AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757826997
304 pages
Éditeur : Points (23/02/2012)

Note moyenne : 5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Je ne sais plus aimer qu'avec la rage au coeur
C'est ma manière d'avoir du coeur à revendre
C'est ma manière d'avoir raison des douleurs
C'est ma manière de faire flamber des cendres."
Anna Gréki

Tantôt délicate, tantôt violente, la poésie algérienne de langue française a accompagné les douleurs et annoncé les orages historiques. Poésie de résistance et de transition, elle a maintenu sa vigueur au lendemain de l’Indépendan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AnnaDelRioAnnaDelRio   19 décembre 2019
Je ne sais plus aimer qu'avec la rage au cœur
C'est ma manière d'avoir du cœur à revendre
C'est ma manière d'avoir raison des douleurs
C'est ma manière de faire flamber des cendres
A force de coups de cœur à force de rage
La seule façon loyale qui me ménage
Une route réfléchie au bord du naufrage
Avec son pesant d'or de joie et de détresse
Ces lèvres de ta bouche ma double richesse

A fond de cale à fleur de peau à l'abordage
Ma science se déroule comme des cordages
Judicieux où l'acier brûle ces méduses
Secrètes que j'ai draguées au fin fond du large
Là où le ciel aigu coupe au rasoir la terre

Là où les hommes nus n'ont plus besoin d'excuses
Pour rire déployés sous un ciel tortionnaire
Ils m'ont dit des paroles à rentrer sous terre
Mais je n'en tairai rien car il y a mieux à faire
Que de fermer les yeux quand on ouvre son ventre

Je ne sais plus aimer qu'avec la rage au cœur
Avec la rage au cœur aimer comme on se bat
Je suis impitoyable comme un cerveau neuf
Qui sait se satisfaire de ses certitudes
Dans la main que je prends je ne vois que la main
Dont la poignée ne vaut pas plus cher que la mienne
C'est bien suffisant pour que j'en aie gratitude
De quel droit exiger par exemple du jasmin
Qu'il soit plus que parfum étoile plus que fleur
De quel droit exiger que le corps qui m'étreint
Plante en moi sa douceur à jamais à jamais
Et que je te sois chère parce que je t'aimais
Plus souvent qu'a mon tour parce que je suis jeune
Je jette l'ancre dans ma mémoire et j'ai peur
Quand de mes amis l'ombre me descend au cœur
Quand de mes amis absents je vois le visage
Qui s'ouvre à la place de mes yeux - je suis jeune
Ce qui n'est pas une excuse mais un devoir
Exigeant un devoir poignant à ne pas croire
Qu'il fasse si doux ce soir au bord de la plage
Prise au défaut de ton épaule - à ne pas croire...

Dressée comme un roseau dans ma langue les cris
De mes amis coupent la quiétude meurtrie
Pour toujours - dans ma langue et dans tous les replis
De la nuit luisante - je ne sais plus aimer
Qu'avec cette plaie au cœur qu'avec cette plaie
Dans ma mémoire rassemblée comme un filet

Grenade désamorcée la nuit lourde roule
Sous ses lauriers-roses là où la mer fermente
Avec des odeurs de goudron chaud dans la houle
Je pense aux amis morts sans qu'on les ait aimés
Eux que l'on a jugés avant de les entendre
Je pense aux amis qui furent assassinés
A cause de l'amour qu'ils savaient prodiguer

Je ne sais plus aimer qu'avec la rage au cœur

A la saignée des bras les oiseaux viennent boire

[Anna Greki]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnnaDelRioAnnaDelRio   18 décembre 2019
J'ai acheté
Un paquet de cigarettes
Un journal
Et un rayon de soleil
Et j'ai été m'attabler
A la terrasse
D'un immense café

J'ai commandé un café
Et j'ai disposé
Mon paquet de cigarettes
Mon journal
Mon rayon de soleil
Ma tasse de café
En ordre
Je me suis bien calé
Dans mon fauteuil
Et j'ai commencé à lire
Tranquillement
Un instant après
J'ai regardé
Mon paquet de cigarettes
Mon journal
Mon rayon de soleil
Ma tasse de café
Bien alignés
Et je me suis demandé
SI j'étais révolutionnaire.

·

Arrivistes.
Les vieilles femmes
Ont la patience
Des pavés
Ensoleillés
Et vendent du pain
Aux foules grouillantes
Magnifiques
De faim.

Ronde place sonore
Qui tourne
Obstinément
Les yeux
Vers les cubes ridicules
Que bâtit la Qasba.

Voix chevrotante du Muezzin
Senteur stupide de cerises
Fumées suffocantes
Des cuisines faméliques
En plein air...
Voix lamentables
Des mendiants
Dans les ruelles
En chômage.

[Le café - Rachid Boudjedra]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnnaDelRioAnnaDelRio   28 février 2020
Je suis née corps
Rouge
Monstre de beauté et
De laideur.
Buvant ton sang, ta haine,
Buvant tes joies aussi.
J'ai clamé ton nom en
Mouvements
Et j'étais souveraine

*

Regarde
Je marche dans le temps
Le corps et la tête infestés
De songes
Et les yeux grands ouverts.
Écoute
Mon goût du poème,
Né de si longtemps
Que je le suis
Docile

*

je suis née tendresse
pure
aux gestes-lianes me suis
offerte
réfugiant çà et là
juste
au creux d'une main ouverte
le sourire sans étoile
de paroles silencieuses

*

ose ma mère sous un ciel de violence
ose la parole longtemps censurée

et annonce dans l'éclat rouge du matin
les rides piétinées de ta nostalgie

[Louisette Cherifi]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnnaDelRioAnnaDelRio   18 décembre 2019
Dame ennemie des changements
une robe tissée dans le respect
de ses commandements l'ornant
dresse ses miradors dérisoires
et aveugles contre la justesse
des élans.
Dame ennemie des changements
est la prêtresse de nos confins
de nos villages
de nos villes
sur les autels dans ses temples
sont immolées nos jeunes filles
leur éclat dans leurs robes blanches
est le prélude de leur exil

[Dame ennemie des changements - Ahmed Benkamla]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnnaDelRioAnnaDelRio   18 décembre 2019
Ici on ne meurt pas
on rampe

La visière de l'exil
projette de l'ombre sur nous
et ennuage nos rêves

O camarades !
Si mon absence se prolonge
l'écharpe risque de ternir
et je n'hériterai d'aucun baiser
que j'aurais donné

[Le métier d'exil - Djamal Benmerad]
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
858 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre