AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Max Stadler (Traducteur)Lucile Clauss (Traducteur)
ISBN : 2268069575
Éditeur : Le Serpent à plumes (25/05/2010)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 188 notes)
Résumé :
C'est la canicule...
Des incendies ravagent Linkoping.. .
Dans la fournaise,un pervers sexuel ....
500.000 lecteurs ..

C'est l'été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s'embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n'empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L'enfer brûlant de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
17 mai 2013
Gros coup de coeur pour le deuxième tome des aventures de Malin, cette femme suédoise, commissaire de police et maman d'une adolescente.
Dans cet opus, l'été est à l'honneur ou plutôt l'été est là, brulant, plombant, écrasant tout au passage. Des incendies ravagent les forêts des alentours et la chaleur accable tout le monde.
Difficile dans ce cas de mener des enquêtes, pourtant, une jeune fille est retrouvée plus morte que vive dans un parc et une autre est portée disparue.
C'est d'autant plus difficile qu'en plein été, les effectifs de police sont limités...
Une fois encore, la saison est un personnage à part entière dans ces romans et j'aime toujours autant suivre le quotidien des policiers et de leurs familles.
Petit bémol : la quatrième de couverture annonce un évènement qui se produit dans les 50 dernières pages du livre ...ce qui m'a agacé, forcément !
Commenter  J’apprécie          200
Sharon
25 juin 2012
Mons Kallentoft est un auteur que j'aurai dû lire beaucoup plus tôt. Je ne compte pas le nombre de fois où Eté (en grand format, certes) m'est passé dans les mains, y compris chez le bouquiniste. J'aurai dû, maintenant, il est lu.
J'ai trouvé que le ton, déjà, était unique, différent des polars suédois que j'ai lu jusqu'à présent, avec, tout de même, des points communs avec les héros de Sjöwall et Wahlöö. En effet, les enquêteurs sont des personnages normaux, ni meilleur ni pire que la normal, avec une vie de famille comme le commun des mortels. L'enquêteur n'est pas un baroudeur solitaire qui part sans se retourner, ni un alcoolique fini, non, il est un être humain confronté aux pires horreurs et tente de tenir le coup. Certes, la vie personnelle de Malin n'est pas une réussite. Certes, elle a, comme tout enquêteur qui se respecte, une fille unique, Tove. Certes, elle a un penchant pour la téquila. Cependant, jamais ses états d'âme ne viennent prendre le pas sur l'enquête.
Autant vous le dire : elle n'est pas facile à lire, encore plus quand on est une femme, encore plus, à mon sens, si l'on a des enfants. Mons Kallentoft, à la manière d'Alice Sebold, donne la parole aux morts, de manière bien plus fine, et rend crédible ces voix d'outre-tombe qui ne peuvent plus rien faire, pas même aider les vivants, comme une touche de fantastique bien maîtrisée et surtout très émouvante.
Comme d'autres auteurs nordiques, il pointe du doigt les dysfonctionnements de cette société suédoise idéale. Les adolescents grandissent très vite, sont rapidement très autonomes. Reste à définir la frontière assez flou entre cette autonomie et l'indifférence. Après l'indifférence, nous retrouvons la maltraitance et l'abandon. Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Suède. La violence faite aux femmes et aux jeunes filles est terrifiante, assourdissante comme le silence qui l'entoure, nous entraînant vers un incroyable dénouement.
Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, lisez-le sans tarder.
Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
VioletteBeauregard
17 novembre 2011
COUP DE GUEULE aux éditeurs ! Je jette un regard rapide sur le 4ième de couverture pour découvrir que *SPOILERS* la fille de Malin est enlevée en cours de route...
Bon sur le coup, pas de coup de gueule parce que je me dis que ça doit arriver dès le début du roman.
Bon peut-être au milieu...
Tiens, j'arrive à la fin ! Eh oui, elle se fait kidnapper dans les 50 dernières pages !!! Et ce n'est pas comme si je m'étais amusée à fouiller sur le net, non c'est écrit en guise de "pitch". Donc, moi, fan de policier, fan de suspense et de surprise je suis déçue car les éditeurs m'ont privés d'un " Oh Non ! Pas TOVE !"...à la place c'était plutôt " bon quand est ce que vient le tour de Tove ?"
Je peux comprendre qu'il faille vendre et donc intriguer un max mais là c'est too much, suggestion "tout se complique quand la privée de l'inspectrice se mêle à l'enquête"...
Ca me fait penser à ces bandes annonces déprimantes qui nous résument un film en deux minutes...
Enfin bref, pour revenir à nos moutons, au livre donc : Eté, deuxième ouvrage de Mons Kallentoft ( Hiver étant le précédant), met de nouveau en scène l'inspectrice Malin Fors, cette fois-ci en plein été, et quel été ! Si Hiver, était le mois de février le plus froid qu'ai jamais connu Linkoping, Eté est l'été le plus chaud et quelle bonne idée ! (une parmi tant d'autres).
On ressent la chaleur étouffante, oppressante des protagonistes, ne faisant qu'accentuer leur désir d'élucider les meurtres commis.
Comme dans Hiver, le système de narration à plusieurs voix fonctionne parfaitement : celle de Malin, celles des victimes, et celle de l'assassin. Cela jette un espèce de flou, cela peut perturber certains mais je trouve cela particulièrement original et audacieux : cela donne du relief et de l'humanité à une enquête difficile et brutale. Faire parler tous ces personnages donnent accès à la dimension la plus intéressante du roman : la psychologie. En effet, Mons Kallentoft ne nous présente pas une intrigue bête et méchante de gentil policier qui poursuite méchant meurtrier, non, loin de là !
Nous, lecteurs, avons accès aux profondeurs des âmes de tous les personnages : au côté sombre de Malin, au passé du meurtrier, rien n'est tout blanc ou tout noir chez Kallentoft.
Si l'intrigue est résolue assez brutalement (selon moi), il n'en reste pas moins que tout ce qui explique le processus intime qui mène le meurtrier à agir est intéressant et nécessaire - beaucoup trop souvent on trouve des "méchants" agir méchamment "parce qu'ils sont comme ça". Nous décrire l'enfer qu'a vécu le meurtrier, nous expliquer comment il en est arrivé là, nous met dans une position déstabilisante et gênante. Car rien n'est tout blanc ou tout noir.
Bref, un très bon moment de lecture :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
sandraboop
25 octobre 2014
Encore une fois un bon roman policier qui glace par l'horreur des crimes sans tomber dans le trash.
Si dans Hiver, la voix des morts m'avait perturbée, ici aucune difficulté.
J'ai aimé cet opus même si le sujet était douloureux. J'ai aimé la dénonciation des préjugés. Et comment les traiter. J'ai été saisie par les crimes silencieux. Ceux qu'on refuse de voir, de dénoncer ou de punir.
J'ai aimé le traitement des trauma de l'enfance sur l'adulte.
Et j'ai aimé le style.
J'aurai aimé une avancée sur l'affaire de Maria qui n'est jamais loin de l'enquête.
En attendant la résolution de son affaire, je vais poursuivre le cheminement de Malin dans son combat contre le Mal avec le prochain volume : automne.
Commenter  J’apprécie          170
inclassable1
05 septembre 2014
Après Hiver, Eté est le 2ème opus de la tétralogie de Mons Kalletoft, qui compte en fait 5 volumes avec “5ème saison”, ce qui fait que ce n'est pas une tétralogie.
Une jeune fille est retrouvée errant dans un parc de la ville, elle a été violée et curieusement récurée par son agresseur.
Une autre jeune fille a disparu.
Tout ceci se passe en Suède dans la ville de Linkoping, ni grande ni petite, berceau des usines Saab (qui ne fabriquent pas ici des voitures mais des avions de chasse) et de l'industrie aéronautique.
Tout ceci se passe en été, il fait trop chaud, les esprits sont poisseux, lents. Mais ils sont prompts aux préjugés, et Malin Fors, l'enquêtrice, n'échappe pas à cette règle.
C'est une femme ordinaire, qui boit un peu, qui a un amant pour se débarrasser d'un trop-plein dont on ne sait quoi, un ex-mari auquel elle est encore attachée, et a donc des idées toutes faites, comme tout le monde.
Dans cette logique de préjugés, les enquêteurs vont s'intéresser successivement à deux immigrés qui auraient échappé à une première condamnation pour viol puis aux membres de l'équipe féminine de foot, présumées homosexuelles (pour des raisons que vous comprendrez en lisant le livre).
C'est banal, mais c'est sans doute la réalité.
Mons Kallentoft décrit avec talent le quotidien actuel de cette ville de Suède, pays frappé depuis quelques années par le racisme, les idées toutes faites et les difficultés d'intégration, et c'est tout l'intérêt de ce roman.
Ce quotidien est brutal, choquant, ainsi les pensées de Malin Fors concernant les viols collectifs :
"Et en avalant une autre gorgée de son café, Malin ne peut s'empêcher de penser à l'écart entre la vérité officielle et officieuse. Tout le corps policier et les médias savent bien que pratiquement tous les viols collectifs sont commis par deux ou trois jeunes issus de l'immigration, mais personne ne le dira jamais ni ne l'écrira noir sur blanc."
Si ces lignes peuvent paraître difficiles à accepter, il illustre l'état d'esprit réel dans lequel une partie des forces de police travaille en Suède, dont le racisme a été régulièrement mis en cause dans la vraie vie, et non livrer une vérité. Il s'agit là de ce que pense une femme ordinaire, et ce point de vue est notoirement contrebalancé dans le livre (voir notamment l'alibi surprenant d'un jeune immigré et le portrait de la glacière d'origine bosniaque).

Dans la vraie vie, la Suède est depuis les années 1950 une terre d'accueil, et a fait plus que sa part en accueillant beaucoup de réfugiés politiques, notamment d'Amérique du Sud puis d'Irak, d'Iran, de Palestine, de Yougoslavie et de Syrie.
Cette politique volontariste a cependant entraîné, assez récemment, des problèmes d'intégration : les populations immigrées ont été regroupées dans des cités ouvrières qui sont devenues des ghettos dans les grandes villes du pays. Par ailleurs, les emplois disponibles en Suède sont des emplois plutôt qualifiés, auxquels les populations immigrées ne peuvent pas accéder.
Enfin, il existe des différences culturelles importantes, notamment concernant l'égalité homme-femme et la place de la femme dans la société.
Pour revenir à un sujet plus en rapport avec ce livre (les viols collectifs) mais du point de vue hexagonal, et tenter de combattre un peu les préjugés, j'aimerais vous renvoyer vers un article paru en 2005 dans la revue Sciences de l'Homme et de la Société intitulé : “Tournantes. Un incendie médiatique à démystifier” et dont vous trouverez un résumé à cette adresse : http://lmsi.net/Les-tournantes-mythes-et-realites
Cet article revient sur la déferlante médiatique survenue en France à propos des tournantes à partir de 2001, déferlante mettant en cause les jeunes issus de l'immigration, donne une perspective historique et sociale au phénomène et alerte sur la tendance à l'”ethnicisation” des rapports sociaux : ce n'est pas la couleur de peau qui fait la délinquance, c'est la misère sociale.
Lien : http://occasionlivres.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel03 juin 2010
Ils referment la porte derrière eux. Prennent place sur les chaises en bois devant le bureau dont la surface grise vernie est recouverte de brochures, de chemises et de classeurs. Une fenêtre à côté d’eux donne sur un réduit. Sur l’étagère derrière le bureau sont alignés encore d’autres classeurs anonymes.

Il fait plus chaud ici. Un grincement s’échappe de la conduite d’aération poussiéreuse située dans le plafond.
Cinq minutes, dix. Ils sont assis l’un à côté de l’autre, silencieux, économisant leurs mots pour pouvoir les garder frais pour plus tard. Il vaut mieux se taire à présent. Que pourraient-ils bien dire de toute façon ?

Que s’est-il passé, d’après toi ?

On verra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AproposdelivresAproposdelivres12 octobre 2014
Les arbres se transforment en sculptures noires et rabougries. Ils sont un monument à notre propre échec et à notre impuissance à nous aimer.
Le feu et moi avons beaucoup en commun. Nous détruisons pour qu'une nouvelle vie puisse naître.
Reste tranquille, petite.
Cela fait à peine quelques heures que j'ai roulé devant cette forêt embrasée. Je t'ai entendu taper contre le coffre de la voiture, tu voulais sortir.
Elle pensait tout savoir sur moi. Comme c'est prétentieux.
En réalité, c'est comme ça : personne ne peut vivre dans la peur et la méfiance. Si quelqu'un a volé la confiance à l'autre, il sera condamné à mourir.
Cette confiance est voisine de l'amour, c'est pourquoi elle est aussi voisine de la mort et des pattes d'araignée blanches. Je sais maintenant que je ne pourrai plus jamais souhaiter autre chose que de me faire du mal. Mais lorsque tu as la chance de pouvoir renaître, le sort est suspendu. Bientôt tout sera fini. Tout sera clair et pur, blanc et lumineux.
Mon ange d'été ne sentira rien, comme nous.
Mais tu ne dois pas avoir peur, c'est seulement l'amour qui doit renaître. L'innocence.
Et puis nous roulerons ensemble à bicyclette sur la digue, le long du canal, vers un été éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mlopmlop04 juin 2012
Choquée par ce passage :

"Et en avalant une autre gorgée de son café, Malin ne peut s'empêcher de penser à l'écart entre la vérité officielle et officieuse. Tout le corps policier et les médias savent bien que pratiquement tous les viols collectifs sont commis par deux ou trois jeunes issus de l'immigration, mais personne ne le dira jamais ni ne l'écrira noir sur blanc."

Je poursuis tout de même ma lecture pour donner à l'auteur de le temps de s'expliquer... Mais je reste très perturbée par le sens de cette phrase... Mauvaise traduction ? Mauvaise compréhension ? Opinion politique glissée au passage ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AproposdelivresAproposdelivres12 octobre 2014
Je ne vais pas te tuer, mon ange d'été, je vais seulement t'aider à renaître.
Tu dois retrouver la pureté de l'innocence. La saleté des vieilles histoires doit être évacuée, le temps doit se trahir et il ne doit rester que le bien.
J'ai essayé de ne pas tuer, mais, sans cela, la renaissance était impossible, la substance est restée collée à la matière, et en toi comme en moi, l'ignominie continuait de vibrer comme une larve chaude et noire.
A méchanceté dans sa chrysalide. Le temps déchiré.
J'ai essayé de diverses manières, fait d'innombrables tentatives, mais je n'y suis pas parvenu.
J'ai lavé, frotté, récuré.
Mes anges d'été. Ils ont dû regarder des tentacules blancs, des pattes d'araignée qui grattent, des pattes de lapin.
Je les ai surveillés, les ai attrapés et emmenés.
Enfin, je touche au but.
Il est assis sur le canapé. Son ventre n'est plus qu'une plaie béante, et des serpents noirs se tortillent par terre. Peux-tu le voir ? Il ne peut plus rien faire de mal ni prétendre que tu le voulais. Les planches de chêne ne vont plus craquer, plus jamais l'odeur de schnaps ne va polluer l'air.
Cet été, le monde brûle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CatocheCatoche01 juin 2010
Rien à dire contre le cynisme, en fait ; mais contre les préjugés, si. Il peut très bien s'en passer. Tout le monde a son côté sombre, peu importe son origine ou sa couleur de peau.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Mons Kallentoft (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mons Kallentoft
Mons Kallentoft - Zack .Mons Kallentoft vous présente son ouvrage "Zack" aux éditions Gallimard. Auteur Mons Kallentoft et Markus Lutteman. Traduit du suédois par Frédéric Fourreau. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/kallentoft-mons-zack-9782070145850.html Notes de Musique : Sex audio & video by Asian Women on the Telephone. Free Musique archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1091 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .