AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207124758
Éditeur : Denoël (19/05/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Un thriller explosif autour des compromis que les hommes – et les nations – font au nom de la sécurité et de la survie.
En plein océan Indien, sur une base militaire isolée, le FBI essaie de faire parler un prisonnier. Mais le détenu, suspecté d’avoir participé à une attaque terroriste aux États-Unis, refuse de parler. Ernst Grip, un ex-officier suédois, est envoyé sur cette base afin de déterminer si le prisonnier, connu seulement sous le nom de «N.», est un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  16 juin 2016
Il est si facile de coller des étiquettes. Robert Karjel est suédois, on pourrait donc imaginer qu'il va nous proposer une ambiance glaçante typique des romans scandinaves. La couverture, quant à elle, pourrait laisser penser à un roman d'action pur et dur. Rien n'est plus trompeur. Ce roman est inclassable et assez éloigné de tous présupposés.
Une intrigue qui se déroule aux quatre coins du globe (de la Thaïlande, jusqu'à une base militaire au fin fond de l'océan indien), et une intrigue loin de cette image « à la » Jason Bourne.
Mon nom est N. est un thriller qui marque très vite sa différence, mené de main de maître par Robert Karjel qui se fait un nom grâce à lui. L'auteur est un bourlingueur (lieutenant-colonel et pilote d'hélicoptère dans l'armée suédoise) qui nous plonge dans une histoire assez inclassable. Un récit qui traite de géopolitique, de dérives des organes de Sécurité Nationale (américains surtout), de braquage, d'espionnage, de secrets (liste non exhaustive)… Une histoire fignolée, travaillée dans ses plus petits détails et qui réserve un sacré flot de surprises.
Quel plaisir de suivre une intrigue qui sort du lot, et qui mélange nombre d'influences pour faire preuve d'une vraie originalité ! Quel panard de ne pas comprendre immédiatement les tenants et aboutissants et de se demander vers où va nous mener l'auteur. A l'image de ces passages qui décrivent le passé de l'officier suédois invité à enquêter sur un de ses (possibles) compatriotes, enfermé sur cette base militaire américaine. Quel rapport avec le reste ? Parle t-on de terroriste ? de tout autre chose ?
Robert Karjel fait preuve d'une qualité rare dans la construction de cette intrigue complexe et singulière. Elle ravira sans aucun doute un large public. Il fallait le faire pour concocter un récit crédible qui débute par le terrible tsunami qui a frappé la Thaïlande en 2004 et qui se poursuit sur une base secrète américaine.
L'auteur n'attend pas le final pour nous révéler les différents fils enchevêtrés de son histoire. Ils se dénouent au fur et à mesure, de manière parfois incroyablement surprenante. Plus on avance dans la lecture, plus on se dit que ce Robert Karjel a décidément un vrai talent de conteur, une imagination fertile et une capacité épatante pour lier le tout.
Mon nom est N. n'est peut-être pas le thriller de l'année, mais il procure un plaisir intense qui le fait sortir du lot. Ses personnages très marqués n'y sont pas étrangers, à l'image de cet épatant ex-officier de la Sûreté Nationale suédoise.
Une lecture prenante, difficile à lâcher et assez réjouissante. Une belle réussite dans le genre (mais quel genre au juste ?).
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BlackKat
  22 novembre 2016
Je ne vais pas mentir... j'ai craqué avant tout sur la couv', dès la sortie du roman, dès avant même avoir lu le pitch! le design est juste parfait pour me titiller!
Bienvenue à Diego Garcia, île paradisiaque de l'Océan Indien avec ses forêts luxuriantes bordent de longues plages au sable blanc... Aaahh non, pas de vacances, nous sommes en 2008 et c'est une base militaire ou une prison américaine secrète à la Guantànamo...
Bienvenue en Thaïlande, palmiers et douce brise, cocktails exotiques en bord de plage, les doigts de pieds en éventail... Aaahh non, nous sommes en 2004 et un tsunami sans précédant aucun, succédant à un séisme de magnitude de 9,1, a ravagé la région en causant près de 250.000 morts...
Bref, évitez les endroits dits paradisiaques quand Robert Karjel est dans le coin!
Car ce roman est sombre et complexe...
Enfin, pas si complexe que cela mais il faut tout de même suivre car c'est la trajectoire de deux personnages principaux que tout, a priori, oppose à l'exception de leur nationalité... Et ces deux hommes, N. et Ernst vont se rencontrer dans des circonstances peu agréables: l'un est interrogé par l'autre.
L'un a tout perdu dans le tsunami de 2004, jusqu'à sa mémoire, il vit avec le souvenir diffus et fugitif de deux petites filles, les siennes probablement. Il est soupçonné d'acte de terrorisme, enfermé et amené à disparaître de la surface de la Terre.
L'autre, ex-officier suédois, doit être prudent pour ne pas que ses petits secrets soient révélés au grand jour...
Mais peut-être que cette rencontre sur cette île perdue, gérée à l'envi par des agences aux acronymes bien connus et craints, n'est pas leur première rencontre...
Peut-être que le monde est bien petit et que ces deux hommes ont bien plus en commun que ce face-face imposé...
Il faut suivre car nous voyageons entre la vie, ou ce qu'il en reste, de N., celle de ses compagnons rencontrés après le tsunami de Thaïlande, celle de Ernst. Nous voyageons de Suède aux States, en barbotant dans l'Océan Indien. Nous allons du passé au présent, sans petite ouverture sur le futur.
Tout cela sur un rythme soutenu, sans grand étalage d'actions percutantes mais plutôt en immersion dans la psychologie des uns et des autres.
Des indices et des déductions se dévoilent peu à peu alors que le suspens ne fait que grandir.
Robert Karjel nous parle d'amour, ce que ce bougre nous pousse à accomplir parfois, de la vengeance, de la manipulation sur fond de trafics mais aussi du terrorisme et de l'impunité qu'il offre aux gouvernants à exercer toutes sortes de tortures et à disposer de la vie du simple quidam, sans grand égard pour la vérité.
Il nous parle des rapports humains, faussés par tant de mensonges, de secrets, de loyautés élastiques, de consciences déviantes; mais aussi de la complicité qui se tisse entre deux étrangers, par le simple regard et à demi-mots...
L'intrigue est addictive et le lecteur comprend peu à peu pourquoi ces deux hommes, N. et Ernst devaient effectuer un petit bout de chemin ensemble...
Attention, c'est un roman sous pression. Une fois ouvert, impossible de le refermer... Seulement après le très long soupir de fin du lecteur devant une certaine cruauté de la vie...
J'ignore totalement ce que Robert Karjel nous concocte pour l'avenir mais avec ce coup de coeur, c'est, assurément, un auteur à suivre!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
croc1706
  28 mai 2016
Mon nom est N. est un thriller suédois qui ne laisse pas indifférent. Bien écrit, le suspense ne fait que s'accentuer au fil des pages. le rythme est effréné , l'enchainement des pages très rapide , et l'alternance des points de vue ne fait qu'accentuer cette sensation .
N. est un homme bien mystérieux, dont l'identité s'est perdue en Thailande, au moment du tsunami. Cet homme détruit , décide alors de mener une vengeance, accompagné de personnages rencontrés sur les plages asiatiques. Capturé par les Américains, il refuse de parler. Jusqu'à ce que Ernst Grip apparaisse .
Ces deux hommes au passé douloureux, vont se comprendre, et permettre peu à peu au lecteur, de prendre part à ce complot au retombées considérables.
La force de ce thriller repose dans ces personnages d'une part, très mystérieux , qui ne demandent qu'à se livrer .
D'autre part , l'histoire est juste indescriptible tellement elle est compliquée (pas dans un mauvais sens) . Chaque chapitre dévoile un nouveau mensonge, une nouvelle conspiration, un écheveau qu'il faudra attendre la dernière page pour démêler .
Quand la dernière page se tourne , on est à bout de souffle, estomaqué et perplexe. Mais qu'est-ce que ca fait du bien !
Un bon thriller que je vous conseille de découvrir !
Lien : http://livresforfun.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
aurelie78260
  20 janvier 2017
Robert Karjel a choisi de nous faire voyager parallèlement entre deux époques en alternant les chapitres. La "première partie" se déroule en 2004 lorsque le Tsunami dévaste la Thaïlande. Beaucoup de morts, de blessés dont un homme qui ne se souvient de rien. Comment se prénomme-t-il ? A-t-il une famille ? A part quelques souvenirs flous où tout est incertain, son passé reste un mystère.
Il choisi délibérément de ne pas s'ajouter sur la liste des personnes retrouvées, et à s'exiler sur cette île dans un hôtel miteux.
Désormais, son nom est N, il va rencontrer différentes personnes, victimes elles aussi du Tsunami, avec qui il va aller au-delà des lois car pour le monde entier, ils sont disparus, ils n'existent plus...
La "deuxième partie" se déroule au présent, nous faisons la connaissance d'Ernst Grip, ancien officier Suédois qui est envoyé sur une île afin d'identifier la nationalité d'un prisonnier retenu par le FBI. Malgré toutes les tortures, le prisonnier reste muet, il incombera à Grip de résoudre cette énigme.
Seulement, d'autres éléments inattendus surviendront et afin de ne pas en dévoiler trop, je m'arrêterais ici.
L'auteur avec sa plume acérée va droit au but mais cache bien son jeu. En effet, il embarque le lecteur dans un écheveau tortueux accompagné de personnages mystérieux à souhait et particulièrement bien travaillés tant psychologiquement que dans leur rôle dans l'histoire. Il nous fait valser de chapitres en chapitres, de rebondissements en rebondissements. A cela s'ajoute un suspens insoutenable qui s'intensifie tout au long des chapitres pour comprendre la finalité de cette histoire, que, dans les toutes dernières pages.
Ce livre est comparé à Homeland et je comprends mieux pourquoi. En effet, entre les conspirations, double jeu, et trahisons, ce livre reprend tous les ingrédients d'un thriller complexe mais réussi avec brio ! Alors si vous souhaitez, déjouez les plans de notre auteur, vous pouvez toujours essayer ! :)
Lien : http://livresaddictblog.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
readinglovetime
  03 juillet 2016
« Mon nom est N. » m'a complètement déroutée. Pourtant après avoir lu ce résumé hyper accrocheur, il ne faisait aucun doute que j'allais lire ce roman tant l'histoire annoncée m'attirait et me faisait beaucoup penser à Jason Bourne ou à la série Homeland que j'ai beaucoup aimé. Je me suis lancée avec enthousiasme et heureusement car dans le cas contraire je ne serais probablement pas allée au bout de ma lecture.
Je m'explique, durant les 100 premières pages, j'ai été mais alors complètement paumée, et oui, j'ose l'avouer... Il y a beaucoup d'aller-retour dans le temps, en effet les chapitres alternent entre le récit présent dont Ernst Grip est le principal protagoniste et le récit passé, 4 ans auparavant, qui retrace l'histoire mystérieuse de N.
Malheureusement, je n'ai pas été très à l'aise dans ma lecture avec ce mode de narration d'où mon sentiment de perdition. Mon envie de comprendre et d'apporter des réponses à mes questions m'ont aidé à passer outre cette première partie assez nébuleuse… D'ailleurs, j'ai bien fait de persévérer car après cette phase de « mise en place » de l'histoire, les éléments de l'intrigue commencent à se mettre bout à bout. Des liens se créent entre les différents personnages et le suspense s'accentue fortement à partir de ce moment là. Il faut vraiment passer outre ce début plutôt flou et compliqué pour en apprécier ce roman empli de mystère, d'inconnues et de complots.
Malgré mon avis plutôt mitigé, je suis tout de même admirative de l'auteur Robert Karjel, qui a mené cette intrigue extrêmement complexe d'une main de maître et qui à aucun moment ne laisse entrevoir une faille dans le scénario. Ce roman vous tient en haleine jusqu'à la dernière page, chaque chapitre est déterminant et dévoile son lot de rebondissements, de trahisons, de manipulations…
Lien : https://readinglovetime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LapkastLapkast   01 novembre 2017
L'individu semblait de nouveau absent, le regard perdu dans le vide. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait plus vu une telle expression en Suède, celle d'un homme retenu en isolement pendant des années. Le silence qui régnait dans la pièce rappelait à Grip des interrogatoires d'une toute autre sorte, quand il était moins âgé et travaillait dans la délinquance juvénile. Un voleur de voitures enfermé dans le mutisme qui avait eu le temps de se débarrasser de son portefeuille. On voulait avoir un nom, mais on n'obtenait que des haussements d'épaules en retour. Les types de ce genre, il suffisait de leur filer la frousse tout en employant un ton mielleux. Grip observa les bandages blancs aux pieds du prisonnier. Des coups de matraque, se dit-il, sur la plante des pieds. Ça vous détruit les terminaisons nerveuses, et vous n'arrivez plus à marcher après. Quelle méthode produit le plus d'aveux utiles ? Les coups de bâton ou les mots doux ? Grip se posait véritablement la question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BlackKatBlackKat   17 octobre 2016
Tout autour, c'était la haute mer, sans la moindre terre en vue à des centaines de kilomètres à la ronde. Un endroit hors de toute portée, façonné dans le but d'atteindre le reste du monde.
Commenter  J’apprécie          80
ArlieRoseArlieRose   01 novembre 2017
Ne pensez-vous pas que les douaniers italiens devraient confisquer avec véhémence les tubes de peinture et les pinceaux du moindre Américain qui atterrit à Florence ?
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : terrorismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Robert Karjel (1) Voir plus