AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782267045284
144 pages
Christian Bourgois Editeur (03/02/2022)
3.6/5   15 notes
Résumé :
Lors d'une manifestation dans le village occupé de Vasenka, un jeune homme est abattu. Malédiction, sidération ou conséquence du coup de feu – toute la ville devient sourde. Sous la chappe de silence qui s'abat sur eux, les habitants commencent à s'organiser, et à coordonner leur résistance grâce à une langue des signes connue d'eux seuls. Cernés par la violence, ils entendent bien lutter, et continuent à vivre. Eux, ce sont Alfonso et Sonya, qui attendent un enfant... >Voir plus
Que lire après République sourdeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
C'est au détour d'un rayon de la bibliothèque où je travaille que je suis tombée sur ce livre. Totalement par hasard. Je l'ai pris, sans savoir à quoi m'attendre, juste parce que le résumé m'intriguait.

C'est un ouvrage hybride, entre la pièce de théâtre et la poésie. Assez inclassable et assez surprenant. Pour l'histoire, nous allons suivre les habitant•es d'une ville assiégée par les militaires. Une personne est tuée et toute la ville devient sourde. Ne veut plus entendre les militaires. Alors, le peuple s'organise et apprend la langue des signes afin de communiquer.

Cette pièce de théâtre - ou ce recueil de poèmes ? - traite de thématiques d'actualités. La révolte, les manifestations, les violences policières, le cri d'un peuple à bout. Cette histoire parle d'une révolution hors norme, une silencieuse.

J'ai été assez déroutée par cette histoire, je n'ai pas tout compris - les raisons pour lesquelles la ville est envahie par l'ennemi, par exemple. Mais, à l'instar des autres livres de poésie, il n'y a pas besoin de tout comprendre pour apprécier. La beauté de la langue, ici traduire en français mais où le texte original (en anglais) est encore présent. J'aime bien les recueils de poèmes où la langue originale est présente, si bien que j'ai lu ce livre en français et en anglais.

Il est vrai que j'ai été un poil déçue par cette lecture parce que je m'attendais à autre chose, mais j'ai tout de même bien aimé. C'est déroutant et original, et le côté hybride, entre poésie et théâtre, était intéressant !
Commenter  J’apprécie          210
Voici un livre étonnant et bien particulier. Mi poème, mi théâtre (deux actes), mi conte, mi langue des signes. L'auteur, I. Kaminsky, met l'accent sur notre monde, sourd aux violences. Un enfant est abattu dans un village d'un pays en guerre. L'enfant était sourd. le village décide alors de devenir sourd, et parle un langage des mains qui lui est propre. Malgré les brimades et les crimes sur la population, expéditives, personne n'entend. Pire les trois sens sont en berne, sourd, mais aussi aveugle, tout le village tourne la tête pour ne pas voir, et muet, personne ne dit mot. Sauf la marionnettiste qui va se rebeller. Pure perte, le courage d'une seule reste lettre morte, et la lâcheté ferme les yeux. Pauvres marionnettes qui changent de mains. Peu importe le pays, ce texte aura toujours une actualité tant qu'il y aura une guerre quelque part !
Commenter  J’apprécie          240
Livre étrange, à mi-chemin entre un recueil de poésie, une pièce de théâtre et un pamphlet qui s'échangerait sous le manteau pour résister à l'envahisseur.

Ilya Kaminsky nous secoue en nous présentant une petite ville envahie par des militaires. Difficile de ne pas penser au passé de l'auteur, né à Odessa en 1977 et obligé de fuir l'anti-sémitisme à l'âge de 4 ans. de plus, suite à une erreur de diagnostic, Ilya Kaminsky va perdre l'ouïe quasi intégralement.

République sourde prend place dans une petite ville envahie par l'ennemi. Et au centre de la résistance citoyenne, la parole, le verbe... mais un verbe tu, scellé, car interdit. Alors, c'est via un langage de signes que les citoyens vont résister. L'absence de paroles symbolise la lâcheté des habitants. L'invention d'un langage des signes est un acte de résistance passive, que beaucoup d'habitants vont payer de leur vie.

Les soldats se servent sur les femmes. Les souillent. Les soumettent. Les salissent. Les exécutent ensuite. Mais la résistance s'organise chez les marionnettistes qui vont utiliser leur corps pour séduire et tuer l'envahisseur.

Ilya Kaminsky utilise les mots comme des armes. Il les met en page comme on pourrait le faire en poésie. Il scénarise le tout comme une pièce de théâtre. C'est déstabilisant, dérangeant.

Pour ce deuxième ouvrage, Ilya Kaminsky va recevoir l'Anisfield-Wolf Book Award en 2020 en catégorie Poésie. Parmi les lauréats, on trouve Junot Diaz ou Chimamanda Ngozi Adichie. Mentionnons encore que Carol Joyce Oates faisait partie du jury.

Merci à l'opération Masse Critique janvier 2022 et aux éditions Bourgois pour cette lecture. Notons que l'édition est bilingue, ce qui est plutôt sympa et bienvenu. Cela permet aussi d'apprécier le travail de traduction.
Commenter  J’apprécie          90
Un livre différent de ce que j'ai l'habitude de lire. Un livre entre la pièce de théâtre, la poésie. Un livre qui m'a permis de lire en anglais car la page de gauche est en anglais quand celle de droite est en français. Dès que j'avais un doute sur un mot, je me reportais sur la page d'à côté pour vérifier. Très pratique.
Ce livre parle d'un village en guerre. Les militaires sont entrés dans la ville et celle-ci devient sourde. C'est un livre très poétique, qui m'a déroutée. Je ne peux dire si j'ai adoré ou non. Dans tous les cas, c'est un livre qui fait réfléchir. Sur la guerre, sur les populations qui subissent.
Un livre qui fait résonance avec l'actualité.
Un livre court et percutant.
Commenter  J’apprécie          10
Ilya Kaminsky est un poète né à Odessa en 1977, exilé aux Etats-Unis depuis ses quinze ans. Il écrit principalement de la poésie, dont ce recueil, République sourde, qui raconte l'histoire d'une ville occupée par des soldats et dont les habitants deviennent sourds pour faire oeuvre de résistance.

République Sourde est un recueil de guerre. Les titres des poèmes en témoignent : Coup de feu, Bombardement à quatre heures du matin, Peloton d'exécution… Pourtant, ce n'est pas un recueil écrit sous les bombes de Poutine et que les éditions Christian-Bourgois auraient publié en urgence. C'est un recueil qui date de 2019, écrit en anglais par un auteur lui-même malentendant...
Lien : https://lesmonstres.org/2022..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LaLibreBelgique
02 septembre 2022
"République sourde" est un livre inclassable se situant entre poésie et théâtre signé Ilya Kaminsky. Une pépite dénichée par Sabine Huynh, sa traductrice.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
FocusLeVif
21 mars 2022
Dans un recueil poignant entre le théâtre et la poésie épique, Ilya Kaminsky fait de la langue des signes un vecteur de résistance en temps de dictature.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Bombardement à quatre heures du matin.

Mon corps court dans la rue Arlemovsk, avec mes habits dans une taie d’oreiller :

je cherche un homme qui me ressemble

trait pour trait, pour lui donner ma Sonya, mon nom, ma chemise –

ça a commencé : des voisins montent dans les trams

au marché aux poissons, brisant tous

les instants en deux. Les trams explosent comme des intestins au soleil –

(…)

Je ne trouve pas ma femme, où est ma femme enceinte ?

Moi, un corps, adulte, mâle, je m’attends à

exploser comme une grenade.

Ça a commencé : je vois le canari bleu de mon pays

picorer des miettes dans les yeux de chaque citoyen –

picorer des miettes dans les cheveux de mon voisin –

la neige s’élève du sol et tombe vers le haut, comme il se doit –

avoir un pays, si grand –

courir droit dans les murs, dans les réverbères, dans ceux qu’on aime, comme il se doit –

Le canari bleu de mon pays

se cogne aux murs, aux réverbères, à ceux qu’il aime –

Le canari bleu de mon pays

regarde leurs jambes tandis qu’ils courent et tombent.
Commenter  J’apprécie          20
Nous vivions heureux pendant la guerre

Et quand ils ont bombardé la maison des autres, nous
avons protesté
mais pas assez, nous nous sommes opposés mais pas
assez. J'étais
dans mon lit, autour du lit l'Amérique
s'écroulait : maison invisible après maison invisible après maison
invisible -
j'ai sorti une chaise et regardé le soleil.
Durant le sixième mois
d'un règne désastreux dans la maison de l'argent
dans les rues de l'argent dans la ville de l'argent dans le pays de l'argent,
notre formidable pays de l'argent, nous (par donnez-nous)
vivions heureux pendant la guerre.

P 9
Commenter  J’apprécie          30
Sur terre
un homme ne peut pas adresser un doigt d'honneur au ciel

car chaque homme est déjà
un doigt d'honneur adressé au ciel.
Commenter  J’apprécie          100
Question

Qu'est-ce qu'un enfant ?
Un silence entre deux bombardements.

P51
Commenter  J’apprécie          50
je t'ai regardée briller sous la douche
tenant
tes seins dans tes mains -

deux petits feux d'artifice.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Ilya Kaminsky (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ilya Kaminsky
Vidéo de Ilya Kaminsky
autres livres classés : exécutionsVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1200 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}