AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2376320100
Éditeur : Pika Edition (13/09/2017)

Note moyenne : 2.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Confrontés à une série de mystérieux suicides, ainsi qu’à la menace de voir libéré un virus constitué de micro-machines sur le territoire japonais, les membres de la Section 9 de la sécurité publique ont fort à faire. De son côté, celle qui les avait quittés deux ans auparavant, le major Motoko Kusanagi, agit dans l’ombre pour résoudre elle aussi ces affaires. Libérant son ghost dans les méandres du Net, elle doit faire face à un hacker d’élite. Surnom : le « Mario... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Shan_Ze
  22 juin 2018
En voyant le titre, je me suis laissée abuser, je pensais que c'était le manga en version intégrale. du coup, en le recevant, j'ai été surprise, c'est un roman ! En fait, Ghost in the shell, Stand Alone Complex, Solid State Society (pourquoi tous ces sous-titres ?) est une suite du manga original (si j'ai bien compris) que je voulais découvrir, en plus je n'aime pas lire des séries dans le désordre et je ne l'ai pas trouvé . Mais ce n'est pas le même auteur, non ? C'est une fan fiction ? Je ne sais pas trop comment qualifier cet épisode de Ghost in the shell mais il semble être une suite des deux premiers tomes du manga original .Finalement, je me suis résolue à lire les résumés en début de livre, que reprenaient bien les actions mais qui restent assez factuels. J'ai réussi en cours de lecture à visionner le film avec Scarlett Johansson, ça donne une idée du monde futuriste où se déroule l'histoire, même si certains moments sont différents de ce qui est reporté dans le roman.
Celui-ci est d'ailleurs facile à lire, il y a beaucoup de rappels de ce qui s'est passé avant, même s'il manque du lien autour du personnage du Major Kusanagi. Les rappels continuent sur le début de l'histoire, au cas où le lecteur oublie ce qui vient de se passer. C'est même un peu répétitif même pour ceux, comme moi, n'ont pas lu le manga. Comme dans le film, c'est surtout une démonstration d'un futur imaginaire où l'homme est cybernétisé. Franchement, j'espère qu'un tel avenir n'aura pas lieu, c'est trop peu humain pour moi. Mais la démonstration technologique est impressionnante ! Je lirai sans doute le manga pour compléter l'univers mais j'ai été un peu déçue par la narration répétitive et le livre qui pouvait être nettement moins épais (ce n'est pas un pavé non plus).
(Pourquoi mettre que c'est une nouvelle aventure de Kusanagi ? C'est surtout Toguso et Bato que le lecteur peut suivre...)
Merci à Pika Edition pour cette découverte et pour m'avoir permis de connaître l'univers de ce manga !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Pois0n
  16 octobre 2017
[critique initialement rédigée par mes soins pour Manga Sanctuary (voir lien)]
Ghost in the Shell – Stand Alone Complex – Solid State Society commence de façon étrange. Un roman qui présente ses personnages à l'avance (quitte à spoiler un peu l'histoire, soyons fous!) et est présenté comme... le tome trois d'une saga qui n'aurait jamais eu de tome 1, ni de tome 2. Les enquêtes précédentes sont résumées de façon très succincte, si bien que l'on ne comprend pas grand-chose... Si au moins ces textes apportaient quelque chose au niveau du background, donnaient des clés pour mieux comprendre les personnages... même pas. Seuls les faits sont concernés et au final, ces trente pages (!) d'introduction n'ont absolument aucune utilité pour aborder l'histoire qui suit.
D'autant que le passé sera évoqué à presque toutes les pages, tant son influence sur le quotidien et les décisions des protagonistes est grande. La lutte de chacun, englué dans ses propres soucis, est peut-être l'aspect le plus travaillé de Solid State Society, en dépit d'un côté assez redondant à la longue.
Bref, on est d'emblée plongés dans un univers que l'on devine très élaboré et très complexe. Normal, vu l'âge de la licence. Sauf qu'au lieu de nous donner des informations qui figuraient dans le roman, il aurait peut-être mieux valu nous causer un peu de ce qui n'y est *pas*. A savoir des définitions des termes techniques, un organigramme simple de ce gouvernement japonais fictif avec toutes les sections secrètes qui se tirent dans les pattes...
Parce que là, dès les premières pages, on est jetés en pleine action aux côtés de Motoko... ou plutôt, en pleine observation. Et on ne comprend pas tout. Heureusement, au fur et à mesure que l'on suit les différents personnages (le résumé promettait une enquête « du major Kusanagi »... Major que l'on ne verra en fin de compte pas beaucoup !) , on finit par saisir la situation. D'un côté, on aurait pu penser ça volontaire, comme une façon de ne pas prendre le lecteur par la main... mais de l'autre, on se rend vite compte que Solid State Society est très avare en détails. Pas avec les raisonnements de ses personnages, dont les déductions aussi bien que les errements de pensée prennent quasi toute la place, mais avec tout le reste. de l'univers, le lecteur ne verra rien ou presque. Les descriptions sont réduites au strict minimum. Pour les lieux, ça peut encore passer, même si pour l'immersion ce n'est vraiment pas terrible. En revanche, pour tout ce qui est technologique, il y a un vrai manque. Et c'est DOMMAGE. Dommage, parce qu'on aimerait en voir plus, sortir un peu des sentiers balisés de ce récit à plusieurs voix.
Une voix se fait cependant davantage entendre que les autres : celle de Batô, ranger et ex-collègue de Motoko. C'est lui que l'on suivra pendant la majeure partie de l'enquête, ainsi que Togusa, un ancien policier fidèle à ses principes. Occasionnellement, on aura le point de vue d'autres protagonistes, mais ce sont bien ces deux-là qui occupent le devant de la scène.
Du côté de l'enquête en elle-même, son déroulement se veut très linéaire, sans rebondissements ou presque. Il y a bien une tentative d'introduction de fausse piste, sauf que... contrairement aux personnages, le lecteur, lui, sait depuis le premier chapitre que ce n'est pas possible... très maladroit ! de là, il n'y a plus qu'à se laisser gentiment guider au fil des découvertes et raisonnements des uns et des autres, ponctués de temps à autre par un imprévu qui n'aura, finalement, pas masse de conséquences. En fait, le problème, c'est qu'on a l'impression que tout avance tout seul, comme sur des rails. Que les choses ne pourraient pas se passer autrement. Et c'est un peu regrettable, car on finit par s'y attacher, à ces personnages, tout hantés qu'ils sont par leurs doutes.
Plus gênant, le manque de détails évoqué plus haut concerne également les passages d'action : les descriptions sont très basiques, suffisant à peine à donner une idée de ce qu'il se passe. Tout manque de rythme, d'épique voire même d'émotion. Autant dire que le final tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, dépourvu de tout suspense. Alors que vu les évènements décrits, il y aurait largement eu moyen de rendre tout ça vraiment haletant. Néanmoins, certains passages tirent VRAIMENT leur épingle du jeu, notamment celui mettant en scène Batô et Saitô en duo de choc, ou celui avec Togusa et sa fille... Dans ces moments-là, on pardonne aisément ses faiblesses au roman.
Mais quand, à côté de ça, l'auteur se perd pendant dans plombes dans les moindres recoins de magouilles politiques additionné à la narration très introspective, on comprend d'emblée que son truc est moins l'action que la réflexion. Et on aimerait pouvoir suivre, vraiment. Mais entre les différents services, la multitude de noms, la complexité des rapports de force entre les différentes classes politiques, les jeux de pouvoir... comme on a été parachuté au milieu de tout ça sans carte ni boussole, on n'en profite clairement pas pleinement.
Alors, Ghost in the Shell – Stand Alone Complex – Solid State Society est-il un mauvais roman ? Pas vraiment. En est-il un bon ? Non plus. Malgré tous ses défauts, le truc se lit sans trop de mal, porté par ses personnages auxquels on ne peut que s'attacher. Néanmoins, le reste le condamne à n'être que l'une de ces lectures aussitôt oubliées. Solid State Society peine à captiver, dommage, d'autant que le potentiel était là.
Lien : http://www.manga-sanctuary.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
amande060896
  21 juin 2018

Quand on ouvre le roman, nous avons un petit index ou on nous présente les personnages puis deux affaires qui nous sont résumés rapidement avant le premier chapitre. Pour le coup, je trouvais l'idée plutôt sympa, au début, même si c'était tellement résumé que je ne comprenais pas tout. Malheureusement quand j'ai vu qu'on avait encore des backgrounds pendant l'histoire et plus ou moins régulièrement, je me suis demandée pourvoir avoir résumé de cette manière les deux anciennes enquêtes ; ça n'avait pas de sens à mes yeux.
C'est une histoire tellement complexe que je ne saurais pas en faire un résumé comme j'ai l'habitude de le faire dans mes précédentes chroniques, surtout que là il y a tellement de noms, de services, etc. différents que c'est compliqué de tout suivre, même avec les notes que je pouvais prendre au fur et à mesure de ma lecture.
A vrai dire, les passages qui semblent importants sont tellement difficiles à suivre que j'ai eu un peu de mal à tout comprendre et à totalement entrer dans l'univers qui me semblait pourtant excellent.
Les personnages sont intrigants, surtout Batô et Togusa qui sont d'ailleurs nos points de vue principaux, ils apportent à mon sens un vrai plus à l'histoire. Ils sont surtout très attachants et c'est eux qui entrainent le lecteur dans sa lecture.
Si l'histoire est assez difficile à lire sans se perdre, elle reste fluide et se lit bien. La plume est fluide et je suis certaine que j'aurais davantage apprécier ma lecture si il y avait des rappels constants.
Pour résumé, on s'attache vite aux personnages et c'est ce qui nous donne envie de poursuivre notre lecture. Malheureusement, l'histoire n'est pas très facile à suivre et il n'y a d'aide pour se souvenir de qui est qui et qui fait quoi avec toutes ces politiques, ces jeux de pouvoirs, ces noms de personnages et services, … différents. Dommage car l'idée de base est excellente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Tristale
  12 juin 2018
J'étais ravie d'avoir eu ce roman grâce à une masse critique Babelio, et pourtant en le lisant j'ai vite déchanté.
Il faut dire que j'avais vu le film tiré de cette série de livre mettant en scène un personnage trés charismatique : le major. Et le film était visuellement excellent. le scénario percutant, bref une réussite.
Mais là, au fur et à mesure de ma lecture, l'ennui m'a gagné. le major n'apparaît qu'en filigrane, l'histoire est extrêmement complexe et manque de référence par rapport aux enquêtes précédentes. Et du coup impossible d'accrocher vraiment.
Une vraie déception, ce qui est plutôt rare dans mes lectures.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   18 juin 2018
Mais il ne fallait surtout pas oublier l'outil de communication essentiel que représentait la cigarette sur la scène politique et militaire. Parce qu'ellle n'avait pas son pareil pour faciliter les conversations difficiles et meubler les silences gênants, les établissements médicaux comme les hôpitaux militaires disposaient tous d'espaces dédiés à sa consommation.
Commenter  J’apprécie          130
Pois0nPois0n   20 janvier 2018
La petite bien calée sur le siège passager, Togusa prit place derrière le volant et mit le contact. Remarquant le regard de sa fille, qui le fixait sans ciller, il laissa échapper un rire.
– Eh bien ? Qu'y a-t-il ? demanda-t-il d'un ton formel qui ne lui ressemblait pas.
Il avait passé tellement de nuits à la Section 9 dernièrement qu'il ne savait même plus comment s'adresser à ses enfants.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : cyborgsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre