous avons notre existence.

Voici le témoignage le plus poignant de toute l'histoire de la littérature. Que devient un homme quand le verbe pénètre en lui, décide de sa vie et lui fait espérer un mystérieux salut ? « Nous avons été chassés du paradis mais le paradis n'a pas été détruit pour cela. » Ce paradis qu'on doit retrouver sera d'autant plus beau qu'on revient de loin. Kafka relate tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
dbacquet
  02 juin 2020
Le journal de Franz Kafka est assez sombre. L'auteur y révèle un mal être qui sera accentué par la guerre et la maladie. Son quotidien s'avère des plus mornes et il se replie de plus en plus sur lui même et la littérature. Kafka nous plonge également dans ses rêves tortueux où se reflètent son angoisse et son sentiment d'indignité qui imprégneront toute son oeuvre. le judaïsme occupe une place importante dans ce journal. le judaïsme et la situation des juifs à travers l'Europe à cette époque. Il se passionne, par exemple, pour le théâtre Yiddish. Bref, dans ce journal aussi, Kafka s'impose comme un auteur poignant et singulier.
Commenter  J’apprécie          490
Petitebijou
  10 novembre 2011
On ne sort pas indemne du voyage au pays de Franz Kafka. Qu'on se laisse embarquer ou qu'on saute du train en marche, quelque chose en nous est remué du plus profond. Accompagner Franz sur le chemin de sa vie, d'accord, mais sur la pointe des pieds, tout en délicatesse, pour ne pas effaroucher l'extrême sensibilité de cet être humain si particulier, ne pas interrompre ses longs monologues parfois tortueux et parfois d'une simplicité enfantine. C'est aussi assister à l'éclosion de l'écriture comme tentative de survie, survie à la famille assassine, aux conventions sociales meurtrières, aux amours contrariées et impossibles, à l'amitié insuffisante. Entendre la plainte d'un homme en souffrance, en proie à ses cauchemars. En lutte avec le sommeil, antichambre de la mort. Et pourtant... Franz était drôle, faisait rire sa soeur par ses lectures théatrales, ses dessins, sa vision aiguë des choses et des êtres qui l'entouraient. On pourrait penser que, pour citer Georges Perec, Franz Kafka était un être pour lequel "vivre c'est passer d'un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner". L'âme et le corps de Franz étaient remplis d'ecchymoses.

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
gouelan
  21 juillet 2017
"Ce journal, c'est tout l'ennui de la vie et le salut qui l'éclaire"
J'abandonne la lecture de ce journal justement parce que je m'y ennuie. Pourtant, par moments, quelques mots viennent percuter cette monotonie.
Des mot qui crient la solitude, le silence, la peur, la douleur, la fragilité.
Il ne vit que pour l'écriture, alors qu'elle le fait souffrir.
Alors peut-être qu'un jour j'y retournerai, en choisissant des passages au hasard, quelques mots par-ci par là, car j'ai conscience qu'ici se cache un grand personnage. Ses oeuvres sont le reflet de ce journal étrange et sombre.
En même temps je me dis, si ce Journal n'était destiné qu'à ses proches et non à être publié, peut-être faut-il lui laisser ses secrets.
Commenter  J’apprécie          320
milan
  24 février 2018
de Kafka, je n'ai lu que La métamorphose....et jeune qui plus est. Ce qui fait que ce livre et son auteur m'ont laissée une drôle d'impression, d'originalité particulièrement. Et en tombant un jour sur son Journal, avec le résumé qui parle d'"un témoignage le plus poignant de l'histoire de la littérature", celui d'un homme "pénétré" du verbe, j'ai pensé: ok ; j'y vais....et en effet, c'est un témoignage bouleversant.Surtout qu'après une suite de lectures frénétiques, épuisantes, j'ai commencé celle ci en me promettant de ralentir la cadence, secrètement persuadée que cette fatigue m'empêcherait d'apprécier à sa juste valeur, une lecture qui semble exigeante. Et bien, non. Dès les premières phrases, dès la préface même, j'ai été happée par un univers, des sensations apparaissant ici et là, fugacement, des flash de conscience (ou d'inconscience) révélant que peut être, les mots étaient autre chose qu'un simple moyen de communication, qu'ils avaient une dimension propres et dont l'observation minutieuse pouvait rendre fou et désespéré. Extrait de la préface, prometteur quant à la suite: "En dépouillant le mot, Kafka le ramène à un stade où le sens propre et le sens figuré ne sont pas dissociés, où toutes les analogies de son et d'images sont possibles." ou encore:" S'il n'apporte rien qui élargisse le domaine propre de l'allemand, il creuse la langue jusqu'aux profondeurs où elle retrouve un pouvoir de communication oubliée. Creusé et rajeuni par un continuel dépouillement, le mot peut alors agir au sein d'une phrase qui, elle, épouse toutes les nuances, toutes les courbes de la pensée." Donc, le Journal sera çà, une recherche perpétuelle de la plus honnête utilisation du mot. Seulement, dans le cas de Kafka, cette recherche est confrontée à plusieurs difficultés. Tout d'abord, le milieu: Kafka est juif dans une société juive qui se cherche, s'isole, se regroupe en communautés, se disloque devant l'avancée de la modernité, tout en restant très attachée à ses valeurs et ses pratiques.La langue ensuite, le Yiddish, l'allemand, le thèque...et un peu de français aussi, et Kafka semble perdu, hésitant entre elles, mais également exigeant envers elles toutes. La famille aussi qui ne comprend rien, qui l'étouffe. Les amis et le travail...ah ce maudit travail et sa "routine". Tout ça dans une époque dite de "transition", de naissance d'un nouveau siècle et des changements géopolitiques qui l'accompagnent. Mais le plus grand obstacle qui se dresse devant l'ambition créatrice de Kafka, est Kafka lui même: c'est un être ultra-sensible, hypocondriaque, pétri de contradictions.Il veut mais ne veut pas se marier,parce qu'il lui absolument nécessaire de se marier, alors qu'il veut être seul , mais a besoin de compagnie pour le soutenir, bien qu'il travaille mieux seul. Il est également sûr de son talent, sauf dans les moments où il se dénigre complétement. Il aime ses amis, mais est très difficile avec eux. Ajoutez à celà les insomnies, les mots de tête, les douleurs diverses et variées, et vous aurez un être tourmenté à souhait, perdu, mais très attachant. Et puis, il ne manque pas d'humour, que ce soit de façon délibérée ou non, exemple: 26 fév; Aujourd'hui, j'écris à Löwy. Je copie ici les lettres que je lui envoie, pare ce que j'espère en tirer quelque chose. 27 féc: cher ami....je n'ai pas le temps de recopier mes lettres." Une phrase comme ça qui tombe entre deux chapitres de réflexions métaphysiques a un certain effet comique. le Journal comporte aussi des esquisses de travaux futures, jetées çà et là, comme pense bête peut être, mais déjà beaux en l'état. Ce Journal est donc une succession de lucidité, d'espoir et de désespoir, d'acharnement et de persévérance, donnant naissance à une lecture bouleversante, qui tient sa promesse.....oui mais....oui mais...là où le bât blesse, c'est qu'au bout de 450 pages pour moi, une répétition de ces états d'âmes , et avec des livres en attentes qui font de l'oeil....ben j'ai été "obligée" de laisser tomber....pour y revenir un autre jour peut être....on ne sait jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Flaubauski
  16 février 2019
Lire le journal de Kafka, bien que passionnant, fut une véritable épreuve. Je suis en effet entrée dans ses méandres en mai dernier pour n'en sortir qu'il y a peu, préférant lire à un rythme régulier mais peu soutenu pour mieux digérer les 700 pages qui m'attendaient. La lecture de journaux, ou de correspondances d'écrivains, bien que souvent fastidieuse, est en effet, je trouve, riche d'enseignement pour comprendre l'oeuvre qui se dessine avant, pendant, après l'écriture de ces textes plus personnels, bien souvent non prévus à la publication.
Pour Kafka, c'en est un exemple particulièrement frappant, le plus frappant jusqu'à présent dans tous les journaux que j'ai pu lire : l'on retrouve, dans un mélange hétéroclite de pensées déviant souvent en états d'âme, de descriptions de journées plus ou moins banales, d'avis sur des spectacles vus/de textes lus, d'essais littéraires plus ou moins brefs, toute la vie de l'auteur tchèque, mais aussi toute son inspiration ; des déboires sentimentaux, familiaux, et plus encore professionnels, à la maladie qui le ronge et nuit tout autant à sa vie qu'à son écriture, en passant par ses nombreuses difficultés à écrire, lui faisant encore et toujours repousser le moment de prendre la plume, tout est à portée de main pour comprendre ce qui a pu l'inciter à écrire une nouvelle comme La métamorphose ou des romans comme le procès ou L'Amérique. Malgré la richesse de ce journal - ou peut-être à cause de celle-ci -, et son côté très sérieux - l'autodérision ne semblait pas être le fort de Kafka - j'avoue que j'ai parfois tout de même eu du mal à me concentrer sur ma lecture, ce qui explique le temps que j'ai mis à le terminer.
Une lecture qui fut donc rude, mais que je ne regrette pas pour autant : je lirai désormais les oeuvres de Kafka d'un autre oeil !
Lien : https://lartetletreblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   10 octobre 2011
5 février 1912 : Hier, à l'usine. Les jeunes filles dans leurs vêtements défaits et sales d'une saleté en soit insupportable, avec leurs cheveux emmêlés comme si elles venaient de se réveiller, leur expression figée sur le visage par le bruit incessant des transmissions et celui, isolé, des machines qui marchent certes automatiquement, mais s'arrêtent quand on ne le prévoit pas, ces jeunes filles ne sont pas des êtres humains ; on ne les salue pas, on ne s'excuse pas quand on les bouscule, si on leur donne un petit travail à faire, elles l'exécutent, mais se hâtent de revenir à leur machine, on leur montre d'un signe de tête l'endroit où elles doivent engrener, elles sont là, en jupon, livrées à la plus dérisoire des puissances, et n'ont même pas assez de sens rassis pour reconnaître cette puissance et se la concilier par des regards et des courbettes. Mais qu'il soit six heures, qu'elles se le crient, qu'elles ôtent le mouchoir qui couvre leur cou et leur cheveux, qu'elles se débarrassent de la poussière avec une brosse qui fait le tour de la salle et est réclamée par les impatientes, qu'elles arrivent tant bien que mal à se nettoyer les mains, – et ce sont tout de même des femmes, elles peuvent rire en dépit de leur pâleur et de leurs mauvaises dents, elles secouent leur corps engourdi, on ne peut plus les bousculer, les dévisager ou ne plus les voir, on se presse contre les caisses graisseuses pour leur laisser le chemin libre, on garde le chapeau à la main quand elles vous disent bonsoir et si l'une d'elle vous aide à mettre votre pardessus, on ne sait pas comment il faut prendre son geste.

80 – [Le Livre de poche/biblio n° 3001, p. 219
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PetitebijouPetitebijou   20 juillet 2011
3 octobre 1911

Même nuit, sauf que j'ai encore eu plus de peine à m'endormir. Au moment de m'endormir, une douleur me traverse verticalement la tête en passant par la racine du nez, comme si elle venait d'un pli de mon front comprimé avec trop de violence. Afin d'être aussi lourd que possible, ce que je tiens pour favorable au sommeil, j'avais croisé les bras et posé les mains sur mes épaules, de sorte que j'étais étendu comme un soldat tout équipé. C'est encore la puissance de mes rêves qui m'a empêché de dormir, car ils brillent déjà dans l'état de veille qui précède le sommeil. Le soir et le matin, ma conscience de mes facultés de créatrices est immense. Je me sens labouré jusqu'au tréfonds de mon être et je puis tirer de moi ce que je veux. Cette manière d'arriver au-dehors des forces qu'on laisse ensuite improductives me rappelle mes relations avec B. Il y a, là aussi, des effusions qui ne sont pas libérées, mais contraintes de s'anéantir elles-mêmes dans le choc du recul, à cette différence près qu'il s'agit ici de forces plus mystérieuses et de mon but ultime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JcequejelisJcequejelis   19 février 2012
16 décembre 1910 : Je ne quitterai plus ce journal. C'est là qu'il me faut être tenace, car je ne puis l'être que là. Comme j'aimerais expliquer le sentiment de bonheur qui m'habite de temps à autre, maintenant par exemple. C'est véritablement quelque chose de mousseux qui me remplit entièrement de tressaillements légers et agréables, et me persuade que je suis doué de capacités dont je peux à tout instant, et même maintenant, me convaincre en toute certitude qu'elles n'existent pas.

206 - [Le Livre de poche/biblio n° 3010, p. 18]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JcequejelisJcequejelis   16 octobre 2011
29 septembre 1911 : Journal de Goethe. Une personne qui ne tient pas de journal est dans une position fausse à l'égard du journal d'un autre. S'il lit, dans le Journal de Goethe par exemple : « 11.1.1797. - Passé toute la journée chez moi à prendre diverses dispositions », il lui semble qu'il ne lui est encore jamais arrivé de faire aussi peu de choses dans une journée.

Réflexions de Goethe sur ses voyages, différents des nôtres parce qu'elles peuvent se développer plus simplement selon les lentes modifications du terrain et être plus aisément poursuivies, même par quelqu'un qui ne connaît pas la contrée. Cela donne naissance à un mode de pensée serein, positivement panoramique. De plus, comme le pays s'offre à l'occupant de la voiture avec son caractère primitif intact et qu'il est coupé de façon beaucoup plus naturelle par les routes que par les chemins de fer - qui sont entre eux dans un rapport analogue à celui des fleuves et des canaux, - il ne fait pas violence au spectateur qui peut, sans grand peine, voir les choses systématiquement. C'est pourquoi il y a peu d'observations instantanées dans ces notes, elles sont généralement limitées aux intérieurs où, aussitôt, des personnages déterminés entrent dans une effervescence infinie sous nos yeux, ce qui est le cas des officiers autrichiens à Heidelberg, par exemple ; en revanche, le passage qui décrit l'homme de Wiesenheim est plus proche du paysage : « Ils portent des habits bleus et des gilets blancs ornés de fleurs ouvrées » (cité de mémoire). Beaucoup de notes sur les chutes du Rhin à Schaffhouse, au beau milieu, en lettres plus grandes, « idées éveillées ».

94 – [Le Livre de poche/biblio n° 3001, p. 57]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gouelangouelan   20 juillet 2017
Aujourd'hui, je n'ose même pas me faire de reproches. Criés à l'intérieur de ce jour vide, leur écho vous soulèverait le cœur.
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Franz Kafka (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franz Kafka
Franz Kafka (1883-1924), l’assaut immobile : Une vie, une œuvre (1987 / France Culture). Photographie : Portrait de Franz Kafka en 1923 - © ullstein bild Dtl. Getty. Diffusion sur France Culture le 19 mars 1987. Par Marie-Christine Navarro. Réalisation de Claude Giovannetti. Eduard Goldstücker, Ivo Fleischmann, Marthe Robert et Joel Askenazi ont, chacun à leur façon, fait rayonner l’œuvre de Franz Kafka. "Une vie, une œuvre", en 1987, fait entendre ces quatre voix qui retracent la courte vie du plus célèbre des auteurs pragois. « Franz Kafka ne pouvait pas venir d’autre part que de la ville qui était le sens des contradictions nationales très aiguës entre Tchèques et Allemands, et les Juifs au milieu. » (Eduard Goldstücker). L’écrivain est élevé dans la langue allemande, celle des élites et de sa mère. Marthe Robert parle du rapport de Kafka à cette langue qu'il considère avoir volée, ce qui expliquerait son usage "d'un allemand de chancellerie". La traductrice explique aussi : « Une grande partie des figures de Kafka sont des transpositions de son propre père…. Le conflit, on le trouve merveilleusement exposé dans la célèbre "Lettre au père" que Kafka a écrit à l’âge de 36 ans... Le contraste entre ces deux êtres est d’abord physique et puis moral. » Franz Kafka "se dit constamment terrorisé par ce père et surtout, envahi depuis toujours par un effroyable sentiment de culpabilité". Pour Joël Askenazi, Kafka reproche aussi à son père son incapacité à"lui transmettre un judaïsme vivant". Pour Marthe Robert : « La littérature, c’est vraiment son destin, sa fatalité. Il ne peut pas y échapper. Il a remplacé la foi par la littérature. La littérature est devenue sa raison de vivre. » Tous soulignent les tensions psychologiques et spirituelles qui envahissent l’écrivain. Selon Ivo Fleischmann : « Kafka sentait pendant sa vie qu’il n’appartenait à rien pleinement. Il était un étranger partout. Dans sa famille, parmi les autres hommes, Allemand parmi les Tchèques, Juif parmi les Allemands … Quelqu’un qui sentait qu’il n’était pas capable d’appartenir à une communauté humaine quelconque. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La métamorphose, de Kafka

Comme d'habitude, quel est le prénom du personnage principal ?

Georges
Grégoire
Gregor
Grigory

7 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : La métamorphose de Franz KafkaCréer un quiz sur ce livre

.. ..