AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208141175X
Éditeur : Flammarion (03/05/2017)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 13 notes)
Résumé :
« S'abstraire du monde ne veut pas dire tourner le dos à ce qui nous entoure, au contraire : c'est voir le monde avec davantage d'acuité, garder le cap et apprécier la vie. »
Dans ce récit intime et militant, Erling Kagge, aventurier des temps modernes, nous montre qu'il suffit parfois de quelques grammes de silence pour trouver son chemin dans le vacarme du monde.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  08 mai 2017
Une einième lecture impromptue, imprévue... dénichée par hasard !
Un sujet qui interpelle dans notre quotidien si bruyant et si bavard...,
plus une maquette très réussie, avec en couverture une oeuvre du
peintre Zao-Wou-Ki, m'ont attirée...
L'auteur, explorateur, éditeur, écrivain, collectionneur d'art, etc... a
atteint le pôle Nord, le pôle Sud ainsi que le sommet de l'Everest;
autant dire de nombreuses expériences extrêmes qui l'ont rapproché
du silence, sous ses différentes formes !
Il nous fait partager dans ce récit très personnel, pétri de références
philosophiques, littéraires, scientifiques et artistiques, etc. son goût
ainsi que son besoin du silence, de sa précieuse intensité, pour se
ressourcer, et redéfinir régulièrement ses priorités
Le Silence , vaste sujet, auquel j'ai consacré, il y a déjà un long
moment, une liste-sélection bibliographique, "Les Voies du silence "...
Je m'empresse d'y insérer ce petit texte, rempli de réflexions, et
questionnements pertinents !
L'auteur y décrit toutes sortes de situations où le silence est soit
perturbant ou bénéfique; il dénonce tous les travers de notre société
envahi par les nouvelles technologies, accompagnées de nos
addictions aux réseaux sociaux... Mais également le travail
constructif, enrichissant, nourrissant de la situation solitaire,
silencieuse de l'Ecriture...
Des évocations des goûts artistiques , littéraires d'Erling Kagge,
ainsi que des parallèles très significatifs avec l'art ,
la musique, etc...
"Un haut volume sonore peut se manifester sous différentes
formes, mais le cri le plus puissant que je connaisse n'a pas de son
c'est le cri du tableau d'Edvard Munch. Contempler - le Cri- me rend silencieux. Il y a un silence communicatif entre la peinture et moi" (p. 109)
"Cage est l'auteur de beaucoup de considérations intellectuelles
profondes sur le silence, et il mérite d'être écouté; mais pour moi
le silence est surtout une méthode pratique qui peut apporter
une réponse à l'énigme que nous sommes, quelque chose qui
nous aide à envisager une nouvelle perspective sur ce qui est
caché au-delà de l'horizon" (p. 103)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
3055
  22 mai 2017
Certains livres proposent une playlist de titres pour les écouter. En lisant ces quelques grammes de silence, je réfléchissais aux titres potentiels pour une telle playlist. Évidemment, je pensais à Enjoy the silence que chantait Dave Gahan :
« All I ever wanted
All I ever needed
Is here in my arms
Words are very unnecessary
They can only do harm
Enjoy the silence »
et au moins connu Defeaning de From Monument to Masses, groupe de « post-rock » politiquement engagé, débutant par un sample abrégé des propos de Jean Klein sur le silence
« Silence is our real nature. What we are fundamentally, is only silence. Silence is free from beginning and end. It was before the beginning of all things. It is causeless. Its greatness lies in the fact that it simply is. In silence all objects have their home ground. It is the light that gives objects their shape and form. All movement, all activity is harmonized by silence. Silence has no opposite in noise. It is beyond positive and negative. Silence dissolves all objects. It is not related to any counterpart which belongs to the mind. Silence has nothing to do with mind. It cannot be defined but it can be felt directly because it is our nearness. Silence is freedom without restriction or center. It is our wholeness, neither inside nor outside the body. Silence is joyful, not pleasurable. It is not psychological. It is feeling without a feeler. Silence needs no intermediary. Silence is holy. It is healing. There is no fear in silence. Silence is autonomous like love and beauty. It is untouched by time. Silence is meditation, free from any intention, free from anyone who meditates. Silence is the absence of oneself. Or rather, silence is the absence of absence. Sound which comes from silence is music. All activity is creative when it comes from silence. It is constantly a new beginning. Silence precedes speech and poetry and music and all art. Silence is the home ground of all creative activity. What is truly creative is the word, is Truth. Silence is the word. Silence is Truth. The one established in silence lives in constant offering, in prayer without asking, in thankfulness, in continual love. »
Erling Kagge cite Depeche Mode, pas From Monument to Masses. Ceux-ci ont eu la bonne idée de se taire pour se réfugier dans le silence - le groupe n'avait plus rien à dire - contrairement à ceux-là qui cherchent la révolution.
Le livre de Kagge - explorateur, collectionneur d'arts, éditeur, juriste, norvégien, papa de trois filles - est en résonance avec Depeche Mode et From Monument to Masses dans la mesure où il s'inscrit dans cette idée de révolution : Kagge écrit ici un manifeste et suggère de « [résister] aux bruits du monde ! ». du coup, j'ai fait une lecture silencieuse du livre.
Kagge propose « trente-trois ébauches de réponse » aux trois questions « Qu'est-ce que le silence ? Où est-il ? Pourquoi est-il plus important que jamais ? ». Dans ses réponses, Kagge mêle ses expériences personnelles d'explorateur, sa relation et celles de ses filles aux objets technologiques, les silences dans les chansons de Rihanna, des pensées philosophiques et autres réflexions sur le bruit et le silence, Elon Musk, et bien d'autres choses…
À titre personnel, j'aurai fait l'économie du 4'33 de Cage ou de la surdité de Beethoven que l'auteur ne fait d'ailleurs qu'effleurer tant ces éléments sont connus. En revanche, j'ai apprécié de découvrir des auteurs comme Jon Fosse, E.B. White, Ola H. Hauge ou des lectures différentes de Wittgenstein, de Heidegger ou du Cri de Munch.
Plaidant pour une « pauvreté d'expérience » dans un monde où l'expérientiel devient une espèce d'alpha et oméga, Kagge propose non pas de tuer le silence ce qui est impossible - car « nous vivons à l'ère du bruit » - mais de (re)trouver le silence intérieur, de trouver les chemins qui mènent au silence, « de trouver [son] propre pôle Sud ».
Il ne reste plus qu'à « [Résiter] aux bruits du monde ! » désormais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LN
  21 août 2017
Et si le nouveau luxe dans un monde ultra-connecté, était le silence ?
Erling Kagge est un aventurier, le premier à avoir réussi le « challenge des trois pôles » en atteignant le pôle Nord, le pôle Sud et le sommet du mont Everest. Il est ainsi le premier à atteindre le pôle Sud en solitaire et sans assistance le 1er juillet 1993 après 52 jours et environ 1 300 kilomètres. Revenu à la civilisation, il observe ses filles adolescentes et remarque leur hyper-connectivité, accompagnée d'un bruit omniprésent, il décide alors de s'adresser à elles dans ce petit essai miraculeux pour les enjoindre à s'essayer au silence pour, peut-être voir le monde avec plus d'acuité.
Pour lui, les bénéfices du silence sont multiples, même s'il est difficile à obtenir tant le bruit nous entoure et nous habite.
"Le silence traite, au fond, de tout le contraire. Il s'agit d'atteindre l'intérieur de ce que tu es en train de faire. de laisser ses sens ouverts et son esprit en repos, autant que faire se peut. de prendre la pleine mesure de l'instant. de ne pas se laisser envahir par d'autres personnes ou d'autres choses. de s'abstraire du monde et de créer son silence à soi quand on court, fait la cuisine, fait l'amour, étudie, discute, travaille, trouve une nouvelle idée, lit ou danse." p. 51
Dans un très bel exemple, il cite l'expérience d'un guide de haute montagne qui à l'aube de la randonnée qu'il s'apprête à mener avec son groupe, distribue à chaque personne un papier sur lequel est écrit "Oui, c'est tout à fait fantastique". Parce que les mots mettent des limites à ce que nous ressentons, et que mieux vaut se laisser envahir par le monde que de chercher à le cercler dans des espaces restreints : "Il désirait éviter que les marcheurs passent leur temps à se dire entre eux au cours de la journée à quel point l'expérience était fantastique, au lieu de se concentrer sur ce qui était, précisément, fantastique. Les mots peuvent gâcher une atmosphère. Ils ne sont pas à la hauteur. Oui, c'est merveilleux de partager de belles aventures, mais en parler eut aussi les éloigner de nous." p. 92
Ainsi, peut-être, l'être humain retrouvera-t-il sa capacité à s'émerveiller :
"Pour un aventurier, tout part de l'étonnement, voire de l'émerveillement. C'est une des formes de joie les plus pures que je connaisse. J'aime cette sensation. J'en fais l'expérience souvent, oui, presque partout : en voyage, quand je lis, rencontre des gens, écris, ou encore quand je sens mon coeur battre et assiste à un lever de soleil. Cette faculté d'émerveillement me parait être une de nos forces innées les plus puissantes." p. 13
A chacun de trouver sa propre voie pour accéder au silence...
"Laisse tes appareils électroniques chez toi et pars pour un endroit désert. Sois seul pendant trois jours. Ne parle à personne. Et, progressivement, tu découvriras de nouvelles facettes de toi.
L'important n'est pas ce que moi je crois, mais que nous suivions tous notre propre route. (...)
Il s'agit de larguer les amarres.
A toi de trouver ton propre pôle Sud." p. 127
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Arthorius
  30 mai 2017
Tout d'abord, je souhaiterais remercier Babelio, qui au travers de l'animation Mass Critique, m'a permis de lire ce livre et de pouvoir vous en faire la critique. Merci Babelio !
Erling Kagge, explorateur norvégien (le premier à avoir accompli le challenge des trois pôles : Nord, Sud et Mont Everest) et éditeur (il est à la tête d'une des plus grandes maisons d'édition norvégienne), nous livre un essai très personnel sur le silence.
En une centaine de pages très agréables à lire, Kagge nous présente, sous la forme de 32 réflexions, les réponses qu'il a trouvé à trois questions qui l'ont obsédé durant longtemps : Qu'est-ce que le silence ? Où est-il ? Pourquoi est-il plus important que jamais ?
Se positionnant comme aventurier, éditeur ou encore comme père de famille, Kagge nous livre ses réflexions au travers de la contemplation, de l'ennui, de l'introspection, de la solitude ou encore de la concentration, révélant le silence (ou son absence, toute aussi importante) partout où il se trouve : en soi, à l'extérieur, dans notre vie quotidienne, au travail, au sommet d'une montagne ou même dans une chanson de Rihanna !
Usant d'arguments issus des ses expériences de vie, de découvertes scientifiques, de passage de poésie et de philosophie, Kagge nous donne des réflexions, des conseils, parfois des remontrances dans le but de nous faire comprendre les bienfaits du silence. Par exemple, il nous rappelle que faire le silence en soi, c'est une façon de se détendre, de trouver une certaine sérénité, mais également un moyen d'être à l'écoute de soi. « Écouter le silence » est une idée que l'on retrouvera souvent dans ses propos que ce soit en soi ou ailleurs comme au cinéma : que serait un film d'horreur sans ces instants silencieux qui nous font si peur ?
Ce petit livre remplit parfaitement sa mission. Plus les pages défilent, plus la réflexion s'accélère et l'on se retrouve, en silence, à cogiter sur les propos de Kagge. D'abord il nous vouvoie, puis une sorte de conversation se forme et dès lors il nous tutoie. Un ami nous parle et nous l'écoutons, silencieux. Son discours est compréhensible et que l'on soit d'accord avec lui ou non il nous atteint.
C'est le genre de livre que j'appelle « réflexions et citations » où une fois la lecture terminé, le livre se retrouve saturé de passages soulignés, de bouts de phrases réécrites sur un post-it puis épinglé sur le frigo ou sur mon ordinateur au boulot. Un livre remplit de petites choses qui nous conforte, nous aide, nous aspire, nous grandit.
Donc, si vous aimez réfléchir sur la nature humaine : foncez ! Pour les autres, faites le silence à l'intérieur de vous et tentez le coup !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Christw
  29 juin 2017
Clé de contact tournée, le moteur s'est tu, le coffre claqué et les appareils photo en bandoulière – sait-on jamais, qu'un pic épeiche ou un rare gorgebleue à miroir prenne la pose au détour du sentier – nous marchons vers la réserve enclavée dans une sorte de cuvette, à l'abri du vent. Plus un bruit. Sinon les insectes, un froissement d'ailes et à intervalles, une grenouille: nous nous arrêtons soudain, étonnés, cois. L'instant dure et se palpe : quelques grammes de silence que nous tenons, béats.
Le souvenir d'un tel moment, bien d'autres aussi "où le monde disparaît comme on se fond en lui" (Heidegger) – m'ont amené à choisir ce petit livre de l'explorateur norvégien Erling Kagge parmi les propositions de l'opération Masse Critique de Babelio (merci à eux).
"Quelques grammes de silence" pose trois questions : qu'est-ce que le silence, où le trouver et pourquoi importe-t-il tant aujourd'hui ? Trente-deux réponses sont proposées en autant de chapitres assez courts, auxquels s'ajoute un appendice qui cite les sources (littéraires, scientifiques, philosophiques, religieuses) dont l'auteur s'est servi pour illustrer un propos qui tient avant tout d'expériences personnelles. Il ne s'agit pas d'un livre savant, encore moins de littérature (citations exceptées), mais il explore son sujet, les bienfaits du silence, de façon exhaustive, intuitive, en toute simplicité, comme on le ferait pour sensibiliser un adolescent qui croit trouver le monde dans la cohue de son smartphone, alors qu'ailleurs, le silence en détient le secret.
[...].
Escalader l'Everest ou marcher cinquante jours seul en Antarctique pour rejoindre à la marche le pôle, habilite Erling Kagge à bien nous parler du silence. Il reconnaît qu'il est contraint de chercher le calme en ville : écouter de la musique en voiture est une façon d'y parvenir.
Partout, l'agitation semble devenue rituelle, nécessaire : une expérience scientifique sur des individus contraints de rester sans rien faire pendant une dizaine de minutes dans une pièce a montré qu'ils ont éprouvé un sérieux malaise, au point, pour certains, de choisir de se donner des décharges électriques douloureuses, et de façon répétitive, pour éviter ce trouble.
Kagge est sensible au fait que les mots mettent des limites à ce que nous ressentons. Il évoque ce guide de haute montagne, Claus Helberg, qui distribuait au départ des randonnées un mot sur lequel figurait "Oui, c'est tout à fait fantastique" : rien d'autre à dire. Il s'agissait d'éviter de gâcher le ressenti devant le paysage par des paroles qui ne sont pas à la hauteur du tableau. Dans cette idée, le silence éprouvé devant une oeuvre d'art : il vaut tous les discours lorsque la grâce parle.
Voilà, il reste beaucoup à commenter de ces 142 pages, mais il serait inopportun d'être bavard à propos du silence. J'ai davantage approuvé que vraiment découvert dans ce livre. Neanmoins, pour ceux qui les découvriront, les précieux grammes de silence de l'aventurier norvégien peuvent conduire à l'exploration de voies plus profondes, comme la méditation. Car le silence s'apprend toute la vie pour qui l'a entendu.
Compliments à Flammarion pour le format pratique et chic, aux coins arrondis, avec une couverture au toucher du nubuck.

Lien : http://christianwery.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   03 mai 2017
Pendant plus de mille ans, les hommes qui ont beaucoup vécu livrés à eux-mêmes- les moines dans les montagnes, les ermites, les marins, les bergers et les explorateurs qui sont rentrés chez eux-ont été convaincus que la réponse aux mystères de la vie se trouvait dans le silence. Voilà l'essentiel. Tu traverses l'océan en voilier et quand tu rentres, tu trouves peut-être en toi-même ce que tu cherchais. (p. 79)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
30553055   09 mai 2017
Questions et réponses, questions et réponses. La curiosité est le moteur de la vie. Mais mes enfants ont treize, seize et dix-neuf ans et s'étonnent de moins en moins. Et s'ils s'interrogent sur quelque chose, ils sortent leurs téléphones portables pour trouver la réponse. Ils restent curieux, mais les traits de leurs visages sont moins enfantins, plus adultes, et leurs têtes sont plus remplies d'ambitions que de questions. Aucun ne voyait l'intérêt de parler davantage du silence, alors j'ai décidé de raconter une histoire qui était précisément destinée à le faire surgir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   04 mai 2017
ça fait du bien de s'émerveiller tout seul. Heureusement, il n'existe pas de formule magique.
Pour ma part, j'ai dû beaucoup marcher, mais je sais qu'il est possible de trouver le silence partout.
Il s'agit de larguer les amarres. (p. 128)
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   03 mai 2017
L'arbre apparaissait comme un symbole silencieux de ce que nous avions vu sur notre chemin. Je me suis retenu d'aller vers cet arbre, de passer mes bras autour de son tronc et de le serrer contre moi. (p. 60)
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24fanfanouche24   03 mai 2017
L'Antarctique est l'endroit le plus silencieux qu'il m'ait été donné de traverser. J'ai marché seul jusqu'au pôle Sud, et dans les étendues de ce paysage monotone il n'y avait pas un seul son fabriqué par les hommes, à part celui que je faisais moi-même. seul sur la glace , très loin au coeur de ce néant blanc immense, je pouvais à la fois entendre et sentir le silence. (p. 17)
Commenter  J’apprécie          110
Video de Erling Kagge (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erling Kagge
http://www.librairiedialogues.fr/ Virginie de la librairie Dialogues nous propose ses coups de c?ur du rayon Voyages-Nature : "La vie secrète des arbres" de Peter Wohlleben (Les Arènes), "Quelques grammes de silence" d'Erling Kagge (Flammarion) et le "Dictionnaire insolite de l'Andalousie" de Dolores Serrano García (Cosmopole). Réalisation : Ronan Loup. Questions posées par : Élise le Fourn.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
autres livres classés : écrits intimesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Héroïnes littéraires à l'écran [2]

Meryl Streep est, comme toujours, remarquable dans "Le Choix de Sophie" réalisé par Alan Pakula, d'après le roman de ...

William Styron
Norman Mailer
Philip Roth

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , littérature , Actrices , mascaradesCréer un quiz sur ce livre