AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronique Patte (Traducteur)
ISBN : 208123176X
Éditeur : Flammarion (10/03/2010)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Ethiopie, 1975: c'est le chaos. Un pays exsangue se rebelle et détrône son empereur.. Addis-Abeba, Ryszard Kapuscinski vient exhumer un monde balayé par les mitrailleuses; déjouant la vigilance des patrouilles, arpentant des ruelles sinueuses à la tombée de la nuit, il cherche à comprendre: qui était le Négus, le Roi des rois - Hailé Sélassié, dernier empereur d'Ethiopie ? Un despote sanguinaire ? Une figure paternelle adulée par son peuple? Un vieillard... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
benleb
  16 février 2016
Un livre d'une cruauté et d'une tristesse absolues.
Cruauté et tristesse du destin d'un dictateur, d'un roi absolu, Haïlé Sélassié, dernier empereur d'Éthiopie. Rattaché aux traditions de son empire, refusant toute évolution de son régime, malgré un vernis de modernité concédé à ses alliés occidentaux, il fut trahi par tous. Trahi par ces alliés occidentaux qui devinrent les plus grands dénonciateurs de ses crimes. Trahi par ses courtisans qui, à coups de flatteries et de dénonciations, ne cherchaient qu'à s'enrichir. Trahi par les officiers de son armée qui organisèrent une mort lente de son pouvoir.
Il accepta d'être dépouillé progressivement de ses prérogatives, et de sacrifier un à un ses partisans, pour conserver une illusion de pouvoir. Tout cela pour aboutir à une fin solitaire et sinistre.
Mais aussi cruauté et tristesse du destin d'un peuple éthiopien qui renversa un autocrate sanglant mais désuet, pour tomber entre les mains d'une dictature prétendue moderne mais encore plus sanglante, trompé par l'un comme par l'autre.
Ryszard Kapuściński présente son livre comme un recueil de témoignages de survivants du régime impérial, mais à mon avis ceux-ci ont été largement retravaillés par lui. Cela donne un reportage littéraire superbe mais dont je doute parfois de la vérité. On voit qu'il s'agit pour lui de dénoncer un régime du tiers-monde soutenu par les Occidentaux, mais derrière cela, il y a aussi une critique féroce de la dictature communiste se mettant en place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
eco
  30 avril 2013
A l'aide de témoignages directs de l'entourage d'Hailé Sélassié, Ryszard Kapuscinski nous plonge dans la vie du palais de celui que la plupart des rastas considèrent encore comme le « dirigeant légitime de la Terre ».
Le journaliste n'intervient directement qu'à certains moments, laissant les témoins et acteurs les plus proches de la vie de l'empereur donner leur version de cette page terrible de l'histoire de l'Éthiopie.
Cette démarche permet de s'éloigner du récit journalistique traditionnel généralement plus limité par la subjectivité de l'auteur.
Ce livre est un voyage hallucinant dans un univers clos où tous les yeux et toutes les oreilles sont sans cesse tournés vers ce despote charismatique (l'un ne va pas sans l'autre). Après son arrestation par les militaires, Hailé Sélassié continuera d'ailleurs à croire qu'il est toujours empereur, ses geôliers faisant toujours montre de déférence et s'inclinant devant lui, preuve de l'immense impact que cet homme à eu sur le peuple éthiopien, même au faîte de sa tyrannie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
_easterpink
  18 août 2019
Kapuscinski nous livre un bouquet de récits (anonymes pour des raisons évidentes) poignants et déstabilisant. J'ai étudié l'Éthiopie contemporaine pendant quelques mois, ainsi je devais me familiariser avec l'historicité de ce pays. Ce livre permet une entrée en matière efficace bien que dénué de fardage. En effet, l'empereur est démystifié dès les premières pages, et ce sont en fait à travers les mots de ses "proches" que Haïlé Sélassié paraît au lecteur. Cet angle révèle les failles et excès du personnage, et les conditions de sa chute sont par la même occasion mises en exergue. Nous sommes ainsi plongés dans les arcanes du pouvoir et faisons face à un empereur livide et et décrépit.
L'auteur redevient parfois le narrateur et raconte son vécu en terre éthiopienne. J'ai aussi note des éléments intéressants sur les protagonistes de la Révolution.
Il faut toutefois s'attendre à une narration romancée. L'auteur est connu pour changer certains détails pour les faire correspondre à sa propre expérience, dans le cas échéant le régime stalinien de Pologne. Dans l'ensemble je n'ai pas accroché davantage.
Pour conclure, un bon livre, divertissant. Sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liberliger
  27 octobre 2012
Ryszard Kapuscinski fait revivre l'univers terrifiant de la cour d'Hailé Sélassié, siège de l'ignorance et de la barbarie d'une élite corrompue et servile, à  travers les témoignages de ceux qui ont fréquenté les salles, les bureaux, les corridors du palais...Au centre de leurs récits se dresse la figure omnipotente du Roi des Rois, tyran tragique sourd à  la misère de son peuple, despote balayé par une révolution en septembre 1974.
Commenter  J’apprécie          50
Davidislm
  27 juillet 2018
Je suis d'ordinaire très friand des écrits de Ryszard Kapuscinski. le sujet du Roi des rois, le Négus, le Ras, Tafari Makonnen, est des plus excitants. le cocktail semblait très prometteur.. Malheureusement, la magie n'opère pas vraiment.. J'avais été sous le charme absolu de son livre "Ebène" sur ses aventures africaines. Ici, il s'agit "simplement" d'une compilation de témoignages d'anciennes petites mains du régime despotique de Haïlé Sélassié 1er.. On n'a pas beaucoup de mal à se projeter dans l'époque décrite, mais cela manque un peu de relief. Ryszard Kapuscinski a un style très dynamique et inclusif pour son lecteur lorsqu'il rédige. Ici, vu qu'il relate les paroles d'autrui plus qu'il n'écrit, on traverse le livre sans beaucoup de sursauts.
Cependant, cela reste une agréable lecture pour qui s'intéresse à l'histoire tumultueuse de ce grand pays qu'est l'Éthiopie
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
tristantristantristantristan   03 octobre 2018
Un jour j'ai vu une vingtaine ou une trentaine d'ouvriers déblayer des gravats et des pierres qui encombraient la cour devant l'entrée du Palais, sous la direction d'un contremaître arménien. Le travail consistait à charger la pierraille dans des civières en bois puis à les vider dans une décharge située à une cinquantaine de mètres. Le contremaître tournait au milieu des ouvriers en brandissant un long bâton. Quand il s'éloignait, l'activité cessait aussitôt. Je ne veux pas dire que les hommes s'asseyaient , se mettaient à discuter, à s'étendre par terre, non, ils se figeaient simplement sur place, comme des vaches dans un pré, parfois même ils tombaient en léthargie avec un bout de brique à la main. Quand le contremaître revenait, ils se mettaient à bouger, mais avec apathie, comme des silhouettes dans un film tourné au ralenti. Quant ils recevaient un coup de bâton, ils ne criaient pas au secours ni ne protestaient, ils accéléraient seulement un peu leurs mouvements. Dès que les coups cessaient, ils reprenaient leur rythme d'escargot. Mais, à peine le contremaître était-il reparti qu'ils s'immobilisaient et se pétrifiaient de nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tristantristantristantristan   03 octobre 2018
C'était un chien de race japonaise. Il s'appelait Lulu. Il avait l'autorisation de dormir dans la couche royale. Pendant les cérémonies, il s'échappait des genoux de l'Empereur et allait pisser sur les souliers des dignitaires. Ces messieurs n'avaient pas le droit de sourciller ni de faire le moindre geste quand ils sentaient leurs pieds s'imbiber d'urine. Mon rôle consistait à passer entre les courtisans au garde-à-vous et à essuyer leurs chaussures. Un chiffon en satin était affecté à cette tâche. J'ai assumé cette fonction pendant dix ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
benlebbenleb   13 février 2016
Feu le ministre Makonen était un drôle de personnage. Favori et véristable chouchou de sa majesté, jouissant de son oreille impériale à volonté, il ne pensait jamais à se remplir les poches. Son Altesse avait beau ne apprécier les saints dans son entourage, elle lui pardonnait cette faiblesse, car elle savait que cet excentique n'avait pas la tête à s'enrichir, tout absorbé qu'il était par une idée fixe : celle de servir au mieux l'empereur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ecoeco   30 avril 2013
Hailé Sélassié vivait au milieu de ses ombres, sa suite n'était rien d'autre que son ombre démultipliée à l'infini.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ryszard Kapuscinski (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryszard Kapuscinski

Hippolyte présente Ryszard Kapuscinski, "Ebène", Pocket
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais....
autres livres classés : éthiopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox