AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782020850643
122 pages
Seuil (02/11/2006)
4.12/5   43 notes
Résumé :
Dans ce récit envoûtant, Miriam Katin relate son parcours avec sa mère en Hongrie durant la Seconde Guerre mondiale, alors que toutes les deux fuient les persécutions nazies. Tandis que son père est enrôlé dans l'armée hongroise, Miriam et sa mère sont contraintes de quitter Budapest, refusant d'être parquées avec les autres juifs promis à la déportation. Elles se font passer pour une servante russe et sa fille illégitime, vivent dans la clandestinité, croisent des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 43 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

diablotin0
  20 juin 2021
Cette bande dessinée autobiographique est l'histoire d'une partie de l'enfance de Myriam Katin qui a dû fuir avec sa mère Budapest pour échapper au nazisme.
Si le thème de cette BD n'était pas aussi terrible, je dirais que c'est une BD magnifique. J'adore le graphisme, à chaque planche, chaque case, on ressent le poids de l'histoire, la peur, la tristesse mais aussi la douceur, l'amour.
Cette bande dessinée est absolument bouleversante. Je suis vraiment touchée et sous le charme des dessins très particuliers qui servent un texte poignant.
Il n'y a que 17 billets pour cet album sur Babelio. Quel dommage que les libraires ne lui aient pas accordé sa chance. S'il avait été mieux exposé, il aurait, je suis sûre, connu un énorme succès . N'attendez pas de le croiser, cherchez le il mérite votre attention.
Commenter  J’apprécie          420
OverTheMoonWithBooks
  05 janvier 2013
Une bande dessinée dénichée par hasard dans les rayons de la médiathèque : une grande surprise, une grande claque ! Premier coup de coeur de 2013.
Miriam Katin raconte son exil dans la Hongrie de 1944 et toutes les difficultés que sa mère a endurée pour la sauver. L'acharnement de cette mère courage - qui n'a malheureusement pas dû être unique en son genre à cette époque...- , toute l'énergie qu'elle déploie pour ne pas désespérer, à lutter encore et encore pour sa survie et celle de sa petite... C'est beau, ça prend aux tripes.
Les images sont comme embuées, comme des souvenirs lointains. le décalage entre les mots et les ressentis de l'enfant et les images crue(elle)s montrent sans voyeurisme le traumatisme qu'a été cette guerre pour des millions de personnes.
En bref, c'est l'histoire d'une lutte contre et pour la vie de personnes brisées par le destin.
Mais après une telle expérience... Comment avoir la foi ? Croire en ce Dieu dont sa mère lui parlait avant de se coucher ? Comment continuer à vivre en adoptant une étiquette communautaire ou religieuse, alors même que c'est cette volonté "d'étiqueter" les individus qui a causée tant de souffrances ? Des points que l'auteur développe dans un "épilogue" où elle parle de sa vie passée entre la Hongrie, Israël et les Etats-Unis.
Comme dans la Bible, c'est une histoire de lumière et de ténèbres, admirablement transposée graphiquement.
A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
jovidalens
  31 août 2014
Et vlan ! une sacrée claque la lecture de cette BD !
D'une part, parce que près de soixante-dix ans après les faits, on pouvait espérer avoir été bien informé (?!)
D'autre part, le contexte de la Hongrie en cette année 1944 je ne connaissais pas ; merci à Nanne pour ses explications.
Ces pays d'europe de l'Est étaient pris dans l'étau entre l'armée allemande et les troupes russes, donc victimes soumises à toutes les turpitudes et à tous les courages : celui de cette femme seule avec sa petite fille qui fuit et courage de ceux qui vont lui porter secours.
En première approche je n'aimaiS pas le dessin, trop sombre, trop gribouillé et très vite j'ai changé d'avis devant la qualité des destructions. Elles parcourent un monde de misère et de peur : la dureté, l'aspect cru est quasiment au rendez-vous de chaque page.
La lumière et les couleurs sont là aussi : dans les planches qui relatent la vie de la petite fille devenue adulte, et maman dans ce New York des années 1970. Lumière aussi apportée par la rencontre de tous ceux qui vont accepté de les héberger, de leur venir en aide. Et grâce auxquelles el s'en tireront.
Bouleversant aussi par la réflexion sur la religion ; tant la Torah que la Bible apporte un certain confort à un petit enfant, mais ensuite...
On comprend que pour l'auteure, accepte avec réticence que son mari inscrive leur fils à l'école juive, parce que pour elle, c'est encore séparer.
Encore une belle BD qui donne matière à réflexion tout en chamboulant le coeur et en prenant aux tripes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
colimasson
  18 février 2015
Avec cet ouvrage, Miriam Katin participe du mouvement de publication massif qui revient sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Lorsqu'elle était enfant en 1944, elle a fui de Budapest avec sa mère, ballotée d'un endroit à l'autre, sans repères et dans la menace perpétuelle d'une arrestation. Elle reprend aujourd'hui le point de vue de la petite fille qu'elle était pour témoigner de cette période en ne négligeant pas de faire apparaître la confusion et la violence d'une situation qu'elle n'avait alors pas la possibilité de comprendre totalement.

Sur le plan intellectuel, ce témoignage n'évite pas certains écueils habituels. On retrouve ainsi certains personnages-types habituels : le méchant collaborateur, le fermier bourru mais sympa, le célibataire riche et fou amoureux, le mari-soldat absent… le caricatural de ces personnages est encore renforcé par le langage essentiellement émotionnel choisi par Miriam Katin. On comprend que ce choix découle de la puissance des impressions suscitées par les événements sur le cerveau d'un jeune enfant, mais la transcription à l'âge adulte n'a pas évité les raccourcis parfois faciles.

Cet album me laisse un sentiment très mitigé mais la nature du sujet évoqué ne me permet pas de me montrer plus critique. Peut-on juger correctement le travail de quelqu'un ayant souhaité contribuer à l'oeuvre collective de dénonciation des dérives de la Seconde Guerre mondiale ? La fin visée est légitime, pour le reste, c'est une question de goûts…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
prune42
  14 août 2016
Budapest, 1944. Esther Lévy doit prendre la fuite avec sa fille Lisa en raison des persécutions nazies contre les juifs et tout abandonner derrière elles, jusqu'à leur animal de compagnie. Elles trouvent refuge chez un paysan et sa femme à la campagne jusqu'à l'arrivée des Allemands. Esther doit alors se prostituer pour un soldat nazi. L'avancée des Russes les obligent à fuir de nouveau. Elles trouvent refuge chez un médecin qui se prend d'affection pour elles. La guerre se termine, les prisonniers rentrent peu à peu. Esther retrouvera t'elle son mari alors qu'elles sont parties sans laisser d'adresse ?
Cette BD en noir et blanc pour adultes sur la Seconde Guerre Mondiale et plus précisément la vie d'une mère et de sa fille fuyant les persécutions nazies, est surprenante. Les dessins assez simples renforcent bien l'atmosphère sombre de cette époque. Certaines scènes sont particulièrement émouvantes comme celles avec le chien. Cette BD se lit vite également.
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (2)
Sceneario   14 février 2014
Avec la réédition de ce titre initialement paru aux éditions du Seuil, Miriam Katin fait coup double en ce début d’année 2014 puisqu’en même temps paraît, chez Futuropolis également, sa bande dessinée intitulée Lâcher prise.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   22 janvier 2014
Après l’impressionnant Seules contre tous, Miriam Katin raconte sa découverte de Berlin, à travers des retrouvailles filiales compliquées. Léger et profond à la fois, avec autant de fantaisie que d’autodérision.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   05 janvier 2013
Les ténèbres ne nous ont pas aidées et la lumière non plus.
Mon chien adoré est mort dans la jolie neige.
La neige est toute rouge autour du chien, et il fait froid.
Ansi, elle apprit que Dieu n'était pas la lumière, que Dieu n'était pas les ténèbres.
Peut-être même qu'il n'était rien ni personne.
Commenter  J’apprécie          200
jovidalensjovidalens   31 août 2014
- Une école hébraïque ? Pourquoi devrait-il y aller ?
- Tous les enfants juifs du quartier y vont Pour être avec les siens.
- Oui, pour nous séparer encore. Eux. Nous.
- Il doit apprendre les textes et les prières, comme je l'ai fait.
- J'ai aussi prié maintes et maintes fois, et .... Dieu s'est réfugié dans une barrique de vin.
Commenter  J’apprécie          80
jovidalensjovidalens   31 août 2014
- J'ai reçu l'ordre de livrer le chien aujourd'hui.
- Mais que diable va faire Hitler avec tous ces chiens ? Il va les envoyer au combat ?
- Peut-être. Mais ce sont des chiens juifs.
- Tais-toi.. Des chiens juifs tu dis ?
- Oui, qui ne combattent pas le samedi !
Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !
- Ils seront convertis !
- Circoncis ?
Commenter  J’apprécie          70
alouettalouett   21 janvier 2014
Ça va aller. Vous serez sauvées. Prenez le train ? J’ai un billet pour vous et une adresse. Chez mon oncle. Un, type bien. Mais d’abord, vous devez tout brûler. Tout ce qui pourrait trahir votre vraie identité. Les papiers, les photos, le livret de famille… et votre Torah. Soyez vive, astucieuse et vous disparaîtrez.
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   18 février 2015
La parole divine est à l’intérieur de ces barriques. Donnez-en à l’enfant. Dieu est rouge, Dieu est dans mon verre. Dieu est si doux. Dieu vit à l’intérieur de la grosse barrique…
Commenter  J’apprécie          70

Dans la catégorie : Europe CentraleVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Europe>Europe Centrale (153)
autres livres classés : hongrieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Miriam Katin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4460 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre