AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2825115266
Éditeur : L'Age d'Homme (13/06/2001)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Karel Capek fut l'un des rares écrivains tchèques à conquérir de son vivant une célébrité mondiale, qu'il dut principalement à son œuvre de dramaturge, et même surtout à une seule pièce, la célèbre r.
U. r. (1920), dans laquelle il forgea un néologisme qui allait connaître une fortune prodigieuse : le robot.
Mais, loin de n'être qu'un dramaturge qui eut son moment de succès, Capek est l'un de ces auteurs protéiformes qui abordent avec un égal bonheur t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
oiseaulire
  30 juin 2019
Un homme, victime d'un accident d'avion, tombe littéralement du ciel. Il est admis à l'hôpital dans le coma, non seulement gravement blessé, mais aussi manifestement atteint d'une cirrhose alcoolique et de la fièvre jaune. Sa fin est proche et il n'a sur lui aucun papier : on ne connaît donc ni son identité, ni sa nationalité, ni la raison pour laquelle il a décidé de voyager en avion privé alors que cette partie du monde est traversée par un cyclone et que tous les vols ont été annulés. Des infirmières, un jeune médecin prétentieux et chevelu, un chef d'internat assez âgé, un chirurgien impatient, une religieuse compatissante, un voyant philosophe et un poète se relaient à son chevet.
A tour de rôle la religieuse, le voyant et le poète vont imaginer la vie de cet homme et les raisons pour lesquelles son parcours s'achève ainsi, solitaire dans un lit d'hôpital. Ces raisons, ils les rêvent, les déduisent, les ressentent, les expriment en fonction de leur personnalité propre, de leur philosophie, et de leur conception de l'art. Le météore est un livre à la fois agréable à lire et point trop facile. L'auteur y développe à travers trois points de vue différents (compassion et foi/philosophie/art littéraire) la destinée humaine dont l'inconnu (monsieur X), déserté de toute conscience et de tout souvenir, est le représentant idéal, parce que sans visage : un support vierge offert à la réflexion et aux ressentis de ceux qui l'accompagnent dans son agonie.
Et voilà que ces trois points de vue, tout en étant différents, ne s'excluent nullement, mais s'enrichissent mutuellement.
----
Karel Capek est un auteur tchèque extrêmement important né en 1890 et mort en 1938. Opposant au nazisme qu'il a tourné en ridicule dans son roman "la guerre des salamandres", il est mort d'un oedème pulmonaire quelques temps avant son arrestation qui avait été programmée par le régime.
J'ai beaucoup d'admiration pour Capek : son imagination, sa rigueur et sa lucidité n'en faisaient pas un piètre adversaire pour le régime nazi et il est compréhensible qu'il ait été inscrit en priorité sur la liste des intellectuels à éliminer.
Il écrivit en 1920 une pièce de théâtre intitulée "R.U.R" qui le fera connaître du monde entier et dans laquelle il s' interrogea sur l'avenir d'une humanité livrée aux robots.
Et je cite Wikipedia : "Le terme robot apparaît pour la première fois dans la pièce de théâtre (science-fiction) de l'auteur Karel Čapek : R. U. R. (Rossum's Universal Robots). Le mot a été créé par son frère Josef à partir du mot tchèque « robota » qui signifie « travail, besogne, corvée".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
oiseaulireoiseaulire   29 juin 2019
Je sais ce que c'est que la fiction, mon vieux, je sais comment ça se fabrique : disons une part d'expérience, trois parts d'imagination, deux parts de construction logique et le reste c'est du calcul rusé : il faut que ça soit neuf, que ça soit de son temps, qu'on y trouve la solution ou la preuve de quelque chose, et surtout que cela fasse de l'effet.
Commenter  J’apprécie          80
lanardlanard   12 novembre 2016
Mais s'il me fallait dire avec précision comment je me représente les contrées tropicales, je devrais laisser tout cela et faire jaillir, comme Rimbaud, un feu d'artifice d'indications géographiquement indéterminées. "J'ai heurté, savez-vous d'incroyables Florides mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux d'hommes! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux! J'ai vu fermenter les marais énormes, où les serpents géants dévorés de punaises choient des arbres tordus avec de noirs parfums. J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades..."
Oui, ce serait plus ou moins cela; mais cette jungle de fantaisie, il faudrait qu'elle soit tailladée par la machette chauffée à blanc du soleil, il faudrait faire brûler les herbes sauvages et en faire écraser les étincelles par la patte d'un dieu; il faudrait planter des batatas ou des caféiers et édifier une hutte de paille et ensuite seulement montrer aux enfants ces pays dorés où se mêlent les fleurs et les parfums, les hommes de diverses couleurs et les agents commerciaux, les serpents énormes, l'exportation et la main-d’œuvre, l'éclat bleu des papillons et les conventions internationales sur les productions agricoles. Quel méli-mélo énorme et bouillonnant, quelle jungle en folie; sachez que je n'irai en pèlerinage en aucun paradis où je reposerais à l'ombre des palmiers et, ô nature, embrasse-moi, couvre mon corps de fleurs pourpres et de parfum de jasmin; hélas, hélas, pour moi les choses ne sont pas aussi simples. Je voudrais aller voir comme se fabrique et se mijote cette sauce infernale et piquante du soleil, de conjonctures économiques, de races humaines et de commerce, de sauvagerie et de crédit commercial, d'instincts élémentaires et de civilisation; mon ami, le diable lui-même ne voudrait pas tourner la cuiller dans cette marmite-là. J'aimerais bien aller voir ce qui est le plus sauvage, le Serpent Vert que révèrent les noirs ou les Lois de l’Économie devant lesquelles nous nous prosternons; je sais seulement que les deux ensemble forment une forêt vierge plus fantastique que les bosquets de prêle dans lesquels les sauriens antérieurs couvaient leur œufs. Une question: la poule noire qui gratte la terre dans l'ombre des patates douces sera-t-elle vendue au marché ou la tête lui sera-t-elle tranchée pour apaiser le courroux du serpent suprême? Je voudrais voir comment le Serpent Vert, enroulé dans on fauteuil, sourit au téléphone en réglant ses affaires commerciales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
oiseaulireoiseaulire   29 juin 2019
Le poète inclina ses lourdes épaules : " c'est ça le hic, docteur. C'est que la réalité m'importe tellement. Si je l'invente, si je suis tout le temps en train d'inventer quelque chose, c'est pour mieux la maîtriser. Ce que je vois ne me suffit pas."
Commenter  J’apprécie          20
oiseaulireoiseaulire   30 juin 2019
Cette relation était comme l'alliance de deux filous, c'est-à-dire un lien cordial et presqu'humain.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Karel Capek (1) Voir plusAjouter une vidéo
Dans la catégorie : Littérature tchèqueVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature tchèque (42)
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2901 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre