AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Saunier (Traducteur)
EAN : 9782266026444
510 pages
Éditeur : Pocket (01/11/1988)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 83 notes)
Résumé :
" Je suis sûr que tout homme libre qui lira ce livre plein d'amour aimera plus que jamais, mieux que jamais, le Christ. "
N. Kazantzaki.

Voici le livre dont a été tiré le film de Martin Scorsese qui provoqua tant de remous : échos lointains et puissants du scandale qui frappa le roman à sa sortie, dans les années 1950,

et qui valut à Nikos Kazantzaki une menace d'excommunication.

source : amazon
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  21 mai 2015
Ο τελευταίος πειρασμός
Traduction : Michel Saunier - Notons que le titre original signifie "La Dernière Tentation"
ISBN : 978226602644
Ce roman de Kazantzáki, sorti en 1954, lui valut les foudres du Vatican de Pie XII et même une mise à l'Index . de son côté, le clergé orthodoxe, tirant parti du fait que le délit de blasphème existait encore en Grèce, tenta même d'interdire carrément la vente de l'ouvrage dans ce pays. Mais il n'obtint pas gain de cause et, ainsi que cela se passe d'habitude en pareil cas, offrit ainsi au livre une excellente publicité qui lui permit notamment, de cartonner en France - une France il faut le dire où ne sévissaient pas encore les arriérés actuels qui veulent, de gré ou de force, réinstaurer le délit de blasphème mais avant tout, semble-t-il, pour une religion bien précise et qui n'est pas le christianisme.
Qu'y a-t-il donc, me demanderez-vous, dans ce livre, qui soit si terrible et nous fait toucher de près les flammes de l'Enfer ? Oui, je sais, sur Nota Bene, il n'y a pas si longtemps, une chrétienne estampillé bon teint (selon ses seuls dires, précisons-le tout de même ), sous-entendait que mon goût prononcé pour les romans d'épouvante et les films du même genre, lesquels font grande consommation, surtout s'ils viennent des Etats-Unis, de Satan le Roi des Blasphémateurs, trahissait ma nature réelle de Servante du Grand Cornu. Je ne m'attarderai pas sur pareille et si étrange assertion et je vous confesserai donc que le seul "crime" de "La Dernière Tentation" et de son auteur, Níkos Kazantzáki (ou Níkos Kazantzákis, comme vous préférez ) est de mettre l'accent sur la nature humaine de Jésus le Nazaréen.
Le personnage de Jésus, le "fils de Marie", comme on le nomme habituellement à Nazareth, est ici un être qui doute, qui refuse d'écouter la voix divine (il faut dire que, parfois, il la soupçonne d'être inspirée par Satan), qui se révolte même et qui refuse plus ou moins la "mission" qu'il est chargé d'accomplir. C'est un être déchiré, écartelé, qui souffre et qui se torture lui-même, un être qui est "mal dans sa peau" et dont la famille excuse les agissements et les tirades exaltés en le définissant comme "un possédé." C'est aussi un être doux, charpentier de son métier comme son père, Joseph, qui accepte, bien que juif, de construire les croix dont les Romains se servent pour leurs exécutions, un être amoureux de la jolie Marie de Magdala mais qui, au moment où il va lui demander sa main (ou se livrer à un rituel équivalent à cette époque et dans cette civilisation), tombe raide dans une sorte de crise d'épilepsie. La jeune fille en conçoit un tel chagrin qu'elle décide alors d'abandonner son corps à tous les hommes qui passent pourvu qu'ils veuillent bien lui payer ses faveurs. Mais Jésus aime toujours Marie-Madeleine - il l'aimera jusqu'à la fin - même si Marie et Marthe, les soeurs de ce Lazare à la santé si fragile, qu'il ressuscitera un jour tel quel, avec un corps déjà corrompu (imaginez un instant les têtes vaticanes à la lecture de ce détail), tombent elles aussi sous son charme.
Le Jésus de Kazantzáki est comme nous le sommes si souvent : il sent en lui palpiter son âme qui aspire à L Infini mais sa chair la retient car, qu'il soit fils de Dieu ou pas, cette chair est chez lui aussi forte que chez n'importe qui. Il tente tout d'abord de la calmer en se faisant moine dans un couvent du désert mais rien n'y fait. Il s'enfonce alors tout seul dans le désert pour y jeûner et percevoir ainsi la voix du grand Jehovah. Mais là non plus, la réponse n'est pas au rendez-vous ou alors, elle se révèle contradictoire. Revenu à Nazareth, il renie plus ou moins sa mère et les siens en affirmant officiellement que sa famille véritable, ce sont ceux qui deviendront ses apôtres et ceux qui renonceront à tout sur cette terre pour le suivre. Commence alors, pour lui et ses premiers disciples - dont Jean, le futur auteur de "L'Apocalypse" et de l'Evangile qui porte son nom ; Pierre, le pêcheur à la tête dure, véritable girouette qui, effectivement, comme son maître le lui prédit un jour, reniera trois fois celui-ci avant que le coq ait chanté ; et bien sûr Judas Iscariote, surnommé ici "le rouquin" en raison de sa toison et de sa barbe flamboyantes, un Zélote qui attend un Messie guerrier et non angélique mais n'en reste pas moins fasciné par le charisme de Jésus - une période un peu hédoniste. C'est l'été, puis la saison des vendanges : la vie, la joie, battent leur plein.
Âme aussi flamboyante et aussi torturée que celle de l'homme qu'il admire autant qu'il se défie de lui, Judas somme Jésus de se rendre auprès de Jean le Baptiste, le Prophète de Feu qui crie dans le désert et baptise au Jourdain. "S'il te reconnaît comme le Messie," lui dit-il en substance, "alors, moi aussi, je le ferai et je te suivrai jusqu'à la mort."
Jésus doute, doute de plus en plus et à peu près de tout ... Et il est aussi profondément terrifié. Car, au fond de lui, il sait que le Baptiste le reconnaîtra et il tremble et aspire tout à la fois à cette reconnaissance qui, il le sait aussi, le condamne à une mort atroce mais à un destin surhumain. Néanmoins, suivi des futurs apôtres, Judas marchant à leur tête, il traverse la Galilée, la Samarie et une ou deux autres provinces pour demander le baptême à Jean. Et le Baptiste le reconnaît. Immédiatement. Cet homme qui se définit lui-même comme le glaive de Jéhovah voit arriver vers lui son successeur, un autre genre de glaive, qui versera son sang mais ne demandera pas aux autres de verser le leur.
S'inclinant devant la parole du Baptiste, qu'il respecte tant, Judas se fait alors le gardien et le protecteur de Jésus. Une amitié profonde naît entre ces deux hommes pourtant si différents. Une amitié si puissante que, quand le temps arrive pour lui de mourir, Jésus supplie Judas d'accepter le mauvais rôle, celui du traître qui le livrera au Jardin des Oliviers. Et Judas, résigné, Judas, le plus courageux, le meilleur des apôtres, Judas accepte. Pour le Maître qu'il a enfin reconnu, il fera tout - y compris endosser à jamais la plus honteuse des réputations.
Le roman - plus de cinq cents pages en fins caractère chez Pocket - est si long, si dense, avec des pages poétiques si belles et si amples, qu'on ne saurait le raconter en détails. Mais rien qu'avec ce que je viens de vous livrer, vous comprendrez sans peine pourquoi l'Eglise chrétienne dans son ensemble s'est détournée avec épouvante de cet ouvrage pourtant si beau.
Un : Judas n'est pas un félon, il est l'allié de Jésus et, sans lui, la crucifixion n'eût pas été possible. Deux : Jésus ressent, tout comme vous et moi, les affres de la chair et possède une authentique sexualité. Trois : Matthieu, le Publicain, qui a rejoint les disciples, cherche à écrire la vie de Jésus et se révolte contre la voix d'un ange qu'il ne voit pas mais qui lui ordonne de présenter Jésus non comme le fils de Joseph mais bel et bien comme celui de Dieu. Quatre : Jésus lui-même, quand il lit ces pages, se met dans une profonde colère et clame qu'il est le fils de Joseph et de Marie et non celui de Dieu. Cinq : les disciples, y compris Jean, le Bien-Aimé, sont montrés comme des opportunistes à qui l'idée du "Royaume des Cieux" ne parle guère mais qui se verraient bien, une fois Jésus au pouvoir, tétrarques et gouverneurs. Six : Jésus comprend que, après lui, certains déformeront ses paroles et les récupéreront de façon trop matérialiste ; mais il s'incline, réalisant qu'on ne peut vaincre ainsi la nature humaine d'un coup et que, beaucoup plus importantes sont la profondeur, l'humanité généreuse et l'universalité de la Parole qu'il laisse. Sept : la figure de Saül, devenu Paul de Tarse, qui marquera si bien de son empreinte la structure de ce que nous appelons le christianisme que l'on peut penser parfois que cette religion mériterait de se sous-titrer "le paulisme", apparaît également et ce n'est certainement pas un hasard si Kazantzáki souligne la déformation qu'il infligea à la Parole du Christ. Huit et dernier : quand Jésus s'évanouit sur la croix, sous l'effet de l'épuisement et de la douleur, le Malin s'immisce et, sous la forme d'un ange aux ailes vertes, lui fait vivre en rêve une vie humaine longue et couronnée d'enfants et de petits-enfants.
Mais sous l'effet des vapeurs de vinaigre aromatisé qui montent de l'éponge que lui tend, au bout d'une pique, un soldat romain, Jésus reprend conscience. Et alors, sans regret aucun, avec une joie indicible, comprenant que, fils de Dieu ou pas, il n'a pas trahi plus que Judas et est, lui aussi, parvenu au bout de sa "mission", trouve la force de s'écrier : "TOUT EST ACCOMPLI !" Et l'auteur grec de conclure sobrement : "Et c'était comme s'il disait : tout commence."
Tout commence en effet. Et le livre de Kazantzaki nous fait aussi comprendre que tout est susceptible de recommencer. Pour vous, pour votre voisin, pour moi - n'importe quand, n'importe où. Si vous avez lu et si vous appréciez les Evangiles qui ne glorifient que l'aspect divin du Christ, il vous faut également lire "La Dernière Tentation" de Nikos Kazantzáki. C'est un être humain que vous y rencontrerez, un être humain imparfait, qui le sait et qui tente, lentement, péniblement, en se blessant aux pierres du chemin, en s'arrêtant bien souvent, en tentant même tout aussi souvent de revenir sur ses pas parce que l'avenir l'effraie, d'accéder malgré tout à un niveau spirituel supérieur.
Un être qui vous ressemble. Et c'est bien là sa force et la vôtre - la nôtre. Surtout aujourd'hui. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
Luniver
  01 mai 2020
Après avoir lu « L'Évangile selon Jésus-Christ » à Noël, il me paraissait logique d'achever ma phase christique avec « La Dernière Tentation » à Pâques. Les deux livres se ressemblent beaucoup, dans le sens où les auteurs réinterprètent l'histoire de Jésus à leur façon. Nikos Kazantzaki a cependant été le premier à faire de Jésus un personnage de fiction, ce qui lui a valu quelques ennuis à la publication du livre (menaces d'excommunication, mise à l'Index), qui se sont prolongés jusqu'à notre époque (attentats en France dans les cinémas qui ont projeté le film basé sur ce roman).
Le livre mérite-t-il une telle rage (sur la violence qu'il a engendrée, je ne poserai même pas la question) ? Sur l'intention de l'auteur, on ne peut que répondre non. La préface, dans laquelle on imagine l'auteur en larme en lisant la Passion, suffit déjà à clôturer la question. La Dernière Tentation est un livre profondément religieux, qui raconte le combat interne que vit un Jésus tiraillé entre une part divine qui veut accomplir sa mission (répandre son évangile, mourir sur la croix), et une part humaine qui souhaite par dessus tout vivre une vie paisible dans son village, avec une femme et des enfants. Cette tentation, de tout lâcher pour rejoindre une femme qui lui est entièrement dévouée, rongera Jésus tout au long de sa vie d'adulte, surtout dans les moments-clés de son existence.
Si Kazantzaki respecte à la lettre les événements décrits dans la Bible, il prend, il est vrai, pas mal de liberté pour remplir les blancs. On y retrouvera un Jésus amoureux, obligé d'attendre dans un bordel en compagnie d'autres hommes pour parler à Marie-Madeleine, parfois faible, miné par le doute, tenté d'abandonner sa mission… Mais ces passages, s'ils énerveront certainement les fanatiques, ne servent qu'à souligner la violence des émotions qui l'agitent.
Si l'écriture est magnifique, j'ai toutefois eu du mal à m'impliquer vraiment dans le thème du roman : les combats entre la chair et l'esprit, se flageller pour se libérer des tentations du corps, … tout cela m'est quand même assez étranger. J'imagine qu'il faut chez le lecteur une certaine forme de religiosité pour apprécier pleinement le propos que développe l'auteur. L'ironie du sort, c'est que l'oeuvre est désormais défendue par des laïcs qui n'en comprennent pas grand-chose, contre des croyants qui la considèrent comme blasphématoire. Et dans les deux camps, probablement sans l'avoir lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
lexote
  14 mai 2009
Cette oeuvre polémique, dont la mise à l'écran a injustement fait scandale, est la tentative d'un croyant de décrire ce qui est à la source de sa foi. L'écrivain et philosophe Nikos Kazantsaki, auteur d'Alexis Zorba et de la Liberté ou la mort, déclare que la croyance est une lutte et que Jésus en est l'incarnation et la victoire.
Certains considèrent que cette vie de Jésus est une "vie rêvée" par l'auteur lui-même pour exercer sa foi. Mais, comme il l'explique dans sa préface, il cherche à montrer que Jésus a donné "un exemple suprême à l'homme qui lutte", pour lui montrer qu'il ne faut pas qu'il redoute la souffrance, la tentation et la mort, parce que tout cela peut être vaincu.
Lien : http://critiques-ordinaires...
Commenter  J’apprécie          81
Danieljean
  15 mai 2016
J'ai hésité à lire la première fois La dernière tentation du christ. Mais voila qu'à peine les premières pages parcourues, je retrouve ce souffle qui aspire dans l'histoire! le personnage de Jésus, divinement humain, sensible, avec ses doutes, ses refus, prend ici toute sa dimension symbolique, mais aussi vitale. Envoutés on se lance, ravis de combler l'histoire connue par les petits rajouts et anecdotes nouvelles de l'auteur. C'est avec un réel enthousiasme que l'on suit Jésus sur son chemin chaotique, à la frontière de Dieu, et des hommes.
Commenter  J’apprécie          30
Chienjaune69
  14 décembre 2017
Superbe livre, que je relis toujours avec plaisir ! Jésus est présenté comme pleinement humain, tout en étant inspiré par Dieu. Les images (j'allais dire les paraboles) employées par l'auteur pour retranscrire la Galilée de l'époque romaine sont sublimes et poétiques. Un grand livre !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   20 décembre 2016
Les fondations du monde ont vacillé parce que le coeur des hommes a été ébranlé. Il gisait sous le poids de ces pierres que l'on appelle Jérusalem, des prophéties, des Jugements Derniers, des malédictions, des Pharisiens, des Saduccéens, des riches qui dévoraient et des pauvres qui avaient faim, et du Dieu Jéhovah dont la moustache et la barbe laissaient dégoutter, dans les siècle des siècles, le sang des hommes dans l'abîme. Par quelque côté qu'on le prenne, il rugissait ; si on lui disait une bonne parole, il levait le poing ; je veux d ela viande, criait-il. Et si on lui offrait en sacrifice un agneau ou son propre fils aîné, je ne veux pas de viande, criait-il, ne déchirez pas vos vêtements, déchirez votre coeur, transformez votre chair en esprit, l'esprit en prière et dispersez-le au vent!
Le coeur gisait sous le poids des six cent treize commandements écrits de la Loi hébrâïque, et sous mille commandements non écrits, et il ne pouvait pas remuer ; sous les Genèses, les Lévitiques, les Nombres, les Juges et les Rois, et il ne pouvait pas remuer. Et soudain, au moment le plus inattendu, une brise légère souffla, venue non pas du ciel mais de la terre, et toutes les fibres du coeur de l'homme frémirent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LuniverLuniver   01 mai 2020
[Saint Paul à Jésus]
— Je ne me tairai pas. Je me moque bien des vérités et des mensonges, de t'avoir vu ou pas, que tu aies été ou non crucifié. Moi, à force d'entêtement, de passion et de foi, je forge la vérité. Je ne m'efforce pas de la trouver, je la fabrique. Je la fabrique plus grand que la taille de l'homme et par là même je grandis l'homme. Il faut, tu entends ?, il faut absolument, pour que le monde soit sauvé, que tu sois crucifié et moi je te crucifierai, que tu le veuilles ou non ; il faut que tu ressuscites et je te ressusciterai, que tu le veuilles ou non. Et ta seigneurie peut bien rester dans son village et fabriquer des berceaux, des pétrins et des enfants. Moi, sache-le, je contiendrai l'air à prendre ta forme, à devenir ton corps, la couronne d'épines, les clous, le sang ; tout cela fait maintenant partie des instruments du salut, on ne peut plus s'en passer. D'innombrables yeux, jusqu'aux confins du monde, se lèveront et te verront crucifié dans l'air. Ils pleureront et les larmes purifieront leur âme de tous leurs péchés. Mais le troisième jour je te ressusciterai, parce que sans résurrection il n'y a pas de salut. Le dernier , le plus terrible ennemi est la mort. Je l'abolirai. Comment ? En te ressuscitant : Jésus, fils de Dieu, le Messie !
— Ce n'est pas vrai ! Je me lèverai et je crierai : je n'ai pas été crucifié, je ne suis pas ressuscité, je ne suis pas Dieu ! Pourquoi ris-tu ?
— Crie toujours, si ça t'amuse. Je n'ai pas peur de toi, je n'ai même plus besoin de toi. La roue que tu as mise en branle est lancée, qui peut à présent l'arrêter ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SachenkaSachenka   30 novembre 2016
Rome trône au-dessus des nations, tenant grands ouverts ses bras tout-puissants et insatiables et elle reçoit les vaisseaux, les caravanes, les dieux et les récoltes de toute la terre et de toute la mer. Elle ne croit en aucun dieu et reçoit sans crainte, avec une condescendance ironique, tous les dieux à sa cour - de la Perse lointaine, adratrice du feu, le fils d'Ahoura Mazda, Mithra, dont le visage est un soleil, monté sur le taureau sacré que l'on va égorger ; du pays du Nil aux mamelles fécondes, Isis qui cherche au printemps, au-dessus des champs fleuris, les quatorze morceaux d'Osiris, son frère et son époux, qu'ont écartelé les Typhons ;de la Syrie, au milieu des lamentations déchirantes, le merveilleux Adonis de la Phrygie, étendu sur un suaire, recouvert de violettes fanées, Atis ; de l'impudique Phénicie, Astarté aux mille époux - tous les dieux et tous les démons de l'Asie et de l'Afrique ; et de la Grèce l'Olympe au sommet neigeux et le noir Hadès.
Elle reçoit tous les dieux, elle a ouvert la voie, elle a purgé la mer des pirates et la terre des brigands, elle a apporté au monde l'ordre et la paix. Au-dessus d'elle il n'y a personne, pas même Dieu ; sous elle tout le monde ; dieux et hommes, citoyens et esclaves romains. Le Temps s'est enroulé dans sa main comme un manuscrit richement enluminé. [...] Quel éclat, quelle joie inaltérale d'être toute puissante et immortelle! songe Rome. Et un sourire large, épais se répand sur son visage charnu et fardé.
Elle sourit, satisfaite et il ne lui vient même pas à l'idée de se demander pour qui elle a ouvert les routes de la terre et de la mer, pour qui elle a peiné, pendant tant de siècles, pour apporter au monde la paix et la sécurité. Elle triomphait, bâtissait des lois, s'enrichissait, s'étendait sur la terre entière, pour qui ? Pour qui?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
WolandWoland   21 mai 2015
[...] ... Cependant, dans la maison de Lazare, Jésus se penchait sur ses Disciples, et s'efforçait de faire entrer un peu de lumière dans leur esprit pour qu'ils ne s'épouvantent pas de ce qu'ils allaient voir et ne se dispersent pas.

- "C'est moi qui suis le chemin," leur disait-il, "et la maison où vous allez. Je suis aussi le voyageur et vous venez à ma rencontre. Ayez confiance en moi, n'ayez pas peur, quoi que vous voyiez, je ne peux pas mourir. Entendez-vous ? Je ne peux pas mourir."

Judas était tout seul dans la cour et déterrait les cailloux de son orteil. Jésus tournait à chaque instant les yeux vers lui, le regardait et sur son visage se répandait une tristesse inexprimable.

- "Maître," dit Jean sur un ton de reproche, "pourquoi l'appelles-tu tout le temps auprès de toi ? Si tu regardes dans la prunelle de ses yeux, tu verras un poignard.

- Non, Jean bien-aimé," répondit Jésus, "pas un poignard. Une croix."

Les Disciples se regardèrent, bouleversés.

- "Une croix !" dit Jean en s'appuyant sur la poitrine de Jésus. "Maître, qui est le crucifié ?

- Celui qui se penche sur cette prunelle et regarde, verra son visage sur la croix. Je m'y suis penché et j'ai vu le mien."

Les Disciples ne comprirent pas, certains se mirent à rire.

- "Tu as bien fait de nous le dire, rabbi," lança Thomas. Jamais je ne me pencherai sur les prunelles du rouquin.

- Ce sont tes enfants et tes petits-enfants qui s'y pencheront, Thomas," répondit Jésus, observant par la fenêtre Judas qui, à présent, debout sur le pas de la porte, regardait vers Jérusalem.

Matthieu se plaignit :

- "Tes paroles sont obscures, maître," dit-il. Il tenait depuis longtemps son roseau et ne parvenait pas à comprendre quoi que ce soit pour le noter. "Tes paroles sont obscures, comment veux-tu que je les inscrive sur mes papiers ?

- Je ne parle pas pour que tu écrives, Matthieu," répondit Jésus avec amertume. "On a bien raison de vous appeler coqs, vous autres gratte-papier. Vous croyez que le soleil ne se lève pas si vous ne l'appelez pas. Il me vient des envies de prendre tes papiers et ton roseau et de les jeter au feu !"

Matthieu ramassa prestement ses papiers et rentra la tête dans les épaules. La fureur de Jésus durait encore.

- "Je dis une chose, vous en écrivez une autre, et ceux qui vous lisent en comprennent une troisième ! Je dis : croix, mort, Royaume des Cieux, Dieu et que comprenez-vous ? Chacun de vous met dans ces mots sacrés, ses passions, ses intérêts, ce qui l'arrangent, et ma parole disparaît, mon âme se perd, je n'en peux plus !" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LuniverLuniver   25 avril 2020
— Moi, je suis un homme à vin, l'eau c'est pour les grenouilles. Mais avant-hier, je me suis dit : tiens, si j'allais me faire baptiser ? Le monde entier y va, ce n'est pas possible, parmi les nouveaux initiés il faut bien qu'il y en ait qui boivent du vin, ils ne peuvent pas être tous idiots, alors je ferai des connaissances, j'irai à la pêche aux clients ; porte de David, tout le monde la connaît, ma taverne. Enfin, bref, j'y suis allé. Le prophète est un sauvage, une bête féroce, comment vous dire ? Il jette des flammes par les narines, mon Dieu ! Il m'a attrapé le cou et m'a plongé dans l'eau jusqu'à la barbe, j'ai poussé un cri – il va me noyer, le scélérat ! Mais je m'en suis tiré, et je suis sorti. Et me voilà !
— Et tu as vu une amélioration ? redemanda Judas.
— Je te le jure sur le vin, le bain m'a fait du bien ; beaucoup de bien : j'ai été soulagé. Le Baptiste dit que j'ai été soulagé de mes péchés ; mais, entre nous, moi je crois que j'ai été soulagé de la crasse. Parce que, quand je suis sorti du Jourdain, il y avait un doigt d'huile qui flottait sur l'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Nikos Kazantzakis (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nikos Kazantzakis
Nikos Kazantzakis : Le regard crétois (1974 / France Culture). Nikos Kazantzakis sur l'île d'Égine, en 1927 - Photo : Musée Benaki. Par Richard-Pierre Guiraudou. Les textes, extraits d'“Ascèse”, d'“Alexis Zorba”, de la “Lettre au Greco”, de “Kouros”, de “Toda-Raba” et de “L'Odyssée”, ont été dits par Julien Bertheau, François Chaumette (de la Comédie-Française), Roger Crouzet et Jean-Pierre Leroux. Et c'est Jean Négroni qui a dit le texte de présentation de Richard-Pierre Guiraudou. Avec la participation exceptionnelle de Madame Eléni Kazantzakis, et la voix de Nikos Kazantzakis, recueillie au cours de ses entretiens avec Pierre Sipriot, en 1957. Réalisation de Georges Gaudebert. Diffusion sur France Culture le 1er août 1974. Níkos Kazantzákis (en grec moderne : Νίκος Καζαντζάκης) ou Kazantzaki ou encore Kazantsakis, né le 18 février 1883 à Héraklion, en Crète, et mort le 26 octobre 1957 à Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), est un écrivain grec principalement connu pour son roman “Alexis Zorba”, adapté au cinéma sous le titre “Zorba le Grec” (titre original : “Alexis Zorba”) par le réalisateur Michael Cacoyannis, et pour son roman “La Dernière Tentation” (dont le titre a été longtemps détourné au profit du titre du film et désormais republié sous son nom authentique), adapté au cinéma par le réalisateur Martin Scorsese sous le titre “La Dernière Tentation du Christ” (titre original : “The Last Temptation of Christ”). Penseur influencé par Nietzsche et Bergson, dont il suivit l'enseignement à Paris, il fut également tenté par le marxisme et s'intéressa au bouddhisme. « Il a poursuivi une quête tâtonnante qui lui a fait abandonner le christianisme au profit du bouddhisme, puis du marxisme-léninisme, avant de le ramener à Jésus sous l'égide de Saint-François. » Bertrand Westphal (in “Roman et évangile : transposition de l'évangile dans le roman européen”, p. 179) Bien que son œuvre soit marquée d’un réel anticléricalisme, il n’en reste pas moins que son rapport à la religion chrétienne laissa des traces fortes dans sa pensée : goût prononcé de l’ascétisme, dualisme puissant entre corps et esprit, idée du caractère rédempteur de la souffrance… Ainsi la lecture de la vie des saints, qu'il faisait enfant à sa mère, le marqua-t-elle durablement. Mais plus que tout, c’est le modèle christique, et plus particulièrement l’image du Christ montant au Golgotha, qui traverse son œuvre comme un axe fondateur. Bien que libéré de la religion, comme en témoigne sans équivoque son fameux « Je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre », Kazantzákis restera donc l’héritier de cet « idéal Christ » qui se fond aussi, il faut le souligner, avec celui emprunté à la culture éminemment guerrière d’une Crète farouche encore sous le joug turc dans ses années d’enfance.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Littérature grecque moderne (56)
autres livres classés : christVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1324 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre