AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Ad Astra tome 1 sur 13
EAN : 9782355926525
224 pages
Editions Ki-oon (20/03/2014)
3.93/5   103 notes
Résumé :
Sicile, 241 avant J.-C. Après deux décennies de conflit avec Rome, l’armée carthaginoise menée par Hamilcar Barca doit déposer les armes. Son fils, Hannibal, a six ans quand il assiste à cette bataille. Mise en déroute, Carthage doit un tribut astronomique au vainqueur, et l’enfant est témoin, impuissant, de l’humiliation des siens.
Mais le jeune Hannibal refuse l’échec : élevé dans la haine de Rome, il va vouer son ... >Voir plus
Que lire après Ad Astra, tome 1Voir plus
Cesare, tome 1 par Soryo

Cesare

Fuyumi Soryo

4.36★ (1629)

13 tomes

Dimension W, tome 1 par Iwahara

Dimension W

Yuji Iwahara

3.62★ (727)

16 tomes

Pline, tome 1 : L'appel de Néron par Tori

Pline

Miki Tori

4.10★ (886)

12 tomes

Vertical, tome 1 par Ishizuka

Vertical

Shinichi Ishizuka

3.70★ (446)

18 tomes

Thermae Romae, tome 1 par Yamazaki

Thermae Romae

Mari Yamazaki

4.05★ (1755)

6 tomes

Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 103 notes
5
14 avis
4
21 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
Quoi, un manga historique sur les guerres puniques ? Mais quelle bonne idée, surtout pour moi qui adore les mangas et les peplum, mais aussi pour tout le monde vu que l’establishment culturel français semble avoir décidé, après avoir guillotiné la culture grecque, d’euthanasier la culture romaine au nom d’un égalitarisme à la George Orwell (vous savez, celui où certains sont plus égaux que d’autres…)

Michi Kagano veut nous raconter la Deuxième Guerre Punique (218 à 201 avant Jésus Christ) à travers les parcours croisés du légendaire général carthaginois Hannibal Barca et du célèbre général romain Publius Cornelius Scipio, qui obtiendra le nom de Scipion l’Africain en mettant fin au conflit. Le titre du manga annonce que le récit sera plutôt centré sur la vision romaine du conflit (sources historiques obligent), et c’est sans doute pour cela qu’on insiste autant au début sur la dénonciation de l’impérialisme romain, pour bien montrer qu’il n’y aura pas de traitement de faveur ou de parti pris en faveur de l’un ou l’autre camp… On alterne les POV’s des deux stratèges, mais on n’oublie pas pour autant les méandres de la politique romaine et l’opposition entre patriciens et plébéiens (qui rappelleront de bons souvenirs aux latinistes), où les difficiles relations entre Hannibal, son Etat-major, sa mère patrie et ses alliés espagnols, gaulois ou italiens…
Le duel des deux stratèges, l’un déjà arrivé au sommet alors que l’autre doit encore monter tous les échelons en faisant ses preuves, fait sans surprise la part belle à la chose militaire… Mais il peut faire écho au duel psychologique plein de « je sais que tu sais que je sais que tu sais… » entre Light Yagami et L dans le manga culte "Death Note", sauf qu’ici les deux adolescent surdoués mais égotique sont remplacés par deux individus qui se battent avec toute leur sincérité pour l’avenir de leur peuple.
Mais les autres personnages ne sont pas en reste : ils sont nombreux, diversifiés et bien caractérisés… Notons parmi eux la présence du plébéien Fabius au look de furyo, qui est à la fois le porteur de la plupart des scènes légères du manga, mais aussi d’un message sur l’éternelle lutte des classes avant que le personnage ne bascule dans le tome 6.

Les dessins sont soignés, visiblement bien documenté, et gagnent en qualité de tome en tome, notamment dans de l’action et de la violence, en dépit de la malédiction clonesque propre aux mangas : pas toujours faciles de distinguer les carthaginois, les Romains ou les Gaulois les uns des autres… Franchement un dramatis personnae illustré en début de tome n’aurait vraiment pas été de refus !


Ce tome 1 est clairement un tome de mise en place, mais les choses avancent assez vite.
Dans la présentation de la fin de la Première Guerre Punique, dont la résolution pue l’arrogance impérialiste mal placée qui va conduire à la Deuxième Guerre Punique (décidément l’Histoire peut bégayer, confère la Première Guerre Mondiale qui conduit directement à la Deuxième Guerre Mondiale), il y a initialement quelque chose de bizarre dans les graphismes avec un charadesign quelque part entre "Blame" et "L’Attaque des titans", des mangas volontiers horrifiques, du coup l’introduction du personnage d’Hannibal c’est limite "The Omen" / "La Malédiction" !
https://www.youtube.com/watch?v=nmOHzeTsBUM
Ellipse : nous retrouvons les jeunes Scipion Junior et Fabius à Rome commentant la déclaration de guerre entre Rome et Carthage, ce qui nous épargne tout les préliminaires en Espagne, avant de retrouver Romains et Carthaginois jouant à cache-cache entre les Pyrénées et les Alpes, Fabius et Scipion Junior travaillant sous les ordres de Scipion Senior. Le fameux passage des Alpes est éludé, l’auteur préférant se concentrer sur Scipion Senior persuadé que les Gaulois sont définitivement matés et Hannibal persuadé qu’il suffit de souffler sur les braises pour que tous ces peuples s'embrase et rejoignent sa cause… Ce qui nous amène à la bataille du Tessin où il s’offre en appât pour permettre à ses aux cavaliers numides de déborder les Romains sur leurs ailes. Le mangaka reprend Tite-Live en faisant de Scipion Junior le sauveur de Scipion Senior, tandis qu’Hannibal ayant réussi son baptême du feu aux allures d’ordalie rallie tous les Gaulois à lui…

Un manga peplum qui commence sous les meilleurs auspices, qu’on se le dise ! ^^
Commenter  J’apprécie          302
Vous savez, cette super connaissance que certains privilégiés ont la chance d'avoir dans leur entourage, oui je parle bien de la fameuse et l'unique « dame du CDI » ? Eh bien v'là qu'elle m'apprend avant-hier, et dans le plus grand des calmes, qu'un manga sur la deuxième et la plus célèbre des guerres puniques existe. Quel curieux mais non moins intrigant cocktail ! Pas le temps à l'information de faire le tour de mon cerveau attisé que le manga quittait déjà les étals du CDI direction la bergerie.

Allons-y franco (sans jeu de mots... mon pseudo tout ça quoi). Mihachi Kagano signe une magistrale épopée d'un pan magnétique de l'Antiquité. Car qui n'a jamais été hypnotisé par les récits homériques du grand Hannibal Barca ? L'auteur fait souffler un vent épique d'une intensité rare sur l'univers du manga à coups de puissants discours et tactiques militaires retorses assénés à un rythme effréné. Bien entendu, les quelques légères approximations historiques et passages un tantinet hyperboliques n'échapperont pas aux regards les plus experts, mais on pardonne aisément tant l'exercice est non seulement doté des intentions les plus louables, mais également habilement orchestré.

Graphiquement, le travail est à nouveau rondement mené sans être dans l'extase visuelle. le coup de crayon est agile et précis et les scènes de batailles nerveuses et parfaitement lisibles. Par ailleurs la gestion des effectifs des armées et les représentations miniatures des cartes de batailles sont assez admirables pour être soulignées. Petite ombre au tableau toutefois, les visages manquent parfois d'expressivité, tout comme le récit d'ailleurs qui, à trop miser sur le sillon guerrier, en oublie par moments la carte émotionnelle.

Résumons. Votre jeunesse sous ses aspects geek (ne me mentez pas on est tous passé par là vous pouvez tout avouer à présent) vous a fait adorer Rome Total War et vous étiez tout foufou à l'idée d'incarner le peuple de Carthage avec ses éléphants des enfers ? Vous êtes fasciné(e) par les romans graphiques historiques du genre Murena, Alix et compagnie ou bien tout simplement amateur/trice de la Rome Antique ? Ne me forcez pas à le dire, bon en fait si : qu'attendez-vous ?

PS : petit conseil pour ceux qui ne connaissent pas de « dame du CDI » essayez de vous marier avec un(e) partenaire dans l'éducation nationale ou devenez vous-même professeur(e) (après il vous reste encore la carte des enfants mais c'est tout)
Commenter  J’apprécie          346
Je m'attaque enfin à ce manga qui veut nous conter la deuxième guerre punique ; une période où Rome en expansion a bien failli être terrassée et disparaître dans les sables mouvants de l'Histoire.

Ce manga historique est très différent de Cesare. Il est dépourvu d'une dimension émotionnelle et se concentre avec la froide précision d'un historien militaire sur la stratégie et la tactique d'Hannibal et les premiers feux du génie du encore très jeune Scipion l'Africain. Cette froideur empêche de s'attacher à l'un ou l'autre des personnages. L'auteur prend le point de vue romain et nous offre un Hannibal en contrejour, génial, remarquable meneur (manipulateur) d'hommes, effroyablement inquiétant, limite démoniaque. Scipion le jeune est décrit pour attirer la sympathie (dans la mesure de ce que je viens de dire plus haut). C'est le héros et Hannibal est sa Némésis.

Même si Mihachi Kagano s'excuse à la fin d'avoir écrit « un agrégat d'erreurs et d'approximations », cela n'est pas évident au premier abord. Ce premier tome part de l'humiliation que Rome fait subir à Carthage lors des négociations de la fin de la première guerre punique – une partie qui est vue du point de vue carthaginois tellement elle insiste sur leur détresse – jusqu'à la bataille du Tessin, première grosse défaite romaine peu de temps après la sortie des Alpes. le rôle des gaulois Volsques au passage du Rhône est fidèle à ce qu'Éric Teyssier – s'inspirant lui-même de Polybe – décrit dans ses Chroniques Romaines. le sauvetage de Scipion père, général de l'armée romaine à Tessin, par Scipion fils est évoqué par Tite-Live. L'impact de l'issue de la bataille sur le choix que font les gaulois du nord de l'Italie de s'allier avec Hannibal est également bien connu.

Des aspects purement « manga » restent présents : les gouttes de sueur sur la joue pour souligner la peur, l'accent mis sur la surprise des personnages qui ont sous-estimé l'adversaire, le petit sourire en coin de celui qui a réussi son stratagème. Les scènes d'action sont vivaces et reproduisent bien la vélocité des charges de cavalerie.

Même si Ad Astra ne m'a pas autant emballé que Cesare, il m'a suffisamment intéressé pour que je veuille poursuivre l'aventure… de loin en loin.
Commenter  J’apprécie          203
Ad Astra me faisait de l'oeil depuis un petit moment puis les tomes se sont succédés en librairie et j'ai loupé le coche. Heureusement, le réseau des bibliothèques de ma ville est bien fourni et je suis repartie avec les quatre premiers tomes sous le bras, lors d'une visite impromptue.

Le manga a pour contexte les Guerres Puniques qui ont opposé Romains et Carthaginois, pendant de longues décennies. L'histoire débute, en Sicile, à la fin de la première guerre, en 241 avant J.-C. avec la défaite du camp Carthaginois mené par Hamilcar Barca. Son fils de six ans, Hannibal, assiste à l'humiliation de son père, ce qui provoque en lui une haine profonde vis à vis des Romains. En 218 avant J.-C., le jeune Carthaginois a grandi et son désir de vengeance s'en est retrouvé décuplé. Il décide alors d'emmener son armée en Gaule afin d'atteindre l'Italie par les Alpes et prendre à revers les Romains, créant ainsi un effet de surprise. Cela, c'est sans compter la présence d'un stratège de génie, Scipion l'Africain, dans le camp adverse qui pourrait bien changer le cours des évènements.

Je ne ferai aucun détour, je n'ai pas aimé ce premier tome, l'abandonnant même aux deux tiers. Certes, je reconnais que les dessins sont de qualité, que ce soit au niveau esthétique ou celui de la reconstitution historique. Néanmoins, j'ai trouvé le récit trop décousu entre les différents évènements : on passe par exemple d'un Scipion, joueur invétéré et oisif à un second plus stratège et ingénieux, sans véritable transition. le ton du manga se veut également parfois trop emphatique, notamment lors des scènes de bataille. En ce qui concerne le traitement d'Hannibal, l'aspect très "prophétique" et fabuleux du personnage m'a beaucoup gêné. En effet, le dieu Baal aurait pris la parole à travers lui alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson ou à six ans, Hannibal aurait été d'une incroyable maturité pour son jeune âge. J'ai trouvé cela un peu exagéré pour un récit dit historique.

En conclusion, j'ai consciente d'être sévère mais je ne conseille absolument pas ce manga. Si vous recherchez quelque chose de plus sérieux tout en restant dans la fiction, je vous dirai plutôt d'aller vers l'excellentissime Cesare de Fuyumi Soryo (12 tomes sont actuellement sortis) qui a pour décor, la Renaissance Italienne ou plus récemment Pline dont je viens de lire le tome 1, qui se déroule, à l'époque romaine, au Ier siècle après J.-C.
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          234
Chaudement recommandée, je découvre cette série qui nous plonge dans la guerre de Rome contre Carthage, ennemi redouble s'il en est. Carthage est humiliée, Rome est puissante. Pourtant Rome suscite des rancunes. A cette époque naît un chef qui fera vaciller Rome un temps : Hannibal Barca.

Dans ce premier opus, introductif, on voit la personnalité d'Hannibal Barca : fin stratège et tacticien de génie, il sait utiliser les forces de ses alliés et lire dans l'âme des hommes. Ses plans, basés sur sur l'encerclement mais également sur les réactions humaines, en fait un véritable adversaire, retors et imprévisible. de quoi mettre en déroute la très puissante armée romaine.
En face, un jeune homme insouciant et insolent : Scipion. Fils de consul et très malin, il est un digne adversaire de Hannibal.
Une partie d'échec s'engage entre eux, à celui qui comprendra le plan de l'autre en premier... Une lutte des plus intéressantes sur un réel fond historique et très bien abordé pour être compréhensible de chacun.
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (4)
BDGest
30 avril 2014
Gageons que la suite fournira encore quelques bons moments d’action et que le public pourra ressentir toute la force derrière le fameux Hannibal ad portas !.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre
14 avril 2014
Fantastique, époustouflant, remarquable…
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi
04 avril 2014
Il est vrai que son graphisme hybride surprend, entre ce trait rugueux, stylisé, et ces trames posant de ponctuels modelés adoucis.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD
24 mars 2014
Découvrez la dernière pépite historique des éditions Ki-Oon : Ad Astra, l’une des périodes les plus sanguinaires que l’humanité ait vécu avec, comme figures de proue, Hannibal et Scipion. Plongez au cœur même des combats et des stratégies remarquables qui poussent des hommes au-delà de leurs capacités.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Nos dirigeants sont prisonniers de leurs intrigues, dénués de vision ! Pour eux, aujourd'hui encore, cette guerre n'est qu'un instrument politique !
(Hamilcar Barca)
Commenter  J’apprécie          210
Ce n’est que privé de sa fierté qu’on se rend compte qu’une vie sans fierté ne vaut pas la peine d’être vécue.
Commenter  J’apprécie          250
-Magon !
- Oui ?
- Ne crains pas les épreuves car au delà des difficultés se trouve le ciel ! Notre armée saura les surmonter et grâce à elles, nous atteindrons de nouveaux sommets !
Commenter  J’apprécie          142
[Scipion] Si tu t’enfuis, c’en est fini de ta carrière...
[Caius] Crois-moi, entre la vie et les lauriers, mon choix est vite fait !
Commenter  J’apprécie          160
[Silénos à propos d'Hannibal] Il est impitoyable... Il a tendu son piège comme un araignée qui tisse sa toile. Et c'est avec la même froideur qu'il dévore maintenant sa proie ! Même les loups de Rome se sont laissés prendre dans ses filets.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Mihachi Kagano (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mihachi Kagano
Bande annonce du manga "Ad Astra" de Mihichi Kagano.
autres livres classés : Carthage (ville ancienne)Voir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (182) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1480 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..