AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 224685864X
Éditeur : Grasset (20/01/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Elle mentait aux journalistes. Le département publicité de la Paramount s’en était vite aperçu. Ça avait commencé par des détails, parce que ça commence toujours ainsi… Elle mentait sur sa couleur préféré : rouge, répondait-elle à l’un, violet, à un autre. Enfin, ils réalisèrent qu’elle se faisait passer pour ce qu’elle n’était pas. Elle disait que sa famille était aristocrate, que ses ancêtres étaient anglais, qu’elle avait vécu en Suisse, qu’elle était née dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cbvox
  01 mars 2016
Une journaliste enquête sur la vie mystérieuse d'une star du cinéma hollywoodien de l'avant guerre. Qui est cette Veronica, une femme brûlée par la vie, détruite par le star système, un rien parano, menteuse et suspectée de meurtre ? Une femme morte seule dans une chambre à New York, pour qui plus personne n'avait d'attention.
Un roman à la croisée de plusieurs univers, où l'on découvre non sans écoeurement l'asservissement des ces jeunes femmes désoeuvrées en manque de reconnaissance. L'usine hollywoodienne et ses ravages. Un récit qui prend la forme d'une quête personnelle au gré de l'enquête (presque policière) qui est menée par la narratrice.
Bien écrit, fluide, une histoire qui tient en haleine et qui bouleverse.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Telerama   20 janvier 2016
Un livre noir qui convoque avec brio l'illusion et ses abîmes.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 août 2016
À l’hôpital, elle avait entamé une liaison avec son médecin, marié lui aussi et qui, lui non plus, ne quitterait pas sa femme. « Les hommes mariés se sentent toujours coupables après, pas avant, et certainement pas pendant, écrivait-elle. Avant ils sont fous de désir pour vous, ils vous adorent, ils vous disent que leur femme est moins belle que vous, moins intelligente, mais quand vous prenez acte de leurs mots et de leurs gestes, quand vous leur demandez d’en prendre acte également et d’agir en conséquence, ils regrettent, ils se sentent coupables, ils aimaient leur femme finalement, ou même s’ils ne l’aiment plus, au fond ce qu’ils ne parviennent pas à avouer c’est qu’ils ne vous aiment pas non plus, parce qu’ils n’aiment personne de toute façon, personne à part eux-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   27 août 2016
Elle était devenue une star grâce à ces vagues qui déferlaient sur son visage, un rideau ondoyant dissimulant son œil droit : une femme cyclope que le monde entier célébrait. « Une moitié de femme, son autre part dévorée par l’ombre, c’est toujours ce qu’ils veulent : pas trop de vérité, juste la moitié de la vérité, juste sa part supportable. Et c’est ce qu’ils célébraient à travers mon visage à moitié mort. » Elle leur faisait croire qu’elle était une vraie blonde, alors que sa mère lui versait chaque semaine de l’acide sur la tête pour obtenir ce blond doré. Elle avait longtemps hésité entre Blond glacier, Blond platine, Blond miel, Blond cendré, Blond vénitien, Blond cuivré, Blond champ de blé, et puis elle avait opté pour de l’acide pour éclaircir le châtain de sa fille, même si celle-ci se plaignait d’avoir le cuir chevelu brûlé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 août 2016
Pourquoi s’entêter à vivre dans une illusion ? Une illusion d’homme, d’amant, d’amoureux, qui lui tendait des bras illusoires, chargés d’une vie qui n’existait pas. Et elle y avait cru. Elle comprenait, enfin, en regardant ses petits jouets abîmés, qu’on ne voit jamais rien quand on voit. Ses sourires quand il la retrouvait, ses bras quand il la serrait de toutes ses forces : Tu es la plus belle femme du monde. Que disait-il vraiment en lui disant « je t’aime », et « mon amour », et « ma chérie », que lui disait-il qu’elle n’entendait pas ? Je veux que tu sois à moi, mon bien personnel – ma maison, mes enfants, ma voiture, ma femme. Tu n’existes pas. Tu n’as pas plus d’existence que tous ces jouets que je t’offre : une poupée emprisonnée dans mon désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 août 2016
Il n’y a plus que les tentacules des arbres au-dessus de sa tête, qui s’agitent doucement, puis de plus en plus vite. Ils cherchent à lui dire quelque chose – mais quoi ? Elle réalise soudain qu’ils ont une vie propre, qu’ils peuvent dès lors devenir aussi monstrueux que les humains. Ils ont le pouvoir de s’allonger et de l’approcher, de l’encercler et de l’arracher, de l’étouffer en lui sifflant qu’elle n’est rien. Ils s’étendent à toute vitesse et pénètrent dans ses oreilles, mais elle s’est déjà mise à courir, jusqu’au moment où elle voit briller au loin un grand cube blanc. Elle s’y précipite, dépasse le portier, et puis tout se met à briller : les diamants des femmes, leurs ongles trop longs, leurs lèvres sombres qui s’agitent pour rien, les verres de cristal reflétés par les grands miroirs. Elle a pénétré un rêve immaculé, fait de draperies ivoire, d’épais tapis crème, de banquettes prolongées de hauts panneaux de satin perle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 août 2016
Elle devenait double, triple, multiple, une fuite en avant pour mieux échapper aux autres, ne leur offrant qu’un masque comme les héroïnes des films noirs où elle jouait, qui étaient toutes doubles, échangeant leur identité quand elles basculaient dans une autre vie comme elle avait basculé dans le cinéma, ou quand elles sombraient dans la mort, devenant brunes alors qu’elles étaient blondes, blondes alors qu’elles étaient brunes, multipliant fausses pistes et vrais leurres, dressant face à l’homme qui cherchait à les suivre un palais des glaces où elles n’en finissaient pas de se refléter en autres, un labyrinthe où elles se faisaient minotaures, se dévorant elles-mêmes, se tuant entre elles, et travestissant le cadavre de leurs victimes de leur propre apparence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Nelly Kaprièlian (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nelly Kaprièlian
Nelly Kaprièlian
autres livres classés : star de cinémaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Nelly Kaprièlian (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
4910 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre