AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782368462485
176 pages
Éditeur : Steinkis Editions (29/08/2018)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 26 notes)
Résumé :
« Le sexe est un mystère. On en parle peu. En tout cas pas en détail. Et surtout pas nous, les hommes ».
Partant de ce constat, Cookie Kalkair organise des tables rondes avec 6 compères.
'Pénis de table', c'est donc une discussion libre, sans jugement ni tabous entre 7 hommes aux sexualités diverses.
Masturbation, orgasme, performance, sentiments, fantasmes, ces hommes vont se dire ce qu'ils n'avaient jamais dit à personne, apprendre des autre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  12 septembre 2018
On le sait, les hommes ont pas souvent tendance à parler de leur sexualité dans le détail et de poser une discussion sincère et intime sur ce qui se passe dans leur corps et leur tête. : la sexualité masculine. et ce à quoi la BD Penis de Table qui vient de sortir chez Steinkis tente de résoudre en mettant en scène sept hommes qui disent tout de leur sexualité, de la masturbation à la taille de leur pénis en passant par leurs fantasmes au détour d'une discussion aussi libre que sans détour
Bon on reconnait le titre de cette BD Pénis de table n'est pas des plus heureux : même moi qui aime (beaucoup?) les jeux de mots un peu limites, celui ci m'a semblé être un poil de mauvais gout.. en même temps, c'est le nom du blog qui existe depuis plusieurs années . 'on vous invite à suivre régulièrement à cette adresse !
Auteur d'une première bande dessinée autobiographique Les 9 Derniers Mois (de ta vie de petit con), qui traitait de la grossesse à travers les yeux d'un homme, Cookie Dalgair a choisi de mettre autour d'une table sept acolytes ayant des orientations sexuelles diverses (hétéro, gay, pansexuel, bi-curieux...)afin qu'ils se confient sans filtre sur leurs expériences sexuelles.
le résultat est largement à la hauteur du projet: bye bye la langue de bois et la pudeur, et bonjour la sincérité, les réponses sans tabou, et parfois aussi l'humour un peu lourdaud..
Certes, il est parfois difficile de se retrouver, avec certains personnages, qui ont parfois un peu les mêmes traits (damned, pourquoi tous les hommes d'aujourd'hui sont barbus?), mais le pari de l'auteur est largement réussi : celui de voir une sexualité masculine décomplexée, loin de la culture porno d'internet et des cours d'éducation sexuelle légers voire inexistants à l'école.
Bref, avec ces 180 pages de vraies confessions masculines en bande dessinée Cookie Kalkair fait oeuvre pédagogique tout en nous faisant bien rire, que demander de plus?
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Ziliz
  21 septembre 2018
Vous connaissez Charly, Stéphane, Michel, Sofiane, Francis, Christophe, Damien ?
Moi oui, un peu, puisque je les ai écoutés attentivement parler de leur sexualité : masturbation, orientation sexuelle, forme et taille du sexe, orgasme, fantasmes, performance.
Ces hommes ont entre 26 et 43 ans, vivent seuls ou en couple, sont hétéro-, homo-, bi-, pan-.
Et il se réunissent autour d'une table pour parler de leur pénis, d'où ce titre.
A chaque séance, un thème différent. C'est Charly (l'auteur) qui mène la danse : il lance le débat et recadre quand ça dérape. Il est vrai que le sujet se prête à l'humour potache, aux boutades et les plus pudiques/sensibles/susceptibles peuvent se froisser.
Comme dans tout groupe, la parole est plus ou moins aisée selon les individus, mais le gentil organisateur veille à ce que tout le monde participe, quitte à jouer les naïfs parfois pour lever les résistances.
Charles Huteau, alias Cookie Kalkair, a créé ce projet de rencontres, débats, confessions intimes, et restitution sous forme dessinée (d'abord sur un blog*, puis dans cet album BD)
« dans l'idée d'aider des mecs plus jeunes à s'y retrouver dans leur sexualité ou à se trouver moins 'bizarres'. »
Alors là je dis bravo et merci tout plein !
D'autant que tous ces aveux masculins sont également intéressants pour les femmes et les jeunes filles. Parce que, comme le dit si bien le sexologue Philippe Brenot en préface : « Mystère est le maître mot de la sexualité, qu'on soit ado, qu'on soit adulte. Le sexe reste toujours mystérieux, une manière de nous permettre de toujours le découvrir un peu plus. »
L'album est en plus très agréable à lire : à la fois didactique et touchant. Et aussi plein d'humour, tant sur la forme (dessins amusants, imagés, visage et décors expressifs) que sur le fond.
____
Pour s'éduquer à tout âge (dès 15 ans), se rassurer, se décomplexer, etc. - parce que les pseudo-normes et les diktats, ça va cinq minutes - lire également :
- 'Les Monologues du vagin' (court recueil de témoignages féminins, par Eve Ensler)
- 'Homo Erectus' (roman de Tonino Benacquista sur un groupe de parole un peu semblable)
- 'Extases' (BD témoignage de Jean-Louis Tripp)
- 'Journal d'un corps' (autofiction ? de Daniel Pennac)
- 'Une histoire du sexe' (BD de Philippe Brenot & Laetitia Coryn)
____
* blog : http://penisdetable.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Apikrus
  23 septembre 2018
Comme le précise le sous-titre, sept hommes passent à table.
Au menu : masturbation, orientations sexuelles, fantasmes, anatomies comparées…
Peu de tabous dans leurs échanges ponctués d'humour et d'explications scientifiques (biologiques) intéressantes.
Les réactions de quelques-uns suite aux « confessions » des autres sont souvent amusantes, parce qu'en retour ceux-ci s'étonnent des propos du naïf/bien-pensant.
Ces hommes présentent des différences importantes (orientations sexuelles en particulier), mais aussi de nombreux points communs (interrogations, inquiétudes sur la normalité, appétit…).
Ce sont finalement ces similitudes qui nous rassemblent et font de nous ce que nous sommes : des êtres humains tout simplement, et des 'homo erectus' (titre d'un roman de Tonino Benacquista qui ressemble un peu à cet album).
Ces chapitres ont été rédigés et publiés pour décomplexer les jeunes (adolescents) et si besoin encore, les moins jeunes. Cet objectif me semble parfaitement atteint.
A lire dès 14 ans. Les propos sont peut-être parfois un peu crus, mais plutôt soft en comparaison d'images (mouvantes) auxquelles les jeunes peuvent accéder sur Internet. Et au moins, ici, les choses sont expliquées.
Seule la mise en scène de deux chapitres, censée illustrer le thème traité, m'a parfois paru un peu trop décalée (des chevaliers en armures pour évoquer les questions de performances sexuelles).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ashallayne
  19 février 2019
Après l'avoir vu tourner sur les réseaux, j'ai enfin pu mettre la main sur Pénis de table. J'avais peur d'être déçue après en avoir entendu tant de bien, mais bien heureusement ce ne fut pas le cas !
L'auteur nous livre les témoignages de 6 hommes ainsi que le sien autour de leurs sexualités. Cette BD déborde de richesse, les profils de ces hommes sont très divers (âge, orientation sexuelle, couple ou célibat, enfants ou non...), et les sujets abordés sont très vastes : ici on aborde sans chichi et avec beaucoup d'humour la masturbation masculine, l'orgasme, les fantasmes, la performance et les clichés associés à la virilité.
J'ai beaucoup ri au fil des pages, et c'est une BD que je relirai avec plaisir !
Au début, je craignais de ne pas accrocher aux graphismes, avec leurs couleurs criardes. Mais finalement, ça m'a bien plu, et les dessins sont agréables à regarder. En revanche j'avais du mal à différencier certains personnages...
Les notes à la fin de l'ouvrage sont intéressantes, mais j'aurais préféré qu'elles apparaissent en bas de page. Ça aurait été plus confortable je pense.
En tout cas, c'est une BD très intéressante, à mettre dans les mains des ados qui découvrent leur sexualité, mais les adultes prendront tout autant de plaisir, si ce n'est plus, à dévorer cette pétillante BD ! Que vous soyez un homme ou femme d'ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
cdezingues
  19 octobre 2020
J'étais très intéressée par la thématique et pleine d'apriori positif sur cette BD... qui m'a déçu sur le traitement de certains sujets. Deux exemples:
- Parler de "bi-curieux" sans relever ce qu'il peut y avoir de problématique dans ce mot me gène. Par ailleurs, plus loin, une statistique est présentée et assimile la bisexualité à l'homosexualité... Or justement, être bisexuel, ça n'est pas être homosexuel.
- Dans le chapitre sur la performance, les hommes parlent du nombre de personnes avec qui ils ont eu des rapports... Et les chiffres énoncés m'ont paru totalement hors de proportion avec la moyenne des français. Comment déculpabiliser en faisant comme si avoir 40/50 partenaires dans sa vie était la moyenne? Comment déculpabiliser si celui qui a eu "seulement" 18 partenaires est assimilé à un "puceau"? Vraiment, cette partie m'a énormément surprise et je ne comprends pas le propos. OK pour montrer des hommes ayant eu une vie sexuelle riche, mais montrez aussi des hommes ayant une vie sexuelle plus sage!
Pour ces raisons, je ne peux mettre plus de 3 étoiles à cette BD, pourtant pleine de promesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (5)
Sceneario   31 décembre 2018
Cet album est absolument jouissif et totalement excitant. Un très bon moment de lecture, pour rire des autres, rire de soi, mais aussi pour se dire qu'au fond, on est comme tous les autres un peu frimeur, un peu menteur, un peu coquin, un peu curieux.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   09 novembre 2018
Sous ses allures potaches, Pénis de table se révèle judicieux, drôle et bien écrit. Après avoir abordé la paternité, Cookie Kalkair s'affirme comme un chroniqueur pertinent des questionnements des hommes de notre époque.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   05 novembre 2018
En évoquant sans tabou des orientations et pratiques diverses, l'ouvrage a pour ambition de normaliser la sexualité et de déconstruire certains stéréotypes qui l'entourent.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeDevoir   08 octobre 2018
Si l’on parle trop souvent de sexualité féminine à l’aide d’une langue imprécise nourrissant l’idée reçue de son mystère et de son impossible complexité (et nourrissant aussi sans doute à terme l’insatisfaction), le discours sur la sexualité masculine souffre, lui, en général, d’une absence d’élégance et de souplesse, la réduisant inévitablement à sa mécanique et à son animalité.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Bedeo   19 septembre 2018
Sept hommes se sont donc réunis une fois par mois sous la houlette de Cookie Kalkair qui a organisé des tables rondes sur les différents thèmes de leur sexualité : un chapitre égal un thème, le but étant de discuter librement, sans jugement ni tabous, ou presque. C’est drôle, parfois cru mais jamais vulgaire.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   02 octobre 2018
- Et je vous rappelle qu'il y a des mecs qui adooorent les 'hentaï' japonais avec des tentacules... Des tentacules ! D'où ça peut leur venir, sérieux ?
- Ah, c'est super intéressant que tu le demandes, parce que c'est étroitement lié à l'imaginaire du fantasme au Japon. Le premier à l'illustrer a été Katsushika Hokusai en 1814 dans une gravure érotique appelée 'Le rêve de la femme du pêcheur'. *
- Oh, wow, c'est beau...
- C'est donc plus d'un siècle avant la vague des mangas animés porno à la Urotsukidōji... C'est très ancré dans leur culture. Et justement, ça illustre l'idée des fantasmes parfois irrationnels qui s'imposent à nous... Ça rejoint les théories de la psychanalyse selon lesquelles un fantasme est un moyen pour notre moi de s'exprimer en dehors de toutes les contraintes de la réalité. Et potentiellement, plus tu te sens coincé et limité dans ta vie de tous les jours, plus il est sain que tu fantasmes sur des trucs hors-normes : ça fait du bien à ta pysché... Ça permet au moi de décompresser un peu et de se lâcher...
- Ben, elle devait sacrément s'emmerder la femme du pêcheur pour se retrouver à mouiller sur un poulpe géant qui la lèche.
(p. 122-124)

* https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_R%C3%AAve_de_la_femme_du_p%C3%AAcheur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
ZilizZiliz   20 septembre 2018
- Mais bon, ok, Stéph, si ça te fait plaisir : parle-nous un peu de la tienne. Ça fait quoi d'en avoir une TRÈS grosse ? Il doit bien y avoir des inconvénients, non ?
- AUCUN ! Mec, même dans les pires moments de ma vie, quand j'étais au fond du trou, je pouvais me lever le matin et me dire : 'Au moins, j'ai une grosse b!te.' Sans elle, je serais perdu. C'est ma meilleure amie. Elle a même un p'tit surnom depuis que je suis petit : Ferdinand.
- J'ai jamais compris ça, le truc de donner un nom à sa queue... Mais tu lui parles vraiment ?
- Bien sûr ! J'me suis même excusé une fois de lui avoir mis neuf piercings... [il regarde son entrejambe et ajoute] Hein, Ferdinand ? J'suis désolée, je le referai plus...
(p. 60)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
ZilizZiliz   21 septembre 2018
- Bon... pour finir : l'éjaculation ? Des trucs à partager ?
- Grosse quantité pour moi ! Souvent, mes partenaires hallucinent... Je me suis déjà éjaculé dans la face sans faire exprès !
- Moi aussi, gros réservoir ! Accident dans l'oeil plusieurs fois. [...]
- Alors moi, tout l'inverse, petite quantité, petite distance de jet... Vraiment pas intéressant comme performance. Mais au moins, je salis pas.
- Un bon petit mari tout propre ! C'est bien.
- En moyenne, un homme éjacule 3.4 ml de sperme. Composé principalement d'eau et de sodium mais aussi de protéines, de sucre, de vitamines, de minéraux (dont de la vitamine C) et d'hormones. Info marrante : la vitesse moyenne d'expulsion du sperme serait de 45 km/h. Soit le record du 100 mètres d'Usain Bolt. C'est fou, non ?
(p. 105-106)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
ZilizZiliz   26 septembre 2018
- BON ALLEZ, PUTAIN ! Les 'non-QUEER' de la table : on crache les p'tits secrets ? Du croustillant ! Vous avez bien essayé des trucs ? Racontez-nous, bordel !
- Moi, UNE fois, j'ai touché la queue d'un mec, pendant un plan à trois. Elle était tellement grosse, je voulais voir ce que ça donnait dans ma main...
- Et ?
- Ben c'était très gros.
- Super. On élève vraiment le débat.
- Désolé. Etre hétéro ça n'a jamais été une aventure bouleversante...
- Alors qu'être homo, c'est toujours pas si simple : c'est encore illégal dans plus de 70 pays, je vous signale !
- Moi j'aurais bien aimé être bi. Le principe d'être 'ouvert à tout', ça me plaît bien. Mais y a rien à faire, j'ai zéro attirance pour les mecs...
- Ok, sur ce coup-là, on [les hétéros] est vraiment les craignos du groupe, on n'a rien à raconter...
- Attendez ! J'me souviens d'un truc ! Finale de Coupe du Monde, 1998 : j'ai roulé une pelle à TOUS mes potes ! Mais personne n'a suivi, ils ont tous trouvé ça chelou...
- Sérieux ? C'est ça, ta confession sur la bisexualité ?
- Je fais ce que je peux, ok ?...
(p. 44-46)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   24 septembre 2018
- Moi, mes orgasmes les plus puissants, ils sont clairement préhistoriques... Je sens que c'est animal, que c'est là depuis la nuit des temps. Je râle comme un ours quand ça m'arrive, et généralement, je me sens surhumain ! Invincible ! Mon cerveau va à 100 à l'heure et je peux recommencer 10 minutes après. Idéalement avec une autre partenaire... En tout cas, c'est ce que mon instinct me dicte...
- C'est intéressant ce que décrit Michel, parce que, quand on regarde la composition chimique que le corps reçoit pendant l'orgasme, c'est vraiment proche d'un shoot d'héroïne. Ça active directement les neurones dans les zones du cerveau qui font partie de l'aire tegmentale ventrale - en lien avec la récompense... Les mêmes neurones qui sont stimulés quand on gagne le gros lot au casino. Le Docteur Gert Holstege et ses collaborateurs neuroscientifiques pensent que chez l'homme, l'orgasme a été programmé pour être plus gratifiant AVEC un autre partenaire, car instinctivement, il sait que c'est pour se reproduire, donc pour la survie de l'espèce... C'est fascinant, ça voudrait dire que notre cerveau nous donne des points en plus s'il sent qu'on est en train de procréer !
(p. 87-88)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          75

Lire un extrait
autres livres classés : sexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16256 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre