AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367400334
427 pages
Éditeur : Scrineo (21/03/2013)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 259 notes)
Résumé :
L’heure du dénouement est proche

Au cœur de Woltan, là où les assassins et les traîtres règnent en maître, la mort rôde et attend son heure. Pour nos héros, la menace est palpable. Leur survie n’est plus qu’une question de temps. La lutte, leur seul salut. À mesure que la vérité se rapproche, le danger n’en devient que plus grand… inexorablement. Et le terrible secret dissimulé au cœur des Terres de Cristal pourrait bien tout changer.

N... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (96) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  17 février 2019
Fin des aventures trépidantes de nos trois héros. Et déjà, je les regrette, ces trois inséparables amis, ces trois farceurs, ces trois comiques de la troupe aux vies volées, aux mémoires amputées par des esprits froids et calculateurs, par des ambitieux sans scrupules. Ils auront tout connu dans leurs existences fracassées : les ors du pouvoir, la richesse, la démesure, les mets délicats, la déchéance, la fuite, la peur et le froid, et puis l'amour, et cette amitié inébranlable, indestructible qui leur a permis de déjouer tous les pièges, toutes les immondes chausse-trappes tendues par des âmes ténébreuses.
Fait rare pour un dernier opus, ce tome trois est aussi bon que les autres. Nos amis y sont fidèles à eux-mêmes. Karib est rabelaisien en diable ; Olen a toujours ses airs d'adolescent renfrogné et commet bévue sur bévue ; Nils, aussi sec qu'une trique et toujours aussi énigmatique, semble venir d'un autre monde.
Le plus réussi dans ce troisième tome est la manière dont l'auteur a su jouer du contraste drôlissime entre leur statut de souverain, d'être légendaire ou de puissant mage et le côté potache de leur amitié. Car ensemble, Nils, Karib et Olen ne sont que trois vieux potes hilares se retrouvant autour d'une bonne bouteille de vin, se moquant de tout et de tout le monde, et en premier lieu d'eux-mêmes. Et l'on passe du tragique aux éclats de rire ; et l'on voit comment un jeu simple et innocent entre Karib et Nils fait naître une légende…
Là réside, à mon sens, toute la force et la réussite de cette belle saga pleine de fraicheur, de spontanéité, et de cocasseries.
J'ai lu cette longue histoire avec mon amie Siabelle. Ensemble, nous avons accompagné nos trois inséparables amis, avec leurs doutes, leurs angoisses, leurs joies, leurs éclats de rire et leurs farces, jusqu'aux limites extrêmes du monde afin qu'ils puissent y découvrir leur vérité. Je vous invite à lire son billet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          908
Siabelle
  17 février 2019
Ça y est, je finis avec mon ami Eric76, notre très belle trilogie. Je suis à la fois très enthousiasme, très émotive et très triste.
Intriguant, Attrayant, Déstabilisant
C'est toujours avec bonheur, qu'on poursuit l'aventure de nos trois comparses : Olen, Nils et Ragib. Je me suis très attachée à eux, à ses colosses forts, sensibles et émouvants et à leurs humours noirs, qui s'y dégagent. Ils savent que le danger est encore plus grand, depuis qu'ils ont découvert leurs identités. Ils essaient, tant bien, que de mal, de survivre, comme ils peuvent. On perçoit autour d'eux, une tension qui s'y installe, avec une tristesse dans l'air. On voit que l'arrivée d'Oranie, y ajoute un peu de légèreté.
Toujours à Woltan, les protagonistes malveillants veillent dans l'ombre. Ils sont les maîtres du complot. C'est toujours une question d'hiérarchie, de tradition et de pouvoir qui y jouent. On constate que le drame, la violence et la trahison font partie du quotidien. Est-ce qu'ils vont arriver à piéger nos trois compagnons ?
«Le héros n'est pas celui qui se précipite vers la mort mais c'est celui qui se compose une belle vie». – Jean Giuno
Au cours de ma lecture, je remarque qu'il possède un je-ne-sais-quoi de différent, c'est un peu prévisible par moments, même si c'est toujours un plaisir de les suivre. L'auteur Gabriel Katz sait très bien les manipuler et il les amène vers des événements tout autant déjantés, loufoques et cocasses. Il dévoile des vérités, il nous offre des scènes de combat et il nous fait assister à sa finale. Est-ce qu'ici les plus forts ou les plus rusés emportent la bataille ?
C'est avec une certaine surprise, avec un mélange de nostalgie, avec un brin de désappointement, que je termine la dernière page. Je suis très chagrinée de ne plus revoir mes trois héros, ils m'ont fait vivre toutes sortes d'émotions et c'est des très bons moments passés avec eux.
Pour terminer, je suis heureuse de découvrir la superbe plume de Gabriel Katz et je conseille cette magnifique trilogie. Une question me turlupine : «est-ce qu'il faut toujours se méfier?».
J'invite donc à aller lire la très belle critique de mon compagnon de lecture Eric76, à votre tour. Je te remercie pour ta belle amitié et ainsi que nos beaux échanges.
Siabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4916
BazaR
  16 avril 2016
Sniff !
Excusez-moi, j'essuie une petite larme avec un mouchoir alors que je dis adieu à mon trio adoré sur le quai de la gare de la fantasy. Ils vont me manquer, ces trois énergumènes aussi forts que rigolos et à la mémoire défaillante.
La fin de la trilogie est malgré tout un poil en dessous du reste ; c'est le lot de beaucoup de fins. Mais un poil, c'est mince pris dans la largeur. L'atmosphère légère et désinvolte de l'ensemble de la série perdure. Quelques-unes de ces scènes sont franchement tordantes, en particulier celles qui mettent en contraste le statut haut dans la hiérarchie de Woltan de nos héros avec leurs actes SPOIL !! Je crois que c'est ce que je préfère dans cette trilogie : ces personnages devant qui le protocole obligerait à nous agenouiller et qui se comportent comme vous et moi, sans cérémonie.
Les secrets sont dévoilés et les ennemis démasqués. Gabriel Katz a l'art et la manière de désamorcer la tragédie et la violence ; par l'humour d'abord, mais aussi en fabriquant des « méchants » au final relativement empotés que j'ai eu du mal à détester et qui se tirent dans les pattes, facilitant la tâche de notre trio. Avec des ennemis pareils, pas besoin d'amis ^^.
Bon il y a quand même quelques bonnes scènes de morts subites par paquet de douze. L'une d'elles en particulier est très similaire à une scène dantesque du film « le roi Arthur » d'Antoine Fuqua, avec Clive Owen et Keira Knightley. Mais la fin bénéficie d'un traitement « soft » très surprenant et finalement assez agréable (mais qui peut en frustrer certains). D'ailleurs cette fin n'est pas si manichéenne, une certaine tristesse amère s'en échappe.
Mais qu'est-ce que j'ai trouvé « un ton en dessous » finalement ? Je crois que c'est justement cet aspect « empoté » des méchants poussé un peu trop loin. le pire des méchants est visiblement un comploteur averti, qui travaille dans l'ombre depuis un grand nombre d'années à gagner le sommet du pouvoir. Il sait réfléchir et il est patient. Et là son sang ne fait qu'un tour dès que la situation se sévérise un peu. Il prend une décision sur un coup de tête qui confine au suicide. C'est indigne de lui et j'ai eu du mal à y croire (j'espère ne pas en dévoiler trop là).
Mais comme je le disais plus haut, c'est un détail dans une trilogie magnifique, divertissante et drôle tout en étant épique. Je la conseille vivement. Et de mon côté je lirai sans aucun doute ces autres romans situés dans le même univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          338
TheWind
  14 juillet 2019
" - On ne saura jamais ce qui s'est passé, cette nuit-là.
Il y eut un silence, entrecoupé par les chuchotements des servantes, au fond de la salle. La nuit des flambeaux...C'était la dernière zone d'ombre, la dernière question en suspens. Que s'était-il passé cette nuit-là ?
- Pour vous dire la vérité..., murmura Nils avec une gravité soudaine.
Il plongea son regard dans les flammes et les secondes s'égrenèrent, interminables. Olen et Karib retenaient leur souffle.
- ...on s'en fout. "

Dis donc Nils, comment ça on s'en fout de savoir ce qu'il s'est passé cette fameuse nuit des flambeaux ? Cette nuit là même où vous avez été plongé dans l'obscurité, dans un puits de mémoire sans fond au point d'en oublier qui vous étiez ?
Bon, t'as raison, on s'en fout...Parce que finalement le plus important ce n'est pas ce qu'il s'est passé cette nuit là mais c'est surtout ce qu'il s'est passé ensuite. Cela, Gabriel Katz nous l'a conté avec malice et enthousiasme.
Oui, on s'en fout de connaître les motivations de chacun car finalement, ce qui en ressort, c'est une belle histoire d'amitié, une aventure trépidante et surtout une sorte de renaissance pour chacun des héros. Ces trois là étaient très différents de ce qu'ils sont maintenant. A la suite de ces péripéties communes, ils ont gagné le courage, la simplicité, l'humilité, la générosité et pour l'un d'entre eux, un petit côté humain avec ses forces et ...ses faiblesses.
Ce roman de fantasy, qui ravira les jeunes ados, a sûrement des défauts que d'autres lecteurs plus avisés ont déjà évoqué ici et sur lesquels je ne m'attarderai pas mais il est surtout bourré de qualités !
En dehors de l'univers fantastique médiéval, de l'humour, de l'intrigue passionnante et des rebondissements, il est aussi une belle leçon de vie.
Avec ce troisième tome, il y a cependant moins de surprises. On s'attendait plus ou moins au dénouement...mais cela reste un vif plaisir de lecture.
Quant à savoir ce qu'il s'est passé cette nuit-là ...
- On s'en fout !
Euh, ben quand même..j'aimerais bien savoir.
Alors merci à Gabriel Katz pour son ultime chapitre. Non mais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Crazynath
  04 mai 2019
Après avoir dévoré les deux premiers tomes de la trilogie « le puits des mémoires « de Gabriel Katz, je me suis précipité pour lire le dernier tome intitulé « Les Terres de Cristal ».
J'avais vraiment trop hâte de continuer à suivre les aventures de Nils, Olen et Karib.
C'est à la fin du deuxième tome, que nous avons découvert la véritable identité de Nils le ténébreux. le moins que l'on puisse dire c'est que la surprise fut de taille, il faut le dire.
Une fois de plus, c'est en unissant leurs forces et leurs talents que nos trois héros vont réussir à progresser dans leur quête qui consiste à connaitre les raisons de leur amnésie collective.
C'est ces parties là que j'ai préféré dans les trois livres car leur amitié est un régal d'humour, et de complicité. Comment ne pas sourire face à leurs différentes réparties ?
Cette quête va les mener avec l'armée woltanienne au coeur des Terres de Cristal, fief du nécromant Edkharen. Ce mystérieux et sinistre personnage semble bien être le commanditaire du complot qui a amené les trois amis à se retrouver dans des cercueils au fin fond de la montagne…
Donc direction les Terres de Cristal où Nils va pouvoir révéler tous ses talents malgré son évident manque de mémoire. Il faut dire que l'endroit est plus que sinistre et surtout glacial et inhospitalier. Les embuches et les pièges sont nombreux et rien n'est gagné et surtout pas la bataille finale …
En conclusion, je dirais que j'ai vraiment beaucoup aimé cette trilogie dont je regrette presque d'avoir terminé la lecture… mais j'ai bien l'intention de poursuivre ma découverte des oeuvres de cet auteur.
Encore merci à ma chère amie Siabelle qui m'en avait conseillé la lecture en des termes fort élogieux, elle avait raison !

Challenge Séries 2019
Challenge Pavés 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

critiques presse (1)
Elbakin.net   13 mai 2013
Le Puits des Mémoires est une série réussie qui mérite d’être lue grâce à une intrigue rondement menée et nuancée, une plume réjouissante et des personnages mémorables.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   24 janvier 2019
Le monde à nouveau n'était plus que ténèbres. Une obscurité insondable, moite et suffocante, et l'air si rare que chaque bouffée paraissait être la dernière. A tâtons, Olen chercha la paroi de sa prison roulante, dont le bois crissa sous ses ongles. Un goût amer, presque acide, lui monta aux lèvres, tandis qu'il luttait contre le sommeil. Sa mémoire meurtrie lui renvoyait des bribes de rêves enfiévrés, des rêves de fuite éperdue, de femmes nues, de guerre et de tempêtes. Des images furtives de chevauchées glaciales, de villages en feu. Un délire insensé, peuplé de visages inconnus, où il se réveillait prince, acclamé par la foule, croulant sous l'or, le pouvoir et les honneurs.
Soudain, les cahots cessèrent. Ses yeux se fermaient comme si une vague de plomb coulait sur ses paupières, mais il refusa de s'endormir. Cette scène, il l'avait déjà vécue ; les dernières secousses, le silence, puis l'ouverture sur le ciel, le froid de la montagne, le chemin sinueux vers la vallée d'Helion. Dans quelques minutes, il en était sûr, des coups sourds résonneraient dans la boite, une brèche s'ouvrirait dans le bois, une planche se casserait pour laisser apparaître les visages hagards de ses compagnons de route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
Eric76Eric76   16 février 2019
Dans les grandes écuries du château, Ednar comptait les chevaux. Rien ne manquait, ni une couverture de selle, ni un fourreau, ni une pièce d'armure. Tout était prêt pour la charge. Il allait mourir, il le savait, il avait été formé pour cela. L'odeur de foin et de bois ciré, mêlée à celle du crottin, était si familière qu'il se sentait comme chez lui. Du reste, il n'avait pas de chez lui, juste un étroit lit de fer dans un casernement sans feu. Une chambre individuelle - privilège de l'officier - aussi vide que grise, avec une meurtrière si haute qu'on n'y voyait qu'un petit morceau de ciel. Non, il ne regretterait pas sa vie bien réglée, peut-être un peu plus les chevauchées et les charges… Il allait mourir la conscience tranquille, les armes à la main, après avoir sabré autant d'ennemis que son bras pourrait en frapper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
SiabelleSiabelle   31 janvier 2019
- Si, mais ces idiots ont oublié de la chauffer. il y gèle !
- Mais quelle chochotte il tente une fois de plus d'imiter la voix de Karib : «La guerre sans chauffage? On se moque de qui ?»
Karib ne se dérida pas, il n'était pas d'humeur à goûter à la plaisanterie. Nils le trouvait assez comique dans son bel habit et sa cape de renard, avec ses bottes de peau souple plus adaptées à une promenade dans le parc qu'aux rudes intempéries du front. Il avait même poussé l'élégance jusqu'à porter une chevalière sur son gant, comme le faisaient les hauts seigneurs.
- Rentre à Westerwald, vieux ! Ça ne fait que commencer et déjà tu te plains.
- Je ne me plains pas... Enfin si, je me plains. Ce n'est tout de même pas compliqué d'installer un brasero dans une tente ! Regarde, ici, il fait très bon.
Il faisait même un peu chaud au gré de Nils, qui n'avait jamais aimé les chambres surchauffées. La chaleur engourdissait les sens.
- Tu deviens délicat, s'amusa Nils.
- C'est toi, la bête de guerre ! Moi je suis juste là pour observer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   25 janvier 2019
Oranie emergea lentement de son terrier, la mine chiffonnée et les cheveux en étoile.
- Il fait un froid dans ton pays !
Olen trouva la remarque délicieuse, car il était amoureux. Ce n'était pourtant pas la plus éblouissante des entrées en matière.
- Tu n'as rien vu, répondit-il. C'est une chambre de seigneur, il fait plus chaud que partout à Woltan.
- Bonjour mon prince, fit-elle en l'embrassant.
- Bonjour ma princesse.
Pour la première fois, elle le revoyait en plein jour.
- Tu as drôlement maigri... et tu es tout pâle !
- J'ai été empoisonné, ça n'aide pas à avoir bonne mine.
Elle éclata de rire, avant de s'apercevoir qu'il ne plaisantait pas.
- Vraiment ?
- On en parlera plus tard, eluda-t-il en balayant la question d'un geste. Je vais très bien maintenant.
De nouveau ils se sourirent, mais une espèce de gêne commençait à planer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
BazaRBazaR   12 avril 2016
Ednar sauta à bas de sa monture. Il retira son casque et passa son doigt sur les griffures que le vent abrasif y avait tracées. De ces fines cicatrices de métal, il pouvait déduire que le vent soufflait du nord vers l'est, annonçant sans doute une tempête sur l'autre versant de la montagne. En habitué du domaine, il savait dompter l'hiver. Mais tous les soldats n'avaient pas son aisance... Quel étrange moment pour faire la guerre! Les glaces allaient faire plus de victimes que les hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Gabriel Katz (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Katz
Christophe Arleston vous présente les trois premiers titres de Drakoo, la maison d'édition de bandes dessinées dédiée aux genres de l'Imaginaire. Seconde partie : La Pierre du chaos, le récit de Dark Fantasy scénarisé par Gabriel Katz, dessiné par Stéphane Créty et colorisé par Leonardo Paciarotti Plus d'infos : bit.ly/PierreDuChaosBD
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1471 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..