AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Lortholary (Préfacier, etc.)
EAN : 9782080707307
181 pages
Éditeur : Flammarion (10/12/1998)
4.21/5   12 notes
Résumé :
Depuis quelques dizaines d'années, la vogue que connaissaient les jeûneurs professionnels a bien baissé.
Alors qu'avant il était très rentable d'organiser, pur eux-mêmes et en grand, des spectacles de ce genre, c'est aujourd'hui complètement impossible. C'étaient d'autres temps. A l'époque, la ville entière se préoccupait du jeûneur ; l'intérêt qu'il suscitait augmentait à chaque nouvelle journée de jeûne, il y avait des abonnés qui restaient du matin au soir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BVIALLET
  08 avril 2012
Ce livre comporte 7 nouvelles parmi lesquelles les deux dernières " le Terrier" et"La Taupe Géante" relèvent plus de courts romans inachevés dans la ligne de"La Métamorphose" que de véritables nouvelles à proprement parler .
"La colonie pénitentiaire" est une histoire d'une rare cruauté et d'un profond désenchantement . Un officier , fier de ce qu'il a contribué à concevoir , présente à un voyageur étranger , sa bizarre machine à torturer qui fut ultra-moderne en son temps et fit même l'admiration de toute la population à l'époque du précédent commandant . Malheureusement , elle est tombée en désuétude avec le nouveau , ce qui place l'officier dans la position difficile de celui qui n'est plus "dans la ligne" . L'étranger ne supporte pas la barbarie de la sentence que l'on s'apprête à exécuter . Il semble décidé à en parler au commandant . du coup , l'officier prend volontairement la place du condamné sur la machine qui , déjà vétuste , se détraque . Alors ... je n'en raconte pas plus . Voilà donc un tableau de la cruauté gratuite , étrange , de l'insignifiance , de l'incompréhension des masses et de la culpabilité insurmontable de l'homme seul qui a placé son idéal sur une mauvaise voie .
"Premier chagrin" présente un trapéziste qui ne veut plus quitter les hauteurs du cirque . Même thème que "Le Terrier" ou "Le jeuneur" , la solitude , la peur des autres et l'incompréhension dans les deux sens .
"Une petite femme" est une gentille ( en apparence seulement ) description d'une situation d'incommunicabilité où l'auteur ou son double se trouve dans la position de bouc émissaire et d'éternel coupable .
Tout aussi cruelle , la meilleure nouvelle est , à mon sens "Un champion de jeûne " qui montre un personnage de cirque ( image dévergondée des ascètes et des anachorètes du Désert dans les débuts du christianisme ) qui s'évertue dans son étrange spécialité de repousser les limites et d'aller jusqu'au bout de sa folle démarche . La fin vient d'elle-même .
Il y a bien sûr un côté fantastique voulu chez Kafka , mais peut-être n'est-ce que l'aspect le plus apparent . En réalité , l'homme de Prague qui , après une enfance malheureuse , sacrifia sa vie pour la littérature , fut un des plus fins explorateurs des misères de l'âme humaine , une sorte de prophète un peu hermétique . Il semble même qu'il allait jusqu'à craindre qu'on ne le comprenne , c'est ce qu'il répétait souvent à son ami Max Brod . Qu'il se rassure depuis sa tombe , son oeuvre , une des plus extraordinaire et novatrice qui soit , nous interrogera longtemps en nous laissant dans l'admiration devant son génie .
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Videos de Franz Kafka (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franz Kafka
Franz Kafka (1883-1924), l’assaut immobile : Une vie, une œuvre (1987 / France Culture). Photographie : Portrait de Franz Kafka en 1923 - © ullstein bild Dtl. Getty. Diffusion sur France Culture le 19 mars 1987. Par Marie-Christine Navarro. Réalisation de Claude Giovannetti. Eduard Goldstücker, Ivo Fleischmann, Marthe Robert et Joel Askenazi ont, chacun à leur façon, fait rayonner l’œuvre de Franz Kafka. "Une vie, une œuvre", en 1987, fait entendre ces quatre voix qui retracent la courte vie du plus célèbre des auteurs pragois. « Franz Kafka ne pouvait pas venir d’autre part que de la ville qui était le sens des contradictions nationales très aiguës entre Tchèques et Allemands, et les Juifs au milieu. » (Eduard Goldstücker). L’écrivain est élevé dans la langue allemande, celle des élites et de sa mère. Marthe Robert parle du rapport de Kafka à cette langue qu'il considère avoir volée, ce qui expliquerait son usage "d'un allemand de chancellerie". La traductrice explique aussi : « Une grande partie des figures de Kafka sont des transpositions de son propre père…. Le conflit, on le trouve merveilleusement exposé dans la célèbre "Lettre au père" que Kafka a écrit à l’âge de 36 ans... Le contraste entre ces deux êtres est d’abord physique et puis moral. » Franz Kafka "se dit constamment terrorisé par ce père et surtout, envahi depuis toujours par un effroyable sentiment de culpabilité". Pour Joël Askenazi, Kafka reproche aussi à son père son incapacité à"lui transmettre un judaïsme vivant". Pour Marthe Robert : « La littérature, c’est vraiment son destin, sa fatalité. Il ne peut pas y échapper. Il a remplacé la foi par la littérature. La littérature est devenue sa raison de vivre. » Tous soulignent les tensions psychologiques et spirituelles qui envahissent l’écrivain. Selon Ivo Fleischmann : « Kafka sentait pendant sa vie qu’il n’appartenait à rien pleinement. Il était un étranger partout. Dans sa famille, parmi les autres hommes, Allemand parmi les Tchèques, Juif parmi les Allemands … Quelqu’un qui sentait qu’il n’était pas capable d’appartenir à une communauté humaine quelconque. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

La métamorphose, de Kafka

Comme d'habitude, quel est le prénom du personnage principal ?

Georges
Grégoire
Gregor
Grigory

7 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : La métamorphose de Franz KafkaCréer un quiz sur ce livre