AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jeanne Etoré (Traducteur)
EAN : 9782714440365
156 pages
Belfond (01/03/2005)
2.92/5   18 notes
Résumé :

D'anecdotes ubuesques en souvenirs cocasses, Wladimir Kaminer nous entraîne dans un récit de voyages picaresque, un périple désopilant au cœur de l'absurdité du système communiste et de l'humour russe.

Dans l'entourage de Wladimir, on a toujours eu la bougeotte. Son oncle Boris, par exemple : dans les années soixante, il racontait à qui voulait l'entendre son voyage à Paris et sa visite de la tour Eiffel avec des étoiles dans les yeux. >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Zebra
  05 mars 2013
« Voyage à Trulala » est le second livre de Wladimir Kaminer, écrivain d'origine russe, né à Moscou en 1967 et installé depuis 1990 avec sa femme Olga Gura ainsi que ses deux enfants à Berlin, dans le district du Prenzlauer Berg. Acheté d'occasion et sur un coup de tête, probablement à cause de sa couverture et de son titre assez drôle (lequel m'a fait penser à l'expression « troulala itou », signe indubitable mais naïf d'un bonheur inespéré et sans faille), le livre s'avère un peu décevant.
L'histoire ? A la chute du mur, dans les années 1990, deux jeunes Russes (en fait Wladimir et sa femme) entreprennent de sortir de l'ancienne URSS et de voyager en Europe. A une époque où l'envie de voyager dans le monde occidental reste grande, s'agissant d'un plaisir qui n'est plus interdit mais seulement contrôlé par l'administration, ils partent pour l'ancienne RDA, puis pour le Danemark et la France. le livre raconte leur périple, leurs rencontres, leurs surprises et leurs désenchantements.
Les raisons de ma déception ?
D'abord, si nos deux jeunes Russes rencontrent une multitude de gens, il faut se rendre à l'évidence : ce sont autant de personnages falots, sans intérêt réel, qui défilent devant les yeux du lecteur sans retenir son attention. Il y a Oleg, directeur d'un komsomol, Andreï, doué pour la musique et qui se fait prendre en stop par un homosexuel (page 111), Siméon qui fait une tentative de suicide en se jetant du 9ème étage, qui en ressort indemne et qui part s'installer en Australie, Boris, ancien pilote de chasse en Mandchourie qui gagne un voyage à Paris, rêve de prendre une cuite sur la Tour Eiffel (page 19) et qui part s'installer au Kazakhstan, Korshagin et sa copine Masha qui tentent (page 32) de surprendre les français assis à la terrasse d'un café près du jardin du Luxembourg en leur chantant du « folklore Russe endiablé » (en fait, en leur chantant des comptines pour enfants de 3 ans) et qui se font pincer par la police (page 37) en tentant de ramasser les pièces de monnaie jetées dans la fontaine du jardin, Alex, réfugié politique, peintre et fondateur du courant réalisme antisocialiste, qui épousera Anna et ira avec elle s'installer à Montmartre (page 51) avant de repartir pour Moscou, Boris (non, c'en est un autre), patron du groupe Aquarium (page 55) qui chante comme un Dieu mais qui porte des « chaussettes puantes », John et Lisa, américains moscovites un tantinet espions (page 75), Limettov, écrivain très populaire, national extrémiste, très lié avec Bikov (le patron du combinat sibérien de l'aluminium), Martin et Anke, quelques hippies en grève de la faim à Copenhague (page 121) et puis un ex-député du Bundestag qui veut aller en vélo de Berlin jusqu'en Sibérie, qui « sera partout reçu comme un Roi » (page 139) et qui décidera (ouf, vous êtes rendus à la fin du livre) de parcourir le Tadjikistan en vélo.
Ensuite, parce que l'auteur nous assène quelques banalités ou, c'est selon, quelques contre-vérités affligeantes : le Russe vide généralement une bouteille de vodka après l'autre sans que son visage change de couleur (page 27) ; le Yougoslave est généralement un coquin qui n'hésite pas à vendre (page 29) des boîtes de conserve contenant soi-disant de l'air de Paris ; en Amérique (page 77) ne vous avisez pas de draguer une femme au bar ; le monde occidental (page 144) est un monde dépravé où le bonheur facile ne fait que rendre les hommes blasés et les engraisser ; l'amabilité des Russes (page 145) s'explique par leur consommation d'alcool ; le livre (page 146) est la vodka intellectuelle de la femme Russe ; la télévision (page 147) joue un rôle important dans l'autodétermination du peuple dans la mesure où on raconte constamment combien les êtres humains sont malheureux hors de la Russie, etc.
Déçu du socialisme à la Russe, Wladimir Kaminer nous présente et nous commente, entre deux verres de vodka, son album de photos personnelles. L'écriture du livre est simple, sans recherche, à la 3ème personne du singulier : l'auteur nous montre (ou dénonce ?) une réalité largement mêlée de fiction. Il n'y a pas de suspense et l'humour est rare. Il vous faudra bien chercher pour dégoter quelques rares traits cocasses : une sortie du territoire Russe qui nécessite l'approbation du Comité pour l'Amitié Internationale, approbation qui n'est envisageable qu'à la condition que les résultats des analyses de sang et d'urine du Russe soient satisfaisants (page 8) ; des soldats soviétiques dans la force de l'âge et transformés malgré eux en saucisses maigres (page 44) ; deux Russes qui se font pincer au jardin du Luxembourg par la brigade antiterroriste, laquelle croyait avoir affaire à des intégristes musulmans (page 37). Bon, nous sommes loin du caractère désopilant offert par le livre « Les douze chaises » d'Ilf et Petrov. Trulala (page 101) est situé à proximité de l'endroit ou l'avion de Beuys s'est écrasé mais le terme « Trulala » désigne localement un lieu plutôt intime, et - à la date de parution du livre - Trulala vit de trafic de reliques et d'escroqueries en tous genres comme mode de survie (page 103). Pour Wladimir Kaminer, la vie s'apparente certainement à une recherche de cet endroit où « l'herbe est toujours plus verte qu'ailleurs ». Or cet endroit rêvé n'existe pas. Il faudra au final revenir au pays et poser ses valises. C'est ce qu'a fait Wladimir Kaminer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Aela
  22 janvier 2011
Le second livre de Wladimir Kaminer, écrivain d'origine russe installé depuis 1990 à Berlin. Ce livre nous entraîne à la suite de plusieurs artistes peintres et écrivains, qui fuient leur Russie natale dans les années 90, suite à l'effondrement du communisme. Bien des surprises et des désenchantements les attendent dans les pays occidentaux comme la France et l'Allemagne..Ils en viennent parfois à regretter les travers de la vie quotidienne dans leur pays d'origine!!
Commenter  J’apprécie          20
letitbe
  27 juillet 2009
Ce livre, heureusement bref, ne présente aucun intérêt. Des russes qui cherchent à s'échapper de leur pays ou à s'intégrer à l'étaranger. Des histoires sur des personnages sans intérêt. Passez votre chemin et gardez vos sous pour de meilleurs ouvrages.
Commenter  J’apprécie          30
Aliceknitteuse
  14 janvier 2021
Un récit d'anecdotes sans queue ni tête, les personnages sont pas vraiment travaillés, un rythme lent, ou au final je me perds... Je ne comprends pas ou est ce qu'on souhaite porter le lecteur. Bref un arrêt en cours de lecture, ce qui est fortement inhabituel pour moi.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ZebraZebra   05 mars 2013
page 36
[...] Le portail était fermé, mais Korchagin grimpa à la grille sans difficulté. Le jardin était vide, la fontaine éclairée par deux projecteurs, de sorte qu'on distinguait bien les pièces au fond de l'eau. Leur éclat attirait Korchagin : "Saute et viens nous sortir de là" lui susurraient-elles. Korchagin se déshabilla complètement et plongea dans le bassin. Il plongea, et replongea, mais il remontait toujours à la surface les mains vides, comme si les pièces étaient collées au fond.
"Salauds de Français !" pesta-t-il. Le bassin était bien plus profond qu'il ne l'avait cru. "Il me faut un poids", se dit-il en partant à la recherche d'une grosse pierre. Mascha, appuyée à la grille, surveillait la rue. C'était aussi calme qu'un cimetière. Au bout d'une demi-heure, Korchagin lui apporta la première prise. Les pièces étaient plus petites qu'elle ne l'avait espéré, et non pas jaunes ou argentées, mais couverte d'une oxydation verte. Ce n'étaient que des centimes. Korchagin n'abandonna pas pour autant. Il dit à Mascha qu'il venait juste d'apercevoir sous l'eau un tas de pièces plus grosses, et qu'il voulait les remonter. Puis il disparut à nouveau dans le jardin. [...]. Une demi-heure s'était écoulée, Korchagin ne réapparaissait toujours pas. Mascha commença à se faire du souci. C'est alors qu'une élégante limousine noire s'arrêta devant son nez. Une vitre se baissa lentement. Sur le siège arrière étaient assis quatre hommes, avec des cagoules noires sur la tête et des pistolets-mitrailleurs sur les genoux. Entre eux, Korchagin, nu comme Adam, le regard hébété. Mascha ne put s'empêcher de rire : on aurait dit une scène des Tortues Ninja. [...]. Le plan "Attaque de la fontaine" avait échoué. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AelaAela   22 janvier 2011
En Russie, une femme sans manteau de fourrure n'est plus que la moitié d'une femme...Les femmes en manteau de fourrure remplissent les trains: en été, sur une banquette, là où il y a de la place pour huit femmes légèrement vêtues, en hiver, il n'y en a plus que pour trois!" ....
Commenter  J’apprécie          40
VincenteAndreaVincenteAndrea   15 octobre 2014
On a suffisamment de provisions pour poursuivre la grève de la faim jusqu'à l'an prochain !
Commenter  J’apprécie          50

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : communismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
341 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre