AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-François Sené (Traducteur)
ISBN : 2262032491
Éditeur : Perrin (17/02/2011)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 14 notes)
Résumé :

La guerre de sécession (1861-1865) fut la plus coûteuse en vies humaines et en pertes matériellesde toute l'Histoire des Etats-Unis. Ce furent quatre années de batailles sauvages, avec 2 800 000combattants, qui firent quelque 628 000 morts et des centaines de milliers de blessés, sur une population de 35 millions d'habitants. Elle fut aussi l'une des guerres les plus intenses et les plus compliquées de tous les temps, atteign... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Walktapus
  11 octobre 2013
Si ce bouquin avait été écrit par quelqu'un d'autre j'aurais sans doute été plus indulgent. Ou bien c'est le contraste avec l'exceptionnelle somme de McPherson que j'ai lue juste avant ? Je suis déçu.
On a beau un être spécialiste brillant de l'histoire militaire depuis quarante ans, peut-on vraiment écrire entre autres des histoires de la première guerre mondiale, de la seconde et de la guerre de sécession en restant pointu et pertinent partout ? (Oui je sais, en France on a notre Max Gallo national génie surhumain spécialiste de tout., mais il ne jouent pas dans la même cour). Ou alors c'est l'âge ?
Pour être honnête, c'est un livre excellent pour découvrir la guerre de sécession, très bon surtout pour les aspects techniques et humains, son approche thématique, et pour saisir les caractéristiques stratégiques du conflit. Beaucoup moins bon pour comprendre les campagnes au niveau opérationnel ou tactique, en raison notamment d'un manque cruel de cartes. Et survolant de trop haut les enjeux politiques, pourtant essentiels dans ce conflit.
Et quand Keegan divague un peu, regrette le manque d'élégance des soldats - parce qu'ils n'ont pas adopté l'uniforme élégant des britanniques (sic) - ou le nom pas assez guerrier des montures des généraux, ou vante la féminité des femmes du Sud (il a du tomber dans Autant en emporte le Vent quand il était petit... ou alors c'est un effet du mini short de Shériff fait moi peur) ou explique le non développement du Socialisme aux Etats-Unis, on lui pardonne quand même, comme on pardonne à un vieux grand père qu'on respecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lechristophe
  21 octobre 2015
Bon livre de vulgarisation sur cette guerre civile américaine un peu méconnue en France qu'est la guerre de Sécession. Elle s'est déroulée entre 1861 et 1865, et a opposé les états du Nord (l'Union) industriels et richement peuplés aux états du Sud (la Confédération) plus pauvres dont la principale ressource économique était la culture du coton ramassé par les esclaves noirs. Ces états du Sud ont fait sécession après l'élection présidentielle d'Abraham Lincoln dont le programme abolitionniste menaçait leur structure et leur mode de vie.
John Keegan retrace bien évidemment tout le déroulé de la guerre et ses événements déclencheurs, mais il aborde également différents thèmes particuliers aux États-Unis à cette époque. Il évoque ainsi les généraux, tous formés à West Point, incapables, couards, irascibles pour la grande majorité et dont émergeront les meilleurs qui passeront à la postérité comme Grant, Lee ou Sherman. Autres sujets : la différence culturelle et démographique entre le nord et le sud du pays, la géographie très variée de ce vaste pays très peu et mal cartographié qui a énormément handicapé les armées, le blocus des ports sudistes par la flotte nordiste et la réponse des confédérés (construction de cuirassés, d'un sous-marin et recours à la piraterie) ou encore l'enrôlement des noirs dans l'armée nordiste et les doutes qu'ils suscitent sur leurs aptitudes au combat...
En résumé, un livre passionnant qui se lit facilement, très bien traduit, qui donne envie d'en savoir plus sur ce conflit et de se documenter. Malheureusement, comme souvent, il comporte peu de cartes et les seules présentes sont en noir & blanc et très confuses.
Il donne envie de se replonger dans la série de bande dessinée "Les Tuniques bleues" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
penotpascal
  26 novembre 2012
Une bonne synthèse de la guerre civile par un spécialiste de la guerre. La plupart des aspects de cette guerre totale est abordé. Pas aussi complet que le livre de mcphearson surtout pour la partie politique et antérieure à la guerre, mais ce livre ce lit très facilement.
Commenter  J’apprécie          50
DanR
  14 juillet 2015
Une approche par thématique, (l'économie, les généraux, la culture, la démographie, etc... ) originale qui permet de bien cerner tous les aspects de cette tragédie historique qui m'a toujours fasciné par son ampleur et par son empreinte sur l'histoire moderne des États-Unis.
Commenter  J’apprécie          30
fklevesque
  21 novembre 2016
Ouvrage remarquable et très bien écrit. le style de l'auteur transporte le lecteur à travers un récit limpide et prenant qui transcende les à priori et rend bien la complexité de ces quatre années de combats fratricide au terrible bilan humain. Cet ouvrage appelle au plus grand respect des protagonistes. Un très bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Telerama   29 juin 2011
Keegan envisage tous les aspects susceptibles d'éclairer ce qui, pourtant, reste pour lui un mystère : comment cette guerre civile survint-elle dans un pays qui s'était consacré avec tant de passion et d'énergie à la paix entre les hommes ?
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   25 septembre 2013
L'effet général obtenu, au Nord comme au Sud, une fois le premier lustre passé, fut un camaïeu de couleurs ternes - bleu nordiste, gris sudiste, mais le plus souvent jaune butternut, teinte propre aux étoffes de fabrication domestique - et un ensemble de coupes uniformément indéfinies.Les armées de la guerre de Sécession furent les plus mal vêtues de toutes les grandes guerres, et l'abandon presque général du rasage renforça l'effet produit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WalktapusWalktapus   07 octobre 2013
La rencontre avait été courtoise de part et d’autre, quoique Lee eût dit plus tôt qu’il préférerait souffrir mille morts que de rencontrer Grant pour parler de reddition. Dès que Lee eut quitté la pièce, les membres de l’état-major de Grant commencèrent à négocier avec M. McLean pour emporter des souvenirs de la rencontre. Sheridan acheta vingt dollars la table sur laquelle Lee avait signé l’acte de capitulation et l’offrit à Custer pour son épouse. La table de Grant atteint quarante dollars. Quand l’assemblée quitta les lieux, la pièce était dépouillée de tout son mobilier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lechristophelechristophe   19 octobre 2015
Stonewall Jackson [général confédéré] chevauchait juste derrière la ligne de front des confédérés.[...] [Il] s'avança au-delà de ses propres troupes pour reconnaître le terrain. Alors qu'il revenait avec ses officiers dans l'obscurité croissante, ils furent remarqués par des hommes de la division du général Hill qui les prirent pour des ennemis et firent feu [...] Un sergent et un capitaine de l'entourage de Stonewall furent tués. Puis un régiment de Caroline du Nord tira une autre salve et blessa trois fois le général. Une balle se logea dans sa main droite, une deuxième traversa son poignet gauche, et un troisième tir lui brisa l'humérus gauche. Il tomba de cheval et saignait abondamment lorsqu'il fut récupéré. [...] Un groupe de soldats arriva avec une civière sur laquelle le blessé fut placé et transporté à hauteur d'épaules. Les tirs de l'artillerie de l'Union blessèrent un des porteurs et Stonewall manqua de tomber. [...] Vers minuit, des chirurgiens lui amputèrent le bras gauche près de l'épaule et retirèrent la balle de sa main droite. [...] Il survécut une semaine entouré de son épouse et de leur fille nouveau-née, mais une pneumonie (ou peut-être une pleurésie) se déclara et il mourut dans l'après-midi du dimanche 10 mai 1863.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lechristophelechristophe   19 octobre 2015
Il existe de nombreux exemples de soldats évoquant l'admiration qu'ils ressentaient pour le courage de leurs officiers et la force qu'ils en tiraient. Parfois, les soldats décrivaient des comportements inverses ; ainsi le cas de cet officier qui fut retrouvé se cachant dans un arbre creux à Shiloh ou de cet autre que l'on vit s'appliquer sur le corps des traces artificielles de combat à une distance sûre de l'ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lechristophelechristophe   19 octobre 2015
Le recrutement dans l'armée concernerait un nombre considérable de Noirs (entre 180 000 et 200 000, anciens esclaves pour les deux tiers). Ils serviraient dans les troupes de l'Union dans des conditions qui permettraient de contrôler leur comportement et leur liberté de mouvement. Leur admission sous les drapeaux soulevait néanmoins toutes sortes de difficultés. [...] En dernier ressort, cependant, la difficulté se résumait simplement aux doutes largement répandus au Nord sur la valeur au combat des soldats noirs. Combattraient-ils vraiment ou prendraient-ils la fuite en laissant les Blancs dans l'embarras ? Aujourd'hui où les Noirs ont gagné une solide réputation de combattants dans les guerres les plus acharnées de l'Amérique moderne, une telle question semble dénuée de sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : abraham lincolnVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
800 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre