AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812609958
Éditeur : Editions du Rouergue (03/02/2016)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Harcelée au collège par une bande de filles, Laure a bien du mal à réagir. Elle finit cependant par alerter le principal et ses parents lorsque des élèves plus fragiles qu’elle se trouvent pris comme cible. Dans ce roman émouvant et fort, Ahmed Kalouaz décrypte remarquablement le mécanisme du harcèlement.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
thedoc
  13 novembre 2017
Le 9 novembre est en France la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. C'est à cette occasion que le livre "Les regards des autres" s'est retrouvé entre mes mains. Ce court roman aborde ce sujet grave et ô combien d'actualité à travers l'histoire d'une adolescente, Laure, harcelée depuis son entrée au collège par une bande de filles. Elle est aujourd'hui en troisième et son calvaire dure donc depuis 4 ans. Tout a commencé par un fait anodin, une amitié avec un garçon décrété comme le barjo de service, puis une photo postée sur Internet. Et tout était déjà joué pour Laure. Moqueries d'abord, brimades et bousculades, insultes et menaces. Laure va désormais au collège comme une condamnée à mort : maux de ventres, visites répétées à l'infirmerie, retards, chute des notes... C'est l'engrenage. Laure vit dans la peur, tout le temps. Et impossible pour elle d'en parler.
Ahmed Kelouaz est un auteur qui aborde souvent des problèmes de société graves dans ses livres. A travers le personnage de Laure, qu'il fait parler à la première personne, il révèle dans quel état d'esprit se retrouve la victime, avec ses peurs, ses angoisses et son impossibilité de parler. Par contre, les réflexions de Laure par rapport à elle-même et à la situation qu'elle vit me paraissent peu vraisemblables. Elle fait preuve d'une très grande maturité pour une collégienne tout en se révélant incapable de parler, depuis 4 ans tout de même ! Ses entretiens avec Léo ensuite, un ancien ami devenu harceleur, sont également peu réalistes. On devine que l'auteur a voulu dresser un portrait des harceleurs et dénoncer l'effet de groupe et du paraître qui impose sa loi chez les adolescents.
Enfin, autre bémol qui me touche particulièrement, la description qui est faite des adultes dans le roman, notamment celle des enseignants. Ces derniers sont totalement absents. Pire, ils ne voient rien, seulement préoccupés par les notes des élèves. Et s'ils remarquent quelque chose, ils se détournent du problème. Voici un discours très facile et faux qui ne rend aucunement justice à ce qui se passe en réalité dans les établissements scolaires qui se retrouvent régulièrement avec tous les problèmes sociétaux à régler. La seule personne "ressource" pour Laure est la tata qui vit bien sûr à la montagne, loin de la ville, au milieu des chevaux et de la nature. Hum, hum...
Voilà, vous l'aurez compris, ce roman ne m'a pas franchement convaincue. L'ensemble m'a paru froid et factuel : c'est le thème qui porte le livre et pas ses personnages. J'ai l'impression que certains auteurs, de jeunesse notamment, surfent sur les problèmes de société ou d'actualité pour accrocher et vendre. Le message est passé mais les victimes du harcèlement méritent des récits plus honnêtes et plus profonds, me semble-t-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
murielan
  26 mars 2016
Laure est désormais en classe de troisième mais depuis son entrée au collège, elle est harcelée par une bande de filles. Son mal-être grandissant, ses notes chutent et ses parents s'interrogent. Difficile pourtant pour Laure de mettre des mots sur ce qu'elle subit quotidiennement...
Un roman court mais efficace sur le harcèlement scolaire.
Je l'ai trouvé très intéressant dans la façon qu'a Ahmed Kalouaz de décrire le chemin parcouru par Laure : au départ, elle pense que cela va bien finir par s'arrêter ; puis, avec le temps, la peur et l'angoisse prennent une place tellement importante dans son quotidien, que Laure met au point des stratégies pour essayer d'éviter de se retrouver face à cette bande de filles ; enfin, elle se rend compte que seule la parole peut la libérer de ce poids qui l'oppresse.
A lire et à faire lire !
Commenter  J’apprécie          190
orbe
  15 février 2016
Les fictions autour du harcèlement sont nombreux. Pourtant ce qui m'étonne le plus c'est la capacité de chaque roman à présenter le sujet sous un angle différent et de lui apporter ainsi un nouveau regard.
Laure est harcelée depuis plusieurs années par une bande de fille. Elle les connait et subit leurs attaques verbales et physiques. Cela ne l'empêche pas d'avoir ses propres amis ainsi qu'une famille aimante.
Mais avec le temps les agressions se font plus violentes et la jeune fille commence à ressentir une peur constante. Ses notes chutes et ses parents s'interrogent sur son mal-être mais elle ne se sent pas encore capable d'en parler, de mettre en mots sa souffrance...
Un court roman qui évoque avec justesse l'indicible. le harcèlement est souvent un phénomène insidieux, progressif et qui peut rapidement devenir invivable pour la victime.
L'auteur évoque aussi bien le désarroi des parents qui ne saisissent pas vraiment l'étendue du problème que la difficulté pour les copains d'intervenir et d'aider.

J'ai aussi apprécié les différents portraits d'adultes qui sont présentés. Car si on ne peut nier que certains préfèrent ne rien voir pour ne pas avoir à intervenir, d'autres sont intransigeants avec ce phénomène et n'hésitent pas à intervenir pour faire cesser les comportements déviants.
Enfin, Ahmed Kalouaz, dessine en filigrane des bourreaux eux aussi en détresse ce qui est souvent le cas. Il y a enfin le message optimiste d'une sortie possible qui mêle différentes solutions dont la mise au vert qui paraît salvatrice.
Une recherche des vraies valeurs ?

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Transfuge
  12 juin 2016
Laure est une jeune fille de 3ème qui vit de plus en plus mal le harcèlement dont elle est victime. Il s'est installé sournoisement, depuis plusieurs années, et a fini par prendre toute la place dans sa vie. Laure perd pied, mais ne sait comment gripper l'engrenage. Vers qui se tourner? Qui pourrait l'aider?
Un court roman qui traite de ce phénomène malheureusement toujours aussi présent dans les établissements scolaires, et qu'il est difficile d'éradiquer. Laure analyse la situation avec une grande (trop grande?) maturité. Elle frôle souvent les questions philosophiques, les discute quelquefois avec un harceleur - ce qui me paraît hautement improbable. On oscille entre l'essai sur le harcèlement et la fiction; ce mélange des genres m'a empêchée de m'attacher au personnage. Autant le processus de harcèlement m'a paru juste et intéressant, autant la façon de raconter l'histoire m'a semblé irréaliste. le style, riche et poétique, nourri de métaphores, est fluide et agréable, mais il n'est pas crédible dans la bouche d'une collégienne. Une impression très mitigée, donc. Je ne saurais défendre ce roman devant mes élèves. Pour le lycée, peut-être?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
shelters
  08 juillet 2016
Ce roman qui traite du harcélement est à mes yeux très bien fait. Ce qui m'a plut c'est qu'on suit Laura, une collègienne harcelée par une bande de filles. Mais, pour une fois, on a aussi un peu le témoignage d'un harceleur. Je n'ai pas tout lu sur le sujet mais c'est la première fois que je le remarque.
Là où Ahmed Kalouaz fait fort c'est que sans pathos exagéré il réussit à faire comprendre les raisons qui poussent les victimes à se taire. Car pour moi c'est une grande question ça, pourquoi les victimes se taisent ? Pourquoi un jeune harcelé par d'autres élèves ne dit rien ni à ses parents, ni à un prof, ni à personne en fait ? C'est la loi du silence qui clot toutes les bouches, fait baisser les regards, tourner les têtes. Profs, proviseur, parents, amis... obéissent à cette omerta. Lacheté ? Indifférence ? Sans doute plus simplement de la peur. Peur d'être pris pour cible, peur d'être vu comme "une balance", peur des représailles... finalement on se retrouve dans un cercle vicieux. La colusion du groupe fait perdre tout moyen aux adultes, aux victimes et aux témoins.
Autant vous dire que j'ai dévoré ce court roman sur un sujet, heureusement de moins en moins tabou, qui débouche trop souvent sur des faits divers terribles où des victimes préfèrent se tuer que continuer à affronter leurs harceleurs.
Filles ou garçons, professeurs ou élèves, personne n'y échappe. Certains choisissent de passer du côté obscure de la force est deviennent harceleurs plutôt que risquer d'être harcelé... J'avoue que ça fait peur. Et qu'il est grand temps de prendre conscience que ces façons de faire ne sont pas des faits isolés. Ils existent depuis toujours et il est désolant de voir qu'au 21e siècle ils perdurent encore.
Un roman à lire ou faire lire donc sur un sujet pas très drôle mais traiter ici avec finesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   01 juin 2016
Si la finalité d'un roman n'est évidemment pas son utilité, celui-ci combine finesse d'écriture et efficacité de son message.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
KawaneKawane   02 décembre 2016
Mourir au bord du Gange est paraît-il un privilège. Disparaître parce qu'on est tourmenté deviendrait dans mon cas une manière de ne pas sombrer. Je ne parle pas de mourir, mais de m'enfoncer dans une forêt et d'avancer jusqu'à ce qu'une clairière se présente, un lieu tranquille où je pourrais regarder vers le ciel, sereinement.
Commenter  J’apprécie          90
orbeorbe   15 février 2016
Au bout du compte, j'ai cru que je méritais ce qui m'arrivait. Personne ne m'a jamais demandé pardon, personne, dans la bande d'Alice, ne m'a tendu la main pour faire cesser ou atténuer le saccage.
Commenter  J’apprécie          80
CDIMathiasCDIMathias   03 juillet 2018
L'an dernier, lors des repas que je prenais à la cantine, les filles de la bande s'installaient à la table la plus proche (...) Dans ce cas, je pouvais recevoir des morceaux de nourriture, ou alors l'une d'elles se levait, un verre d'eau à la main, et, faisant mine de trébucher, elle m'en versait le contenu sur la tête. Mais ça pouvait être de la sauce tomate ou de la purée chaude.

Dans la cour, les surveillants préfèrent souvent s'intéresser aux peccadilles, aux fumées de cigarettes qui s'échappent parfois d'un taillis. Ils n'ont pas envie de se retrouver encerclés à la sortie du collège par une bande voulant vérifier et montrer que c'est elle qui règne sur ce territoire, dedans et dehors.

Mes parents sont sur mon dos et me gonflent à longueur de temps. Moi, ça me fait du bien de brimer les autres.

(...) beaucoup d'élèves craignent de s'asseoir près de moi, sans doute de peur d'être pris pour cible si la bande pense qu'on est des amis proches.

Ce qui me frappe, c'est de n'avoir jamais vu quelqu'un prendre ouvertement ma défense.

(...) la peur, cette différence sans nom que je porte.

Je ne sais toujours pas pourquoi, au début de mon harcèlement, je n'ai pas été animée d'un désir de rage, d'une envie de relever la tête. La première fois je me suis tue, j'ai abdiqué. Après, c'était trop tard (...) La curée pouvait commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KawaneKawane   02 décembre 2016
Quand on a peur, on ne croit plus en rien, ni aux belles choses, ni ceux qui vous disent qu'ils vous aiment;
Commenter  J’apprécie          110
TakalirsaTakalirsa   30 mai 2016
Quand on a peur, on ne croit plus en rien, ni aux belles choses, ni à ceux qui vous disent qu'ils vous aiment.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Ahmed Kalouaz (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ahmed Kalouaz
Sylvie Gracia - Collection doado des éditions du Rouergue .Sylvie Gracia vous présente la collection doado des éditions du Rouergue. http://www.mollat.com/recherche/editeur/Editions%20du%20Rouergue.html Guillaume Guéraud "Cité Nique-le-Ciel" http://www.mollat.com/livres/gueraud-guillaume-cite-nique-ciel-9782841568444.html Frédérique Niobey "Sur le toit" http://www.mollat.com/livres/niobey-frederique-sur-toit-9782812605833.html Alex Cousseau "Les trois vies d'Antoine Anarchis" http://www.mollat.com/livres/cousseau-alex-les-trois-vies-antoine-anacharsis-9782812604355.html Stéphane Servant "Le coeur des louves" http://www.mollat.com/livres/servant-stephane-coeur-des-louves-9782812605581.html Ahmed Kalouaz "Je préfère qu'ils me croient mort" http://www.mollat.com/livres/kalouaz-ahmed-prefere-ils-croient-mort-9782812601958.html Sylvie Deshors "Fugueuses" http://www.mollat.com/livres/deshors-sylvie-Fugueuses-9782812605840.html Notes de Musique : 09 Búsqueda exploratoria #007 - Rue Laide Coupe - Free Music Archive
+ Lire la suite
autres livres classés : harcèlement scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

mon coeur dans les rapides

Comment s'appelle l'amie de Juliette avec qui elle part en colonie ?

Emma
Louise
Léa
Marie

15 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Mon coeur dans les rapides de Ahmed KalouazCréer un quiz sur ce livre
.. ..