AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505069018
Éditeur : Kana (21/04/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le vrai coupable du massacre perpétré il y a dix ans s’est révélé être Mega Armed Sai, surnommé le « héros salvateur du pays ». Sa puissance est telle que Jûzô ne peut rien faire pour l’arrêter…! Soudain, à court de sédatifs, Jûzô ne parvient plus à contenir sa véritable force avec tout le danger que cela comporte…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nebalfr
  03 mai 2018
Critique commune aux tomes 3, 4 et 5.
No Guns Life, suite, avec les tomes 3, 4 et 5 – soit tout ce qui est paru en français pour l'heure. Les deux premiers tomes, sans avoir rien de révolutionnaire, mais alors absolument rien, m'avaient suffisamment accroché, avec leur chouette ambiance, l'excellent personnage principal qu'est Jûzô Inui et sa tête de flingue, de bons personnages gravitant autour de lui et quelques idées bizarres saupoudrées çà et là, pour que je dépasse sans peine quelques aspects moins enthousiasmants – notamment le caractère très convenu et déjà-lu de ce cyberpunk noir, du genre à citer abondamment ses références, une vague érotisation des personnages féminins guère convaincante en plus d'être inutile, ou un dessin certes d'une personnalité appréciable, mais régulièrement au prix de la lisibilité, notamment dans les scènes de combat. Ces trois nouveaux tomes sont clairement dans la continuité, atouts et désavantages se perpétuent, encore qu'en connaissant quelques évolutions ; globalement, je crois que la série s'améliore, en fait, même si, là encore, sans jamais atteindre quoi que ce soit de bouleversant.

Je ne vais pas m'étendre outre mesure sur l'histoire de ces trois tomes – simplement en donner les grandes lignes pour se faire une idée du contenu. Même sous cette forme très lapidaire, toutefois, ça n'exclut pas quelques SPOILERS, inévitablement…

La trame de fond demeure : cette ville indéfinie, mégalopole tentaculaire à l'ombre de la corporation omniprésente Berühren ; si les yakuzas des deux premiers tomes sont cette fois un peu en retrait, les deux autres factions principales, d'une part l'Agence pour la Reconstruction et son « Bureau des Mesures Anti-Extends », ou EMS, et d'autre part les terroristes réac du Spitzbergen (qui sont encore nimbés d'un voile de mystère, cela dit), sont toujours de la partie. Bien sûr, sur cette base, il y a forcément des complots dans tous les sens, des agents infiltrés, des traîtres, de la corruption à tout va, du cynisme, du fanatisme, de la folie pure, des révélations en pagaille à base de régiments de squelettes dans absolument tous les placards, etc. le cocktail de base technoir, nous sommes en terrain connu.

Le tome 3 poursuit, plus qu'il ne conclut, le tome 2. Il s'ouvre donc sur la révélation, pour notre héros Jûzô Inui du moins, de ce que le grand héros de la guerre, le premier extend, Mega Armed Sai, est un putain de gros connard psychopathe – pour l'affronter, il faut au moins quelqu'un d'aussi furieusement taré et meurtrier que lui… comme un Jûzô Inui privé de ses sacro-saintes clopes (je diminue en ce moment ma propre consommation, et compatis donc avec l'homme à tête de flingue – tout en me disant que ça serait bien pratique d'avoir cette tête de flingue, des fois, surtout dans ces circonstances). Mais l'affaire ne s'arrêtera pas là – l'affrontement, au fond, ne résout rien, et initie, plutôt qu'il ne conclue, un nouveau fil rouge dans la BD, qui ne révolutionne rien là encore, mais plusieurs de ces fils sont dès lors en place, qui complexifient l'univers mais jamais au prix de la cohérence. L'apparition d'un nouveau personnage secondaire, un jeunot vif et débrouillard du nom de Colt, va également dans ce sens… même si c'est en définitive un autre fil rouge qui prend de l'importance dans les derniers chapitres – du genre pas surprenant du tout, car foncièrement logique : est impliqué dans tout cela Victor, le frère de Mary, la géniale et dingue ingénieure dans l'ombre de Jûzô Inui ; de manière tout aussi convenue mais acceptable, le tome suivant nous « révélera » que le privé lui-même est lié à Victor… et que cela n'a rien d'un hasard si notre héros n'est jamais bien loin de Mary.

Le tome 4 part assez mal – avec l'excitée Pepper et sa triste dégaine de fantasme psycho qui rend visite à Jûzô Inui dans son bureau, accompagnée par un autre Gun Slave Unit ; l'affrontement entre les deux unités extends de même type ne passionne guère, et l'affaire ne se prolonge heureusement pas, même si les deux intrus n'ont probablement pas dit leur dernier mot. La suite est heureusement plus intéressante, qui retourne aux enquêtes de Jûzô Inui… même si, nous l'avons maintenant intégré, d'une manière ou d'une autre, ces enquêtes ne sauraient être indépendantes, et sont toutes liées entre elles, et aux gros complots qui forment la trame de cet univers de cyberpolar : il s'agit de mettre la main sur un extend « fantôme », qui persécute une pauvre petite fille riche qui a comme un préjugé à l'égard des hommes augmentés. Mais, en fait de main, il en est une autre qui intervient bientôt, baladeuse si l'on ose dire, la Chose de la Famille Addams à l'heure du transhumanisme… et nous en revenons donc, sans vraie surprise, mais non sans une certaine habileté narrative, à Victor, ses relations avec Mary aussi bien que Jûzô Inui – et ses idées un peu confuses quant aux extends ?

Le tome 5 poursuit cet arc, mais en s'autorisant quelques à-côtés étonnants – d'abord un épisode peu ou prou one-shot prenant pour base un gros pervers dans un salon de coiffure « pour extends » (…), ce qui est à la fois très con et relativement amusant ; ensuite une nouvelle enquête de notre héros, qui lui est confiée par… ben, une « femme fatale », disons ; le versant très chaudasse. Ceci dit, même si j'émettrai des réserves sur le vague érotisme, passablement gratuit voire maladroit, qui imprègne çà et là (assez rarement heureusement) les planches, ça, pour le coup, c'est assez bien vu – parce que sa liberté de ton met les autres personnages, et éventuellement les lecteurs, un peu mal à l'aise ; il y aurait de quoi commenter pas mal… En tout cas, c'est bien plus pertinent que de multiplier les angles incongrus en plans fesses et nichons ; et c'est peut-être justement la raison d'être de ce bref arc ? Cela dit, au-delà de l'érotisme et de l'humour affiché de ces séquences (la BD alterne toujours très bien gravité et comique), les trames de fond demeurent, qui, sans surprise une fois de plus, laissent entendre que notre héros a eu un passé un tantinet trouble durant la guerre – ce qui nous renvoie aussi bien à Victor qu'à Mega Armed Sai, Gondry, le pote GSU à Pepper, etc.

Les atouts de ces trois tomes demeurent globalement les mêmes que dans les deux premiers, mais avec peut-être une certaine accentuation dans le bon sens. Premier atout, sans doute : une ambiance cyberpunk noire tout simplement parfaite, qui ressort à la fois du graphisme, avec ses jeux d'ombre et de lumière, et d'éléments très bien vus de caractérisation des personnages – comme les cigarettes de Jûzô Inui. Ce dernier est toujours l'excellent personnage principal qu'il était dans les deux premiers tomes, attachant en dépit de son allure inquiétante, expressif alors même qu'il n'a pas de visage ; cela vaut à vrai dire pour d'autres extends, qui arborent comme des masques de nô, remplissant cette double fonction paradoxale. le détective est par ailleurs plus complexe qu'il n'en a l'air, ce qui vaut aussi pour les principaux personnages secondaires de la série : tout d'abord, dans l'entourage immédiat du détective, Mary, son ingénieure fracasse, et Tetsurô, ce petit con qui veut bien faire mais ne pige pas grand-chose à ce qu'il fait... et cache peut-être certaines choses, le petit coquin ; mais d'autres personnages, plus éloignés, ont également du potentiel sinon encore de la matière, comme Olivia, l'ambiguë chef-ou-pas-chef de l'EMS, dont les relations avec Jûzô Inui sont très compliquées – utilement. Je ne me prononcerai pas encore en ce qui concerne Victor, mais tous ceux que je viens de citer évoluent progressivement, et pas seulement dans leur rapport au héros : ils ont une vie propre, et ça, c'est très appréciable. Mais, çà et là, d'autres personnages bien plus secondaires peuvent aussi constituer de bonnes surprises, et je crois que c'est le cas de la cliente nympho du tome 5 – voire des gérants et clients du salon de coiffure dans ce même volume, en dépit du grotesque de la séquence, amusant mais parfois à l'extrême limite de la lourdeur – un jeu d'équilibriste périlleux.

J'ai déjà mentionné, dans ma chronique des deux premiers tomes et dans celle-ci, combien l'érotisation forcée, même rare (ouf), des personnages féminins de la BD était poussive. Rien ne l'illustre mieux, ici, outre les couvertures des tomes 3 et 4, que le personnage de Pepper (tome 4), qui est vraiment une caricature – mais peut-être était-ce le propos… Il y a, de manière générale, des cases dont on se passerait, un peu puériles, un peu beauf – pas très réussies de toute façon, ou disons plus exactement que ça ne réussit pas trop à Karasuma Tasuku. C'est d'autant plus flagrant que ses principaux personnages féminins, Pepper exceptée, bénéficient d'un character design assez soigné, et qui leur confère le cas échéant bien davantage de personnalité, et avec bien davantage de pertinence ; si Pepper n'est que nichons, et si Olivia peine parfois à être autre chose que des lèvres pulpeuses (il y a des progrès la concernant, cela dit), Mary, elle, gagne à avoir l'air décalquée en permanence – ses cernes attirent bien davantage l'attention que ses gambettes, et c'est tant mieux ; graphiquement, et narrativement, elle est un très bon personnage – la piste à suivre en ce qui me concerne.

Mais justement : le dessin. Il bénéficie d'une certaine personnalité, assez indéniable – mais qui a son revers, dans des scènes d'action que je trouve bien trop souvent illisibles sinon brouillonnes, et la saturation des cases par les onomatopées n'arrange rien à l'affaire. C'était un problème marqué dans les deux premiers tomes, à mes yeux, ça l'est toujours dans les trois qui nous intéressent aujourd'hui. Cependant, je crois qu'il y a eu un certain progrès à cet égard ? Globalement – pas seulement dans les scènes de baston, en fait –, j'ai l'impression que Karasuma Tasuku a fait évoluer son style vers davantage de sobriété (sans être sobre à proprement parler, loin de là !), et ça me paraît assez profitable. Cependant, il y a un risque, ici, dont j'ai bien conscience : le style graphique de l'auteur ne risque-t-il pas, alors, de perdre en personnalité, de devenir « lambda » ? Je suppose qu'on ne peut pas tout à fait l'exclure – mais pour l'heure ça n'est pas le cas, et j'ai l'impression que l'on progresse vers un certain équilibre très appréciable.

Le bilan de ces trois tomes est donc globalement le même que celui des deux premiers : No Guns Life ne révolutionne rien, absolument rien, et entretient un jeu dangereux avec les codes et les clichés, qui pourrait être fatal à terme à la série, mais qui est très bien géré pour l'heure. L'ambiance très réussie, les personnages plus complexes qu'ils n'en ont tout d'abord l'air, l'improbablement charismatique Jûzô Inui en tête, quelques idées tordues enfin qui s'insinuent dans la trame pour rompre avec le déjà-lu et renouveler l'intérêt du lecteur, sont autant d'atouts qui font de cette lecture un moment agréable et convaincant, même si certainement pas impérissable.

Je lirai probablement la suite, quand elle sortira…
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de Tasuku Karasuma (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tasuku Karasuma
Trailer : No Guns Life - Juzo
autres livres classés : cyberpunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2616 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre