AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Blue lock tome 1 sur 17

Muneyuki Kaneshiro (Autre)Yusuke Nomura (Autre)
EAN : 9782811650254
208 pages
Pika Edition (02/06/2021)
4.1/5   181 notes
Résumé :
Coupe du monde 2018, l’équipe de football du Japon est éliminée en huitièmes de finale... Ce nouvel échec incite l’Union japonaise de football à fonder le “Blue Lock” : un centre de formation révolutionnaire rassemblant les 300 meilleurs attaquants lycéens du pays. L’objectif du coach du Blue Lock, Jinpachi Ego, est clair : détecter l’unique attaquant qui écrasera tous ses rivaux par son talent et son hyper-individualisme ! Pour Yoichi Isagi, joueur bouillonnant enc... >Voir plus
Que lire après Blue lock, tome 1Voir plus
Ao Ashi, tome 1 par Kobayashi

Ao Ashi

Yûgo Kobayashi

4.20★ (485)

20 tomes

Haikyu, tome 1 par Furudate

Haikyu

Haruichi Furudate

4.67★ (3244)

45 tomes

Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 181 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Albin, mon petit-fils, m'ayant fortement conseillé de lire ce manga, je me suis alors lancé dans Blue Lock, tome 1, de Muneyuki Kaneshiro pour le scénario et Yusuke Nomura pour le dessin, Lilian Lebrun ayant assuré la traduction et Martin Berberian l'adaptation graphique.
Jeune footballeur lui-même, Albin sait que je ne déteste pas ce sport. Cela est nécessaire pour plonger dans cette histoire consacrée au football, au travers des rêves et espoirs de jeunes garçons voulant absolument réussir au plus haut niveau. Justement, les responsables de la Fédération nippone en ont assez de ne jamais atteindre le graal suprême : la Coupe du Monde.
Quand le Japon est éliminé en 1/8 de finale de la Coupe du Monde 2018 par la Belgique, le projet Blue Lock est lancé par Awa Teieri avec pour coach, Jinpachi Ego.
Réunir les trois cents meilleurs attaquants du pays, tous lycéens, dans un centre fermé, tel est l'action entreprise avec toutes les dérives possibles : violence, égoïsme forcené et conditions de vie spartiates.
Tout de suite, l'histoire s'attache à Yoichi Isagi, pas le plus doué, pas le plus méchant mais un garçon très sympathique.
Je ne lis pas souvent des mangas mais, comme ce n'est pas le premier, je ne galère pas trop, même si les images déstructurées, la position aléatoire des bulles me désorientent un peu.
Si certaines scènes sont dures, il se dégage de ce manga une morale qui fait réfléchir au but recherché par le sport de haut niveau.
Ces vedettes, ces stars que nous admirons tant, ont d'abord un ego surdimensionné. Pour faire leur place, ils ont dû en écarter d'autres, causer bien des souffrances et des désillusions. Si c'est la loi du sport, rien n'empêche d'y réfléchir, ce que Blue Lock permet.
En attendant, je passe au tome 2.

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          1036
Suite à l'échec à la coupe du monde de 2018 de l'équipe nippone, l'Union japonaise de football décide de tout remanier afin de se donner enfin une chance de gagner. "Bluelock", un centre de formation d'un genre nouveau, voit alors le jour. 300 jeunes attaquants sont sélectionnés pour y suivre une formation extrême où individualisme et compétition sont les mots d'ordre. L'objectif du coach est clair : on ne devient le meilleur butteur du monde qu'en écrasant les autres. Parmi les jeunes recrues se trouve Yoichi Isagi. Lui qui jusque-là jouait collectif se voit dans l'obligation, pour atteindre son but, de revenir sur ses principes et de s'adapter à cette nouvelle pratique du foot.

Que l'on soit fan ou pas du football, peu importe, ce manga se laisse lire facilement car on y retrouve les ingrédients indispensables d'un bon shonen : action, suspense, héros, combat. Car oui, il s'agit bien de combattre au Bluelock, centre de formation qui a des airs de prison. Pour la morale et les valeurs sportives de solidarité et du collectif, on repassera. Ici, c'est du chacun pour soi et pour survivre (être sélectionné pour la coupe du monde des moins de 20 ans), il faut évincer ses rivaux et ça, Yoichi le comprend dès le début. Tout comme les stars qu'il adule, il doit avoir un ego démesuré. Pour ma part, j'ai donc surtout eu l'impression de me retrouver dans un épisode de Squidgame (en moins trash), ce qui ne m'a pas déplu, au contraire. Ça se jauge, ça tacle, ça saigne et cela ne rigole pas. Il ne s'agirait que de football, je me serais ennuyée, tout comme devant un match à la TV.

Personnellement, il vaut donc mieux voir ce manga sportif d'un genre nouveau sous l'angle d'un "Hunger games" car pour ceux qui aiment ce genre, ils ne seront pas déçus.



Commenter  J’apprécie          240
Après l'élimination du Japon lors de la coupe du monde 2018, l'union Japonaise de football décide de fonder un centre de formation révolutionnaire : le Blue Lock. le principe ? Rassembler les 300 meilleurs attaquants, pour dénicher l'attaquant ultime !

Avec un concept aussi original, j'étais plus que curieux de lire ce titre, et j'avais donc testé sa version japonaise l'année dernière. j'avais alors lu les 5 premiers tomes, lorsque j'ai appris que les éditions Pika allaient éditer ce titre en France. Depuis j'ai arreté ma lecture, pour attendre la version papier et française.

Ce manga est pour moi la plus grosse claque de ces dernières années, et c'est clairement le titre que j'attendais le plus de voir arriver en France. Il faut dire qu'étant fan de manga, de foot et de jeux vidéos, Blue Lock avait tout pour me plaire, avec un concept qui mélange sport et Battle Royale.

D'ailleurs, même si bous n'aimez pas le foot, le titre peut vous plaire, car on est pas ici sur quelque chose de très réaliste (bien que les mouvements des corps et les actions soient très fidèle à la réalité) car c'est surtout le concept d'enfermement et de compétition en mode Battle Royale qui fait tout le sel de ce manga.

Dans Blue Lock, il n'y a que des rivalités, pas d'amis, pas d'alliance, ou alors, quand il y en a elles sont provisoires, puisque tel Koh Lanta, à la fin il ne peut en rester qu'un ! Rarement un manga n'aura été aussi passionnant dès le départ, avec un rythme effréné et des personnages ultra charismatiques !

Mais si l'histoire est excellente, que dire des dessins, qui sont juste bluffants. Vous avez aimer le dynamisme des planches de titres tels que Haikyuu, Eyeshield 21, Slam Dunk ou Kuroko's Basket ? Et bien Blue Lock, passe un cran au dessus ! Et c'est moi qui dit ça, alors que je suis en admiration devant chaque planche des quatre manga cités, c'est vous dire.

Je pourrais vous en parler des heures et des heures tant ce manga me passionne sur de nombreux points, mais je préfère ne pas risquer de vous dévoiler des pans de l'histoire et je vous recommande vraiment de vous le procurer et le découvrir, car s'il y a bien un titre que l'on peut qualifier d'ovni dans l'univers manga, c'est bien Blue Lock *-*
Commenter  J’apprécie          190
C'est la rentrée foot dans le manga à l'heure actuelle ! Alors que nous avons accueilli la semaine dernière, le manga Ao Ashi, un prometteur shonen nekketsu un peu classique sur le fond mais à la fois très rafraîchissant, voici son "adversaire" Blue Lock qui est un titre qu'on pourrait presque qualifier d'antagoniste à Ao Ashi...

Alors qu' Ao Ashi laisse présager un shonen porteur de valeurs et de messages types " L'Union fait la force" et, spécialement, par le biais de son jeune héros qui la joue d'abord très perso, Blue Lock lui fait l'apologie de l'individualisme forcené. le but de ce manga-foot n'est pas l'équipe, le but est le buteur tout simplement. Nous suivons Isagi, un jeune joueur de lycée plutôt lambda mais passionné par le foot qui rêve de gloire et de Coupe... Nous découvrons ce personnage durant la finale d'un tournoi inter-lycée. L'équipe d'Isagi est menée 1-0 mais Isagi, après quelques dribles réussis, se précipite vers la cage adversaire. Il pourrait tirer un but lui-même. Nous sommes dans les dernières minutes de la seconde mi-temps. Mais au dernier moment, il décide de faire une passe à un attaquant dégagé. La passe a été malheureusement décisive pour la défaite de l'équipe d'Isagi. le buteur à qui il a livré le ballon rate son tir.

Depuis Isagi ronge le frein en se disant qu'il aurait du marquer lui-même. Mais pour autant, son rêve de devenir un joueur d'exception n'est pas perdu. Isagi a été sélectionné pour participer à un mystérieux stage de formation intensive : le blue lock, un stage de 300 joueurs prodiges qui n'a pour but que de trouver le Buteur de l'équipe du Japon, celui qui donnera toute sa gloire à l'équipe Nippone et permettra à cette dernière de remporter enfin la Coupe. Mais pour cela, il faut d'abord que ce futur buteur éradique les 299 autres participants. Plus qu'une confrontation de talents, c'est avant tout une confrontation d'ego et d'individualismes qui va forger le futur joueur.

Ce premier volume de Blue Lock promet une série tout simplement jubilatoire. Ce titre peut être considéré comme un de ces titres qui dynamite un genre. Par exemple, tout comme One Punch-Man est considéré comme une parodie de shonen avec son super-héros ultra-cheaté dès le départ, Blue Lock prend à contre-pied des séries comme Captain Tsubasa ou plus récemment Ao Ashi. Sans cynisme , comme le dévoile ses premières pages, ce manga cherche à mettre en valeur non pas une équipe mais un héros, un talent exceptionnel qui propulsera à lui tout seul l'équipe de foot du Japon. La grande force de Blue Lock, c'est la détermination de ce sujet emmené par un scénario passionné et un dessin tout en efficacité.

Pour mettre à l'épreuve le futur meilleur buteur, rien de telle qu'une bonne battle royale !

Rassurez-vous, rien de meurtrier dans cette Battle Royale mais l'enjeu est quand même de taille puisque le candidat éliminé sera à jamais privé de la moindre chance d'intégrer la sélection nationale. Autant dire que les rêves de gloire seront tout de suite brisés. Avec Blue Lock , on oublie vite les beaux discours de l'amitié entre joueurs pour se recentrer sur la volonté d'un seul.

Au scénario, on retrouve l'un des mes scénaristes préférés, Mr Muneyuki Kaneshiro dont j'admire le travail sur le seinen Jagaaan ! C'est un monsieur qui n'a pas peur d'être excessif, d'être passionné dans son art de raconter des histoires. Il dynamite le shonen avec Blue Lock sans aucun cynisme en nous présentant des personnages passionnés qui donnent énormément de férocité au titre : Anri Teieri , une cadre de l'Union Japonaise du Football déterminée qui soumettra le projet Blue Lock au public et au conseil, le mystérieux coach Jinpachi Ego, responsable et créateur du Blue Lock, un personnage charismatique et impitoyable et, bien sûr, notre héros Isagi qui découvrir progressivement la bête qui sommeille en lui ! D'autres joueurs d'exception comme lui vont apparaître dans l'histoire mais nul doute que Blue Lock promet des confrontations explosives et des instants de férocité jubilatoires comme en témoigne l'épreuve du Loup dans ce premier volume. Muneyuki Kaneshiro a l'art de créer des protagonistes/antagonistes des plus intéressants comme en témoigne Jagaaan ! , des personnages projetés dans une intrigue très bien rythmé et ,malgré tout, plutôt réfléchie derrière ce Battle Royale. le scénariste traite son sujet sans cynisme. On devine aussi sa passion et sa croyance envers le buteur comme Homme du Match, enjeu fondamental de l'équipe. Si Blue Lock reste avant tout un manga d'action et de divertissement autour du foot, Muneyuki Kaneshiro et le dessinateur Yusuke Nomura dépeignent avec lucidité la situation de l'équipe du Japon durant les différentes coupes du mondes. Une équipe qui a toujours frôlé les finales sans jamais s'illustrer. Dans Blue Lock, il n'y a pas d'onirisme ni d'idéalisme quand au devenir d'une équipe de foot. Il y un constat et l'action qui s'ensuit. Ce constat est traité de manière remarquable dans ce premier volume et tend à prouver que ce titre ne se focalisera pas uniquement sur le battle royale en question.

Le scénariste collabore ici avec Yusuke Nomura au dessin qui avait travaillé sur la série Dolly Kill Kill publiée aussi chez Pika. Son style est assez habile avec une bonne dose d'expressivité et surtout de rage qui anime les personnages. Il mise pas mal, notamment, sur les gros plan avec un effet resserré qui donne vraiment un grain de folie à l'action. Un bon dessinateur pour donner du corps et du coeur à ce FootBattle Royale. Cela se ressent notamment par les décors comme l'environnement hermétique du Blue Lock qui ressemble à une sorte de prison, un cadre propice à l'émergence d'un talent au sein de cette formation des plus rudes.

Nous n'en sommes qu'au début, cette série compte déjà 14 volumes au Japon. En tout cas, c'est avec une belle affirmation que ce shonen débarque sur le terrain afin de balayer l'équipe adverse.


Blue Lock entre sur le terrain avec une férocité sans pareil, déterminé à tacler le manga de football. Ce premier volume nous promet une série explosive et jubilatoire, autant par son cadre du battle royale que par sa vision audacieuse du football.


Commenter  J’apprécie          60
Coupe du monde 2018, la France gagne la finale contre la Croatie 4 à 2 mais le Japon est éliminé dès les huitièmes de finale. Il faut prendre une décision pour que l'équipe de football du Japon devienne la meilleure, il faut former l'attaquant ultime. Les 300 meilleurs jeunes attaquants sont enfermés dans un centre de formation, le "Blue lock". Isagi fait partie des sélectionnées, il va devoir se battre pour arriver à émerger pour être l'unique !
J'avais déjà aperçu ce manga mais je n'avais pas vu que le football en était le thème principal. C'est en lisant une critique de Fandol que j'ai tilté et que je me suis précipitée à la bibliothèque. En plus, j'ai déjà lu un autre manga de Muneyuki Kaneshiro, Jeux d'enfants qui est dans l'horreur (mais je ne sais pas comment celui-ci va tourner...). L'introduction permet de mettre en place le décor, les décisions prises pour choisir la meilleure façon de gagner la prochaine Coupe du monde, l'auteur qui choisit de se fixer sur Isagi, un jeune footballeur prometteur, cependant mal classé dans ce premier tome.
Ce manga a du potentiel ! Il y a de l'action, de la réflexion, des décisions cruelles, des amitiés. J'ai hâte de lire la suite avec les matchs de poule.
Est-ce qu'on va suivre d'autres joueurs ou rester fixé sur Isagi ? Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu un manga sur le football, j'adore !
Merci@Cancie !
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (3)
ActuaBD
16 août 2021
Si l’action du début de ce manga est efficace, l’accueil de cette histoire dépendra des attentes du lecteur. En tant que shonen, avec son vaste panel de personnages très nekketsu [1] dans l’esprit, même si ici l’amitié laisse la place à l’égoïsme. Si l’on attend plus un titre sur les valeurs-même de ce sport, au-delà de quelques explications sur le fonctionnement de ses mécaniques, il n’est pas sûr que vous accrochiez au parti-pris très radical de son histoire.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
MangaNews
02 juin 2021
Shônen sportif d’un nouveau genre, le scénario de Blue Lock débute comme un battle royale digne de Fortnite et Hunger Games !
Lire la critique sur le site : MangaNews
Sceneario
01 juin 2021
Le dessin de Y. Nomura est efficace dans les scènes de foot, qui se déroulent parfois en milieu clos, assurant la crédibilité nécessaire pour accrocher à ce manga footballistique, qui ravira les amateurs de ce sport, mais pourrait bien également convaincre les autres !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
C’était aussi le dernier match des élèves de Terminale… Et certains renoncent peut-être au foot après cette défaite… Seulement soyez fiers de toutes ces journées passées ensemble à lutter comme une équipe soudée.
Commenter  J’apprécie          300
Pour la première fois, j’ai réellement pris conscience… qu’une victoire entraînait fatalement une cruelle défaite pour autrui… et que réaliser mon propre rêve signifiait… en d’autres termes… mettre fin… à celui d’un autre.
Commenter  J’apprécie          240
Les Japonais adorent attribuer des rôles. Pour la société, pour les individus… pour tout, en fait ! Ils sont doués pour ça. C’est typique de leur caractère national… C’est d’ailleurs une vertu pour eux.
Commenter  J’apprécie          220
Ben oui, Ego dit que tout ça, c’est pour remporter la Coupe du monde… Il a parlé d’un buteur de niveau mondial comme Ronaldo, Messi ou Cantona… mais aucun d’entre eux n’a été champion du monde, il me semble.
Commenter  J’apprécie          140
Si jouer chacun pour soi dans une mêlée générale… c’est partir de zéro… l’action extraordinaire de Barô… qui a réussi à marquer un but tout seul… a transformé ce « O » en « 1 » !
Commenter  J’apprécie          162

Lire un extrait
Videos de Muneyuki Kaneshiro (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Muneyuki Kaneshiro
MANGA Blue Lock - Mangado La voie du manga
autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (429) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1428 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}