AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782818050026
144 pages
Éditeur : P.O.L. (19/11/2020)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Des bidons, des fils, des tôles sont empilés. Certains sont peints, les couleurs sont rouge, jaune, bleu, vert. Pièces et morceaux, bidons, fils et tôles. On ne sait pas, on ne peut pas savoir. On les regarde passionnément. On est rejetée.On se déplace dans des endroits sans nom, des cours, des coins, des hangars... Au café, avant d'entrer, il y a toujours cette musique. musique et poussière, et la glace au-des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Marti94
  20 décembre 2020
Je comprends que ce premier roman de Leslie Kaplan publié en 1982 ait été apprécié par Marguerite Duras. Ce drôle de titre "L'excès - l'usine" est celui d'un drôle de texte, non pas dans son contenu assez sombre mais sur sa forme originale. D'ailleurs, les deux femmes se sont entretenues en janvier 1982 sur ce livre audacieux aux multiples oxymores. L'entretien figure en annexe de cette réédition accompagné d'un court texte de Maurice Blanchot.
"L'excès - l'usine" est un livre d'ambiance sur le travail des femmes en usine bien que peu de gestes soient décrits. L'excès du titre doit dans doute être compris comme ce qui dépasse certaines limites. L'usine n'est pourtant pas la prison mais elle est immense et quand on l'a connu, c'est comme une exagération de l'existence, elle prend toute la place dans un éternel recommencement.
Leslie Kaplan a choisi volontairement de faire cette expérience du travail en usine (et non par nécessité me semble-t-il) et elle se positionne comme une sociologue ou une philosophe. Pourtant, il est parfois difficile de la suivre comme cela arrive avec les textes expérimentaux.
Lu en décembre 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nico60
  20 décembre 2020
cc les amis , pour moi qui bosse a l'usine et qui a une culture ouvrière , j'ai ressenti en lisant les petits textes de ce petit livre une vision de l'auteure que je connais de cette endroit qui berce mes journées de travail . ce livre fait pour moi de cette culture qui en plus d'être connu par plein de monde doit aussi être appris a notre jeunesse et ce livre je pense peu le faire . en plus il transmet une ambiance de ce qu'est l'usine et d'une partie de la vie des ouvriers cela reste une lecture accessible a tous et agréable . bonne lecture les amis
Commenter  J’apprécie          80
Palindrome1881
  24 mars 2021
Livre instructif et livre témoignage sur la vie des ouvriers, ouvrières en France, avant la totale expension de la mondialisation.
Kaplan écrit bien avant la délocalisation et nous fait découvrir l'univers de l'usine, ses rythmes, ses saisons, ses ambiances, son esprit.
Ce livre n'a pas pris trop de rides. Si on s'intéresse à la question du monde ouvrier et aux personnes sur les lignes de production alors il ne peut échapper à la bibliographie.
Mon vrai coup de coeur, sur ce thème, revient à Ponthus pour ses feuillets d'usine 2019, entre poésie et roman.
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   23 février 2016
L’usine, on y va. Tout est là. On y va.
L’excès – l’usine.

Un mur au soleil. Tension extrême. Mur, mur, le petit grain,
brique sur brique, ou le béton ou souvent blanc, blanc
malade ou la fissure, un peu de terre, le gris. La masse mur.
En même temps, ce soleil. La vie est, haine et lumière, La vie-
four, d’avant le commencement, totale.

On est prise, on est tournée, on est à l’intérieur.

Le mur, le soleil. On oublie tout.

La plupart des femmes ont un merveilleux sourire édenté.

On boit un café à la machine à café.

La cour, la traverser.

Être assise sur une caisse.

Tension, oubli.

p.12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   23 février 2016
On fait des câbles près de la fenêtre. Les câbles ont beaucoup
de couleurs, on les enroule en circuits. Il y a de la lumière,
l’espace est mou. On va, on vient. Couloirs, oubli.

On fait des câbles près de la fenêtre. Tension extrême. Le ciel,
et les câbles, cette merde. On est saisie, tirée par les câbles, le
ciel. Il n’y a rien d’autre.

Tout l’espace est occupé : tout est devenu déchet. La peau est
morte. Les dents mordent une pomme, un sandwich. On
absorbe, le regard se colle à tout comme une mouche.

On travaille neuf heures et on fait des trous dans des pièces avec
une machine. On met la pièce, on descend le levier, on sort la
pièce, on remonte le levier. Il y a du papier partout.

Le temps est dehors, dans les choses.

p.13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   22 février 2016
L’usine, la grande usine univers, celle qui respire pour vous.
Il n’y a pas d’autre air que ce qu’elle pompe, rejette.
On est dedans.

Tout l’espace est occupé : tout est devenu déchet. La peau, les
dents, le regard.

On circule entre des parois informes. On croise des gens, des
sandwichs, des bouteilles de coca, des instruments, du papier,
des caisses, des vis. On bouge indéfiniment, sans temps. Ni
début, ni fin. Les choses existent ensemble, simultanées.

À l’intérieur de l’usine, on fait sans arrêt.

On est dedans, dans la grande usine univers, celle qui respire
pour vous.

p.11
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   24 février 2016
On est là, faible, sans projet.

On a amené une petite glace. On la sort de sa poche, c'est une
petite ronde.

On se regarde attentivement. On cherche les traits.

Le visage est blanc, avec les cheveux tirés. On ne se rappelle
pas.

Une main tient la glace, avec le visage dedans. En un sens, le
visage est toujours bien.
On ne se rappelle pas, on sait. On voit les cercles du sommeil,
quand les constructions tombent et s'élèvent de nouveau, len-
tement, en silence.

p.29
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   20 décembre 2020
Les autres ateliers, on ne les connaît pas. On y pense.

On voit des emboîtements, des cadres, des escaliers. Des marches montent et descendent. L'air est éliminé, on voit surtout des lignes.

Il y a une activité intense, spéciale.
Les gens sont comme sur des fresques, on ne peut pas passer derrière.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Leslie Kaplan (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leslie Kaplan
Rencontre avec Leslie Kaplan, "L'aplatissement de la terre suivi de le Monde et son contraire” (P.O.L)
Rencontre présentée par : Julien Rousset “Tout le monde s'en souvient : ce matin-là au réveil la nouvelle tournait en boucle, quelqu'un était tombé en dehors de la Terre. Pas dans un trou, pas dans une crevasse, pas dans un abîme.” le monde dans lequel nous sommes est un monde devenu « plat », aplati par le système dominant. Leslie Kaplan imagine, ici, plusieurs réponses à ce monde, à la recherche d'une « issue » pour reprendre un terme de Kafka.
Retrouvez son livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/

Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : ouvrieresVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
921 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre