AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782710368434
288 pages
Éditeur : Quai Voltaire (07/05/2012)

Note moyenne : 2.65/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Grand jour pour lady Bird : la splendide demeure qu'elle habite avec son époux Julian s'apprête à résonner à nouveau du tumulte d'une famille au grand complet. John, l'amour de sa vie, l'aîné de ses trois enfants, est de retour de ce qu'on s'empressera d'appeler son «voyage à l'étranger» : un séjour en maison de repos à la suite d'une dépression. Pour affronter cet événement, dans une existence largement dévouée à l'entretien du jardin et à la constitution d'une gar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  29 décembre 2015
À Silverue, sa belle demeure de la campagne irlandaise, Lady Olivia Bird attend avec autant d'impatience que d'inquiétude l'arrivée de John, son fils aîné de retour d'une maison de repos. Frivole et très soucieuse de préserver sa jeunesse, Olivia est un objet de mépris, voire de haine pour ses aînés, John et Sheena, tandis que le dernier-né, Markie, use de sa beauté pour obtenir tout ce qu'il veut. Mais elle sait qu'elle peut compter sur Eliza, une fidèle amie de la famille pour la soutenir et aider John à se réacclimater à son milieu. Éternelle amoureuse de Julian, le mari d'Olivia, Eliza va en effet s'atteler au bien-être de John, tout en veillant sur Sheena qui vit un amour contrarié avec Ruppert, un jeune homme bien né. Pour sauver John et Sheena, des liens vont se tisser, des secrets vont être dévoilés. La bonne société va continuer à organiser bals, parties de tennis et concours de jardins tandis qu'en coulisses, des drames vont se nouer...
Critique sociale, portrait grinçant, ironie mordante, peut-être...Ennui mortel certainement ! de la jeune Sheena passionnée au petit Markie aussi beau que cruel, en passant par le distant Julian, les personnages semblent jouer un rôle et manquent de consistance. On pourrait plaindre John, fragile et mélancolique, mais sa guérison spectaculaire sème le doute sur la profondeur de son mal-être, ou alors Miss Parker, la gouvernante de Markie qui tente désespérément de se débarrasser d'une pilosité envahissante, mais, solitaire et pathétique, elle peine à toucher.
Elliptique, trop nuancée pour les sentiments, l'écriture souffre aussi d'envolées lyriques et de lourdeurs dans les descriptions qui font de ce roman une lecture pénible. Les personnages ne sont pas attachants, l'intrigue est sans intérêt, l'ensemble est décevant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Chrystaalle
  05 juillet 2013
Reçue dans le cadre masse critique , je tiens à remercier les éditions La table Ronde et leur attaché de presse pour l'envoi particulièrement soigné du livre.
Nous sommes dans les années 30 en Irlande, Lady Bird, son époux, ses enfants et une vieille amie de la famille se retrouvent pour accueillir John, le fis aîné, préféré, de retour de voyage, en fait de maison de repos.
Lady Bird, Olivia est une femme superbe, mais au comportement stupide et superficiel, méprisée par ses enfants et par son entourage, seul son mari lui voue un amour sincère et inconditionnel. Elle est certes très agaçante, mais aussi profondément touchante car elle a bien conscience des choses et se dépasse pour être à la hauteur des espérances de son époux.
Julian son mari est plus en retrait , mais il est néanmoins un personnage central qui règne sans avoir l'air d'y toucher sur tout son univers. Il entretient depuis des années une relation de dépendance avec Eliza, une vieille amie de la famille, 39 ans, divorcée, non remariée pas d'enfants. Il sait qu'elle est amoureuse et il fait toujours attention de lui donner suffisemment d'attention pour qu'elle soit toujours présente pour eux, pour les soutenir et les aider dans les épreuves qu'ils traversent.
John revient donc de convalescence. Fragile, il se retrouve confronté à la bétise de sa mère, à l'absence de soutien de son père et à la médiocrité de la bonne socièté environnante.
Sheena, 20 ans, est folle amoureuse de Ruppert,un jeune homme bien sous tout rapport, mais dont la famille se montre étrangement réservée quant à leur union. Soudain Sheena rompt avec Ruppert et le vit avec un tel desespoir que les adultes vont devoir réagir.
Markie, 8 ans ,"adorable " enfant, joue de sa beauté pour satisfaire ses caprices, sa violence cruelle détonne très peu dans cet univers qui est extrement violent .
Il est à la charge de sa gouvernante, Miss Parker, qui traverse sans faire de bruit un drame personnel qui de toute façon n'interesserait personne.
L'histoire particulièrement subtile, en apparence rien ne change ( et on pourrait même croire que l'auteur se regarde écrire) mais des drames se nouent, car pour sauver John et Sheena les adultes vont devoir sans avoir l'air d'y toucher, sans le montrer à quiconque, se confronter les uns aux autres et s'affronter.Il y aura des gagnants et des perdants.
Un bémol pour moi, le style de l'auteur m'a vraiement déplu ( à moins qu'il ne s'agisse d'un pb de traduction). Les phrases sont lourdes, mal alambiquées, les figures de style pour faire comprendre les choses sont péniblement répétives :
exemple début du chapitre X " Pas plus qu'à l'âge de Miss Parker on attend d'une lotion dépilatoire qu'elle accomplisse des miracles" (??? que veut dire cette phrase???)
De même j'ai trouvé qu'à force de subtilité, il manquait quelque chose dans la description des personnages pour leur permettre de prendre réellement corps
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fantine
  07 juin 2012
Roman reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique.
En ce qui me concerne, Fragiles Serments est le premier roman de Molly Keane que je lis, et, je ne le regrette pas, et, il y a de fortes chances pour que je continue la découverte de cette romancière.
Grâce à la famille de Lord Bird, l'auteur dresse un portrait sans complaisance, voire même cruel, de la petite bourgeoisie terrienne irlandaise.
Le style est tantôt caustique, tantôt rempli de tendresse envers les différents protagonistes évoluant tout au long de ce roman.
Molly Keane décortique au détail près les qualités ainsi que les défauts de Lady Bird, et, des différends membres composant sa maisonnée. On se rend compte ainsi que tout tourne autour des non dits, du mensonge, l'apparence, la frivolité, l'égoïsme, la jalousie laissant de côté la tendresse, l'amour, l'amitié, etc.
Malgré leurs impecfections, leurs faiblesses, les divers personnages sont terriblement attachant, et, c'est avec beaucoup de regret qu'on les quitte une fois la dernière ligne lue.
Selon moi, Fragiles serments est un roman à lire et/ou à découvrir de toute urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ciloubronte
  08 juillet 2013
Reçu dans le cadre de Masse Critique, je tiens d'abord à remercier la maison d'édition "La Table Ronde" pour cet envoi particulièrement soigné.
Amatrice, de romans victoriens, ce livre m'a de suite attirée, et je n'ai pas été déçue par cette découverte.
Molly Keane, nous fait découvrir grâce à son écriture pétillante et grinçante un portrait cruel de la petite bourgeoisie irlandaise de l'entre deux guerres. Entre tasses de thé, garden party, parties de tennis et secrets inavoués, on rencontre toute une galerie de personnages haut en couleur, et un "brin tordus".
Un bon moment de lecture à déguster avec une bonne tasse de thé (servi de préférenece dans votre plus belle porcelaine) !
Commenter  J’apprécie          70
Yuko
  28 juin 2012
Fragiles serments évoque à travers une écriture fine et critique, le quotidien excentrique d'une famille aristocratique. A travers les yeux d'Eliza, vieille confidente de la famille, le lecteur s'approprie les usages de cette famille, comprend les liens subtiles qui les unissent et la tragédie familiale qui les dévore.
Des personnages hauts en couleur, pour une galerie de personnages riche et diversifiée : Olivia, beauté ridicule, mariée à Julian, homme secret, et mère de trois enfants : John, jeune homme atteint de dépression, Sheena jeune fille amoureuse qui expérimente les affres de l'amour et Markie, petit garçon magnifique dont la beauté n'a d'égale que sa cruauté. Ici Eliza tient un rôle de médiatrice, elle qui a toujours aimé profondément Julian, découvre la perversité des liens qui unit les membres de cette famille, les perfidies, la trahison, les mésententes...
Dans un contexte des plus électriques, les personnages se touchent sans se comprendre et évoluent dans un univers brodé de mesquineries et de secrets inavoués. Une façade fissurée qui laisse apparaître les véritables attendes et désirs des personnages. Un roman porté par une écriture fine et plaisante qui aurait mérité d'être parfois plus incisive et d'approfondir le caractère des personnages pour en faire des âmes immortelles.
Un bon moment de lecture.
Lien : http://art-enciel.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          88


critiques presse (2)
Liberation   08 juillet 2013
Une écriture pointue pour une société pleine de convenances et de protocoles. Le thé et ses tasses de porcelaine, le tennis et ses matchs décousus, les jardins luxueux et leurs prétentions…
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   27 juin 2012
Avec un humour pétillant de curiosité, une écriture sensuelle et grinçante, la romancière passe au scalpel une bourgeoisie qui tente de se préserver dans un monde en déliquescence, entre tournois de tennis, bals et fêtes de charité.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
claraetlesmotsclaraetlesmots   16 mai 2012
Passionnément obstinée, l'esprit occupé par une seule idée comme cela n'arrive qu'aux jeunes, et souffrant comme seuls peuvent le faire les jeunes gens quand il est en ainsi, Sheena était allongée dans sa chambre obscure, remplie du son ignoré de la mer, de son acceptation austère du malheur et de la force et de l'amertume de son refus.
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmotsclaraetlesmots   16 mai 2012
Miss Parker était une fille très scrupuleuse. Elle attendit jusqu'au dernier moment préconisé pour les pilosités abondantes ( une pilosité que seuls quelques Primitifs italiens ayant une conception des plus extravagantes de la Crucifixion eussent pu imaginer).

Commenter  J’apprécie          40
YukoYuko   28 juin 2012
C'est alors que John descendit des collines dans sa direction. Le moment était peut-être un peu trop dramatique pour son arrivée, mais ce fut ainsi que cela se produisit. (...)
John fut très surpris de la trouver là, toute seule. Lorsqu'il aperçut son visage douloureux et tendre, il en fut bouleversé. Voir Eliza comme ça - Eliza, qui offrait un abri si sûr et si divin aux malheurs des autres. Comment pouvait-elle avoir cet air là ? Plus désolé et plus en manque de confort que lui-même ? John était très touché. Il embrassa le bord froid de sa joue et demanda : "Que se passe-t-il ma chérie ? Dites-moi, ma douce, ma très chère Eliza.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChrystaalleChrystaalle   05 juillet 2013
( échange entre Julian et Olivia)
- Quoi qu'il en soit vous auriez gagné haut la main, dit tendrement Julian.
- Vous le pensez vraiment ?
- Oui. Je le pense toujours .
Commenter  J’apprécie          40
vivelaroseetlelilasvivelaroseetlelilas   29 juillet 2013
Lady Bird était sincèrement enchantée de voir son invitée, d’autant plus qu’elle jugeait son chapeau complètement raté, et aussi parce qu’elle trouvait à Eliza l’air vieux, fatigué et assez mal en point - comme se doit de paraître toute invitée ayant dix ans de moins que soi.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
152 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre