AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La tapisserie de Fionavar, Intégrale (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Arakasi
  15 novembre 2017
Fionavar, coeur de tous les mondes. Là, marchent encore les dieux et leurs créatures célestes. Là, se côtoient humains, lios alphar, nains et géants depuis des temps immémoriaux. Là, a eu lieu la plus grande confrontation de tous les temps quand Rakoth Maugrim, une divinité malveillante, a tenté de briser sous sa poigne les peuples de la Lumière. Gloire en soit rendue aux héros de jadis, le Malin a été combattu, vaincu et enfermé sous le mont Rangat ! Depuis, des siècles se sont écoulés… La vigilance des peuples gardiens s'est doucement érodée sous le poids des ans et, en cette cinquantième année du règne d'Ailell, le royaume du Brennin est à la fête. Pour commémorer l'événement, le mage Loren Mantel d'Argent reçoit pour mission de ramener à la cour un groupe d'étrangers d'un monde lointain mais bien connu de nos amis lecteurs, la Terre. Il reviendra en compagnie de cinq jeunes étudiants de Toronto : Kim, Jennifer, Paul, Kevin et Dave. L'excursion devait être brève et divertissante, mais prendra rapidement une tournure tragique. Car, loin au Nord, Rakoth Maugrim est sur le point de briser ses chaînes et d'entraîner Fionavar dans un ultime conflit meurtrier. de cette guerre dépendra, non seulement le futur de Fionavar, mais aussi celui de tous les mondes connus et inconnus – la Terre y compris.

Bon, avouons-le tout de suite, « La Tapisserie de Fionavar » est une oeuvre de fanboy. Pas besoin de savoir que Guy Gavriel Kay a abondamment travaillé sur les notes de Tolkien dans sa jeunesse pour sentir l'influence du chef d'oeuvre du maître de la fantasy. On trouve entre « le Seigneur des anneaux » et « Fionavar » nombre de points communs : une entité maléfique avec sous ses ordres une armée de monstres hideux, des elfes, des nains, un peuple de cavaliers et une grande guerre entre le Bien et le Mal. Sur le fond et à la première vue, tout cela n'est donc pas original pour un sou. Des idées pourtant, Gavriel Kay, n'en manque pas… On pourrait même dire qu'il en a un peu trop et tient absolument en sus à toutes les caser dans sa narration. Les habitués de ses oeuvres postérieures seront étonnés du rythme effréné qui caractérise « Fionavar », les événement se succédant à une vitesse folle et un peu étourdissante. Certes, on ne s'ennuie pas une seconde, mais l'auteur aurait surement gagné à lever le pied de temps en temps, histoire de nous laisser un peu respirer et apprécier son récit à notre rythme.

Et pourtant, et pourtant… Peu originale, trop rapide, un poil boursouflée,« Fionavar » n'en reste pas moins une oeuvre de fantasy de qualité – quoique la moins marquante de ce très talentueux auteur. Si le fond ne brille pas par son audace, la forme par contre est remarquable. Stylistiquement, le livre se hisse sans effort très au dessus de la moyenne : poétique, élégante, subtile, la plume de Kay est un enchantement de tous les instants. Aussi brillante dans les moments épiques que dans le badinage humoristique, elle contribue énormément à l'immersion du lecteur et sublime des passages qui, sans elle, seraient restés anodins. Niveau protagonistes, ceux-ci sont très, voire trop, nombreux (vous qui galériez dans la « Mosaïque de Sarance », attendez-vous à être complétement perdus dans « Fionavar ») mais Kay excelle à les caractériser en quelques paragraphes. Loin d'être monolithiques, ils sont nuancés, humains et, pour la plupart, très attachants. Mon coeur bat spontanément pour les deux princes du Brennin, le « prince sombre » Ailéron et le « prince doré » Diarmuid, tous les deux admirablement campés et qui auraient mérité chacun un roman à leur propre gloire.

Avec ses défauts et ses faiblesses, « Fionavar » n'en reste pas moins chère à mon coeur, car c'est la première oeuvre de Kay que j'ai découverte, auteur qui, malgré quelques petites déceptions sur ses derniers romans, n'a jamais démérité à mes yeux depuis. Cette relecture a été beaucoup plus plaisante que je ne m'y attendais et je ne vais pas la bouder sous prétexte que ses romans postérieurs furent encore meilleurs !


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lehibook
  28 juin 2019
Guy Gavriel Kay est grand ! Je l'ai découvert à travers cet ouvrage et depuis il ne m'a jamais déçu . Pourtant en commençant "L'arbre de l'été" je me suis dit que cela manquait d'originalité : le quatuor d'étudiants américains transporté dans une autre monde , ce monde où se réveille un dieu maudit pour faire la guerre à la lumière , des nains , des elfes ... Tout cela sentait l'épigone de Tolkien . Mais l'ensemble s'est révélé beaucoup plus riche ( adjonction des éléments du cycle arthurien entre autres ) et surtout d'une qualité exceptionnelle . L'auteur a un sens aigu de l'épopée , du drame de la mythologie . Il donne à ses personnages une épaisseur et une complexité qui fait qu'on s'attache à eux . Et ,last but not least , il manie remarquablement la langue ! Si vous ne connaissez pas encore cet auteur et cette oeuvre je vous envie d'avoir encore à la découvrir , pour ma part j'y reviens souvent.
Commenter  J’apprécie          20
Nympha86
  25 juin 2019
Après une rencontre étrange, cinq étudiants venus de Toronto sont transportés à Fionavar, un monde parallèle fait de rois et de guerriers, de mages et de créatures fantastiques. Chacun se découvre petit à petit une mission qui le révélera à lui-même, le tout cerné de dangers périlleux dans une atmosphère magique…

La trame ne vous fait pas envie tellement elle est classique ?! Mais ne vous arrêtez pas sur le chemin ! Si l'histoire peut paraître classique, le lecteur est vite emporté dans ce monde merveilleux et riche qu'est Fionavar. le rythme est vif, l'intrigue assez prenante et malgré différentes histoires parallèles, l'auteur sait garder l'attention de son lecteur tout en écrivant avec une plume emprunte de poésie. L'histoire, qui nous paraît si classique n'est alors qu'un prétexte pour se glisser dans un roman plus complexe qu'il n'y paraît. Et c'est ainsi que ce qui fait tout le sel de ce roman, au delà de son joli monde de fantasy, c'est avant tout ses personnages, imparfaits, très humains, parfois antipathiques, parfois touchants, qui sont si proches de nous. Vivants et crédibles, loin d'être unidimensionnels, le lecteur se plaît à suivre leurs pérégrinations loin de leur foyer, et à découvrir un nouveau monde à travers leurs yeux.

Cette trilogie ne révolutionnera pas le monde de la fantasy, mais, le temps d'un instant, elle pourra charmer le lecteur… Une lecture à garder sous le coude pour les vacances d'été qui arrivent par exemple !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nyx
  08 juin 2017
Cette trilogie est une de mes préférées en fantasy. Elle est assez classique et reprend des éléments que l'on peut associer à de grands classique du genre – le Seigneur des Anneaux, La Belgariade ou encore le mythe arthurien - tout en conservant une identité originale et une mythologie passionnante.

La Tapisserie de Fionavar c'est l'histoire de cinq jeunes gens qui ont se retrouver propulser dans un monde différent du nôtre. Un monde médiéval où le danger se révélera insidieux et où ils seront tous mis à rude épreuve.

Kim est une jeune étudiante en médecine, elle n'a jamais demandé à devenir une guide pour qui que ce soit. Dave va découvrir que l'on peut s'ouvrir aux autres et y gagner beaucoup. Paul va réapprendre à s'ouvrir un peu plus au monde. Quand à Kevin et Jennifer, ils se révéleront tellement plus que ce que les autres voient d'eux. À eux cinq, ils vont découvrir un nouveau monde, de nouvelles règles.

Les amateurs de fantasy ne pourront que remarquer les ressemblances avec des classiques du genre. Mais ce n'est pas un souci. C'est classique mais efficace. On a des moments tendres, drôles ou passablement horribles – même si l'auteur ne sombre pas dans le pathos gratuit.
C'est l'histoire d'une quête et d'une évolution. Tout les personnages qui seront cité, à un moment où à un autre, vont évolué. Ils vont grandir, mûrir et apprendre. Devenir adulte quelque part. Mais cela va également être une bonne chose pour certains, comme Paul ou Dave. Cet univers si dangereux va les aider à s'accomplir et les aider à trouver un équilibre et une version du bonheur.

Il y a pas mal de personnages secondaires, mais nous ne sommes jamais perdu. L'auteur réussi bien à guider le lecteur sans le laisser dans le flou. J'ai beaucoup aimé ces personnages. Ils sont certes secondaires, mais tous très intéressants. Même le père de la Rose Noire du Cathal ou son intercesseur le sont, même s'ils sont peu visibles. D'ailleurs en parlant d'elle, je me demande bien ce qui lui arrive après la fin du tome 3 !

Du côté de l'objet, c'est une intégrale. On a donc un roman épais au papier très fin. Mais comme cela regroupe trois romans. Il y a quelques coquilles et en début de chaque « tome » il y a un rappel de ce qu'il s'est passé auparavant. Si, comme moi, vous ne vous arrêtez pas à la fin d'un des morceaux, cela fait redondant. En revanche, la liste des personnages va évoluer en fonction de leur évolution propre.
Lien : http://www.nyx-shadow.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Laureneb
  26 mai 2018
Après avoir lu beaucoup de compliments sur Guy Gabriel Kay, voici le premier roman de lui que je lis. Et je suis plutôt déçue. La couverture vante ce livre en disant que Kay l'a écrit quand il travaillait sur le Silmarillon de Tolkien, et ça se voit : le récit d'une lutte entre tous les peuples de la Lumière contre ceux du mal mené par un Dieu très méchant... Il n'y a donc guère d'originalité. Au contraire même, ce qui aurait pu être une innovation - la présence d'humains de notre univers projetés dans celui de Fionavar, n'est pas pas traité. Kim, Dave et les autres ne semblent pas perturbés par tout ce qui leur arrive.
Une belle réécriture poétique et tragique du triangle amoureux maudit de la légende arthurienne, Arthur-Guenièvre-Lancelot.
Malgré cette critique assez sévère, j'ai passé un bon moment de lecture, avec quelques moments vraiment touchants - le sacrifice de Paul notamment.
Commenter  J’apprécie          10
teophania
  08 novembre 2018
Commenter  J’apprécie          00
Brieux
  25 août 2018
Une série d'autant plus "Tolkien like" que GG Kay a collaboré avec Tolkien.
Mais l'auteur a su donner une atmosphère particulière à son histoire, plus marquée encore par la mythologie celte, et de ce fait emprunte à certains moments d'une réelle poésie.
Cela donne un vrai charme à cette quête dans laquelle cinq jeunes gens tout à fait contemporains vont se retrouver immergés dans un univers de légende: Fionavar.
Ils vont devoir incarner, ou, plus encore, devenir chacun un personnage au rôle très particulier, où le libre arbitre le dispute à un destin imparable.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2865 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre