AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 250506699X
Éditeur : Kana (20/01/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Afin de sauver le jeune Tetsurô des griffes de Berühren, gigantesque multinationale qui règne sur la ville, Jûzô a utilisé son revolver. Mais l'utilisation d'extensions meurtrières étant interdite par la loi Extend, Jûzô risque désormais l'arrestation et le démontage par l'Agence pour la Reconstruction, qui contrôle les extends...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nebalfr
  24 mars 2018
Critique commune aux tomes 1 et 2.
Une fois n'est pas coutume, c'est l'excellente revue Atom qui a attiré mon attention sur ce manga de Karasuma Tasuku, un auteur jusqu'alors très méconnu de par chez nous. Il s'y est ajouté une opération promotionnelle, avec ces deux premiers tomes pour le prix d'un… Occasion, larron – et au final ? Je ne suis pas parfaitement convaincu, mais demeure bel et bien intéressé, suffisamment pour avoir envie de lire la suite.

Nous sommes dans un futur plus ou moins proche – après une terrible guerre qui a vu des massacres sans nom. Lors du conflit sont apparus les extends – des hommes auxquels on greffait des implants destinés à en faire des machines à tuer. Maintenant, la guerre est finie… et les gens ont peur de leurs « sauveurs ». D'autant qu'il y a des intérêts colossaux en jeu, qui voient s'opposer diverses factions : la cynique mégacorpo Berühren à l'origine des extends, et dont le building noir trône au centre de la ville comme un certain monolithe ; le gouvernement et son « agence pour la reconstruction » ou plus précisément son « bureau des mesures anti-extends », aux intentions ambiguës et aux moyens qui ne le sont pas moins ; les réactionnaires du Spitzbergen, qui ne rechignent pas au terrorisme anti-extends ; les yakuzas du Kyûseikai…

Tout ce qui fait le cyberpunk, mais No Guns Life affiche d'emblée la couleur : NOIR. Les références, pas seulement graphiques, à l'univers du polar hard-boiled, abondent. Reste à associer ces différents éléments, mais les modèles ne manquent pas. Rien d'étonnant sans doute à ce que l'auteur cite George Alec Effinger parmi ses influences, mais on pourrait tout aussi bien évoquer Blade Runner, de manière plus consensuelle. C'est, à vrai dire, peut-être une limite de la BD, à l'horizon du moins : elle cite beaucoup. Et, côté mangas, notamment, il est impossible de ne pas penser à Gunnm, si l'on cite aussi systématiquement, et en ce qui me concerne ça ne joue pas en faveur de No Guns Life, les BD de Shirow Masamune (aheum...) ; le premier tome comprend par ailleurs une référence jugée explicite à Matsumoto Leiji, mais qui m'a tout aussi bien évoqué Akira (le gamin bizarre aux facultés étranges du nom de Tetsurô). Il y aurait sans doute bien d'autres exemples.

Sur ces bases, pas évident de livrer quelque chose qui parvienne à se singulariser suffisamment pour avoir un intérêt propre. Karasuma Tasuku, pourtant, y parvient – en usant de nouveaux des codes/clichés, mais cette fois pour en tirer quelque chose d'éventuellement... bizarre. C'est pour une bonne part son héros qui l'y autorise : Jûzô Inui, détective privé. Forcément… Mais ce « private eye » n'est pas comme les autres – de toute évidence : c'est un extend, considérablement retouché, et dont la tête même… a été remplacée par un énorme revolver ! Un Gun Slave Unit, disait-on pendant la guerre… Une créature très ironique – car cette arme très intimidante, Jûzô Inui ne peut pas en faire lui-même usage : la gâchette se trouve derrière sa tête, inaccessible pour lui – il faut que quelqu'un d'autre tire… mais Jûzô Inui ne conférera pas ce privilège à n'importe qui ! Idée à la fois débile et géniale, et qui suscite des développements intéressants (notamment, à vrai dire, dans l'épisode « one shot » qui avait précédé la série, et que l'on trouve à la fin du tome 2).

Mais cela débouche sur un autre atout pas si évident : la BD met en scène un personnage principal qui n'a littéralement pas de visage. Sa simple présence est plus qu'inquiétante, et l'impossibilité de lire les sentiments sur un Colt Python ne le rend que plus intimidant et dérangeant. Pourtant, le canon comme le barillet donnent sous certains angles et sous une certaine lumière la sensation d'un visage, et même d'yeux – on croit y lire quelque chose… et peut-être à bon droit ? Car Jûzô Inui n'est pas aussi froid que sa tête métallique : oui, il ressent pas mal de trucs. Et si cette allure, pour lui, peut d'abord donner l'impression d'une malédiction, elle constitue pour le personnage un atout indéniable – en contribuant et pas qu'un peu à son étonnant charisme. À vrai dire, les personnages secondaires (tous, en y incluant Mary, la technicienne de génie, qui rappelle beaucoup l'Edward Wong Hau Pepelu Tivrusky IV de Cowboy Bebop, une autre référence évidente) sont considérablement effacés (et moins intéressants), dans l'ombre de Tête-De-Flingue. le méchant du tome 2 ne s'en tire pas si mal, cela dit...

Les histoires, par ailleurs, sont globalement assez convenues pour l'heure. Là encore, la série baigne dans les codes du cyberpunk et du noir, avec le risque qu'ils virent aux clichés. Cependant, l'auteur se montre assez malin, et sait, régulièrement, relancer la sauce en infusant dans ses enquêtes plus ou moins déjà lues des éléments davantage « bizarres ». Cela tient parfois du détail, relevant par ailleurs de la caractérisation des personnages – un exemple éloquent : Jûzô Inui qui fume clope sur clope… comme un bon privé en imper et chapeau mou, mais il a une très bonne raison de le faire ! L'impact cosmétique n'en est que plus marqué – et ludique… Mais la BD bénéficie d'autres idées assez futées, qui tordent suffisamment les codes pour entretenir l'intérêt du lecteur – par exemple, à la fin du tome 1, avec ce gamin qui se veut héroïque et commet la terrible boulette « d'emprunter » le corps de notre monolithique héros… mais ne le met que davantage en danger, car il ne sait pas en faire usage ; plus globalement, d'ailleurs, la naïveté de ce personnage tranche intelligemment sur la dureté de Jûzô Inui – même si cette dernière est parfois une façade. le deuxième tome comprend également de bons moments du même ordre – et, par ailleurs, il se montre plus habile, je crois, dans l'alternance entre humour et gravité. Clairement, ça ne révolutionne absolument rien, mais j'ai lu ça avec un plaisir indéniable.

Reste un point à mon sens plus problématique : le dessin. Karasuma Tasuku a un style, et maîtrise les jeux d'ombres. Son découpage n'est pas spécialement barré, mais il est efficace. Comme dit plus haut, le personnage à l'allure si étrange de Jûzô Inui est brillamment employé, le dessin mettant en valeur ce que son apparence a de profondément dérangeant, mais aussi son improbable charisme, et peut-être même son ressenti. Les autres personnages sont moins marquants – et les personnages féminins un peu trop érotisés, je suppose, même si on a lu bien, bien pire, ça demeure raisonnable (ils sont généralement plus complexes qu'ils n'en ont tout d'abord l'air, et ça c'est toujours bon à prendre).

Ce qui m'ennuie un peu plus, ce sont les scènes d'action – que je trouve globalement illisibles, d'autant qu'elles sont régulièrement saturées d'onomatopées qui ne font que compliquer encore la lecture. No Guns Life mêle donc polar et cyberpunk, mais avec une approche tout de même assez musclée – si les combats ne sont pas systématiques, loin de là, ils occupent néanmoins une place non négligeable dans la narration ; or j'ai vraiment du mal à m'y repérer… même si j'ai l'impression que le tome 2 marque déjà un certain progrès à cet égard ? Nous verrons bien…

Car, oui, j'ai envie d'en lire davantage. Encore une fois, No Guns Life ne révolutionne rien… Mais il y a dans ces deux premiers tomes suffisamment de bonnes idées, notamment autour du personnage étonnant de Jûzô Inui, pour entretenir ma curiosité. Un de ces jours, je vous toucherai donc sûrement un mot de la suite.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CapitaineBapt
  07 juin 2017
Un peu compliqué à suivre par moment, cette série a du potentiel, de par le parti-pris narratif et son ambiance. Et pourtant, c'était pas gagné d'avance, le héros est un hybride homme-robot avec une tête en forme de pistolet... Etrange, non ?
Avec ce deuxième tome, je parviens toujours pas à me faire une réelle opinion de cet ovni. C'est parfois un peu foutrac, parfois un peu long, mais on se laisse tout de même gagner par le personnage. En effet, Jûzô Inui se révèle être un dur au coeur tendre, et on se rend compte que cette "machine" est parfois plus humaine que les humains eux-mêmes... Une série qui interroge sur la place des êtres différents dans une société déshumanisée. Atmosphère opaque et âpre bien rendue par le dessin tout en ombre de Tasuku Karasuma.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CapitaineBaptCapitaineBapt   07 juin 2017
Ecoute-moi bien, Olivia... Ceux qui sont chargés de contrôler les autres ne doivent jamais user de leur pouvoir pour des raisons personnelles. Il n'y a pas de justice dans les raisons personnelles. Sinon, ça voudrait dire qu'il y aurait autant de formes de justice que de gens sur terre...
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Tasuku Karasuma (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tasuku Karasuma
Trailer : No Guns Life - Juzo
autres livres classés : cyberpunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2616 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre