AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070416240
624 pages
Éditeur : Gallimard (25/04/2001)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Quelle meilleure position que celle du psychanalyste pour avoir une vue panoramique sur la société ? Simon voit défiler dans son cabinet tous ces analysants dont les histoires, par petites touches, se superposent et se complètent, formant un véritable kaléidoscope du monde contemporain. Écartelés entre leur désir d'ignorance et leur désir de vérité, ils constituent à leur façon une sorte de héros collectif. Tout le monde veut penser sa vie, qu'il soit en analyse ou ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
oiseaulire
  22 mars 2021
Il y a longtemps que je voyais ce livre clignoter à la bibliothèque, et son titre ne m'attirait pas spécialement : encore une histoire de divan, me disais-je, de rabâchages de papa Freud avec sa zigounette en sautoir, d'enfumages enrobés de ranci petit-bourgeois qui s'échappent des portes des cabinets d'analystes, beurk.
Quelle erreur.
Voici un grand livre qui évoque bien sûr la psychanalyse, mais comme clé d'accès au flux de conscience de personnages vivants et attachants, qui pourraient être, vraiment, tous ou presque tous, chacun de nous, ou un aspect de nous.
Grâce à eux, grâce aussi à la progression d'une pensée dynamique interagissante avec celle de Franz Kafka, l'auteur fétiche de l'une des analysante, sont abordées les grandes questions existentielles, politiques, philosophiques : la vie, la mort, l'amour, la dévoration des enfants par les parents, l'urbanisation hideuse qui s'étend telle un cancer dans les zones qui entourent les villes, l'angoisse, la solitude.
Tous se débattent pour accéder à la clarté et à la sérénité. Parfois des liens sont faits, des évidences inattendues et aveuglantes viennent se poser aux pieds des personnages ébahis, une clé entre dans une serrure que l'on croyait condamnée. Et c'est la joie qui soulève.
Il y a Simon, le psychanalyste humaniste, bienveillant et doux dans la vraie vie aussi, Eva qui cherche un sens et se débat avec sa chienne d'existence, Josée, ex-prostituée un peu naïve, Louise la comédienne intuitive et sincère, Marie, qui cherche un homme à aimer, mais les hommes existent-ils ?... Côté garçons Marc, le chef d'entreprise à qui sa femme ne veut plus donner d'amour, Edouard le vendeur d'encyclopédies étouffé par sa mère, Sylvain le masochiste qui préfère aller au-devant de la douleur que de se la voir imposer par la force, Jérémie l'homosexuel dépressif depuis que son compagnon l'a quitté et qui reste seul avec son chat Jean-Pierre.
Il y a aussi des personnages secondaires, fugaces, parfois rencontrés dans la rue, dans les quartiers laids ou beaux de Paris, dans les jardins, par les protagonistes de cette histoire intime, et qui rendent la toile tellement plus vivante : Aurélie, la prof d'histoire qui projette "le dictateur" de Charlie Chaplin pour illustrer la montée du nazisme, Dominique la pédo-psychiatre devineresse, qui lit les enfants muets comme on lit un livre ouvert, Jean-Louis qui use les vêtements d'un mort pour se protéger et que sauve la tendresse d'une femme, Guy, le patron du bar de Pigalle, qui veille sur ses clients et Zoé, la petite Zoé, qui a la danse dans le sang et qui comprend la vie à travers elle.
Tous cherchent l'issue, tous cherchent à comprendre, tous ont leur quête et c'est la même : le bonheur existe-t-il ?
Et au milieu d'eux se tient l'ombre de Kafka qui veille sur tout ce monde et tente de métamorphoser la vie par l'écriture car écrire "c'est sauter en dehors de la rangée des assassins d'espoir" que sont les hommes normaux.
Le roman est présenté en courts chapitres, des "short cuts", ce qui fait qu'on ne se lasse pas, on passe de façon fluide de l'un à l'autre, on retrouve les personnages de loin en loin, on les suit dans leur parcours. Pas de lourdeur. Cela ressemble à un scénario de théâtre, ce qui n'est pas étonnant puisque de nombreuses oeuvres de Leslie Kaplan sont adaptées sur scène.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre que je vais acheter pour pouvoir le relire. J'ai été très surprise par les critiques négatives des amis babéliotes que je ne m'explique pas. Certes ce n'est pas un roman traditionnel avec une intrigue, des aventures, des rebondissements. Ce n'est pas un livre d'Alexandre Dumas ou d'Olivier Adam. Cela s'apparente plutôt à la veine de certains romans de Marguerite Duras et d'Hélène Bessette. Ça en a le "gnac", la poésie, la nostalgie du temps qui passe et la révolte. Ça décortique, mais pas trop : ça laisse le lecteur faire son propre travail : pas de solution livrée clé en mains.
C'est une sacrée trouvaille, faussement facile, mais abordable et stimulante.
Je le recommande à toutes celles qui sont passionnés de quête existentielle. Et à tous ceux aussi, bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lilicrapota
  12 novembre 2010
que dire?
j'ai beaucoup peiné à finir... Au départ, le style m'a beaucoup plu, toutes cette succession de chapitres extrêmement courts qui nous plongeaient tour à tour dans le cabinet du psy et de ses mille visiteurs, dans la tête du psy lui-même, dans la vie de cette Eva dont il sera question tout au long du roman, ou encore cette Louise, quand ce n'est pas Josée... Mais au final tout ceci est décousu, lassant; certains fils directeurs (Kafka, entre autres) s'épuisent avant d'avoir trouvé leur aboutissement; tout comme ce parallélisme troublant entre la vie d'Eva et la pièce que joue Louise, qui raconte la même histoire. On reste sur sa faim, les choses ne vont pas jusqu'au bout, il y a l'esquisse et pas la couleur, le trait reste inachevé et pourtant! presque 500 pages pour raconter... rien, ou pas grand chose, pour dire à quel point les vies sont vaines, les recherches de sens fastidieuses (mais essentielles?)...
et puis il faut bien le dire, le style, bien qu'intéressant, est épuisant à lire! des grandes phrases qui ont pour ambition d'imiter la souplesse, la rapidité, la flexibilité de la pensée (enfin, du moins c'est comme ça que je l'interprète!) pfuitttttt!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Olivius
  25 septembre 2017
Avec les romans je fonctionne au "feeling", et le moins que l'on puisse dire c'est que celui-ci n'a rien éveillé chez moi si ce n'est de la lassitude et de l'ennui... Je l'ai trouvé très décousu, difficile à suivre, aussi abscons qu'indigeste, tout ce que je n'aime pas dans un roman est réuni ici ! Notamment les chapitres ultra courts et les phrases aussi courtes, saccadées. Un roman que je n'ai même pas eu le courage de terminer, tant il m'a fatigué, lassé. Bref, je n'ai pas aimé, et, pour tout vous dire, ce n'est pas ce roman qui va me réconcilier avec le genre !
Commenter  J’apprécie          10
AnneVacquant
  30 mars 2020
La quatrième de couverture était prometteuse mais les 103 premières pages n'ont pas tenu les promesses, j'ai abandonné le livre.
Commenter  J’apprécie          30
Jacotte_Fenwick
  23 mars 2014
Moi j'ai eu beaucoup de mal à commencer. D'ailleurs je n'ai pas continué?
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   09 juillet 2013
Et Simon aimait que les hommes changent, puissent changer. Laissent leurs maux. Mettent une distance, soient moins tristes, moins blessés, moins misérables, et jouent, apprennent à jouer, à être gais. Guérir une fois pour toutes l'angoisse, non, sûrement pas. Mais arriver à en faire autre chose, à s'en défendre autrement que par des rituels obsessionnels ou des somatisations, sans parler de comportements délinquants qui visent à tout faire porter au voisin...(p.56- coll. Folio)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
vgaultvgault   22 novembre 2020
– Ça m’ennuie de vous dire ça, mais je voulais vous le dire alors je le dis, dit Marc. Vous êtes trop cher. Bien sûr c’est normal de payer pour ce travail, enfin, ce qu’on fait ensemble, mais c’est trop cher.
En plus je suis sûr qu’il y en a qui paient beaucoup moins.
Un silence.
Est-ce que tout le monde paie pareil, dit Marc. C’est une question indiscrète, vraiment indiscrète, ça ne se fait pas de poser des questions pareilles, je me sens très mal élevé, c’est comme demander à quelqu’un combien il gagne, excusez-moi, mais j’ai ça dans la tête…
– Non, dit Simon. Non. Tout le monde ne paie pas pareil.
– Alors ça c’est la meilleure, explosa Marc. Mais c’est incroyable, c’est insensé. Je m’en doutais. Et vous dîtes ça froidement, comme si de rien n’était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Romain28Romain28   03 juillet 2019
Les pensées dit Simon, sont des pensées et nous sommes ici pour les analyser (...) C'est la religion qui punit les intentions (...) Freud disait que la religion c'est une entreprise d'intimidation de la pensée.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Leslie Kaplan (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leslie Kaplan
Rencontre avec Leslie Kaplan, "L'aplatissement de la terre suivi de le Monde et son contraire” (P.O.L)
Rencontre présentée par : Julien Rousset “Tout le monde s'en souvient : ce matin-là au réveil la nouvelle tournait en boucle, quelqu'un était tombé en dehors de la Terre. Pas dans un trou, pas dans une crevasse, pas dans un abîme.” le monde dans lequel nous sommes est un monde devenu « plat », aplati par le système dominant. Leslie Kaplan imagine, ici, plusieurs réponses à ce monde, à la recherche d'une « issue » pour reprendre un terme de Kafka.
Retrouvez son livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/

Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre