AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782369743187
178 pages
Akata (23/08/2018)
4.28/5   89 notes
Résumé :
Tasuku a bien du mal à comprendre la réaction de Misora, et depuis leur dispute, il n'a plus aucune nouvelle...
Mais le lycéen n'a pas de temps pour tergiverser, car déjà s'annonce la reprise des cours. C'est presque apaisé qu'il envisage désormais son quotidien. Pourtant, le destin lui réserve une curieuse surprise : Tsubaki va découvrir son implication au sein du comité des chats...
Comment réagir ? Pendant ce temps, une vieille connaissance d'Utsumi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 89 notes
5
9 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

OverTheMoonWithBooks
  28 octobre 2019
Un troisième tome où l'attention du lecteur est attirée principalement sur le travail dans l'association et à l'école de Tasuku. Dans les deux cas l'adolescent doit travailler avec ce garçon qui le fait tellement craquer mais affiche un violent mépris pour les trans et homosexuels.
Le défi de Tasuku oscillera entre tout garder pour lui ou aller à l'affrontement pour se faire respecter.
L'attitude des hétérosexuels est également un enjeu important : trop de bienveillance qui en devient insultante à force de vouloir faire d'eux des êtres à part ou le rejet comme s'ils étaient anormaux : quelle attitude est la plus blessante ?
Un tome assez intéressant, la fin l'est plus particulièrement. Je me demande ce qu'il en sera de la conclusion de cette série.
Commenter  J’apprécie          160
Sharon
  10 juillet 2021
Comme le montre la couverture du tome 3, l'intrigue de ce tome est centrée sur Tasuku et Tsubaki. Ce dernier a découvert que Tasuku, élève dans le même lycée que lui, s'impliquait dans le comité des chats, qui s'occupe de la rénovation de plusieurs bâtiments en ville. Point commun, dit-on, des membres du comité : ils seraient tous gays. Tasuku serait-il gay, lui aussi ? Ne pas répondre à Tsubaki, surtout pas, et plus que jamais, Tasuku pense que le silence est d'or, surtout face à la violence verbale que Tsubaki manifeste envers la communauté LGBT. Ce qui est plus intéressant, pourtant, c'est de montrer aux lecteurs que la bienveillance n'est pas forcément... si bienveillante que cela. Il est facile de se positionner face à quelqu'un qui se montre agressif, haineux, insultant. Il l'est moins face à quelqu'un qui pense se montrer bienveillant, comme cette jeune femme, mère de famille, qui surgit du passé d'Utsumi et ne cesse de le renvoyer à ce passé, ce passé où il était genrée au féminin, où il portait un prénom féminin - qu'il ne porte plus, puisqu'il est un homme - où il était une joueuse de volley. Oui, "elle" était grande, musclée, et son amie s'autorise ainsi à dire qu'il était déjà ... masculin. Je me suis demandée si elle se croyait vraiment bienveillante ou si elle jouait un jeu, appuyant là où elle pouvait faire mal sans avoir l'air d'y toucher - et sans que l'on puisse lui reprocher quoi que ce soit. Pire : c'est même elle qui reprochait à Utsumi de ne pas s'engager assez pour les personnes "comme elle". Parmi tous les personnages du manga qui se questionnent, Utsumi est justement celui qui a répondu à son questionnement, qui sait qui il est, ce qu'il veut faire, et ce qu'il ne veut pas faire. Et ce qu'il sait faire, c'est remettre l'autre à sa place, calmement.
Tasuku agira et réagira aussi, face à Tsubaki, osant dire ce qu'il pense. Avec quelles conséquences pour le tome 4 ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tachan
  28 août 2018
Que dire de ce nouveau, à part que j'en attendais beaucoup. Avec Tasuku et Tsubaki en couverture, j'étais sûre qu'il était enfin temps pour nous de voir notre héros grandir et se rapprocher de son amour, mais bien sûr les choses furent bien plus compliquées.
Dans ce tome, on parle encore et toujours de genres et d'identités sexuelles, mais surtout de la perception du monde extérieur. Ainsi, va être mis en avant, Monsieur Utsumi, un transexuel, qui va retrouver une ancienne camarade du club de volleyball, qui va lui en faire voir des vertes et des pas mures à cause de sa trop grande et fausse "bienveillance". J'ai été saisie par la justesse avec laquelle Yuhki Kamatani a su croquer ce moment de vie si difficile. Utsumi est confronté à ce qu'il y a de pire, une personne amicale qui sous prétexte de bienveillance va tenir des propos ultra dérangeants et limites pour mettre en avant une fausse gentillesse. Elle va aussi chercher à le pousser à se mettre en avant pour soi-disant illustrer des propos de tolérance et l'inculquer aux enfants mais on ne peut pas forcer les gens à faire ça s'ils n'en ont pas envie. En plus, ici, j'ai trouvé ça fort hypocrite de sa part. Depuis le début, j'ai trouvé cette femme fausse et désagréable derrière son sourire de façade. Elle ne comprend absolument pas les gens et cherche sans cesse à imposer son point de vue. Horrible. Heureusement, M. Utsumi est quelqu'un de vraiment fort. Il sait qui il est. Il s'assume. Il sait ce dont il est capable ou non. C'est un vrai modèle.
De modèle justement, il servira à Tasuku dans ce tome. Celui-ci a enfin retenu l'attention du garçon qu'il aime en secret, Tsubaki. Ils se mettent à passer du temps ensemble mais on retrouve chez Tsubaki les pires propos possibles sur les homosexuels et les gens différents de lui. Dès le début, comme Tasuku, j'ai ressenti un vrai malaise. Je ne savais pas non plus sur quel pied danser avec Tsubaki. Est-il homophobe ? Est-il un homosexuel refoulé ? Ou rien de tout ça ? Ce qui au début peut passer pour une mauvaise interprétation de Tasuku, car il le regarde à travers son propre mal être et sa propre insécurité vis-à-vis de son identité sexuelle, devient petit à petit plus concret. Et il faut tout le génie de l'autrice pour pousser Tsubaki dans ses retranchements pour qu'enfin il explose et se révèle. On est alors soufflé par son explosion de colère mais surtout de malaise et de souffrance.
Après un début, un peu fade et classique, ce tome aura su une nouvelle fois me toucher en plein coeur à travers des personnages toujours aussi travaillés et de plus en plus fouillés. Avec son dessin toujours subtil et plein de poésie, la mangaka continue à faire preuve d'une rare justesse pour brosser le portrait des émotions si différentes des personnages. le chemin vers l'acception de soi et des autres est encore longue, mais on y travaille.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Livre_o_vert
  29 juillet 2021
J'ai craqué pour la couverture du premier tome. J'ai vu que c'était une série de 4 mangas seulement sur la recherche de son genre ou bien de sa sexualité. J'ai donc cédé à mon envie et je me suis procuré les 4 tomes que j'ai lus ce mois-ci.
Tout débute quand Tasuku, un lycéen, se fait voler son téléphone où il regardait un porno gay alors qu'il n'a pas réalisé son coming out. Il a peur, il pense dès lors au suicide tout en niant son homosexualité ! Mais lorsqu'il regarde au loin avant de sauter, il remarque une jeune femme qui vient juste de le faire.
Paniqué, il va donc vers celle-ci et à partir de ce moment, il va vivre des semaines éprouvantes qui lui permettront de se faire de nouveaux amis au sein d'une association Lgbt rénovant des maisons et faisant office de groupe de parole libre.
Nous retrouvons plusieurs thématiques : gay, lesbienne, transgenre, asexualite, mariage homosexuel, coming out, homophobie, harcèlement scolaire... C'est assez complet bien qu'il n'y ait que 4 tomes. Les illustrations sont agréables à regarder. Connaissant le monde "Lgbt", la façon dont c'est manié est simple et vraie. Il n'y a pas d'exagération pour donner un style plus théâtral.
J'avais toutefois cette impression de touche fantastique avec l'hôte, mais finalement pas du tout. Adorant le fantastique c'est dommage. J'aurais aimé que cette femme apporte une touche d'irréel un peu plus marquée. J'ai par ailleurs adoré de personnage de Misora, une personne amab.
J'ai lu des avis disant que des personnages avaient des propos trop durs par moment. L'ayant vécu dans mon entourage et dans ma vie. Oui, ces propos existent. Les autres et nous-mêmes ne sommes pas des êtres ne faisant pas d'erreurs. Quand on se cherche et qu'on se montre, les mots peuvent parfois être plus forts que nos pensées d'un côté, comme de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
  03 janvier 2019
Éclat(s) d'âme est une série qui gagne en intensité, au fur et à mesure que l'on avance dans notre lecture. Yuki Kamatani arrive même à entretenir un mystère autour de ses personnages, je pense notamment à la jeune femme qu'ils appellent leur hôte.
Il est impossible de rester insensible à ce manga, aux sujets qu'ils traitent. J'ai beaucoup aimé le découvrir et me laisser bercer par les histoires de ses protagonistes. Tasuku est le personnage principal. Dans le tome 1, il était totalement perdu face à son homosexualité en commençant par la nier en bloc. Au fil des chapitres et des rencontres, on le voit s'ouvrir de plus en plus. Tasuku est très attachant et il est représentatif d'autres adolescents qui questionnent leur sexualité.
L'auteure a fait un travail remarquable sur la psychologie des ses personnages. Ce sont eux

qui font la force de ce manga. Ils représentent la diversité de la communauté LGBT, la diversité humaine. À travers eux on a un regard sur des aspects de leur vécu. le tome 3 est peut être le plus violent émotionnellement parlant. Centré essentiellement sur Tsubaki/Tasuku et sur M. Utsumi. Ce transsexuel va subir les conséquences de la méchanceté humaine. Son histoire m'a prise aux tripes.
Le tome 4 nous offre un final à la hauteur de la série. J'ai été ravie de finir avec une note positive même si Yuki Kamatani est loin de nous dépeindre un monde LGBT où il pleut des licornes et des arcs-en-ciel. Elle insiste sur le fait que la société a besoin de faire rentrer les gens dans des cases et déconstruit cette idée en montrant que l'on serait plus heureux, entre autres, si on acceptait juste l'autre et sa différence. On apprend enfin le secret de notre hôte qui résume si bien toutes les idées que l'auteure voulaient faire passer à travers ce manga engagé.
Genres, identité sexuelle, transsexualité, homophobie, communauté LGBT, tant de thèmes forts qui rendent ce manga unique. Une vision réaliste loin de tout cliché, un coup de crayon subtil et une histoire qui se construit progressivement. Elle ne concerne pas un seul personnage mais plusieurs vies qui vont se lier, se croiser ou se séparer. Une lecture émouvante et engagée. Un manga à découvrir absolument. Si nous sommes tous semblables la vie serait triste non ?

Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
TachanTachan   28 août 2018
Ces murs qui existent entre nous et les gens, on ne les sent qu'en s'efforçant de les percuter. Ces efforts finissent parfois par saper même les coeurs bienveillants... mais puisque nous sommes tous à bord du même bateau, il faut parfois briser le silence. Tant pis si on n'arrive pas tous à se comprendre... ce qui compte, c'est que chacun puisse trouver sa place dans le monde.
Commenter  J’apprécie          40
Yoda_BorYoda_Bor   31 décembre 2018
C’est crevant de se mettre en colère … Mais tant qu’on ne le fait pas, les gens ne comprennent rien.
Quand on ne sort jamais de ses gonds je crois qu’on finit par devenir invisible.
Commenter  J’apprécie          50
AstropodeAstropode   02 mai 2022
Je ne sais toujours pas qui est vraiment Tsubaki, mais je crois que j’ai senti la douleur qu’il a en lui. En le voyant les nerfs à vifs, angoissé et déboussolé, en voyant ses larmes, il m’a rappelé celui que j’étais il n’y a pas si longtemps.
Commenter  J’apprécie          10
CanelitaCanelita   06 février 2021
Tant pis si on n'arrive pas tous à se comprendre... Ce qui compte, c'est que chacun puisse trouver sa place dans le monde.
Commenter  J’apprécie          20
boumabouma   20 mars 2019
Ça part d'une bonne intention mais c'est compliqué à gérer, parfois.
On peut se battre contre les gens malveillants, mais on ne peut rien faire contre ceux qui vous veulent du bien.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Yuhki Kamatani (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yuhki Kamatani
Éclat(s) d'âme - Mangado La voie du manga
autres livres classés : lgbtVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1154 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre