AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Sword Art Online, tome 1 : Aincrad (53)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
orbe
  06 avril 2015
Comment réagiriez-vous si vous étiez bloqués à l'intérieur d'un jeu vidéo en ligne avec plusieurs milliers d'autres personnes ?

Certains tenteraient de mener une vie paisible en attendant la fin, d'autres formeraient des guildes pour s'entraider ou encore tenteraient d'assouvir une dernière passion, que ce soit la pêche ou bien le meurtre en série...

Kirito, joueur dans l'âme expérimenté, choisit de rester solitaire et tente, niveau après niveau, de vaincre les monstres en espérant un jour atteindre le sommet, seule solution pour arrêter le jeu et libérer les joueurs encore vivants.



Mais lorsque sa route croise celle de la belle Asuna, la sous-chef de la guilde la plus renommée d'Aincrad, fine combattante et cuisinière d'exception, ils décident de former un duo, espérant tous les deux arriver ensemble à surmonter la peur, la solitude et les doutes.

De nombreux obstacles vont se mêler à leur Odyssée : monstres redoutables avec des particularités à chaque fois singulières, concurrents jaloux, énigmes issues du jeu...

Alors que la première partie qui occupe la moitié du livre raconte leur périple, la seconde revient en quatre épisodes sur les éléments majeurs qui ont précédé leur alliance.

Nous y apprenons, par exemple, les raisons pour lesquelles Kirito a choisi pendant longtemps de ne pas faire partie d'un groupe, mais aussi de quelle manière son épée a été forgée.

Mon histoire préférée s'intitule "L'épéiste noir" qui démarre avec la perte par une jeune fille au don étrange de son familier. Il y règne une ambiance assez poétique que l'on retrouve de façon plus parsemée, tout au long du livre.


Elle montre que si Sword Art Online s'attache à créer un monde virtuel très cohérent et réaliste, il n'oublie pas de conserver en son sein une dimension lyrique, romantique et en définitive très humaine.


Si le début de l'ouvrage rend nécessaire un grand nombre de détails concernant l'arène et ses caractéristiques, le livre propose une véritable aventure avec des héros qui se densifient au fur et à mesure qu'est dévoilé leur passé.

Il invite enfin à la réflexion. Que ferions-nous si nous étions emprisonnés dans un jeu, condamnés à vivre de longues années dans un monde virtuel ? Cette question au centre de l'intrigue irradie tout le récit en posant la question du sens de la vie ainsi que celle des jeux en réseaux.

Si les combats sont épisodiques, c'est justement pour laisser la place à d'autres pistes : que deviendront les joueurs qui réussiront à vaincre la machine ? Est-il possible de ressusciter ? Les amis dans Aincrand pourront-ils ensuite espérer se retrouver dans la vraie vie ?

Un roman qui réjouira tous les amateurs de manga mais aussi de façon plus générale, les amoureux de fantasy.


Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Allison
  16 août 2015
Les éditions Ofelbe proposent le parfait compromis pour ceux qui, comme moi, sont intéressés par la littérature japonaise mais pas très friands du support manga. Très régulièrement, quand une histoire m'intéresse, je finis par me tourner vers l'anime, regrettant de ne pas pouvoir trouver un autre alternative qui me satisferait, comme, tiens, pourquoi pas... un roman ? J'ai donc été plus qu'intéressée par la proposition de la maison d'édition Ofelbe, qui me proposait de découvrir Sword Art Online, dont le pitch m'a immédiatement tapé dans l'oeil.


Sword Art Online est donc non seulement le titre du roman, mais aussi celui d'un jeu vidéo futuriste au coeur de l'intrigue de ce dernier. Dans SAO, les bonnes vieilles manettes ne sont plus d'actualité, les gamers jouent avec un casque intégral, le Nerve Gear, qui permet une immersion vraiment totale dans le jeu. le Nerve Gear rend l'Occulus Rift obsolète, tant elle prend le contrôle de tous les sens du joueur, donnant tout son sens au mot « réalité » dans le concept de « réalité virtuelle »


Kirito est un passionné de jeux vidéos, et lors de la sortie officielle du jeu, il est l'un des premiers connectés. Mais le rêve tourne très vite au cauchemar lorsque le créateur du jeu annonce aux dix mille premiers joueurs qu'ils sont à présents piégés à l'intérieur du RPG et ne pourront en sortir qu'en débloquant les cent niveaux de la forteresse dans laquelle ils sont enfermés. Or chaque étage est peuplé de créatures qui, comme tout bon monstre de jeux-vidéos, n'ont d'autre but dans la vie que de tuer les joueurs qui osent croiser leur route. Mais le plus terrible est qu'une mort virtuelle provoquera aussitôt la mort du joueur.


J'ai beaucoup apprécié l'univers du jeu. Clairement inspiré des univers fantasy habituels des MMORPG les plus connus, il a la particularité de privilégier le combat à l'épée et de ne proposer aucun rôle de mage. Seules les armes et les techniques de combats peuvent être améliorées afin d'affronter les monstres, mais le jeu tente de se donner un côté humain en permettant aussi d'augmenter ses capacités dans des domaines plus triviaux, comme la cuisine.


J'ai aussi beaucoup aimé le fait que l'auteur prenne le temps d'expliquer moult petits détails, donnant une vraie crédibilité à l'histoire. Ainsi, le lecteur sait pourquoi les joueurs peuvent rester enfermés dans le jeu des années, par exemple. le soin apporté aux explications permet une réelle immersion et donne de la force à l'histoire, tout en faisant se questionner le lecteur. Car si vous êtes lecteur ET joueur, le light novel vous fera irrémédiablement vous mettre à la place des héros : auriez-vous été en tête de file, à risquer votre vie pour retrouver vos proches au plus vite ? Auriez-vous attendu que les meilleurs joueurs fassent le travail à votre place ? Kirito ne se pose pas la question bien longtemps, et pendant deux ans, il affrontera les monstres et les boss, perfectionnera son maniement des armes et augmentera ses capacités. Deux ans après le début de sa captivité donc, les trois quarts des niveaux ont été débloqués, et beaucoup de joueurs sont morts. Kirito choisit de rester seul et, contrairement à beaucoup, il refuse d'intégrer une guilde. Mais c'était sans compter sur la têtue Asuna qui souhaite ardemment faire équipe avec lui...


J'ai donc passé un excellent moment avec Sword Art Online : Aincrad, que j'ai dévoré. J'étais intriguée, c'est sûr, mais je ne m'attendais vraiment pas à passer un si bon moment. L'histoire est prenante, bien écrite, bien rythmée et pleine de rebondissements. Les personnages sont attachants et agréables à suivre. Je suis vraiment ravie de cette lecture et j'ai hâte de lire le prochain tome. Il n'y a qu'un seul minuscule détail qui m'ait dérangé, et vraiment, vraiment pas longtemps. le roman correspond en fait à la moitié du livre, la seconde partie regroupe des nouvelles qui prennent chronologiquement place avant le début de l'histoire. le fait est que je ne m'y attendais pas du tout et qu'en arrivant à la fin du roman, je me suis prise une grosse claque, moi qui m'attendais à passer encore quelques 250 pages à la conquête de l'Aincrad ! Mais la déception n'a été que de très courte durée : la fin est parfaite, bien emmenée et très belle. Elle satisfera autant ceux qui voudront s'arrêter à ce premier tome que ceux qui continueront l'aventure. Et surtout, les nouvelles suivantes sont elles aussi très agréables à lire ! Elles se focalisent sur différentes rencontres de Kirito, durant les deux années laissées sous silence avant le début du roman. Je n'ai pas envie de m'attarder dessus, chacune apportant un petit plus permettant d'en apprendre plus sur le jeu et sur le passé du héros, le rendant encore plus attachant.


J'ai donc beaucoup apprécié ma lecture de Sword Art Online. Si j'ai été attirée par le thème de par mon affection pour les jeux-vidéos, cela ne veut pas dire que les non joueurs ne seront pas conquis par l'histoire, bien au contraire ! Laissez-vous donc tenter, vous ne le regretterez probablement pas. J'ajouterais que cette lecture est donc aussi ma première expérience avec les éditions Ofelbe, et je suis absolument conquise, que ce soit par l'histoire ou l'objet livre en lui-même. Car en effet, le papier est de qualité et le livre propose aussi de nombreuses illustrations, en couleur ou en noir et blanc. On ne se moque clairement pas de nous !
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
harmo20
  22 avril 2015
Je dois avouer que je ne suis pas du tout jeu RPG maintenant. Mais dans mon enfance j'adorais les jeux comme ça, où il faut faire évoluer les personnages du coup, c'est un livre qui m'intéressait énormément. Après lecture, j'en ressors conquise. Très bon livre pour ma part.

Sword Art Online est complexe à comprendre. Après avoir fermé le premier tome, j'ai cherché l'animé et des renseignements sur les romans. Donc, je vais commencer par le début pour bien expliquer.
Sword Art Online est à la base une nouvelle, en japonais light novels. Ofelbe, la maison d'édition Française a décidé de regroupé deux light novels. Donc le premier tome concerne l'Ancraid et le deuxième tome sera Fairy Dance, qui lui contiendra les deux autres light novels. Il y a ensuite Phantom Bullet et d'autres. L'univers de Reki Kawahara est très complexe mais j'espère bien qu'Ofelbe nous fera découvrir tout ça.
Sinon, Sword Art Online existe aussi en manga – qui d'ailleurs vont rejoindre ma bibliothèque dans pas longtemps - et aussi en animé. Là aussi j'ai cherché des informations. Il existe deux saisons et un long métrage Sword Art Online Extra Edition. Et il a été aussi adapté en jeux vidéo au Japon, donc pas en Français dommage !

Kirito est le personnage principal du roman. Il a été élu pour être béta-testeur du jeu. du coup, quand la date de sortie est annoncée, il connaissait déjà le jeu. de ce fait, Kirito va commencer le jeu tranquillement. Mais voilà, le Maître du jeu fait son apparition et fait une annonce particulière. le bouton déconnexion n'est plus présent et le jeu se terminera quand tous les Boss seront battus. Dix milles personnes prises au piège…

Les premiers chapitres sont plus consacrés à l'explication du système du jeu, donc même si on ne joue pas aux RPG on peut comprendre le système. On est vite pris dans l'univers de l'auteur. de plus, les illustrations sont juste très belles. J'ai adoré les regarder, un régal pour les yeux.
Pour le style de l'auteur, c'est simple et fluide. Il faut l'avouer c'est écrit petit mais l'écriture est tellement prenante qu'on ne se rend pas compte que les pages tournent.

Kirito est un personnage qu'on adore obligatoirement. Il est beau, intelligent, fort et une détermination hors du commun. C'est un joueur solitaire donc il prend énormément de risque, c'est pour quoi il doit toujours avoir les potions et surtout être en pleine forme. Jusqu'au jour où il va rencontre Asuna.
Asuna fait partie de la Guilde Knight of the Blood. La plus puissante Guilde du jeu, pour dire à quel point Asuna est forte. Tous les deux vont très bien s'entendre et vont commencer leurs aventures à eux.
Pour ma part, je me suis attachée très vite à ses deux personnages. J'ai adoré découvrir l'univers avec eux.

Quand j'ai finis la première partie du roman, je me suis dis : Non, c'est déjà fini ? Il faut avouer que je n'ai pas lu d'avis sur le roman donc je ne savais comment il était composé. Donc la première partie est consacré sur Kirito, j'avoue que quand c'était fini, j'ai trouvé que tout est allé trop vite à mon goût, deux ans étaient passé en deux cents cinquante pages… Mais quand j'ai découvert la deuxième partie j'étais ravie car on découvre Kirito dans des moments de sa vie lors de ces deux ans. du coup, on en apprend plus sur nos protagonistes. Mais pour ma part, la première partie est juste géniale.

En conclusion, un très bon tome ! J'ai adoré découvrir cet univers et ce qui est sur c'est que l'animé et les mangas ne vont pas tarder à arriver chez moi. Je me langui vraiment de découvrir le tome deux pour retrouver les personnages. A la fin, on a un lexique, du coup, on a les définitions des termes utilisé dans le roman et personnellement, je me suis vite approprié le langage. Les illustrations sont très belles et ravie de les voir. Surtout qu'il y en a en couleur. Je recommande ce livre pour découvrir l'Aincrad.
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Koneko-Chan
  06 juin 2015
Je connais SAO depuis pas mal de temps, et j'étais déjà fan de l'histoire avant même de la connaître (parce que j'avais vu de magnifiques illustrations de Kirito et Asuna). J'avais donc commencé l'anime sans le finir (d'autres obligations m'attendaient).
J'ai donc vu là l'occasion de me replonger dans SAO via ce Light Novel. J'aime beaucoup ce format et je déplore que l'on n'en ait pas plus en France... Je suis contente qu'une maison d'édition se soit lancée dans l'aventure, merci Ofelbe ! Je n'en suis pas à mon premier, j'avais déjà lu ceux de FMA sortis chez Fleuve Noirs ainsi que les Library Wars chez Glénat (quand est-ce qu'ils sortiront le dernier?!), … Mais j'avais hâte de voir le travail que pouvait faire une maison d'édition qui se lance exclusivement dans ce genre.

Que dire de SAO ? Sword Art Online est un jeu virtuel qui utilise les dernières technologies de pointe et permet à ses joueurs une immersion totale dans le jeu (du moins celle de l'esprit, le corps reste ancré dans notre réalité). Sauf que le créateur du jeu a fait en sorte que les joueurs restent bloqués à l'intérieur de SAO : si le casque qui leur permet d'entrer dans le jeu est retiré, des ondes sont envoyées au cerveau et la personne décède aussitôt. De plus, lorsque vous êtes Game Over dans le jeu, vous l'êtes définitivement... Forcément, le but des joueurs va être de vaincre le boss du dernier niveau et terminer le jeu pour en sortir. Nous allons donc suivre Kirito, le narrateur de cette histoire, dans sa quête. Kirito était un bêta-testeur très doué et sa passion pour les jeux vidéo l'amène à redoubler d'efforts pour monter de niveau et devenir le plus fort.
Pour une fois, on a un personnage principal fort dès le départ, ici pas de quête initiatique, mais de l'action à chaque page. J'aime beaucoup l'univers de SAO, j'ai toujours l'impression de me lancer dans un bon RPG lorsque je le lis ou le regarde, ne serait-ce que par les termes employés (un lexique est présent en fin de tome pour ceux qui ne connaissent pas trop les termes qui reviennent souvent dans les jeux vidéo). De plus, le livre se lit très vite... Et c'est là un de ses défauts : l'univers est tellement vaste que l'on aimerait que le roman soit beaucoup plus gros (mais alors ce ne serait plus un « light » novel...). On accueille donc avec joie les petites histoires qui constituent le 2e light novel de SAO (Ofelbe a regroupé 2 LN en un tome, et je trouve ça vraiment chouette).
En quelques pages, l'auteur arrive à nous décrire son univers et à enchaîner les scènes d'actions. J'ai donc apprécié ce LN, malgré le fait que l'histoire s'enchaîne trop rapidement (j'aurais bien aimé voir plus en détail les deux années passées sur SAO par exemple).

Concernant la qualité de l'édition (il faut bien que j'en parle, parce que c'est quand même rare de trouver des Light Novel ^w^) : je n'ai rien à redire, tout est (presque) parfait. Les illustrations en couleur et en noir et blanc ont bien été gardées, ce qui ajoute un charme au livre (et on ne parle pas de 2-3 illustrations, il y en a bien plus). Le format est bien, et le fait d'avoir deux light novel en un est un bon choix éditorial selon moi. Bon après il y a quelques coquilles (une majuscule oubliée à Kirito, 2-3 sauts de lignes en pleine phrase) mais ça ne m'a pas gênée.


J'ai donc enfin découvert le travail d'Ofelbe à travers ce premier tome de SAO et je n'ai qu'une dernière chose à ajouter : vivement le tome 2 (en attendant, je vais sans doute me procurer Spice & Wolf :3) ! Et en plus les auteur et illustrateur seront présents à la Japan-Expo (raaaah j'y vais, j'y vais pas ?? J'hésite encore).


Merci à Babelio et Ofelbe pour m'avoir permis de lire ce livre via l'opération masse critique (je ne vous dis pas comme j'étais enchantée en recevant le mail ^^).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Sio
  06 avril 2015
Sans plus... la première partie est très lente, manque de détails, et l'intrigue est rapidement expédiée ! La seconde partie a le mérite d'étoffer les personnages, mais il est vraiment dommage que les novellas (dont l'action se situe pendant les événements décrits précédemment) n'arrivent qu'à ce moment-là, et pas dans la chronologie, à leur place. Un premier tome intéressant, mais avec d'indéniables faiblesses.
Lien : https://encresetcalames.word..
Commenter  J’apprécie          60
YamiShadow
  30 décembre 2015
Avant toute chose, je ne peux vraiment que remercier les éditions Ofelbe de m'avoir permis de mettre la main en avant-première sur ce précieux ouvrage ! Si vous suivez le blog depuis quelques temps, vous avez sans doute pu constater, de par la bannière ou encore au sein de mes vidéos, qu'un mot revenait assez souvent : « Light Novel »… Et ENFIN ! Une édition nous les sort vraiment en France. Sword Art Online est donc le premier (avec Spice & Wolf) Light Novel de l'éditeur Ofelbe, disponible dans toutes les bonnes librairies à partir du 12 Mars prochain. Il faut savoir que j'ai déjà lu les deux premiers tomes de SAO par le passé (en version anglaise surtout), et c'est donc une relecture d'un univers connu et adoré, aussi bien au travers de l'animé que du manga, que j'ai le plaisir de redécouvrir une fois de plus, et cette fois avec l'oeuvre originale et totalement en français ! Que cache donc cette couverture ? L'attente saura-t-elle être récompensée ? L'éditeur marque-t-il un grand coup avec ces premières parutions ?

Pour ceux qui ne connaissent pas Sword Art Online, nous suivons principalement l'histoire de Kirito, un joueur solo livré à une lutte sans merci dans l'univers de l'Aincrad, le premier jeu vidéo MMO en totale immersion grâce à un casque, le Nerve Gear. Nos joueurs sont plongés dans ce qui semble être un tournant pour le monde des jeux vidéo, mais c'était sans compter sur un retournement de situation : ils ne peuvent pas se déconnecter du jeu. En effet, dans ce monde hostile, la mort "in Game" met un terme à toute vie dans la réalité. le seul moyen de sortir est de réussir à franchir les 100 paliers de la forteresse. Aucun d'eux n'a le droit à l'erreur, car chaque erreur de tactique pourra leur être fatale. Arriveront-ils à sortir du jeu ? Kirito, Asuna, Klein et tous les autres pourront-ils retrouver leurs vies initiales ? Ou finiront-ils par ne pas survivre ?

Que dire … Si ce n'est qu'une fois de plus, le coup de coeur est au rendez-vous pour cette saga… J'avais pris un énorme plaisir à la lire en anglais, à parcourir l'animé, puis le manga sorti chez Ototo Manga récemment... Et cela ne m'a en aucun cas empêché de dévorer une nouvelle fois le roman. Ce dernier, qui est quand même, rappelons-le, l'oeuvre source à l'origine de toute la saga, apporte beaucoup de détails qui ne peuvent pas forcement être présents au sein de l'animé ou encore du manga, des détails qui ne peuvent pas être intégrés, ou qui sont simplement contraignants à mettre en visu. On y redécouvre toujours nos personnages, aussi sombres, complexes et complets. L'histoire est divisée en deux parties puisqu'il s'agit des deux premiers tomes du Light Novel en version japonaise. La première partie nous permet de parcourir toute l'aventure du point de vue de Kirito et de vivre à ses côtés son parcours et son histoire avec Asuna. Quand à la seconde, elle vient nous présenter d'autres personnages qui se sont eux aussi liés d'amitié avec nos deux héros au cours des deux ans passés dans le monde virtuel. Un changement de point de vue qui permet durant les quelques chapitres correspondants à une quête du jeu, d'approfondir encore le background, et par la suite de justifier la présence de ces personnages.

Une autre partie qu'il me tient à coeur de faire, et qui n'est pourtant pas habituelle dans mes chroniques, faute de moyens de comparaison assez grands pour le faire, c'est de relever le travail de l'éditeur. Comme dit plus haut, j'ai pu découvrir la saga dans une version amateur traduite du japonais, à moitié en français, à moitié en anglais, des passages en espagnol, bref assez compliquée… Je possède aussi une version japonaise de l'ouvrage, et je ne peux que constater le travail fourni par l'éditeur sur la luminosité des quelques illustrations présentes dans le livre : il a su leur redonner très clairement une seconde vie. Là où elles étaient trop petites, trop sombres et presque « illisibles » dans la version originale, ici elles sont lumineuses, belles et clairement visibles et cela fait vraiment plaisir ! Au niveau de la traduction, tout est expliqué ce qui permet de ne perdre personne, aussi bien les experts de la série que les connaisseurs des jeux vidéo, mais aussi les néophytes qui découvrent cette saga sans pour autant connaître le monde vidéo ludique. de plus, un lexique est présent en fin de tome pour expliquer les quelques abréviations qui seront restées incompréhensibles pour les personnes les moins adaptées aux quelques petits termes spécifiques. La traduction est limpide, claire, précise et propre. Rien à dire là-dessus ! Un sans-faute !

En conclusion, un véritable coup de coeur renouvelé pour cette saga, que je ne peux que vous conseiller de lire : pour franchir le pas vers le roman, pour les plus grands fans de manga, ou pour mettre un premier pied dans le vaste univers des manga, dans le cas des lecteurs endurcis ! C'est évident que je me jetterai sur la suite à la sortie en France !
Lien : http://theshadowbooks.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Thalyssa
  23 août 2015
En commençant Sword Art Online, j'ai très vite renoué avec ma propre expérience professionnelle en tant que MJ sur un MMORPG. Cette lecture m'a permis de faire remonter à la surface de nombreux souvenirs, bons... comme mauvais quand je n'étais que joueur de base et que je tombais en solo sur des PK. L'intrigue m'a vite rappelé .hack//SIGN, dont l'univers est aussi dédié à un jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs mais où Tsukasa était le seul à ne pouvoir s'en déconnecter. Si d'emblée, cette nouvelle saga ne criait pas d'originalité me concernant, j'étais tout de même impatiente de m'y plonger !

Premier jour de l'ouverture du monde de SAO nommé Aincrad. Les joueurs suivent encore les tutoriels pour s'habituer aux déplacements dans une réalité virtuelle et apprendre à se battre. Les monstres pullulent à chacun des cent étages de la forteresse qui devront être conquis à la seule force de l'épée. Malgré l'ambiance medieval-fantasy, la magie n'existe pas ici. Kirito avait accès à la beta du jeu et part en solo retrouver au plus vite son ancien niveau. Au détour d'une conversation avec un autre joueur, ils réalisent tous deux que l'option de déconnexion n'apparaît plus dans leurs menus respectifs. La panique s'étend et bientôt, les joueurs se retrouvent confrontés à un terrible dilemme : pour sortir de SAO sans détruire leur cerveau relié à la console, ils devront venir à bout des cent étages... avec une seule vie, comme en vie réelle !

J'ai beaucoup aimé la diversité des réactions chez les joueurs prisonniers de SAO. Reki Kawahara semble avoir pensé à tout. Certains sont paralysés par la peur de mourir et attendent que d'autres se sacrifient en première ligne pour faire avancer la quête. D'autres partent du principe que perdus pour perdus, autant succomber à toutes leurs envies et à leurs pires instincts. Heureusement, il reste un groupe de conquérants qui va de l'avant pour sortir de ce cauchemar et pour tout miser sur la solidarité. Bien qu'il continue à jouer seul de son côté, Kirito prête souvent main forte aux guildes oeuvrant sur le front, en particuliers lors des combats contre les boss de niveau. Chaque étage est unique, avec sa propre ambiance, sa ville protégée, ses paysages... et ses labyrinthes criblés de monstres divers.

J'ai sincèrement apprécié le voyage, d'autant plus que grâce à Asuna - figure forte et courageuse, les joueurs féminins ne sont pas cantonnés au rôle de demoiselles en détresse. La relation se développant entre Kirito et Asuna est touchante (bien qu'un peu rapide par moments) et on se prend facilement d'amitié envers des personnages secondaires comme Klein ou Agil, que j'aurais aimé découvrir plus en profondeur. L'intrigue ne connaît pas de temps mort et j'ai été surprise de voir le premier ARC prendre fin en milieu de tome. La seconde partie est en effet dédiée à quatre nouvelles se déroulant un peu plus tôt dans la chronologie. Elles mettent chacune en scène Kirito, qui va faire la connaissance de plusieurs jeunes filles. Quelques détails m'ont légèrement contrariée comme la façon dont Kirito pose la main sur la tête de ces filles comme si elles n'étaient que de pauvres petites brebis égarées. Vu l'âge de Silica, cela passait encore mais pour les autres, nettement mois... Je ne trouvais pas non plus que cela collait au personnage de Kirito qui est très refermé et semble mal à l'aise avec les contacts physiques. Deuxième point dans ces nouvelles : Kirito évoque à plusieurs reprises ce qui s'est passé avec la Guilde des Chats noirs de la Pleine Lune. Il le fait avec facilité alors que dans la première partie, on avait l'impression qu'il prenait énormément sur lui pour en parler avec Asuna, qui semblait par là-même être la première à avoir été mise au courant du drame.

Quoi qu'il en soit, j'ai passé un très bon moment avec ce premier omnibus. L'univers des MMORPG est très bien retranscrit et l'angoisse d'une mort réelle au premier game over ajoute une sacrée dose de piment à l'action. Les personnages sont tous intéressants à leur manière et même si je ne sais pas trop comment l'auteur compte rebondir après la très jolie fin de la première partie, j'ai hâte de le découvrir !
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Asuna
  19 avril 2015
Les mangas, j'aime ça. Les jeux vidéos, j'aime ça. Tout était donc a priori réuni pour que j'apprécie ce roman. Eh bien je n'ai pas du tout aimé, malheureusement.

Un roman aux allures de mangas (ouais ça doit avoir un nom, mais j'en sais fichtre rien, dsl), je trouvais ça hyper original. Ajoutez à cela un résumé qui laissait présumer une aventure sombre dans un univers plutôt atypique, ça promettait quelque chose de fort sympathique. Mais pourtant, quelle déception !

Si l'histoire promettait donc d'être sombre et angoissante, c'est bien tout le contraire. Je n'ai pas réussi à avoir peur pour les protagonistes (malgré les enjeux !) ni à m'attacher à eux. Je trouve que tout va trop vite, tout est trop facile, la romance est d'une niaiserie à vomir, c'est pas crédible du tout alors que ça aurait dû être tout le contraire !!! Je m'attendais plus à une ambiance dans le genre de Doubt, sombre, glauque.

C'est long, c'est plat, c'est fade, c'est mal exploité.

Sans compter qu'on se perd dans des méandres explicatifs des techniques de combats ou, pire, du fonctionnement du Nerve Gear... C'est inintéressant et inutile. Comme le dit Sia dans son billet (j'espère qu'elle ne m'en voudra pas de la citer) on a l'impression de lire un manuel de jeu.

La fin est terriblement décevante, précipitée, pas travaillée. Je sais bien que ce n'est pas fini, vu que c'est un 1er tome, mais ce qui aurait dû donner toute son importance au roman a été complètement ignoré, mal exploité.

Le livre est composé de 2 parties. Si la 1ère contient l'histoire principale, je n'ai pas saisi l'intérêt de la 2ème partie, constituée de plusieurs nouvelles dont les intrigues s'entrecroisent avec la 1ère partie. Alors bon, je ne vais pas non plus être totalement négative, certaines scènes sont assez "sympa" et permettent d'expliquer des points restés dans l'ombre dans la 1ère partie ainsi qu'une meilleure compréhension de certains agissements. Cependant, on garde cette niaiserie (comme dans la nouvelle intitulée La Jeune Fille des Brumes Matinales, dans laquelle on rencontre Yui. Non mais lol quoi.), ce manque de profondeur, cette facilité qui rend les choses pas crédibles du tout.

Les personnages sont creux, terriblement immatures et niais. Tout comme les dialogues, insipides à souhait.

Je passe sur le style d'écriture mécanique et sans saveur.

En résumé, je me rends compte en me relisant, que je suis très négative, plus que ce à quoi je m'attendais. Je suis terriblement déçue, mais bon, j'en attendais peut être trop. Tant pis.
Lien : http://asuna.eklablog.com/sw..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
ReveursEtMangeursDePapier
  14 septembre 2015
... En tant que bêta-testeur, Kirito a eu la chance de découvrir Sword Art Online, un jeu innovant auquel il est devenu vite accro. Grâce au Nerve Gear, un casque qui permet l'immersion complète, il accède à un espace virtuel extraordinaire, aux décors mi-médiévaux, mi-fantasy. Mais le jour de son lancement officiel, impossible de se déconnecter et des milliers de joueurs sont pris au piège dans SAO...

J'ai tout de suite accroché à cette idée originale d'immersion complète dans un jeu vidéo. Les joueurs ont l'impression d'être physiquement dans le jeu et ce n'est plus aussi virtuel. Mais une fois les joueurs pris au piège, l'idée devient flippante et on se demande tout de suite quelles sont les intentions du développeur du jeu. On découvre donc l'Aincrad, une gigantesque forteresse. Pour rentrer chez eux, les joueurs devront terminer le jeu en y affrontant des monstres de toutes sortes et en franchissant les 100 niveaux pour atteindre le sommet de cette forteresse. Aucune autre issue possible. Oui, même pas l'abandon! En clair : t'as envie d'abandonner? Ton cerveau sera grillé. Et c'est valable aussi si les joueurs meurent pendant le jeu. Leur mort sera réelle. Désormais, il ne suffit plus de s'amuser à améliorer ses techniques de jeu, il faut survivre dans un monde qui est devenu leur nouvelle réalité...
Lien : http://revesurpapier.blog4ev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ratkiller
  08 juillet 2016
L'auteur nous partage un monde, créé des personnages attachants, sur un thème qui n'a rien d'original, de mon point de vue, la peur des jeux mortels existe depuis longtemps, très longtemps.

La différence avec les autres jeux mortels que je connais? Dans celui-là personne ne s'amuse, pas même le créateur (juge, observateur) ou les spectateurs; (cf Battle Royale).

Au niveau de l'univers le travail est énorme de la part de l'auteur, SAO est un jeu qui donne envie d'être joué, malgré un concept simple : battre des boss pour monter d'un étage, le tout sur 100 étages ...

Selon moi dans cette histoire le plus important des éléments est la personnalité des personnages, la complexité de leurs interactions, les dilemmes qu'ils se posent, les limites qu'ils franchissent entre jeu et réalité.

Kirito, héros absolu de cette histoire, est un jeune garçon pas forcément bien dans sa peau mais étant prêt à tous les sacrifices pour sauver les autres, c'est quelqu'un qui a la main sur le coeur mais qui n'aime pas vraiment la compagnie (du moins pendant quelque temps... ) .

Malgré tout ça, l'histoire souffre d'un énorme défaut: c'est trop rapide, bien trop rapide.
On passe d'ellipse en ellipse après chaque chapitre on ne suit pas assez l'évolution du monde virtuel mais aussi des personnages, bien que les chapitres de la seconde light novel (2ième parties du bouquin) développent les relations et en créent de nouvelles.

Un très bon livre, bien trop court, puis mince quoi... il n'y a pas beaucoup de personnage qui meurent même si c'est largement suffisant pour que ça soit triste je pensais qu'il y aurait plus de morts autour de Kirito, mais comme je l'ai dit avant il est prêt à mourir pour sauver quelqu'un....
Lien : http://airedurat.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2094 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre