AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
230 pages
Kobo Originals (08/12/2021)
3.65/5   13 notes
Résumé :
[LIVRE NUMÉRIQUE]

N’en déplaise à son carlin prénommé Danny, Lila, la trentaine, seule dans sa studette, ne se sent pas vraiment au mieux de sa forme. Il faut dire que son rêve de percer en tant que photographe à Paris est un échec complet : elle termine difficilement le mois aux coquillettes en se contentant d’immortaliser des mariages et des PACS.

Lorsque le décès de son grand-père l’oblige à revenir dans le Sud de la France, à Arles,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 13 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

Giraud_mm
  12 janvier 2022
Au décès de son grand-père, prenant acte de l'échec de sa vie de photographe parisienne, Lila décide de rentrer à Arles auprès de sa famille. Elle va y retrouver Ambre, sa demi-soeur adolescente à la recherche de son père, les deux soeurs Nesrine et Samira, sa mère et sa tante, qui gèrent une entreprise de pompe-funèbre, et Amal sa grand-mère, directrice d'un hammam.
Les trois aînées décident de former Lila à leurs métiers. Mais la jeune femme redécouvre un don qu'elle tentait de fuir : les morts lui communiquent des messages pour leurs proches !
Dans ce roman, Angélique Kateb nous plonge dans un microcosme quasi exclusivement féminin. Si l'on excepte l'image en forme d'idole du grand-père décédé, les rares hommes présents servent de faire-valoir, y compris Danny, le chien de Lila, allégorie de l'homme repoussant. Des femmes en quête, de leur passé, d'elles-mêmes, du père, de l'amour...
Pimenté par le don de Lila, cela aurait pu être amusant et/ou excitant, d'autant que toutes ces dames ne manquent pas de caractère et semblent accumuler aventures et désillusions. Hélas, cela devient trop souvent ennuyeux... La faute sans doute à une écriture trop descriptive et à des dialogues manquant de punch (au point qu'en fin de lecture, on en oublie presque qu'il y en avait...). Dommage, car la structuration de la narration est rythmée, permettant de ne pas sombrer totalement dans l'ennui.
De bonnes idées donc, mais une forme à améliorer, puisque le titre indique qu'il y aura une suite.
Merci à Kobo et Babelio de m'avoir permis de découvrir ce roman et cette auteure.

Lien : http://michelgiraud.fr/2022/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
iz43
  15 janvier 2022
1er titre que je lis en tant qu'ambassadrice Kobo pour l'année 2022 (merci à Babelio et kobo pour cette proposition !) et c'est un très bon début.
Présenté comme un roman feel good (et c'est vrai qu'il fait du bien), Service après mort est un petit ovni plein de surprises.
D'abord je le trouve très original. La dose de fantastique m'a énormément plu et j'aurais d'ailleurs apprécié que ce soit encore plus développé. le don de l'héroïne sort vraiment des sentiers battus.
Le choix de l'héroïne aussi est judicieux. On est loin des clichés (d'ailleurs on évite le meilleur ami gay et coiffeur j'apprécie). Lila est une jeune femme attachante, un peu perdue, qui cherche sa voie.
Lila s'est installée à Paris pour fuir sa vie à Arles (et surtout un événement) et tenter de percer dans la photographie. Mais sa carrière ne décolle pas. 5 ans après, retour à la case départ. Lila rentre à Arles au décès de son grand père. Là elle retrouve une famille originale, sa petite soeur Ambre qui recherche son père, sa mère et sa tante qui tiennent une entreprise de pompes funèbres et la grand mère qui tient un hammam.
Les trois femmes hautes en couleurs vont décider de s'occuper de Lila et de lui transmettre l'art de leur métier. A Lila de trouver sa place.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          339
Zazaboum
  26 décembre 2021
Quelle bonne surprise que ce roman présenté comme une lecture feel-good ! Effectivement elle fait partie de ces romans qui font du bien sans pour autant être déconnectés de la vie réelle, avec un petit plus que je vais dire fantastique à défaut de trouver un mot plus adéquat !
J'ai le plaisir d'avoir été retenue par Babelio et Kobo pour lire des titres édités par Kobo donc uniquement en numérique pendant l'année 2022 !
Cette histoire commence avec Lila dont la carrière de photographe stagne à Paris où elle a fui loin d'Arles, de sa famille et de son don (que je ne révèlerais pas) ! A l'occasion du décès de son grand-père elle va rentrer au pays pendant les Rencontres de la photographie d'Arles sans dire qu'elle revient définitivement.
Originaire d'Algérie, sa grand-mère tient le Hammam tandis que sa mère et sa tante gèrent les pompes funèbres familiales, le S.A.M. : le Service Après-Mort ! Deux façons intimes de s'occuper des corps, vivants ou morts.
Une histoire éminemment féminine avec des personnages hauts en couleurs, des femmes déterminées, indépendantes mais très attentionnées, métiers obligent ! Lila va apprendre les soins au hammam et la thanatopraxie au SAM et tenter de trouver sa place !
Non dénué de violence ni de morts, c'est un roman tout en nuances où tout le monde trouve sa place, la justice et l'amour ! J'ai aimé toutes ces femmes avec une petite préférence pour la grand-mère et sa compréhension des corps et des âmes !
Difficile de faire une critique plus obscure mais tous les moments de ce roman sont à découvrir au fur et à mesure et chaque petite chose est importante ! Roman feel-good, très bien écrit sans tomber dans la facilité, qui donne envie de continuer à tourner les pages et nous accroche avec ses personnages tourmentés, humains en fait ! Un peu trop court à mon goût mais heureusement il va y avoir une suite !
#massecritiquebabelio #serviceapresmort #originalkobo
Challenge MAUVAIS GENRE 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
LightandSmell
  06 janvier 2022
Un roman atypique à l'image de trois générations de femmes de caractère !

J'aime les romans atypiques et/ou qui brouillent les frontières, ce roman appartient définitivement à cette catégorie. Si d'aucuns le classeront en feel good, j'aurais tendance à considérer qu'il mêle les genres et les codes : tranches de vie, histoire de famille, soupçon d'intrigue amoureuse, développement personnel, légère touche de policier… Un élément plus inattendu apporte également un petit quelque chose en plus que j'ai beaucoup apprécié.

J'ai donc pris beaucoup de plaisir à suivre la vie des femmes Naimi, de la grand-mère à ses deux filles et ses deux petites-filles, en passant par Danny le carlin à la présence odorante. Un chien pour lequel je me suis évidemment prise d'affection, d'autant qu'à part sa maîtresse, Lila, et le père de cette dernière, personne ne semble réellement apprécier sa présence. Mais je vous rassure, cela ne le perturbe pas le moins du monde !

Le retour à Arles ou les débuts d'une nouvelle vie plutôt surprenante…

En début de roman, nous découvrons Lila, une trentenaire qui a décidé de quitter la vie parisienne pour Arles, ville de son enfance. Il faut dire que la carrière de photographe culinaire dont elle rêvait n'a jamais décollé… Si elle rentre au bercail sans grand enthousiasme, sa mère, sa tante, sa soeur et sa grand-mère semblent néanmoins ravies de son retour, même si c'est à l'occasion d'un décès.

De fil en aiguille, Lila en vient à se former à deux métiers différents, en vue d'intégrer soit le hammam tenu par sa grand-mère, soit l'entreprise familiale de pompes funèbres tenue par sa mère et sa tante, à moins qu'elle ne finisse par trouver sa propre voie... Peut-être une voie en rapport avec son don particulier qu'elle a du mal à accepter, mais qui lui ouvre de belles possibilités, notamment celle de faire le bien autour d'elle ? Je n'en dirai pas plus sur sa particularité que je vous laisserai découvrir, mais j'ai apprécié l'évolution de Lila qui semble avoir fait le bon choix en revenant auprès des siens, et en arrêtant de se fuir elle-même.

Des personnages variés permettant d'évoquer des thématiques importantes…

Si la jeune femme se révèle sympathique et plaisante à suivre, je lui ai préféré les autres personnages bien plus hauts en couleur : sa meilleure amie rigolote, sa grand-mère qui a son franc-parler et dont les talents de masseuse offrent un beau réconfort à des corps parfois marqués durablement par la vie, sa mère qui assume complètement sa sexualité et dont le côté grandiloquent m'a fait sourire, sa tante moins volubile, mais plus sensible qu'il n'y paraît, sa petite soeur dynamique, passionnée par la mode et animée par un superbe projet, malgré les brimades de certaines de ses camarades… Quant au père de Lila, seul homme de la famille, il permet à l'autrice d'aborder le thème de la différence et de l'autisme.

En milieu de lecture, j'ai fini par regretter que le roman n'ait pas un gros enjeu principal, sa construction m'ayant rappelé les mangas tranches de vie, mais j'ai apprécié le fait que l'autrice ne se focalise pas sur un seul personnage. Cela permet de suivre des personnes très différentes les unes des autres et donc de soulever différentes problématiques : harcèlement scolaire, acceptation de soi, notamment quand on se sent différent et qu'on n'entre pas dans les cases, violence conjugale, quête d'identité, remise en question professionnelle, désirs, homosexualité féminine, Alzheimer…
L'autrice évoque également avec beaucoup de pudeur un sujet difficile : la guerre d'Algérie, pays dont sont originaires les grands-parents de Lila, les actes de torture commis par des français, et le traumatisme des victimes dont la douleur s'est inscrite jusque dans leur chair. Je ne suis pas directement concernée par le sujet, mais il m'a semblé, en outre, que l'autrice offrait une représentation positive de l'Islam, à travers une grand-mère croyante et ouverte d'esprit.
Une plongée surprenante et convaincante dans le milieu funéraire…

Je tiens également à saluer l'originalité de ce roman qui arrive à parler de thanatopraxie et de mort sans jamais tomber dans le pathos ou le gore, mieux en le faisant avec beaucoup de vie, de bienveillance et de délicatesse. Moi qui fuis le thème de la mort, je n'ai ressenti aucun malaise durant ma lecture, peut-être parce que Samira veille à rendre un ultime hommage aux morts, soignant leur présentation afin de permettre aux proches de garder une belle image de leur défunt…
En résumé, liens familiaux et intergénérationnels forts, problématiques importantes traitées avec subtilité et sans lourdeur, passion artistique et humour sont au rendez-vous de Service après-mort. Un roman dans lequel Angélique Kateb réussit le tour de force de lier vie et mort à travers une famille à laquelle on ne peut que s'attacher. Une famille portée par des femmes de caractère que l'on prend plaisir à suivre dans leurs tribulations, leurs projets, leurs peines, leurs espoirs et, pour certaines, dans leurs amours qu'ils soient présents ou en devenir. Un roman aux allures de feel good à découvrir pour une plongée mouvementée dans deux milieux très différents, mais pourtant liés par cette même attention portée aux corps, que ce soit ceux des vivants ou des morts.
Roman lu dans le cadre d'une masse critique Babelio m'ayant permis de devenir, aux côtés de 59 personnes, ambassadrice de la collection Kobo original.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
fabiennebal
  11 janvier 2022
Lila, jeune trentenaire tristounette, photographe culinaire sans grand succès, tente de survivre grâce aux photos de mariage . Lorsqu'elle apprend la mort de son grand-père, elle décide de revenir définitivement à Arles, sa ville natale, accompagnée de son chien.
Après son départ brutal d'il y a 5 ans, elle retrouve sa famille d'origine algérienne haute en couleurs. Sa mère et sa tante s'occupent avec passion de l'entreprise de pompes funèbres familiale SAM ( Soins Après Mort) ,tandis que sa grand-mère officie au hammam très prisé de la ville, connaissant tous les potins . Elle retrouve aussi sa demi-soeur Ambre, lycéenne au look vestimentaire excentrique, à la recherche de son père inconnu.
Afin d'échapper à sa morosité, Lila va s'initier aux pratiques de thanatopraxie transmises par sa tante ainsi qu'aux divers massages enseignés par sa grand-mère. Elle redécouvre alors, un don particulier (je vous laisse découvrir..) qu'elle pourra maîtriser et partager autour d'elle.
Pourra-t-elle se remettre à la photo, comme lui suggère un ancien professeur ?
On la suit dans sa renaissance, accompagnée par toutes ces femmes fortes, indépendantes et fières.
Tous ces personnages féminins sont en lien avec le Corps à travers les soins apportés aux morts ainsi qu'aux vivants dans le hammam . Ces chapitres sont empreints d'humanité, de tendresse, de rites ancestraux indispensables. Elle réussit à aborder le sujet de la mort sans lourdeur, ni pathos mais avec attention et respect. (j'ai souvent pensé à la série « Six Feet Under »). Cette famille tisse un lien solide entre la vie et la mort avec finesse et délicatesse.

Ce texte très plaisant, tel un roman Feel Good, aborde, à travers ses nombreux personnages, des sujets variés tels que la recherche de filiation, la prise en charge des morts à travers les gestes sensibles et bienveillants de sa tante, la violence conjugale sur une cliente du hammam, les troubles de l'autisme qui touchent son père, fleuriste un peu original, l'homosexualité, la guerre d'Algérie.
Difficile de traiter tous ces thèmes sans s'éparpiller ! Certes, elle transcrit la vitalité de cette famille qui allège le récit mais l'ensemble reste fouillis, sans fil conducteur .Je me suis un peu perdue…Malgré ce bémol, on s'attache à ces personnages aussi fantasques soient-ils , dans leurs joies, leurs parcours chaotiques et leurs espoirs.
Cette lecture reste fraîche avec ce petit côté fantastique amusant.
Ce livre a été lu sur liseuse grâce au partenariat entre Kobo Original et La Masse Critique Babelio, que je remercie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ExulineExuline   14 janvier 2022
Celle-ci avait refusé de s'arrêter une seconde depuis le décès de son mari. angélique, l'auxiliaire de vie de Bidel devenue son amie, lui avait pourtant conseillé de prendre quelques jours pour elle mais Amal avait répliqué : "Tu comprends, si je m'arrête, c'est la tristesse qui commence."
Commenter  J’apprécie          20
ExulineExuline   14 janvier 2022
On dit parfois que la vie et la mort sont deux faces d'une même médaille. La médaille serait l'existence. Et tout serait lié. Chez nous, on illustre cet adage en sens le plus littéral du terme. Une moitié de la famille travaille côté vie. L'autre côté mort. Et certains individus... comment dire... certains individus oscillent, voilà c'est le terme que je cherchais : oscillent entre les deux.
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   07 janvier 2022
Jusqu'en 1969, un procès était intenté au suicidé. Ses biens étaient remis d'office à l'État français. Aucune messe, aucun rassemblement, aucune musique ni fleurs pour le défunt. Seulement la honte. Jusqu'à cette même époque, celui qui avait tenté de mettre fin à ses jours sans y parvenir, s'il était dénoncé, était jugé et... condamné à mort !
Commenter  J’apprécie          00

Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2731 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..