AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290315028
Éditeur : J'ai Lu (19/09/2001)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 205 notes)
Résumé :
Toutes les forces sont maintenant en présence. En Fionavar, l’armée des Lumières s’apprête à affronter l’armée des Ténèbres. Et de cette ultime et dévastatrice guerre, seule une puissance triomphera… Or, Rakoth Maugrim, le dieu renégat, semble avoir l’avantage : son pouvoir n’a cesse de s’accroitre au cours des dernières semaines, tant et si bien que le futur semble compromis.
C’est la dernière ligne droite pour Kim, Jennifer-Guenièvre, Davor, Pwyll deux-fois... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
CasusBelli
  02 juin 2019
Fin de la trilogie avec la "Voie obscure" qui m'aura donc fait découvrir Guy Gavriel Kay.
J'avoue qu'à l'arrivée je n'arrive pas à cerner l'auteur avec ce troisième récit qui me donne une troisième tonalité distincte des deux précédentes.
Ayant vu à Bayeux il y a peu la célèbre tapisserie je dois dire que petit à petit et au fur et à mesure de ces successions de scénettes, on se trouvait bel et bien dans une tapisserie car ce qui est remarquable dans ce tome trois c'est le parti pris dans la narration, une série de scènes qui justifiera à la fin toute l'histoire.
Des dieux, des demi-dieux (andains), des princesses et des princes, des mages et des champions sans oublier un bestiaire fabuleux. Nous sommes ici dans une chanson de geste où l'histoire se répète de façon poétique et tragique car plus que jamais la lumière s'oppose aux ténèbres et le désespoir emplit les coeurs.
Du coup, le rythme du récit est vraiment étrange car les histoires annexes (et pourtant essentielles) prennent le pas sur la trame principale, la rendant presque secondaire et comme il y a beaucoup de personnages, on a parfois le sentiment de s'égarer, voire de s'ennuyer un peu en attendant de reprendre le fil.
Beaucoup de magie et comme dit dans les précédentes critiques des T1 et T2 beaucoup de ressemblances avec des choses lues ailleurs, en passant j'y ajoute le silmarillion histoire de faire bonne mesure.
Les thèmes de la rédemption et du sacrifice sont omniprésents et l'aspect dramatique un peu surexploité à mon goût, les dénouements "à la Pyrrhus" sont quasi systématiques ce qui finit par être un peu "too much".
Mon sentiment est qu'il y a trop de tout dans cette histoire, saupoudrée de trop "d'in extremis" et de miracles, avec tous ces dieux cela fait un peu négligent tous ces hasards :)
D'une certaine façon, nous avons là un conte de fées, une fantasy poétique et dramatique de type légendes Arthuriennes avec gentils chevaliers et tout et tout...
Bon, à l'arrivée ça se laisse lire, surtout parce que le style de l'auteur est irréprochable, je crois savoir qu'il est plébiscité sur d'autres romans, je prends rendez-vous :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Ellane92
  28 avril 2017
Le jour de la bataille finale approche à grands pas. Les forces en présence se sont révélées les unes aux autres. Les héros d'aujourd'hui et d'hier sont de la partie, comme les mythes et légendes de ce monde, et même les dieux attendent, ou donnent un coup de pouce de ci-de là sous forme de "présent" à double tranchant, toujours. Les 5 jeunes gens de Toronto ne sont plus que 4, et ceux qui restent ont beaucoup changé, portant sur leurs épaules le poids du destin de Fionovar et de tous les mondes. Mais peut-être que le sort de toutes ces puissances n'est rien en regard du choix d'un enfant aux yeux bleus... quand ils ne sont pas rouges.
La voie obscure clôture avec bonheur la trilogie de la tapisserie de Fionavar. Ce troisième volume verra se révéler le destin du monde, et celui de tous ces personnages qui peuplent de façon si vivante et attachante cette série.
Kay reste certes sur des sentiers classiques pour mener sa barque, et le dénouement est probablement très attendu. Il développe ceci dit des points intéressants qu'on ne s'attendrait pas à voir. L'un des premiers points plutôt intéressant, déjà présent dans le volume précédent, concerne le choix. Un certain nombre de personnages sont amenés à réaliser un certain nombre d'actions, ou à connaitre, enfin subir, tel destin. Mais cela est sans compter la liberté de choix qu'octroie Kay à ses personnages, que l'on parle du refus de Kim d'enchainer une force de la nature, de Jennifer de contraindre son enfant, ou du sacrifice sublime de Diarmuid pour éviter que ne se reproduise une tragédie. Mais chaque décision a ses conséquences, et il faudra, à moment donné, en payer le prix. Un autre élément que j'ai plaisir à retrouver dans cette trilogie est la nécessité de contrebalancer l'ordre par le chaos. Pour que la vie puisse vivre, pour que les choses évoluent, il faut des éléments chaotiques. C'est le rôle de la sanglante et impitoyable chasse sauvage, et c'est bien pensé.
Kay écrit bien, il n'a aucun mal à nous inviter à le suivre pour découvrir le motif que prendra la Tapisserie, et c'est avec regret que je quitte le monde merveilleux de Fionavar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
InstinctPolaire
  04 juin 2012
(...)
Toronto – Fionavar : entre ses deux univers, une traversée qui en appellera d'autres. Qui sont ces personnes prêtes à accepter un tel voyage ? Kevin Laine est bel homme,son assurance, son intelligence et ses multiples talents font l'unanimité auprès de tous. Paul Schafer est quant à lui plus sombre, marqué par un drame personnel. Dave Martinyuk est le suivant de cette bande d'amis , bien trop grand, bien trop réservé. Kimberly Ford est une étudiante en médecine attentive à leur petit groupe. Jennifer Lowel en est le rayon de soleil.
Qu'est-ce-que Fionavar ? C'est le premier de tous les univers auquel tous les autres ne sont que de lointains échos. Un lieu où s'incarnent Dieux, Déesses et Puissances Primordiales d'aucun panthéon en particulier et de tous en général. Un lieu où les forêts sont consciences et une terre est toujours et à jamais un champs de bataille. Au pied d'une montagne qui autrefois a emprisonné un Dieu dévastateur. Une terre où même les jeux d'enfants semblent marqués par le Destin... Et oeuvrant en tout ceci, le Tisserand filant la Trame sur le Métier.
Mais alors qu'ils acceptent de se rendre aux festivités de l'anniversaire d'un Roi, les cinq voyageurs introduisent leur fil dans cette trame où les événements sont appelés à se précipiter. A Kimberly, de grands pouvoirs sont octroyés : devenir la rêveuse du rêve, la Prophétesse d'un monarque. Mais le pouvoir a toujours un prix. Guérisseuse dans son univers, elle apportera souffrance à ceux qu'elle aime en celui-ci.. Elle qui toujours s'interrogera sur le bien-fondé de ses actes. A Jennifer, une bien sombre destinée : marquée par le plus beau des actes, un enfantement et par la découverte de sa nature profonde au sein des univers. A Dave, la découverte de l'amitié et de l'appartenance à quelque chose de plus grand : séparé des autres, il s'apprête à rencontrer les Dalreï, les cavaliers de la plaine. Il se verra remettre un précieux mais terrible cadeau et par trois fois, il côtoiera la Déesse Ceinwèn. A Paul, Fionavar octroiera un sacrifice : dans l'Arbre de l'Été il goûtera à toutes les formes de mort mais reviendra enrichi des vérités sur lui-même, lui qui sera nommé le Deux-fois-né. A Kévin enfin, le désir ardent de vouloir apporter sa contribution au combat qui s'annonce : se doute-t-il qu'il est sur la route vers Dana, Déesse-Mère depuis toujours ? Destin tragique et étincelant.
Un Dieu vengeur délivré de sa prison de pierre. Un terrible forteresse, bastion de toute sa puissance qui s'éveille à nouveau. Cette histoire ne semble-t-elle pas déjà contée ? Il ne peut qu'en être ainsi car dans le premier des univers se livre peut-être pour la dernière fois l'éternel combat de la Lumière et des Ténèbres. Une amère justification à de terribles actions commises par des hommes et des femmes vertueux. Dans ce lieu où doit se jouer comme en toute époque la tragédie du Guerrier, de la Dame et du Chevalier servant . Ceux que nous connaissons sous le nom d'Arthur, Guenièvre et Lancelot.
La chose qui m'avait marqué lors de ma première lecture ce cette trilogie, ce n'était ni la complexité des personnages, ni les péripéties qu'ils rencontrent. Mais de voir surgir avec autant de clarté les thématiques développées : les drames du Destin, les affres du pouvoir.
Que réserve le Destin à ceux qu'une puissante force semble traverser comme le constatent Lorèn Mantel d'Argent et Matt Sorën – le Mage et sa Source - ? Sans trop en dévoiler, je tente de montrer que rien ne semble écrit mais que rien ne semble s'opposer aux volontés du Tisserand à son Métier. Et avec eux, le sort de tous ceux qu'ils seront amenés à croiser. Mais à la toute fin de cette construction semblera être démentie. Parfois, un simple fil, une existence si ténue soit-elle échappe à la Trame. Et en elle se trouve tout les espoirs et toutes les craintes.
De même que faire de dons accordés ? Il semble admis en Fionavar – et dans tous les univers... - que tout bienfait s'accompagne de contreparties. Les Mages ne peuvent peuvent accomplir leurs prodiges qu'en puisant dans la force vitale de leur Source, une personne à qui ils sont liés. Il semble que les sacrifices librement consentis n'aboutissent qu'à l'octroi de talents aléatoires et que le fait de connaître l'avenir ne serve qu'a montrer les souffrances que l'on causera à autrui.
A la relecture, deux autres motifs me sont apparus : les tourments de la nécessité et la grande qualité d'écriture de l'auteur et de sa traduction.
S'engage ici, dans cet univers si important pour la Trame des autres, la lutte des Ténèbres et de la Lumière. Et tous de s'interroger sur la responsabilité de leurs actes et des limites de leur actions : éveiller la terrible Chasse Sauvage au risque que son insatiable soif de combat ne la fasse se retourner contre ses invocateurs ? La nécessité doit-elle nécessairement l'emporter sur les que ce combat est sensé défendre ? Et dépasser " un point où la quête de la Lumière commence à servir les Ténèbres " ?
Pris dans les méandres de l'intrigue, ces thématiques se sont imposées à moi comme rarement dans un récit imaginaire. Je pense que c'est en cela que réside le talent de KAY. En cela et en sa manière de les présenter. Comme rarement dans ces chroniques, je me suis trouvé dans la nécessité de faire des emprunts à l'auteur pour évoquer son oeuvre. A mon corps défendant, mais parfois paraphraser n'est pas une solution de facilité, mais une forme de reddition respectueuse.
(...)
Que le Tisserand tienne bien votre fil...

Lien : http://emaginaire.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
bilodoh
  18 octobre 2015
La trilogie de la tapisserie de Fionovar se termine en une apothéose de combats entre le bien et le mal.
Nos héros ont bien souffert. Tous ont dû faire des choix : suivre leur destin vers la lumière ou opter pour la voie obscure. Les jeunes Canadiens ont été touchés, certains ne retrouveront jamais à Toronto et pour les autres, leur vie en sera changée à jamais.

Une épopée fantastique qui en met plein la vue, avec une pluie mortelle, de la magie, des revenants et un vaisseau fantôme, des explosions et des créatures hideuses. Mais rassurez-vous, on n'y trouve aucun hôpital bombardé par erreur…
Il n'y a pas que les problèmes, les personnages sont attachants et l'amitié s'y développe, on y rencontre même de grandes amours passionnées et intemporelles…

Un pavé distrayant qui nous transporte vers les lumières d'un autre monde…
Commenter  J’apprécie          192
kuroineko
  13 janvier 2017
J'ai découvertla trilogie de la Tapisserie de Fionavar voilà une douzaine d'années. Je n'ai rien lu d'autre jusqu'à présent de Guy Gavriel Kay. En regardant un peu sur Babelio ses productions, j'ai constaté que s'il reste dans le domaine de la fantasy, il semble l'inscrire dans des cadres historiques ou mythiques proches de la réalité. Ce qui était déjà prégnant dans La Tapisserie de Fionavar. Autre point qui m'a paru intéressant, il rédige des oeuvres qui ne dépassent pas la trilogie. Je trouve que trop souvent, les auteurs de fantasy s'étalent sur des successions de volumes qui paraissent sans fin. Ou pire, ils annoncent au départ une nouvelle trilogie qui finit... en 25 tomes. J'exagère un peu mais pas tant que ça.
Après cet aparté, revenons à notre broderie, pardon Tapisserie. Se mêlent dans cette fantastique trame des échos du cycle arthurien et de l'univers de Tolkien. Kay n'est pas son disciple pour rien puisqu'il contribua avec Christopher Tolkien à la publication du Silmarillion à partir de fragments et notes diverses du père de Frodon et Compagnie.
Contrairement à Tolkien pourtant, la trilogie débute dans notre monde bien réel. Plus précisément lors d'une conférence universitaire. Cinq étudiants lambdas se retrouvent à converser avec un homme brillant et un brin mystérieux. Tout ce beau petit monde va alors s'éclipser de notre réalité pour atterrir dans le monde de Fionavar, en compagnie de cet homme qui répond en cet univers au nom de Lorel Mantel d'Argent. Magicien de vocation. Les cinq Terriens (même si, pas de chance, l'un d'eux a perdu le contact avec le reste de la compagnie durant le "voyage") ont, semble - t - il, un rôle à jouer en ce monde. du reste, c'est mieux sinon l'histoire ne rimerait à rien et ça n'aurait pas été sympathique de détourner cinq studieuses jeunes personnes de leurs études!
Évidemment, il y a des entités malveillantes sur cette belle terre de Fionavar. Certaines créatures rappellent à s'y méprendre les Orcs de Tolkien. le grand méchant répond au nom de Melkor... pardon Rakoth Maugrim.
Nos multiples héros vont dès lors connaître moult aventures mêlant périples et dangers, sorcellerie et violence pure. Ils vont également se découvrir des destinées, comme Kimberley qui succédera à la Tisseuse de Rêves vivant au bord d'un lac, détentrice d'un anneau orné d'une pierre rouge qui prend des reflets ensanglantés à la lumière. Ce joyau (le Baëlrath si mes souvenirs sont justes) peut invoquer la créature tapie dans les tréfonds du lac.
Loin d'être une vaste bagarre manichéenne, Kay apporte des nuances dans les situations et dans ses personnages tout au long de la trilogie. Il développe et approfondit tout particulièrement les principaux héros et héroïnes, qu'il ne ménage pas vraiment. Des liens se tissent entre les vins étudiants et le monde de Fionavar. le re it se veut également parcours initiatique où les personnalités vont se révéler. Et les secrets enfouis également, comme pour Matt Lösen, le nain allié à Loren Mantel d'Argent.
De ce que je me rappelle, la narration se révèle efficace et l'écriture en accord avec cet univers de fantasy. La construction globale reste de facture classique, ce qui n'est pas forcément un mal.
J'en garde par conséquent le souvenir d'une agréable et dépaysante lecture. Sans véritable grande surprise mais sans m'ennuyer un instant. Bien au contraire. Avis aux amateurs de post-tolkienisme, n'hésitez pas à prendre la navette pour tisser vous aussi quelques rangs dans ces aventures!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   11 octobre 2015
Que feras-tu, après avoir obtenu la dernière et la seule chose à laquelle tu aspires? Une fois ta soif apaisée, ta vie ne sera-t-elle pas dépouillée de toute joie, de toute raison de poursuivre? Penses-y, petit andain. Penses-y bien.


(France Loisirs, p.223)
Commenter  J’apprécie          190
LefsoLefso   06 avril 2011
Matt se détourna. Lorèn lâcha la main de Kim.
- Je n'ai pas le choix ! s'écria-t-elle - dans son cœur , et non à voix haute. Elle savait pourquoi la pierre fulgurait. Cette créature du lac possédait une puissance immense et son éclat même l'enrôlait dans l'armée de la Lumière. On était en guerre contre les Ténèbres, contre les innombrables légions de Rakoth. Kim portait l'anneau pour une raison, et c'était cette raison-là.
Elle fit un pas en avant vers les eaux encore houleuses du Calor Diman. En levant les yeux, elle vit le regard clair du Dragon fixé sur elle en une acceptation dénuée de crainte, mais d'une infinie tristesse. Cette créature, dont le pouvoir avait des racines plus profondes que tout en Fionavar, reconnaissait en Kim une puissance qui l'enchaînerait et la transformerait à jamais.
La pulsation du Baëlrath était maintenant si féroce que toute la prairie et les pics montagneux aux alentours en étaient illuminés. Kim leva la main. Elle songea à Macha et à Nemain, les déesses de la guerre. Elle songea à Ruana et aux paraïko, en se rappelant le kanior, le dernier kanior.Par sa faute. Elle songea à Arthur, et à Matt Sören, qui se tenait non loin de là et ne la regardait pas, de peur d'essayer de la fléchir.
Elle songea au mal que les hommes vertueux commettent au nom de la Lumière, se rappela Jennifer à Starkadh. La guerre était sur eux, les environnait, menaçant les vivants de la terrible domination des Ténèbres, et tous ceux qui vivraient après eux.
"Non, dit Kimberly Ford à voix basse, d'un ton absolument définitif. J'en suis arrivée là, j'ai fait tout ce que j'ai fait jusqu'à présent. Je n'irai pas plus loin dans cette voie. Il est un point où la quête de la Lumière commence à servir les Ténèbres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bilodohbilodoh   08 octobre 2015
Qu’est-ce qu’une voix? Une porte, des nuances de lumière, des suggestions d’ombre : une porte de l’âme.

(France Loisirs, p.221)
Commenter  J’apprécie          180
SeleneMurphySeleneMurphy   30 août 2014
"Eux que les ténèbres haïssent car leur nom signifie lumière"
Commenter  J’apprécie          40
pit31pit31   23 janvier 2019
Dans sa rage et sa confusion, dans l'amertume d'avoir été rejeté, Darien avait longtemps couru dans la forêt avant de comprendre que ce n'était pas la chose la plus sage à faire.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Guy Gavriel Kay (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Gavriel Kay
Payot - Marque Page - Guy Gavriel Kay - Tigane
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1369 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre