AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782954989242
180 pages
Éditeur : Editions Jentayu (25/06/2015)
4.67/5   3 notes
Résumé :
Ce deuxième numéro de la revue Jentayu (ISSN 2426-2536), sur le thème "Villes et Violence", est dédié aux diverses représentations de la violence dans les les littératures urbaines d'Asie, de Séoul à Singapour, de Dacca à Surabaya.
Textes en traduction française de : Bernice Chauly (Malaisie), Chen Qiufan (Chine), Colin Cheong (Singapour), Chu Tien-wen (Taïwan), Hwang Chun-ming (Taïwan), Jadet Kamjorndet (Thaïlande), Kim Sum (Corée du Sud), Moes Loindong (Ind... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Meylleen
  27 août 2015
Jentayu est une revue littéraire de courts textes d'auteurs de différents pays d'Asie. Dans ce numéro 2 dont le thème est « Villes et violence », on retrouve 14 nouvelles et poèmes. A ceci s'ajoute un carnet photographique, quelques conseils de romans ou autres lectures asiatiques et quelques illustrations plutôt sympas.
Les 3 poèmes ne m'ont pas spécialement marqués. La poésie n'est pas mon genre de prédilection et c'est un genre que j'apprécie moins lorsqu'il est traduit. Les nouvelles – cependant – m'ont globalement bien plu. Elles sont au nombre de 11 et doivent faire entre 2 et 20 pages. le thème commun est « Villes et violence », mais les textes sont variés et nous emmènent à la rencontre de différents personnages – une vendeuse dans un magasin en Indonésie, un couple de Coréen ou un Sans-Abri dans les rues de Malaisie.
Personnellement, j'ai une préférence pour les nouvelles assez longues et dans ce numéro mes trois préférées ont été « L'assassin » de Tsering Norbu (Chine), « Cette nuit-là » de Kim Sun (Corée du Sud) et « Fou de Mary » de Terence Toh (Malaisie). Et les illustrations qui agrémentent le tout sont plutôt sympas.
Ce numéro 2 est le premier que j'ai testé. Mais étant donné que j'ai plutôt bien apprécié, j'ai l'intention de commander le 1 dont le thème était « Jeunesse et Identité(s) » et le numéro 3 est prévu pour dans quelques mois avec un thème prometteur « Dieux et Démons ». A tous les amateurs de littératures asiatiques, je vous conseille vivement de tester cette revue.

Lien : http://raconte-moi.net/2015/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tarsier69
  06 août 2018
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tarsier69tarsier69   08 juillet 2016
C’était un Khampa ; il avait un visage au teint basané et aux traits anguleux où la sueur laissait des traînées humides, et aux pieds des chaussures de cuir tellement usées qu’elles en étaient délavées et trouées au bout. J’ai remis le moteur en marche, et le camion est reparti à toute allure dans cette immense étendue de sable à perte de vue, en soulevant le même nuage de poussière alentour. Comme hébété, le Khampa observait par la fenêtre le paysage désertique qui se reflétait dans ses pupilles ; par moments, il semblait évoquer en lui quelque souvenir du passé, et se dessinait alors sur son visage un imperceptible sourire.
« Dis-moi, tu vas en pèlerinage ? »
Le Khampa tourna vers moi son regard éteint, avala sa salive et reprit son observation du paysage désertique.
« Tu fais un pèlerinage ou tu fais du commerce ? lui ai-je demandé, énervé, en élevant la voix.
– Ni l’un ni l’autre. Je vais au bourg de Saga. »
Sa réponse m’a fait plaisir, et je lui ai répliqué avec un grand sourire : « Tu ne pouvais pas tomber mieux, moi je vais à Ali, je vais t’économiser un bon bout de chemin. »
Le Khampa me gratifia d’un sourire. Il y avait une ambiance paisible dans le camion. J’ai allumé une autre cigarette et me suis mis à fumer tranquillement ; ma fatigue s’était dissipée.
« Et que vas-tu faire à Saga ? lui ai-je demandé en fixant la route devant moi.
– Je vais tuer quelqu’un. »

– Tsering Norbu, "L'assassin" (Jentayu 2, "Villes et Violence")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tarsier69tarsier69   08 juillet 2016
Chez nous, c’est moins tranquille que je ne l’avais imaginé. Pendant la journée, provenant de chaque appartement et se répandant d’étage en étage, le caquetage des radios est assourdissant. Il paraît que c’est pour éloigner les cambrioleurs. Mais une fois que ceux-ci ont compris qu’il n’y a personne à l’intérieur, cela n’a-t-il pas pour seul effet de leur faciliter la tâche ? Le premier qui a eu cette idée était un génie ; ceux qui l’ont suivi sont des crétins. Le soir, les postes de télévision prennent le relais, bientôt rejoints dans un joyeux raffut par le son des pianos et les vocalises. La dame du deuxième, par exemple, voudrait faire de sa fille une musicienne. Mais pratiquer le piano dans un immeuble aussi bondé n’est pas franchement ce qu’il y a de plus indiqué. C’est un peu comme vouloir à tout prix jouer au golf dans l’endroit le plus densément peuplé du monde en considérant que c’est du dernier chic.

– Hwang Chun-ming, "L'îlot résidentiel" (Jentayu 2, "Villes et Violence")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tarsier69tarsier69   08 juillet 2016
Quant à Mia, elle est un peu sorcière. Sa maison envahie de fleurs et de plantes séchées ressemble à une herboristerie. Tuan a souvent l’impression de vivre avec une druidesse. Sa salle de bain est plantée d’amaryllis, de violettes du Cap, d’ananas, de palmiers, et de toutes sortes de fougères qu’on n’arrive pas à nommer. Il y a encore des cargaisons d’huiles et de sels de bain, de savons et de lotions aux couleurs luisantes et toxiques ; la pièce est comme un laboratoire d’expériences. Tout ce bazar a commencé le jour où Mia s’est mise en tête de conserver le parfum d’une rose et sa couleur irisée. Les fleurs étaient importées de Hollande. Elle a retiré le bouquet du vase avant que les boutons n’éclosent pour l’accrocher sous la fenêtre, tête en bas, à l’air libre. Devant le spectacle des roses qui flétrissaient de jour en jour, elle s’est sentie impuissante.

– Chu Tien-wen, "Splendeur fin de siècle" (Jentayu 2, "Villes et Violence")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : bangladeshVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jadet Kamjorndet (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
938 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre