AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Martine Céleste Desoille (Traducteur)
EAN : 9782258081178
480 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (18/03/2010)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Fresque historique somptueuse et captivante, La Reine de l'ombre brosse un portrait tout en nuances de Catherine de Médicis, l'une des plus grandes souveraines de France, depuis sa jeunesse florentine jusqu'au massacre de la Saint-Barthélemy. Orpheline dès sa plus tendre enfance, Catherine de Médicis est destinée à diriger Florence. Mais, en 1527, une révolte éclate contre les Médicis, les obligeant à abdi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
TheWind
  12 octobre 2014
Qui est Catherine de Médicis ?
D'emblée, j'aurais tendance à répondre : c'est une vieille reine méchante à l'air revêche vêtue tout en noir.
Indéniablement, quand je pense à Catherine de Médicis, j'ai tout de suite en tête ce fameux tableau de François Dubois, peintre protestant, « Le massacre de la Saint Barthélémy ». Tableau ô combien représentatif de ce que fut cet épisode tragique, sanglant et emprunt d'une folie sauvage et incontrôlable. On y voit Catherine de Médicis, la sinistre veuve noire, devant une poterne du Louvre, penchée au-dessus d'un monceau de cadavres nus.
Contemple-t-elle son oeuvre ? Mesure-t-elle l'horrible conséquence de son inconséquence ? Regrette-t-elle d'avoir poussé son royal fils Charles IX à ordonner l'exécution des principaux chefs huguenots ? Royal fils qui dans un excès de folie et poussé à bout finira par ordonner « Qu'on les tue tous ! »
Dès lors, il est trop tard...

Dans la mémoire collective, Catherine de Médicis est devenue cette reine noire, despote et machiavélique. Légende pérennisée par les auteurs du XIX ème siècle et notamment par Dumas, dans « La Reine Margot » .
Pourtant, aujourd'hui,les historiens tentent de la réhabiliter en invoquant sa volonté de pacification et de conciliation, son habileté à négocier.

C'est aussi ce que tente de faire Jeanne Kalogridis à travers le roman « La Reine de l'ombre ».
J'ai toujours aimé les biographies romancées, parce qu'elles me permettent souvent d'appréhender les personnages historiques sous un angle plus intimiste et beaucoup moins distant qu'une simple biographie.
J'attendais du roman de Jeanne Kalogridis qu'il m'aide à comprendre la personnalité tant controversée de Catherine de Médicis. J'ai bien peur cependant être restée sur ma faim.

L'auteure a choisi de faire de Catherine la narratrice de son livre. Procédé qui aurait pu m'aider à entrer au coeur de l'intimité du personnage. Mais, ça n'a pas vraiment fonctionné. A aucun moment, je ne me suis sentie vibrer ; à aucun moment, je n'ai éprouvé d'empathie pour cette figure emblématique des guerres de religion.
Et pourtant ! Sa vie chaotique et mouvementée aurait pu m'émouvoir.
Très tôt orpheline, l'héritière des Médicis voit son enfance bouleversée par la guerre entre le pape et Charles Quint. Prise en otage à dix ans, elle subira la cruauté et les privations.
A l'âge de quatorze ans, elle doit quitter l'Italie pour épouser le fils cadet de François Ier.
La vie à la Cour de France n'est pas de tout repos et elle doit subir les calomnies de ceux qui la considèrent comme une vulgaire roturière étrangère.
Pire que cela, son époux n'a d'yeux que pour la belle Diane de Poitiers, qui a pourtant vingt ans de plus que lui.
Malgré cela, l'Italienne au physique ingrat certes mais dotée d'une vive intelligence, ne cessera de combattre fièrement et finira par s'imposer sur l'échiquier royal.
Jeanne Kalogridis nous la présente ainsi, à la fois malmenée, ridiculisée mais fière et dotée d'un fort caractère. Elle tente bien sûr aussi de faire apparaître son côté obscur. Mais, trop maladroitement, à mon goût. Et c'est sans doute pour cela que cette lecture ne m'a pas convaincue.
C'est un peu comme franchir une propriété après avoir lu la pancarte «  Attention , chien méchant ! » et se retrouver nez à nez avec un gentil toutou.
Pour conclure, j'ajouterai également que les nombreuses divagations historiques m'ont vraiment dérangée. On peut certes jouer avec L Histoire, bâtir des romans sur de vaines hypothèses , taire des épisodes qui ne paraissent pas primordiaux au déroulement du roman, mais inventer de toute pièce un lien de parenté complètement infondé pour créer du rebondissement à son histoire, là je refuse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
sagebooker
  27 avril 2012
"Il est permis de violer l'histoire à condition de lui faire un bel enfant"... l'histoire est bien violée, tordue, voire torturée, mais l'enfant est simplement gentillet.
Le roman a pour propos de rendre Catherine de Médicis plus sympathique, mais en faisant une totale abstraction de création d'un personnage : l'enfant, puis la femme puis la mère sont totalement dépourvues de psychologie, d'épaisseur, de vie presque.
Catherine de Médicis est un personnage très riche de l'histoire de France, important, contesté et souvent mal vu, il est bien dommage qu'en prenant son parti, ce roman la desserve autant.
Et on ne compte pas là le nombre d'erreurs historiques (combien d'enfants oubliés du couple Catherine/Henri II ? Combien d'étranges raccourcis concernant les alliances à la cour ? etc.) sans doute volontaires pour arranger l'histoire. Dommage donc.
Commenter  J’apprécie          40
Kalliope
  14 mars 2011
Encore un pavé historique que l'on ne peut plus lâcher! L'auteure écrit comme si c'était Catherine de Médicis qui tenait son journal intime. Fabuleuse façon de découvrir mieux cette reine que l'on a trop tendance à nous faire connaître uniquement par ses mauvais côtés et qui a cependant bien souffert de l'amour de son Henri II de roi pour la belle Diane de Poitiers.
Commenter  J’apprécie          70
MIOP
  13 avril 2013
Cette célèbre reine française, issue de la famille des Médicis, a vécu une enfance difficile. Orpheline, puis enfermée dans un couvent jusqu'à ses onze ans, elle connut un destin lui aussi hors du commun. Son nom restera toujours intimement lié au massacre de la Saint-Barthélémy.
Jeanne Kalogridis, écrivain américain, reconnue pour ses nombreuses biographies et romans historiques, nous présente une souveraine plus humaine que dans nos livres d'histoire, avec un sens très développé de la famille.
L'auteur alterne le récit intimiste d'une femme de pouvoir et une fresque historique richement documentée. Elle nous dépeint le très beau portrait en clair-obscur de cette héroïne.
Commenter  J’apprécie          40
Bebelle1725
  21 février 2018
Très bien écrit et peut être pas trop trop fidèle à l'histoire mais une histoire captivante ! A lire sans aucun doute.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TheWindTheWind   05 octobre 2014
Deux grands D entrelacés dos à dos pour former un H. Ce monogramme de Diane et Henri allait devenir son emblème, et jusqu'à la fin de mes jours je le verrais fleurir sur les murs, tapisseries, et peintures de tous les châteaux. J'eus beau me dire que j'avais obtenu ce que je désirais le plus au monde : la vie d'Henri, et la chance de pouvoir lui donner des enfants, j'étais profondément blessée.
Commenter  J’apprécie          140
sagebookersagebooker   27 avril 2012
"- jusqu'où il faudra, répondis-je. Mais pas jusqu'à me faire engrosser par un autre.
Il hocha lentement la tête.
- Dans ce cas, madame la dauphine, vous allez devoir verser le sang pour le sang."
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : catherine de médicisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2109 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre