AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ersin Karabulut (Autre)
EAN : 9782378782467
72 pages
Éditeur : Audie-Fluide glacial (02/09/2020)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Qu'adviendrait-il de notre société si elle renonçait à ses libertés à cause de croyances, des nouvelles technologies, d'un virus ou même du carcan familial ?
Dans cette anthologie de récits d'anticipation, l'auteur turc Ersin Karabulut décrit à la perfection les maux de notre société et le moment où tout bascule.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
JustAWord
  11 septembre 2020
Deux ans plus tôt, les éditions Fluide Glacial traduisaient pour la première fois un auteur turc tout à fait génial : Ersin Karabulut.
Au travers des contes aussi inventifs que glaçants, l'auteur-dessinateur croquait à la fois les terreurs de la Turquie moderne mais aussi les travers de notre société occidentale.
Avec Jusqu'ici tout allait bien…, Ersin Karabulut récidive et nous offre 9 histoires supplémentaires avec la plume corrosive et le coup de crayon génial qu'on lui connaissait déjà depuis Contes ordinaires d'une société résignée.
Si ce nouvel opus prolonge de façon aussi magistrale l'expérience de son prédécesseur, c'est parce que les métaphores sociales, religieuses et politiques de son auteur s'avèrent toujours aussi inventives et saisissantes.
Prenons par exemple L'Âge de pierre où tout le monde se doit de trimbaler une pierre dès son plus jeune âge avec l'interdiction formelle de la lâcher, même une seconde. Pourquoi ? Parce que !
Derrière cette règle d'or, un poids social/religieux et même politique et… des gens qui doutent. Comme cette petite fille qui s'interroge sur la possibilité de poser sa pierre et qui finit…par le faire ! Racontée par son frère, l'histoire de la gamine n'en devient que plus cruelle car le lecteur, observateur extérieur, se rend compte de l'inanité de la chose… mais pas le narrateur. À la fois terrifiante et porteuse d'espoir, ce premier conte confirme qu'Ersin Karabulut n'a rien perdu de sa capacité contestataire.
Pourtant, Ersin Karabulut n'est pas qu'un auteur politique, c'est aussi un écrivain de l'intime comme lorsqu'il s'aventure dans La Chambre Secrète où l'on cache son histoire à l'autre pour se conformer à une sorte de personnage que l'on s'est inventé pour survivre en société ou face à sa moitié. Même chose avec Histoire pour enfants où l'ouverture aux autres change de fond en comble la personne et l'éloigne de ses vieux démons et de ses sales habitudes, offrant une nouvelle dimension au monde extérieur.
Au sein du monde fantastique et science-fictif d'Ersin Karabulut, il reste toujours quelque chose de socio-politique. Dans Dot, c'est la victoire d'une multinationale devenue gouvernement planétaire grâce au consumérisme et par le reconditionnement de ceux qui refusent encore de plier. Dans le Monde d'Ali, le virus lâché pour éradiquer les conservateurs en les transformant en migrant devient un nouveau signe de ralliement pour l'émergence d'une nouvelle haine (il ne suffit que d'un prétexte…). Et dans Sans Gravité, tout a été privatisé. TOUT. Même l'oxygène, même votre pesanteur. Derrière, l'état tire les ficelles et exploite, les multinationales ricanent et le consommateur passe à la caisse.
Il reste quelques contes plus énigmatiques dans Jusqu'ici tout allait bien… comme cet enfant qui grandit dans le corps de sa mère et finit par prendre sa place, sorte de syndrome de Tanguy poussé à l'extrême et qui met aussi mal à l'aise qu'il fait sourire. Ou cette autre histoire d'identité lorsque père et fils se confondent et que l'on ne sait plus qui est qui… jusqu'à ce que l'impensable se produise. Reste alors la dimension religieuse qui tourne à la satire ricanante dans Pile ou Face dans laquelle deux potes se retrouvent l'un en Enfer et l'autre au Paradis. Mais croyez-le ou non, ce n'est pas l'endroit que l'on pense qui s'avère le plus agréable et le plus humain. Toujours là où on ne l'attend pas, Ersin Karabulut détonne et étonne… et c'est certainement pour ça qu'on l'aime tant.
Nouvelle fournée jubilatoire et audacieuse de la part du décidément génial Ersin Karabulut, Jusqu'ici tout allait bien… mêle politique, intime et social à travers des histoires fantastiques et science-fictives tous plus étranges les unes que les autres. Savoureux et perturbant.
Lien : https://justaword.fr/jusquic..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
yv1
  12 septembre 2020
Ersin Karabulut récidive avec ses contes ordinaires qui n'ont d'ordinaire que leur nom. Comme dans son premier album chroniqué hier, Contes ordinaires d'une société résignée, il pousse son raisonnement jusqu'à l'absurde. Un absurde dont on n'a jamais été si proche, tant la société évolue avec une rapidité et une folie parfois effrayantes.
C'est une critique violente des autorités politiques qui préfèrent le profit -souvent à court terme- aux humains. Tout est privatisable et donc privatisé au profit de grandes entreprises et de ceux dont on imagine qu'ils s'en mettent dans les poches, les décideurs : eau, air que l'on respire... Tout le monde est fliqué et plus vraiment besoin de forces de l'ordre- sauf cas de force majeure- puisque ce sont les citoyens eux-mêmes qui se chargent de dénoncer, critiquer, mettre à l'isolement, voire pire, ceux qui ne font pas comme les autres. Celui qui ne veut pas du dernier mobile à la mode sera mis à l'écart et vu comme un paria. Ceux qui résistent, qui posent leur pierre -voir couverture-, qui osent porter des couleurs dans un monde gris le font au risque d'être arrêtés, vilipendés par la foule encouragée par les autorités voire tués. Même ceux qui, par hasard ou sans le vouloir ne peuvent entrer dans le moule risquent leur vie. Ersin Karabulut décrit des pouvoirs autoritaires pour ne pas dire plus qui soumettent les peuples, les abêtissent en leur offrant un accès aux nouvelles technologies ; leurs temps de cerveaux disponibles s'amenuisent jusqu'à quasi disparition. Un peuple qui ne lit pas, qui ne réfléchit pas est un peuple aisément manipulable.
Tout cela est excellent et, en prime, Ersin Karabulut joue avec les graphismes et les couleurs qui changent d'un conte à l'autre. Certains sont plus à mon goût que d'autres, mais c'est aussi jouissif que lorsqu'un écrivain change de style en changeant de narrateur ou de nouvelle. Un pur plaisir, noir et pas gai, qui donne à réfléchir à la dérive de nos sociétés et qui fait peur tant l'humain n'en est plus au centre. Ne reste plus qu'à espérer qu'Ersin Karabulut fait de la science fiction et que ça le restera...
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
croix59
  14 septembre 2020
Contes détonants et pour certains franchement réussis voire jubilatoires (le poids de la pierre, Dot,...) mais avec sur d'autres, plus de réticences pour ma part (enfant qui grandit dans le ventre de sa mère ou celle du fils qui ressemble à son père) car elles me mettent mal à l'aise...Sans doute est ce la but?
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LigneClaire   16 septembre 2020
Résister ? C’est aussi cela le message évident de cet album, de ces neuf fables noires qui font froid dans le dos si on les lit avec attention. Une société, la notre près du gouffre. Un album choc et nécessaire.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ZilizZiliz   05 septembre 2020
- Mais franchement, Fanny, tu trouves raisonnable de recevoir régulièrement des produits de la marque •DOT que tu n'as même pas commandés ? Des choses inutiles que tu ne désirais même pas, mais que tu as acceptées tellement tu étais conditionnée, et tout ça à des tarifs ahurissants !
- Xavier, comment peux-tu affirmer que je ne désirais pas ces choses ? •DOT a spécialement conçu un algorithme d'achat sans clic qui anticipe mes désirs. C'est génial, fini les hésitations à rallonge : je n'ai même plus à réfléchir ! Si toi ça te pose un problème, c'est peut-être parce que tu es vieux jeu et réac...
(p. 33-34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
ZilizZiliz   05 septembre 2020
- Pourquoi nous devons porter ces pierres ? Elles sont super lourdes !
- Certaines questions ne sont pas faites pour être posées, ma fille. Si tu la laissais tomber, Dieu nous en garde, une flopée d'ennuis nous tomberait dessus. Pff... J'ai l'impression de passer mon temps à t'expliquer tout cela. Alors, tais-toi et marche !
- Mais maman, tu ne m'expliques rien, là. Quel genre d'ennuis on aurait ?
(p. 3)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Video de Ersin Karabulut (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ersin Karabulut
Après le succès de “Contes ordinaires d'une société résignée”, paru en France en 2018, l'auteur turc Ersin Karabulut revient avec une nouvelle anthologie de 9 récits d'anticipation dont on ne sort pas indemne.
Dès le 2 septembre 2020 en librairie ! 80 pages - 16,90 €
autres livres classés : littérature turqueVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3181 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre