AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505063699
Éditeur : Kana (22/01/2016)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Le maître du Gekiga s’attaque à un tabou toujours vivace de la société japonaise : le divorce. Le « Club des Divorcés » est un petit bar à Ginza géré par Yukô, jeune femme de 25 ans divorcée. Elle devient la « mama » du bar après son divorce afin de subvenir aux besoins de sa petite fille de trois ans. Difficile de tenir bon en tant qu’hôtesse, patronne et femme divorcée au milieu du Japon des années 70.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Mariloup
  29 janvier 2018
Je suis absolument fan du travail de Kazuo Kamimura, autant pour ses histoires que pour son graphisme. J'ai découvert ce mangaka grâce à ses oeuvres Lorsque nous vivions ensemble et le fleuve Shinano, et dès que j'ai eu l'occasion, je me suis jetée sur la duologie du Club des Divorcés!
Yûko, 25 ans, est propriétaire d'un bar nocturne appelé "Le Club des Divorcés", secondé par Kenchan, son barman et ses hôtesses de bar. le nom a été choisi par rapport à sa propre vie de divorcée, pour les hommes et les femmes de tout âge qui sont dans le même cas qu'elle, pour faire de nouvelles rencontres, passer du bon temps, oublier ses tracas ou pour se noyer dans l'alcool, dans la tristesse ou dans la luxure. Yûko est une femme qui vit encore avec son passé mais qui veut avancer, qui veut oublier sa vie de femme mariée, profiter de sa liberté, qui ne veut pas faire ce qu'on attend d'elle et qui malheureusement, a bien du mal à s'occuper et à être une vraie mère pour sa fille Asako. Elle va se rendre compte que les choses ne sont pas si simples dans la vie, qu'elle aura toujours besoin d'aide, qu'elle ne peut se débrouiller toute seule, qui a des soucis d'argent mais qui ne veut pas abandonner son précieux club. Quant à Kenchan, ce dernier est amoureux de sa patronne depuis le début, la protège autant qu'il peut, drôle, insouciant et qui est un soutien sans faille. Tout au long des tomes, ils vont se chercher mais aussi se mettre x barrières en plus des nombreuses interruptions au moment où ils allaient aller plus loin. Vers le second tome, on sent les changements arriver et notamment des bons: elle se rapproche peu à peu de sa fille; ses employées l'abandonnent; le club s'effondre, les soucis d'argent sont bien trop importants; elle ouvre en collaboration avec Kenchan un tout nouveau club plus modeste; les deux ont envie de renouveau et de quelque chose ensemble; ils ont de meilleurs rapports avec les clients et les fidèles; Yûko se permet d'être une vraie femme moderne. On ne peut que leur souhaiter du bonheur dans une société très conservatrice et en perpétuel mouvement.
L'univers est très sombre avec une tendance dramatique et malsaine, les thèmes abordés sont très durs et de société (et ce peu importe les années): la maternité, le suicide, la dépression, le divorce, l'adultère, le viol et plein d'autres... Certaines choses m'ont beaucoup révolté, surtout par rapport aux conditions de la femme en ce temps-là et dans ce pays, aux vices de certains hommes, entre autres! le contexte historique et social est très intéressant. Nous sommes dans un Japon des années 70 qui reste très traditionnel tout en poursuivant une certaine évolution vers le modernisme, avec un côté très conservateur. Et le côté tranche de vie me plaît énormément et il est des plus présents. Ce n'est nullement un manga d'action, le rythme est assez lent et tout est dans l'introspection.
C'est un manga pour public averti, qui n'est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a des scènes de sexe, de violence également (pas tellement non plus, il y en a beaucoup moins que dans d'autres de mangas de l'auteur). En tout cas, le contenu reste très mature et j'ajouterai que ce manga est tellement noir, qu'il ne faut pas être dans une phase où le moral est au plus bas, il faut s'accrocher et évidemment, ce manga ne plaira pas à tout le monde car c'est si spécial.
Le graphisme est reconnaissable entre mille. Mettez-moi plusieurs dessins de différents mangas et mangakas, et je saurais reconnaitre au premier coup d'oeil le travail de Kazuo Kamimura. C'est pur, poétique, empreint d'une certaine mélancolie. le trait est très noir. D'une saga à une autre, les personnages se ressemblent énormément mais ce n'est en rien gênant. On est dans la contemplation pure, j'ai pris le temps d'observer chaque dessin, d'essayer de comprendre les messages cachés car il y en a beaucoup. Les détails sont aussi mis en avant de façon magistrale. C'est de l'art, tout simplement.
En bref, c'est une bonne lecture mais pour moi, Lorsque nous vivions ensemble reste la meilleure saga de l'auteur à mes yeux, qui m'a le plus marquée. Il me tarde vraiment de découvrir d'autres trésors de Kazuo Kamimura au talent certain!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bouvy
  14 août 2016
La crise est profonde. le bar de Yûko tourne au ralenti, ce qui l'a plongé dans les difficultés financières. Elle va trouver le professeur pour obtenir de l'aide et devient sa maîtresse. Fac' au problèmes, elle néglige de plus en plus sa fille. Ken et elle sont toujours aussi complices. Entre eux, le désir s'installe, vont-ils franchir le pas qui risquerait de modifier irréversiblement la relation de la patronne et de son employé ?
Tout en poésie et en émotion, ce manga des années 70 ici réédité en version numérique est un formidable reportage sur la difficulté qu'on les femmes divorcées à vivre sereinement dans une société à l'ambition dévorante. le trait est épuré, il est fort, il est vecteur d'émotions, de sentiments. le contraste entre la mégalopole qu'est Tokyo et la nature environnante déteint sur le caractère des personnages. On passe de l'angoisse à la sérénité, de la joie à la tristesse, du désir à la répulsion. La langueur du récit ne nous conduit jamais à l'ennui. On compatit, on s'émeut, on rêve, l'histoire est profonde, le scénario et les merveilleux dessins se fondent en une magnifique harmonie. Préférant lire les mangas en version numérique, je ne m'habitue pas à lire un livre papier de droite à gauche, je me promet de surveiller toutes les créations de Kazuo Kamimura car si elles sont rééditées en version numérique, je les téléchargerai avec empressement. J'ai adoré ce manga qui tient d'avantage du roman Illustré que de la simple bande dessinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lemillefeuilles
  19 août 2019
Second et dernier volume pour cette duologie mettant en scène Yûko, une jeune femme divorcée. Jusque-là, rien d'exceptionnel... Sauf que Yûko est mère célibataire et tient le bar "Le Club des Divorcés". Et surtout, l'intrigue se déroule au Japon dans les années 70, alors que les femmes divorcées sont mal perçues...
Petit à petit, nous voyons la relation entre Yûko et Ken-Chan, qui est son employé au bar, évoluer. Il est évident que ce dernier est amoureux d'elle, mais nous ne savons pas vraiment ce qu'elle peut éprouver à son égard. Et puis, petit à petit, les hôtesses quittent le navire, ce qui va amener ces deux protagonistes à ouvrir ensemble un nouveau bar "Le Club des Divorcés", plus petit, celui-ci.
L'histoire n'est pas pleine de rebondissements, mais Kazuo Kamimura dépeint un univers auquel j'ai accroché. Il parle de la réalité d'une époque avec finesse et un trait d'humour noir, mettant en scène des scènes de violence, de sexe et de viols...
Au niveau des illustrations, c'est vraiment le gros plus de cet ouvrage. L'auteur a en effet un coup de crayon élégant, qui diffère un peu de certains mangas que nous pouvons voir d'ordinaire, et qui me plaît beaucoup.
J'ai apprécié cette duologie et les graphismes de ces deux ouvrages. Ainsi, j'ai très envie de poursuivre ma connaissance des oeuvres de Kazuo Kamimura, notamment celles rééditées depuis peu, puisqu'elles me semblent toutes intéressantes.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Kmye
  06 juin 2018
Suite et fin pour le Club des divorcés. Un diptyque que l'on quitte un peu chamboulés de toute cette mélancolie et de ces passions contrariées. Tout en nuances, ce second tome ne déçoit pas autant sur le plan narratif que graphiquement. Les planches sont magnifiques, les fleurs disséminées ça et là apportant encore plus de délicatesse aux propos. Dans sa préface, Stéphane Beaujean explique que chez Kamimura, "les tourments intimes sont traités avec la fougère et l'emphase des auteurs de manga d'action. L'extraordinaire n'est pas utile ; il suffit qu'un couvercle de casserole tombe au sol pour que le monde dans son ensemble s'effondre" : tout est dit.
Et tant que j'y pense, il était sympathique de voir le mangaka lui-même dans sa propre oeuvre !
Commenter  J’apprécie          50
Montana
  20 décembre 2017
Un très beau portrait de femme dans le Japon des années 70, qui tente de s'assumer malgré sa situation de mère divorcée en pleine crise économique et financière.
Yûko est une femme à la fois sensible et déterminée, ce qui la rend à la fois attachante et forte dans son combat et sa lutte au quotidien.
J'ai partagé ses angoisses ainsi que sa soif d'avancer et de vivre pleinement sa vie sans être jugée par les choix qu'elle a fait.
Le dessin est simple, épuré et la silhouette de l'héroïne est sublimée par un trait qui la met merveilleusement en valeur, elle qui est si gracieuse!
Une étude de moeurs et de la société Japonaise de l'époque qui pourrait encore être d'actualité aujourd'hui, compte tenu de la position des femmes dans ce pays qui n'a guère progressé sur ce thème...
Je vous conseille ce manga en 2 tomes.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   30 janvier 2017
L'élégant récit de Kazuo Kamimura n'est pas fait de multiples rebondissements, mais il se concentre sur la vie quotidienne et le monologue intérieur de Yukô, ce qui donne un rythme assez lancinant à l'ensemble.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
lemillefeuilleslemillefeuilles   17 août 2019
Hmm... Mais ne dit-on pas que l'amour est comme une poussée de fièvre ? Si j'ai été très amoureux, ça veut dire que j'ai attrapé une sacrée maladie.
Commenter  J’apprécie          120
MariloupMariloup   24 janvier 2018
Yûko: Dis, tu veux qu'on aille boire un verre après le travail?
Ken-chan: Hein?!
Yûko: J'ai comme un trou à combler dans la poitrine.
Ken-chan: Oh! Mais c'est terrible! Tu n'aurais pas un début de pneumonie?
Yûko: Idiot! Je te dis que je me sens seule!
Commenter  J’apprécie          20
KmyeKmye   06 juin 2018
Le discours, profondément calme, de renoncement de cette femme résonnait comme une sorte de musique dans mes oreilles.
Commenter  J’apprécie          50
BouvyBouvy   14 août 2016
Aimer ou détester les gens n’est pas quelque chose qui fait partie de la vie. C’est, d’après moi, la vie même…
Commenter  J’apprécie          40
BouvyBouvy   14 août 2016
On divorce parce qu’on s’est marié,… on meurt parce qu’on est né, c’est pareil en fait !
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Kazuo Kamimura (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kazuo Kamimura
"Un titre TRES particulier de KAMIMURA ou la perversion et le côté malsain atteignent certainement des hauteurs un peu trop exacerbées à mon gout."
Salut à toi ! Voici une nouvelle fois un Mangado - La voie du manga sur Les fleurs du mal de KAMIMURA Kazuo et OKAZAKI Hideo. Pour ne louper aucune vidéo et nous soutenir, pense à t'abonner à la chaine youtube de Manga-News et de la Bande Animée !
La Bande Animée : https://www.youtube.com/channel/UCIUDG8qPmRfXNXT5W0JO2zg/?sub_confirmation=1
Manga-News : https://www.youtube.com/channel/¤££¤18PmRfXNXT7De La Bande Animée16¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
+ Lire la suite
autres livres classés : étude de moeursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
835 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre