AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258089298
Éditeur : Les Presses De La Cite (10/05/2012)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Adrian, professeur de psychologie, apprend qu’il est atteint d’une maladie dégénérative du cerveau. Ce mal incurable provoque des hallucinations, au cours desquelles il converse avec les membres de sa famille décédés: sa femme, son fils et son frère mort au Vietnam.
Quand une jeune fille disparaît, Adrian est le seul à croire à un enlèvement. Il découvre bientôt que la victime est séquestrée dans une cave et filmée vingt-quatre heure sur vingt-quatre par un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Sallyrose
  09 juin 2012
J'ai lu ce livre dans le cadre de l'opération Masse critique. A ce titre, je remercie Babelio et Les Presses de la Cité.
Une jeune fille se fait enlever par un couple qui organise des snuff-movies, sous les yeux d'un ancien prof de psychologie atteint d'une maladie type Alzheimer.
La police entre en scène.
Jennifer est une jeune fille de 16 ans, désespérée par le décès de son père et le comportement de son beau-père. Les nombreuses disputes avec sa mère l'ont déjà amenée à fuguer plusieurs fois. C'est au cours de sa dernière tentative de fuite qu'elle se fait enlever.
Adrian apprend qu'il est atteint d'une démence et que sa lucidité va disparaître dans un délai très court. du reste, il est déjà victime d'hallucinations et entretiens des discussions avec son frère, sa femme, son fils, tous les 3 décédés de mort violente.
Enfin, 3ème personnage principal, Terri Collins, inspectrice de police, mère célibataire de 2 enfants, a fui son mari violent et comprend instinctivement ce qui pousse Jennifer à fuguer, Jennifer qu'elle a déjà rencontrée lors de son retour de ses dernières fugues.
Terri prendra trop de temps à accepter la thèse de l'enlèvement. Adrian décidera de faire ses recherches lui-même avec l'aide d'un pédophile qui lui ouvrira les portes de l'enfer d'Internet.
N'ayez crainte, les scènes de la captivité de Jennifer sont très édulcorées. Seule la relation avec son ours en peluche peut amener à quelques sentiments d'apitoiement.
Ce qui est terrifiant ce sont toutes ces personnes qui sont fascinées par le spectacle de cette captivité et l'attente des scènes de torture.
Ce roman est un thriller qui respecte les codes du genre avec une montée en puissance du suspens dans le dernier quart de la narration.
Je n'ai pas apprécié cette lecture, le style est simpliste, l'histoire se perd entre le devenir de Jennifer et les affres de la maladie d'Adrian et on se doute bien que tout finira plus ou moins bien. L'épilogue se veut grinçant, il m'a juste fait sourire.
Sans doute blasée par les romans de Grangé, je ne suis pas entrée dans ce roman que j'ai trouvé fade et plein de clichés.
Pour autant, compte tenu de la saison, je le conseille pour la plage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Chabouquine38
  30 mai 2019
Que dire sur ce roman... déjà que j'ai eu du mal à le lire. Pas qu'il ne soit pas bien au contraire, mais j'avais du mal à le prendre en main et à me plonger dedans. Bref. Ensuite que c'était la première fois que je lisais un livre de cet auteur. Je m'excuse pour le coté brouillons de ma chronique, mais je n'ai pas réussi à l'écrire mieux que ça. Je sais ce n'est pas très français, mais je n'arrive pas à faire mieux.
Nous suivons l'histoire de plusieurs personnages, principalement celui d'Adrian, qui ce rencontre pour sauver la jeune fille enlever. Nous débutons le livre avec Adrian, un professeur en psychologie, qui apprend qu'il est atteint de la démence de Lewy (une sorte de mélande de la maladie d'Alzheimer et à la maladie de Parkinson) et qu'il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Il est de loin le personnage le plus ennuyeux du roman, mais aussi le plus passionnant. Je sais, ce n'est pas logique, mais autant il peu être barbant et autant il peu être intéressant. Nous suivons ensuite Jennifer, une jeune fille qui ce fait kidnapper lors d'une fugue.
Nous nous retrouvons à intervalle régulière dans la tête de 5 personnages différent. Et oui 5, si ce n'est plus vue qu'on ce retrouve avec les abonnés de Mort-en-direct.com de temps en temps. Mais c'est très bien organisé et on ce perd pas lors du changement. Bref comme je l'ai dis, on suit cinq personnages différents.
- Adrien, un homme d'âge mûr, professeur en psychologie, malade et témoin de l'enlèvement.
- Jennifer, une adolescente en pleine fugue et kidnappé.
- Terri, une policière qui est en charge de l'enquête du kidnapping.
Et pour finir les deux kidnappeur, à intervalles régulier.
Bien que le kidnapping ai lieu rapidement, la mise en place de l'histoire est un peu longues. Ce qui fait qu'il y a quelque longueur, ce qui rend la lecture parfois laborieuse. Ce que j'ai le plus et aussi le moins apprécié avec Adrian, c'est qu'il parle parfois avec des membres de sa famille décéder. Ce qui l'aide beaucoup dans ses recherches et aussi à ne pas perdre la tête. de plus on remarque vite que les deux kidnappeur sont vraiment pas stable psychologiquement. Certes pour crée ce genre de truc faut avoir un grain, un gros même, mais plus la lecture avance et plus on vois leurs folie et je dois dire que ça fais un peu peur.
Petit coté décevant pour ma part, c'est qu'on ne "participe" pas aux supplices les plus horribles de Jennifer mais on sait qu'ils ce passe. Mais je dois avouer que je suis un peu déçue de ne pas avoir de détail sur le ressenti de Jennifer pendant les actions. (moi sadique ? Non du tout)
J'ai bien aimée me retrouver un peu avec les personnes anonyme qui regardai l'émission. Connaître leurs point de vue, ce qui les motive à regarder, etc... J'ai trouvée ça intéressant, car ils ont tous une motivation différente. de la plus perverse à la plus "innocente". de plus, j'aurais aimée avoir leurs point de vue lors de la fin de la saison de mort-en-direct.com. Connaitre leurs ressentis sur ce qu'il c'est passé. On y a le droit tout le long sauf la. Je trouve ça dommage. Contre toute attente, j'ai appris à apprécier Wolfe. Pourquoi contre toute attente ? Vous le saurez en lisant le roman, je ne veux pas vous spoiler. En tout cas, j'ai adorée certaines facettes de sa personnalité ainsi que son évolution.
Sinon, le roman est bien mais sans plus, je n'arrivais pas à me plonger dedans. A vrai dire je le lisais uniquement car il fallait le terminer et que j'étais curieuse de savoir comment ils allaient retrouver Jennifer. La fin était super, quoiqu'un peu longues et légèrement décevante. Je ne sais pas si c'est l'e-book qui fait ça, mais j'ai trouvée les passages assez longs. Tout s'enclenche pour retrouver Jennifer et au lieux d'aller droit au but, ça traine en longueur avec des détails parfois inutile pour l'action qui arrive.
En ce qui concerne l'auteur, c'est la première fois que je lis un de ses romans et, même si j'ai moyennement appréciée son roman, il a une belle plume. Il est agréable à lire et sa plume est entrainante. Je testerais peut-être un autre de ses romans, à voir si un autre de ses titres me fait envie.
En conclusion : Un roman avec beaucoup de potentiel, mais pas assez bien travailler à mon goût. Trop de longueur et un personnage principal parfois, souvent, ennuyeux. Une bonne enquête malgré tout et des personnages, quelques-uns, attachant et agréable. Petit coup de coeur pour Wolfe d'ailleurs, personnage que j'ai trouver le plus interessant. Une bonne immersion dans la tête des kidnappeurs ce qui rend le roman plus intéressant. Une plume facile à lire et quelque peu entrainante. Je vous le conseille sans vraiment vous le conseiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Khalya
  24 novembre 2018
Dans ce livre, comme le protagoniste principal, on sait dès le début qu'un crime a été commis. On en sait même plus que lui car dès le début, on connait le nom et les intentions des ravisseurs de Jennifer.
J'ai été choquée par l'inertie de la police qui part forcément du principe qu'une ado qui disparait ne peut qu'être fugueuse (et limite que si c'est plus que ça, elle l'aurait bien cherché en fuguant) et qui refuse de faire des recherches parce que c'est « compliqué ».
Je n'ai pas trouvé d'intérêt au passé de la policière car ça n'apporte rien à l'histoire. On nous le raconte comme une anecdote sans que cela change l'attitude de la policière face à l'affaire de Jennifer.
Les deux criminels qui ont enlevé la jeune fille ne semblent pas se considérer comme tels. Ils se voient comme des artistes incompris et, puisqu'il y a un marché pour le genre de « télé-réalité » qu'ils proposent, ils ne voient pas pourquoi ils s'abstiendraient ni qui aurait le droit de les en empêcher. Leur attitude fait vraiment froid dans le dos !
Adrian, le protagoniste principal, est un homme brisé. Il a successivement vu mourir son frère, son fils, et sa femme et se retrouve seul face au diagnostic d'une force de démence foudroyante. Professeur et chercheur à l'université, cet homme brillant sait qu'il va décliner et se retrouver complètement dépendant. Quand il assiste, impuissant, à l'enlèvement de Jennifer il ne sait pas comment réagir dans un premier temps car un des symptômes de son mal est les hallucinations, qu'elles soient visuelles ou auditives. Adrian va être épaulé et aidé dans ses recherches par trois assistants de choix : son frère, sa femme et son fils. S'il sait que ce ne sont que des hallucinations et qu'ils ne font que lui révéler que ce que son cerveau a remarqué sans qu'il en ait conscience immédiatement, ces « apparitions » sont pour lui un soulagement.
Il va être le meilleur allié de Jennifer car il n'a pas l'intention de laisser tomber et a bien l'intention d'aller jusqu'au bout de ses forces pour aider la jeune fille.
Devant le refus de la police de faire le nécessaire, il va se risquer à la limite de la légalité pour embarquer dans l'affaire Mark Wolf, un pédophile en liberté surveillée.
Mark Wolf est un personnage intéressant. D'un côté c'est un être ignoble, dont le nom même évoque le prédateur qu'il est, qui revendique sa pédophilie et qui n'a aucune intention de se soigner, juste de faire attention à rester sous les radars, de l'autre, il prend soin de sa mère malade avec beaucoup d'attention. Même si ses motivations ne sont guère altruistes, il est la meilleure chance d'Adrian pour trouver Jennifer.
Parallèlement aux recherches que mènent Adrian et Wolf, on suit également Jennifer, dans le lieu où elle est retenue prisonnière. Cette adolescente de 16 ans seulement force l'admiration. Elle se résigne et obéit juste ce qu'il faut pour ne pas s'attirer les foudres de ses ravisseurs tout en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour conserver son identité et ne pas être réduite à « numéro 4 ».
Régulièrement, on peut également voir les réactions de ceux qui regardent « l'émission ». Leur comportement fait froid dans le dos. D'autant plus qu'on trouve là toute sorte de personnes et pas seulement des pédophiles lubriques enfermés dans leur sous-sol. A aucun moment l'un d'eux ne semble prendre conscience que Jennifer est une adolescente, avec une famille qui doit être morte d'inquiétude, aucun d'entre eux ne semble avoir l'intention de prévenir les autorités.
J'ai une petite réserve sur la fin parce que je trouve que trop souvent les auteurs de thriller font se terminer leur histoire de la même façon qui semble être la solution de facilité. Mais en dehors de ce petit bémol, j'ai bien aimé ce thriller avec une trame originale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elyssandre
  06 juillet 2012
Quelle drôle d'idée ai-je eu de choisir ce livre parmi ceux qui nous étaient proposés dans la liste de l'opération MasseCritique de Babélio. En temps normal, je ne pense pas que je me serais tournée automatiquement vers une lecture de ce genre. Je ne suis pas souvent intéressée par les thrillers ou les livres policier, bien que je les apprécie la plupart du temps. Ce qui m'a poussée à le sélectionner, entre toutes ses caractéristiques, c'est son résumé énigmatique et la référence au métier que j'affectionne : la psychologie, ainsi que le thème abordé, un mouvement dont j'avais déjà entendu parlé et qui m'intrigue, autant qu'il me fascine : le snuffmovie. Un sujet fascinant pour son coté horrifiant et effroyable qui à tout de suite laissé libre cours à mon imagination. Que pouvait-il donc arriver à une adolescente à peine sortie de la puberté, en proie à des ravisseurs mal lunés ? S'en sortirait-elle ? Quel rôle joueraient les autorités et ce brave docteur, obligé de se tourner vers un délinquant sexuel - pédophile, qui plus est ! -, comme si cela était la seule échappatoire pour sauver cette pauvre Jennifer.
Ce que j'ai tout particulièrement apprécié dans cette lecture, c'est le choix indéniable dans l'éventail des personnages. On peut passer par tout les stades, toutes les situations, s'identifier à n'importe lequel d'entre eux. On peut savourer la détermination du professeur Adrian dans sa quête de l'adolescente disparue, aidé par les fantômes de son passé - les membres de sa famille décédés - ou apprécier l'enquête policière menée par Terri, une jeune mère de famille qui a déjà eu affaire avec la jeune fille par le passé. On peut également se délecter du rôle aversif du délinquant, Mark Wolf, un être écoeurant à souhait qui m'a pourtant fascinée, autant que les ravisseurs de Jennifer : Linda et Mickaël. Sans oublier le personnage clef, au centre de toute cette histoire qu'est la demoiselle, soutenue par son ami de toujours : Mister Fourrure. C'est ce large choix qui m'a littéralement emportée. Tout à son importance, chaque passage est inévitable. On passe de l'un à l'autre, on découvre sa démarche, le but qu'il cherche à atteindre, l'horreur quelque fois et on se découvre un penchant pour toute celle-ci. On enquête au même rythme qu'Adrian et la police. On se recroqueville et on s'affectionne pour Jennifer. Mais surtout, on se met dans la tête du ravisseur, on capte son besoin et ses idées et ça, c'est effroyable, parce que ça paraît tellement vrai que tendre le bras serait presque suffisant pour le palper, comme si c'était réel. Ce que je considère comme un véritable talent chez John Katzenbach. Chaque lignes est réfléchies, poussée à son paradoxe, que l'histoire semble être un fait réel, un roman vérité qui choc et qui tape là où ça fait mal.
J'avoue qu'au début, je ne savais pas trop où l'auteur voulait nous emmener. Tout était un peu flou et le résumé ne collait pas vraiment aux pages. J'oserais même dire que je patinais un peu su place. le rythme se faisait lent, peu soutenu. Je me vautrais dans les mots sans pouvoir me départir d'une certaine impatience. Heureusement, la centaine de pages entamées, l'histoire s'est étoffée et à su prendre, peu à peu, de telles proportions qu'en décrocher aurait été meurtrier. On retient notre souffle, on s'accapare l'histoire et on se laisse emportée par elle de telle façon que notre regard ne peut plus en décrocher. Ce livre prend un rythme haletant, des proportions inquiètantes. J'ai même envie d'ajouter qu'il m'a littéralement envoûtée, un bon tiers avant la fin. J'avais hâte de découvrir la tournure qu'allait prendre les événements, ce que Mickaël et Linda réservaient à Jennifer, soit Numéro Quatre. Quelles étaient les tortures imaginées par leurs esprits dérangés. Je n'ai pas été déçue, bien que j'imaginais toutefois autre chose. Au final, malgré quelques passages un peu lents (et certains mots absents), je ne suis pas déçue du voyage et je me tournerais volontiers vers un autre roman de cet auteur qui à su me conquérir et me faire verser quelques larmes au cours de son roman...
Lien : http://book-et-mystere.revol..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Maliae
  13 octobre 2016
Je me suis embarquée dans ce petit thriller dont le résumé me faisait pas mal envie et j'ai beaucoup aimé ma lecture. Adrian apprend qu'il est atteint de la démence à corps de Lewy, une maladie aussi rare que destructrice. Adrian se retrouve victime d'hallucinations et perd peu à peu la tête. Il a donc prévu de se suicider avant de ne plus être maître de lui-même, sauf que ses projets sont annulés quand il assiste à un kidnapping. de là, il va se mettre dans la tête d'aider cette victime et de la sauver, en partie parce qu'il n'a pas pu sauver son frère, sa femme et son fils tous morts bien trop tôt. Accompagné des hallucinations de sa famille, il va mener son enquête qui vont l'emmener très loin.
Même si au début, j'ai eu un peu de mal avec l'écriture, au fur et à mesure de ma lecture, j'ai de plus en plus accroché, m'attachant au personnage d'Adrian. Ce professeur qui perd la tête est super attachant, et sa vie a été vraiment difficile, il a vu toutes les personnes qu'il aimait mourir. Pouvoir les retrouver en hallucination est presque un soulagement pour lui, en fait. On sent qu'Adrian est sur un fil, entre folie et réalité, et malgré ça, il va se battre pour retrouver Jennifer et je l'ai vraiment aimé. J'ai beaucoup moins apprécié la flic, Terry. Elle aussi a un passé difficile, fuyant avec ses filles un mari violent. Mais je l'ai trouvé presque trop terre-à-terre. Elle pensait beaucoup à sa carrière, allant parfois jusqu'à souhaiter être débarrassée de cette affaire. Elle restait très droite, certes, mais inutile du coup. Je pense que ça représente une certaine réalité de la police, ils ont des règles à suivre et ils sont parfois bloqués par la peur des journalistes, la peur de voir leur carrière détruite par une erreur.
On se retrouve aussi dans la tête de Jennifer, et je l'ai trouvé hyper courageuse, j'avais envie qu'elle se batte, qu'elle lutte, j'avais tellement envie qu'elle s'en sorte. On sent qu'elle a du caractère, qu'elle ne veut pas céder, mais en même temps, elle est terrifiée par ce qui lui arrive. Pour autant, elle réussit à obtenir des petites victoires face à ses agresseurs. Des agresseurs qui se prennent pour des grands scénaristes et ne voient pas le problème dans ce qu'ils font. Ils ne se sentent ni violeur, ni meurtrier. On sent leur folie chaque fois qu'on se retrouve dans leur tête, une folie guidée par leur amour. Ils font froid dans le dos, mais j'ai trouvé que ceux qui regardaient le site, tels des voyeurs, étaient encore pire qu'eux.
Ils assistent à ce que doit subir Numéro Quatre, ils la regardent jour après jour, essaie de ne pas rater les meilleurs moments (un peu à la Truman Show, mais en vraiment plus glauque), et pas un seul ne prévient la police, n'essaie de sauver Numéro Quatre. On voit diverses sortes de persos, des gros pervers, des étudiants pas nets, mais également des jeunes filles, des réalisateurs… Et aucun n'essaie d'aider la jeune fille qu'ils voient souffrir à l'écran. Ils se délectent simplement du spectacle et franchement, pour moi, ils valaient pas mieux que Linda et Michael, les agresseurs de Jennifer.
Et puis il y a Wolfe, le délinquant sexuel qui va aider Adrian à retrouver la jeune fille, et lui, je ne l'ai pas aimé pour tous pleins de raisons, mais c'est un personnage intéressant qui montre la psychologie de ce genre de personnes. Leur perversité, mais également leurs autres facettes. Par exemple, ici, Wolfe malgré ses actes, consacre beaucoup de temps à sa mère malade.
Le récit est donc vu à travers tous ces points de vue, et si on sait déjà qui est coupable, pourquoi et comment, ça n'enlève rien au thriller qui est une course contre la montre, mais qui va surtout visiter la psychologie des personnages, et qui est donc très intéressant. Chaque personnage est vraiment visité, on voit leurs pensées, c'est très profond. L'intrigue est donc prenante, et à la fois malsaine. Parce qu'on a l'impression aussi d'être des voyeurs, en regardant ce qu'il va arriver à Jennifer. Sauf qu'on n'a pas les pouvoirs de prévenir personne, on peut juste espérer qu'elle soit retrouvée à temps.
La fin m'a pas mal émue, j'en ai eu les larmes aux yeux. Même si je regrette que certains personnages soient effacés, pour lesquels j'aurais voulu en savoir plus sur leur devenir. Mais ça reste une belle fin et un bon livre.
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ElyssandreElyssandre   06 juillet 2012
« - Une dernière question, Numéro Quatre.
Jennifer ne bougea pas. Elle attendait.
- Est-ce que tu es vierge, Numéro Quatre ?
Jennifer avait un goût amer sur ses lèvres. Elles étaient si sèches qu'elle dut les lécher plusieurs fois pour les humecter. La vérité, c'était « Oui ». Mais était-ce la bonne réponse ? Jennifer sentit la peur monter en elle. Cette allusion au sexe la faisait suffoquer. Il veulent me violer, se dit-elle.
- Est-ce que tu es vierge, Numéro Quatre ?
Si elle répondait « Non », ne serait-ce pas une sorte d'invitation ? Si elle affirmait qu'elle avait déjà fait l'amour, n'était-ce pas leur donner la permission ? Est-ce que son ingénuité était un avantage, ou pas ? Elle devait prendre une décision, et elle détestait cela. Dans les deux cas, ce serait mauvais.
- Oui, répondit-elle d'une voix légérement tremblante.
La femme se mit à rire.
- Tu peux retourner sur le lit, fit-elle d'une voix moqueuse. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LapkastLapkast   22 avril 2013
Cela lui rappela qu'elle devait accentuer la pression sur Mark Wolfe. Elle ne voyait pas très bien comment elle pourrait lui faire peur au point qu'il fasse ses bagages et disparaisse sur-le-champ - en emportant avec lui ses perversions dans un autre quartier ou une autre ville, où d'autres services de police prendraient le relai : dans le jargon des flics, on appelait « chasser les ordures » cette manière de se défausser d'une responsabilité juridictionnelle. Mais le jour où sa mère partirait en maison de retraite... bon Dieu, ce jour-là, elle ferait en sorte que Mark Wolfe commence à se dire que déménager était une sacrée bonne idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ElyssandreElyssandre   06 juillet 2012
« - Bien professeur. Maintenant, on va entrer dans les zones obscures.
Le désir semblait lui donner une voix plus aiguë que d'habitude. Il enfonça une touche. Des enfants apparurent à l'écran. Ils jouaient dans un parc, par une journée ensoleillée. [...] La lumière du jour et le parc laissèrent la place à une chambre aux murs blancs, meublée d'un simple lit. »
Commenter  J’apprécie          50
LapkastLapkast   23 avril 2013
« Tu as soif, Numéro Quatre ? »
Jennifer eut soudain l'impression que sa gorge la brûlait. Elle hocha la tête.
« Bois, Numéro Quatre. »
[...]
« Ca va mieux, Numéro Quatre ? »
Jennifer acquiesça. Mais c'était faux. Rien n'allait mieux. Tout à coup, elle faillit succomber à l'envie de hurler « Je m'appelle Jennifer ! », mais elle n'était même plus capable de former ces mots, de leur faire franchir ses lèvres déshydratées. En dépit de l'eau qu'elle avait bue, elle était encore muette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LapkastLapkast   20 avril 2013
C'est Michael qui avait déclaré que "Saison 4" serait le pire cauchemar de la classe moyenne. Il avait cru que la surprise en soi alimenterait le suspense. Il avait eu raison. L'idée venait de Linda. C'est Michael qui l'avait peaufinée. Ils étaient les partenaires idéaux. Linda sentit le désir monter en elle. Elle se caressa lentement les seins.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de John Katzenbach (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Katzenbach
"Juste Cause" (1995) - Bande-annonce VO
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre