AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782851973788
184 pages
Éditeur : L'Herne (02/05/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Les crises sanitaires liées aux maladies animales
transmissibles aux humains (zoonoses) se sont multipliées au
cours des dernières années : « vache folle », « grippe aviaire »,
« grippe porcine ». Ces crises révèlent des transformations à la
fois de nos rapports aux animaux (de rente et de compagnie)
et des dispositifs sanitaires qui leur sont appliqués (abattage,
vaccination, surveillance, etc.).
L’anthropologie soci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Christw
  22 juin 2012
Cahiers d'anthropologie sociale - Éditions de L'Herne – 180 pages
Voici un recueil scientifique collectif qui s'adresse aux amateurs d'anthropologie intéressés par l'analyse des comportements liés à la transmission de maladies des animaux aux humains. Néanmoins, grâce àr la méthode rigoureuse avec laquelle les co-auteurs internationaux (des chercheurs et professeurs anthropologues ou ethnologues) explorent chaque sujet, se trouve rassemblée là une quantité considérable d'informations qui captivera tous ceux qui se préoccupent des liens tissés dans les sociétés modernes, de leurs causes et de leur fonctionnement, qui nous concernent tous en fin de compte.
Les conclusions présentées ont de telles ramifications sociales et spéculatives qu'on peut parler de travaux de portée universelle tant ils suscitent de réflexions sur notre humanité et son évolution.
Ce cahier d'anthropologie sociale reprend une introduction et dix rapports scientifiques récents dont l'un est la réédition d'un texte de Claude Lévi-Strauss. Chaque étude est assortie d'un abstract bilingue français/anglais et des références bibliographiques d'usage. Présentation claire et soignée.
Dès les premières pages, on découvre l'importance des sujets à un niveau global : face aux nouveaux microbes (souvenons-nous des récents virus H5N1 et de H1N1), comment nos sociétés, les autorités, les éleveurs se comportent-ils ? Comment des penseurs tels que Claude Lévi-Strauss se positionnent-ils ?
L'intérêt d'une vraie publication scientifique est qu'elle quitte les inquiétudes médiatiques pour livrer une réalité non passionnée. On lit par exemple que les zoonoses (maladies transmissibles naturellement aux humains) ne justifient pas l'obsession d'une pandémie meurtrière alimentée par notre civilisation de la peur. de même, il n'est pas pris position pour ou contre la vaccination animale: il est simplement fait le constat que certains s'y opposent par méfiance vis-à-vis des firmes pharmaceutiques ou par le souci de mange bio.
Sur mon blog je donne un aperçu de quelques études présentées qui ont retenu mon attention.
On y découvre que les travaux rapportés dans ce livre volent haut et s'éloignent de préoccupations sanitaires terre à terre. Se placer sur ce plan élevé demande certes un effort au lecteur, mais permet d'ouvrir son horizon et évitera peut-être à l'avenir de proférer des idées simplistes sur des problémes de cette nature. Des opportunités de choix qui donnent une valeur signifiante à cet ouvrage.

Je remercie Babelio et les éditions de l'Herne de m'avoir transmis cette publication instructive.

Lien : http://marque-pages.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cprevost
  23 juin 2012
A la vitrine d'une célèbre librairie parisienne de nombreux livres traitant de l'homme et de l'animal montrent leurs couvertures. Les jaquettes sobres et inhabituelles, les titres le plus souvent recherchés, les éditions de sciences humaines généralement inconnues, donnent immanquablement l'envie de plonger dans des mondes étrangers. La curiosité humaine, la nôtre et celle des auteurs, est surprenante et insatiable. Aussi est-il impossible de résister à la couverture cartonnée à gros grain, au squelette anthropomorphe d'un oiseau dressé sur ses deux pattes et au titre énigmatique et ouvert des cahiers d'anthropologie sociale numéro huit.
« Des hommes malades des animaux », de quoi s'agit-il ? Serait-il question dans ces pages des peurs millénaristes liées aux maladies dernièrement transmises à l'homme par les animaux ? A moins qu'ils ne s'agissent des résurgences impensées, ataviques que les pandémies de notre monde moderne révèlent ? Les crises sanitaires mettent à jour des relations bouleversées, inédites entre bêtes et gens. L'industrie de la viande, d'un côté, dévore la planète et dénature les rapports entre les êtres vivants. Les citadins, d'un autre côté, attribuent de plus en plus à leurs animaux de compagnie une intériorité qui était autrefois dévolue aux seuls êtres humains. L'anthropologie, alors que les crises sanitaires liées aux maladies animales transmissibles aux humains se sont dernièrement multipliées, éclaire d'un jour nouveau l'action des médecins, des épidémiologistes, des éleveurs et des vétérinaires. Elle repose notamment les questions foucaldiennes du basculement du « faire mourir et laisser vivre » au « laisser mourir et faire vivre ».
Les papiers de cette revue sont inégaux mais en général fort intéressants. le volume se clôt par un court, littéraire et brillant article de Claude Lévi-Strauss – véritable leçon de structuralisme – qui à lui seul justifie la lecture de ces cahiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sebito
  20 juin 2012
Ouvrage complexe pour les non spécialistes mais intéressant. Ce livre est une compilation d'articles sur les relations entre maladies transmises par les animaux et les comportements humains. Il faut noter que l'un des articles est en anglais. Certains articles sont très intéressants et éclairent les comportements humains: je note surtout l'article de Charles Stépanoff sur l'élevage de rennes en Russie. En revanche, certains articles sont incompréhensibles et je ne comprends pas très bien ce que l'auteur veut démontrer: l'article de Vanessa Manceron sur les activistes de la cause animale et celui d'Anne-Marie Brisebarre sont particulièrement incompréhensibles pour des non-spécialistes. Je ne conseille cette lecture qu'aux spécialistes anthropologues ou aux curieux car le livre n'a plus d'intérêt que cela pour des non-spécialistes.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ChristwChristw   22 juin 2012
Par l'expression "Des hommes malades des animaux", nous voulions en effet décrire la contradiction de plus en plus aiguë chez nos contemporains entre des animaux de compagnie dont ils sont littéralement fous (c'est-à-dire qu'ils peuvent engager pour leur santé des sommes déraisonnables au regard de la santé publique) et des animaux de rente qui, du fait des conditions dans lesquelles ils vivent, les rendent malades.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Frédéric Keck (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Keck
Frédéric Keck - Les sentinelles des pandémies : chasseurs de virus
autres livres classés : anthropologie socialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
340 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre