AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080666215
Éditeur : Flammarion (10/06/1993)

Note moyenne : 4/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture -
« Aux Kerguelen, archipel français perdu des mers australes, il y a beaucoup de messages abandonnés dans des bouteilles mais nul ne les a retrouvés. Depuis quarante ans, je me prépare à ce voyage. J'irai à Port-Christmas pour découvrir l'arche des Kerguelen. Cette voûte de cent trois mètres de hauteur, qui stupéfia tant de navigateurs, évoque l'entrée d'une crypte. Le sens caché de cette France australe longtemps maudite s'y trouve ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  15 février 2012
Un grand moment et de superbes instants de voyage ! ... KAUFFMAN
L'archipel des Kerguelen anciennement îles de la désolation découvertes en 1772 par le marin breton qui leurs a légué son nom ...
C'est une histoire de rendez-vous manqués qui commence dès qu'on se rend compte que ce n'est pas le très recherché continent austral ...
Les îles Kerguelen fascinent considérablement ..
Un grand territoire vide et vierge au bout du monde peuplé par des éléphants de mer avec pour capitale une base scientifique française en taules de 100 personnes ...
on ne peut rejoindre ce superbe et redoutable archipel que par un long voyage en mer au départ de la Réunion dans une mer souvent violente.
Des fjords .. des falaises et montagnes acérés ... des plages .. le ressac ... des vents déchainés ... un glacier permanent perché sur un massif montagneux ... des températures assez constantes toute l'année ... un temps très instable ...des tourbières et paysages lunaires ( un peu l'Islande sans les volcans ) ...
Par ailleurs de faibles traces d'histoire très bien documentés et laminées par le temps et le vent !
Toujours un contraste entre les passages de grands voyageurs ainsi que des baleiniers et le vide partout bruyant ... systématiquement constaté ...
Un vide plein de noms et de traces de mémoire ...
Pour toutes ces raisons cet archipel est une véritable expérience intérieure surtout si il y a chez le lecteur : le désir presque le besoin d'y aller et de voir !
Ce carnet de voyage est un délice un vrai voyage ... un de ceux qui nourrissent les yeux et l'esprit ..
PS : un texte très bien documenté à tous points de vue ...
PS: lire ce texte c'est aller au Kerguelen et le terminer c'est y être allé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
topocl
  22 octobre 2014

« Pour le survivant, tout livre a un sens. Peu importe son contenu. La moindre histoire est stimulante parce qu'elle donne l'illusion d'être libre. Nous ne sommes plus seuls. Ce qui dans des circonstances ordinaires paraissaient obscur ou insignifiant ne l'est plus. Contraint à l'élémentaire, l'esprit extrait d'emblée l'essence des choses, élucide ce qui est hermétique, pourvoit à ce qui est indigent. Avec le presque rien, on invente presque tout. »
Jean-Paul Kauffmann a toujours rêvé des îles Kerguelen, cet archipel de l'Océan Indien à la limite du continent antarctique, possession française depuis sa découverte par Kerguelen en 1772, peuplé de quelques militaires et scientifiques et de milliers de lapins, éléphants de mer et manchots. Les paysages sont fabuleux, chaos premiers aux évocations bibliques.
« Entre la page blanche et l'achevé d'imprimer, les Kerguelen donnent l'illusion d'approcher des origines ou des fins dernières. »
Quatre ans après sa libération de captivité, c'est chose faite, il s'embarque sur le Marion-Dufresne se confronter à cet archipel désertique, battu par la pluie et les vents, mi- mystère, mi-vérité. À côté des découvertes naturelles, géologiques, botaniques, zoologiques, à côté des paysages fantastiques, il teste cette nouvelle forme de solitude, où, cette fois encore, le temps ne se compte pas, mais à laquelle l'espace donne une ouverture pour lui salutaire.
« Je suis heureux d'affronter de mon plein gré l'extrême solitude et l'élémentaire clarté d'une nature hostile. »

Pas un mot de sa captivité, mais au travers des phrases, au-delà du récit de voyage, du rapport des nombreuses connaissances historiques ou géographiques accumulées , du recensement scrupuleux des noms de lieux et des morts, célèbres ou obscurs, Kauffmann poursuit une réflexion qu'il a intégrée à tout son être, qui s'est construite dans le cachot, et l'a sans doute sauvé, sur le temps, le silence, l'attente, la solitude.
« Existence cloîtrée, sans véritable but : pour moi la vérité à l'état pur.Désolation, terre de l'attente. Attente du chaland, attente d'une meilleure météo, attente du Marion, attente de l'arche que je n'ai pu rallier par Val Travers. C'est l'espoir sans l'impatience.
Le temps est un espace que le ciel et le vent laissent ouvert. Nul besoin de combler ce vide. L'attente ne s'épuise pas en efforts inutiles, en signes dérisoires que d'ordinaire l'on s'impatiente à interpréter. Dans le désoeuvrement kerguélénien, il entre une indolence qui est le contraire de l'apathie, une sorte d'insouciance ardente, tendue vers rien. L'esprit ne dépend ni des faits ni des instants, il n'est captif ni du passé ni de l'avenir. L'ordre des jours est aboli. »
Dans cette expédition, Kaufmann court après des chimères, peut-être. Il s'imprègne du vent (« la singulière complicité entre le silence et le vent »), de la lumière, des odeurs qu'il partage avec ces explorateurs et aventuriers dont les pas l'ont précédé sur l'île.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cathe
  12 août 2015
Les Kerguelen, un archipel au bout du bout du monde. Découvert au 18è siècle par le chevalier Kerguelen, oublié, retrouvé, jamais apprivoisé, il sert aujourd'hui de base pour quelques expériences diverses. Trop venté et trop loin de tout, il n'a jamais été réellement colonisé. Kauffmann en rêvait, il y est allé et a vécu plusieurs semaines dans ces îles bien nommées de la Désolation. Toutes les tentatives pour s'y installer ont échoué, seuls quelques scientifiques et quelques militaires font des séjours là-bas. En effet son éloignement lui vaut de posséder encore quelques spécimens de flore et de faune disparus ailleurs. Sensible à l'envoûtement de ce lieu, il découvre les différentes facettes de l'île et essaie de rejoindre le lieu mythique de l'Arche, une voûte de pierre de cent mètres de hauteur à l'entrée de Port-Christmas. Mais les Kerguelen doivent rester un mythe...
J'avais lu ce livre à sa parution en 1993 mais je l'ai trouvé chez un bouquiniste et l'ai relu avec plaisir. Kauffmann a un réel talent pour s'immerger dans des lieux extraordinaires, loin de tout, et chargés de mystère et pour en tirer des récits passionnants : les Kerguelen, mais aussi Saint-Hélène avec "La chambre noire de Longwood", "Courlande", et aussi "La maison de retour" pour cette maison isolée dans les Landes. C'est un livre qui nous transporte certes dans l'espace mais aussi dans le temps car cet archipel est comme hors du temps et Kauffmann l'exprime très bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tobiblion
  13 septembre 2016
La collection La petite Vermillon, des éditions de la Table ronde, fait peau neuve. C'est le moment ou jamais d'évoquer l'un de ses titres phares.
Existe-t-il dans quelque baie lointaine un lazaret pour âmes blessées ? Lorsqu'il n'est plus possible de slalomer entre les regards compassionnels et les questions répétitives liées à son statut d'ex-otage, mieux vaut se mettre au vert. Mais si le mal persiste et que l'on n'est plus propriétaire de son image, alors il faut alors fuir la communauté des hommes. Aux antipodes de préférence, loin des routes maritimes tracées par la mondialisation. A l'extrême sud de l'océan Indien se trouvent providentiellement les îles de la Désolation, autre appellation de l'archipel des Kerguelen. Sur cette terre oubliée un improbable pavillon tricolore est battu par les cinquantièmes hurlants. C'est ici le royaume des albatros et depuis peu la Patagonie sentimentale d'un écrivain. Quel endroit chargé de sens, à la consonance si cathartique pour prendre un nouveau départ au milieu de nulle part, fouler des pieds un sol vierge et avoir le privilège de baptiser des lieux en conquérant. L'auteur retiendra qu'aux Kerguelen, sorte d'anti-colonie de peuplement, «personne ne vous y attend et, quand vous repartez, vous n'y laissez nulle trace». La liberté de choisir son propre lieu de réclusion serait-elle l'étape nécessaire dans la reconquête de sa vie ? Telle est l'une des nombreuses questions suscitées par cette envoûtante robinsonnade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thaisg
  02 juillet 2008
Ce week-end, je suis partie loin d'ici, au bout, du bout du monde. J'ai accompagné Jean-Paul Kauffmann dans un pays où le temps n'a pas de frontière, où le vent gronde "d'une voix du bout du monde". Je suis revenue aux sources du chaos sur une terre inhabitée, une terre de désolation que les hommes ont essayé d'apprivoiser, en vain. L'homme qui n'aime pas le vide, a cependant posé des noms sur les monts, les baies, les cabanes et les lacs, comme vestiges d'histoires personnelles.
Ces histoires sont celles des Kerguelen découvertes dans ce roman
La suite ici :
http://arcetciel.canalblog.com/archives/2008/06/30/9755143.html#comments
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   29 janvier 2015
Un chat aux Kerguelen ! Il y en a des milliers dans l'archipel. Descendants d'animaux familiers abandonnés par les phoquiers et les hivernants, ils sont retournés à l'état sauvage. Longtemps ils ont constitué une énigme pour les scientifiques. Contre toute attente, leur retour à la vie sauvage s'est accompagné d'un rétrécissement de la boite crânienne. D'ordinaire lorsque des animaux domestiques sont abandonnés et parviennent à survire, leur capacité cérébrale augmente. On s'est alors aperçu que ce grand prédateur n'est victime, lui, d'aucun prédateur. Dans cette terre sans arbres sur laquelle les oiseaux établissent leur nid, le chat haret dévore des milliers de jeunes pétrels. Il engloutit aussi force lapereaux. Il n'a aucune concurrence ; la nourriture lui est donnée sans effort. D'où une régression de son « intelligence ». Il est très méfiant : il y une vingtaine d'années, l'administration donnait un litre de pastis pour dix chats abattue.

2392 - [La petite vermillon n° 153, p. 160]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JcequejelisJcequejelis   18 décembre 2014
René Boussière avait eu en 1929 l'idée d'installer à l'île Saint-Paul, riche en langoustes, une pêcherie et une petite usine. Celle-ci ferma ses portes une fois la saison terminée. Pour garder les installations, le contremaître fit appel à des volontaires. Sept Bretons se proposèrent de rester à Saint-Paul. Le bateau repartit pour la France... et l'on oublia les Bretons.
Entre-temps les banques avaient pris le contrôle de la société. René Boussière voulut envoyer un bateau pour rapatrier ses employés mais il n'était plus le maître. Quand les « oubliés de Saint-Paul » furent retrouvés, il en restait trois...

2263 – [La petite vermillon n° 153, p. 60]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JcequejelisJcequejelis   11 janvier 2015
Il y a, dans le passage de Cook aux îles de la Désolation par un beau temps insolent, une grâce que soulignent la malchance et l'échec de Kerguelen. Alors que le Français louvoie péniblement autour de l'archipel avec ses deux lourds bateaux, l'Anglais effleure la côte et fait négligemment un ou deux tours à terre. Au premier coup d’œil il a tout compris et apprécié mais, déjà, il oublie ces îles et file droit sur la Nouvelle-Zélande. Son audace et sa détermination sont inscrites dans le nom même de ses deux bateaux : le « Discovery » et la « Resolution », embarcations conçues à l'origine pour transporter du charbon. Le master du « Resolution » n'était autre que William Bligh, futur capitaine du « Bounty ». Cook, qui ne dédaignait pas la plaisanterie, donna à l'actuel îlot du Rendez-vous au nord de l'île le nom de Bligh'Cap parce que la forme de cette terre ressemblait au chapeau de son second.

2331 - [La petite vermillon n° 153, p. 108]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
JcequejelisJcequejelis   05 janvier 2015
Des lapins courent dans tous les sens parmi les baraquements.
- Ils ne sont pas farouches, explique mon compagnon. Ils ont été introduits en 1874 par une mission anglaise. Je crois qu'ils ont compris qu'on n'avait pas le droit de les chasser dans le périmètre de la base. Les lapins des Kerguelen sont une plaie. Comme en Australie. Les terriers aggravent l'érosion du sol. Et ils ont détruit le chou. Ce crucifère fort rare, témoin réplique de temps très anciens, ne subsiste plus à présent que dans les îles sans lapins.

2315 – [La petite vermillon n° 153, p. 41]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
JcequejelisJcequejelis   07 février 2015
Terre de géographes, l'Allemagne s'est passionnée avant la France pour les Kerguelen. La « Valdivia », revenant de l’Antarctique, y séjourna en 1898. (…) Karl Chun, qui commandait l'expédition de la « Valdivia », ne craint pas d'écrire par exemple que les Kerguelen se sont révélées à lui « dans une splendeur de Paradis ». Fasciné par le « romanesque », il ne cesse de s'interroger sur ce pays étrange. Quand a-t-il été formé ? Pourquoi est-il si verdoyant ?
Les questions de Karl Chun sont sans doute à l'origine de la mission de 1902. Cette fois, les Allemands décident d'étudier à fond l'archipel en y installant une mission scientifique pendant une année. Ce sera le premier hivernage scientifique de l’histoire des Kerguelen. Deux bateaux déposent, baie de l’Observatoire, le botaniste Émile Werth, le géographe Karl Luyken, le docteur Josef Enzenberger et les domestiques Urbanski et Wienke. Il y a aussi des coolies chinois. La mission s'installe sur l’emplacement de la mission astronomique anglaise de 1874.

2405 - [La petite vermillon n° 153, p. 180/181]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jean-Paul Kauffmann (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Kauffmann
Jean-Paul Kauffmann - Outre-terre, le voyage à Eylau .Jean-Paul Kauffmann vous présente son ouvrage "Outre-terre, le voyage à Eylau" aux éditions des Equateurs. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/kauffmann-jean-paul-outre-terre-voyage-eylau-9782849904350.html Notes de musique : Leelo (Part 1) by The Ghost Of 29 Megacycles. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Seychelles (Géographie)Voir plus
>Géographie générale>Géographie de l'Afrique>Seychelles (Géographie) (23)
autres livres classés : kerguelenVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
376 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre