AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782848054544
64 pages
Sabine Wespieser (05/05/2022)
3.6/5   60 notes
Résumé :
Ce 29 juillet ressemble à une journée ordinaire dans la vie de Cathal. À peine le sent-on troublé, dans son bureau de Dublin baigné de soleil, alors qu’il s’acquitte distraitement de ses tâches de fonctionnaire, puis dans le bus qui le ramène chez lui, où son attention est fugitivement attirée par un parfum familier.
Dans sa maison du comté de Wicklow, l’immobilité et le silence lui paraissent singuliers ce soir-là. S’affalant dans son canapé, il se laisse ha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 60 notes
5
2 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

alexb27
  14 juin 2022
Désillusion ou médiocrité auraient également été des titres opportuns pour cette courte nouvelle qui relate une journée en compagnie de Cathal, employé de bureau.
Une journée harassante, solitaire et sans saveur.
Une journée qui aurait pu manifestement être autre…
Avec Claire Keegan, en peu de mots (le livre fait une trentaine de pages), toujours brillamment choisis, tout est dit.
C'est concis, précis et efficace ! (Même si je n'aurais pas été contre quelques développements supplémentaires ☺️)
Commenter  J’apprécie          340
Framboize12
  10 mai 2022
Ce très court texte est le cadeau de Claire Keegan
aux éditions Sabine Wespieser pour leurs 20 ans.
Sacré cadeau que ce petit bijou!
La tension est là dès le départ ,
on suit à la loupe la journée d'un employé
qui n'attire guère la sympathie.
tatillon, maniaque, fuyant ....
Et puis, l'auteure, avec brio, observe le délitement
de son histoire amoureuse,
son deroulé point par point...
Comment la magie se craquelle..
La radinerie ne concernerait pas que l'argent...
la misogynie serait aussi et surtout
un "quant à soi"
( mot masculin invariable )
un régal cette lecture !
Commenter  J’apprécie          220
Corboland78
  11 août 2022
Claire Keegan, née en 1968, est une femme de lettres irlandaise. Issue d'une famille catholique nombreuse, elle a grandi dans une ferme du comté de Wicklow. Elle quitte le pays à l'âge de 17 ans pour les Etats-Unis. Elle étudie l'anglais et les sciences politiques à l'Université de Loyola à la Nouvelle-Orléans. En 1992, elle rentre en Irlande avant d'entreprendre un master d'écriture créative à Cardiff pour devenir écrivain. Alors qu'elle est au chômage, elle accepte un poste d'enseignante à Dublin dans lequel elle s'épanouit.
C'est pour célébrer les vingt ans de la maison d'édition Sabine Wespieser que l'écrivaine Claire Keegan leur a offert Misogynie, une nouvelle, qui vient de paraître.
Cathal, employé de bureau est un homme quelconque habitant Arklow, petite ville du bord de mer à moins de cent kilomètres de Dublin. Depuis deux ans qu'il fréquente Sabine il lui propose le mariage et de s'installer chez lui. Les cartons de la jeune femme à peine déballés, il réalise mais un peu tard, que sa petite vie pépère va en être chamboulée…
Une nouvelle c'est très court, pas le temps de développer son propos, pourtant Claire Keegan réussit à croquer la silhouette psychologique de cet homme, prisonnier de son éducation, de ses schémas de pensées et de son regard sur les femmes. Certainement n'est-il pas fondamentalement misogyne, mais pire encore peut-être, il l'est sans s'en rendre compte et il sera trop tard pour lui quand Sabine lui mettra le nez dedans : « Tu sais ce qui est au coeur de la misogynie ? (…) Ca consiste simplement à ne pas donner… »
Un texte joliment troussé comme sait le faire l'écrivaine, tout en douceur et mots retenus pour la forme mais en dénonciation ferme sur le fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
motspourmots
  27 juillet 2022
Dans ma bibliothèque, les oeuvres complètes de Claire Keegan sont celles qui tiennent le moins de place : la dame excelle dans le format court. Un modèle de précision. Misogynie ne déroge pas à la règle, même si la trentaine de pages est trop vite avalée. L'autrice a offert cette nouvelle à son éditrice pour fêter les 20 ans de la maison dans laquelle sont traduits en français tous ses textes depuis L'Antarctique en 2010. Un joli geste qui explique sans doute cette édition isolée qui permet néanmoins de lister en fin de volume les 207 titres qui figurent au catalogue de Sabine Wespieser depuis 2002. Sobre et élégant.
Misogynie est une fois encore écrit au scalpel. On y suit la journée a priori ordinaire d'un homme tout aussi ordinaire, Cathal mais au fil des lignes, de légères dissonances laissent penser que cette journée n'est peut-être pas si ordinaire. Cela dit, dès la première page nous étions un peu prévenus lorsque Cathal observe par la fenêtre de son bureau "tant de vie continuant sans heurt, malgré l'imbroglio des conflits humains et la connaissance de la manière dont tout devait finir". Il y a aussi la façon dont ses collègues de bureau s'enquièrent de son humeur, un peu gênés. L'autrice est à l'oeuvre, elle distille. Nous glisse dans les pensées de Cathal qui le ramènent sans cesse à sa relation avec Sabine. Leur rencontre, les effluves de son parfum, leur décision de vivre ensemble, les préparatifs de leur mariage. Il y repense, Cathal lors de son trajet en bus puis chez lui devant un reportage qui retrace la vie de Lady Di. Il repense à cette fameuse soirée de la semaine précédente et à cette conversation sur ce que les hommes attendent des femmes, dont il voudrait se convaincre qu'il n'a pas tout compris.
En trente pages, l'autopsie d'un couple, le questionnement brutal de la réalité d'une relation à l'aune de siècles de formatage patriarcal. le rapport homme/femme. L'évitement de l'un, la déception de l'autre. C'est brutal, implacable. On a du mal à trouver des excuses à cet homme, même avec l'exemple familial dont il est issu, il fout le chat dehors et ça c'est inacceptable. Côté écriture, c'est du grand art, as usual.
"C'était le problème avec les femmes qui cessaient de vous aimer : le voile de l'enchantement se dissipait et elles voyaient clair en vous".
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fanny1980
  14 juin 2022
Vous dites misogyne ? Pas possible, car Cathal a demandé Sabine en mariage, il lui offre même une jolie bague de fiançailles et il travaille avec beaucoup de femmes.
Vous pensez tout de même misogyne ? Certes, Cathal trouve normal que Sabine fasse toujours la cuisine et la vaisselle, lui fait atrocement remarquer lorsqu'il dépense un peu d'argent pour elle et souhaiterait parfois juste que les femmes se taisent et lui donnent ce qu'il désire.
Vous confirmez misogyne ? Mais ce n'est pas de sa faute au pauvre Cathal, son père riait des blagues de mauvais goût que son frère faisait à sa mère, sans prendre la défense de cette dernière qui restait silencieuse.
Qu'est-ce que c'est la misogynie ? Pour Sabine, « ça consiste simplement à ne pas donner. Que ce soit croire que vous ne devriez pas nous accorder le droit de vote ou pas nous donner un coup de main pour la vaisselle ».
Claire Keegan est une nouvelliste à découvrir si ce n'est déjà fait pour ses personnages inoubliables qui incarnent de vraies valeurs.
Ce livre est plus court que Les trois Lumières et Ce genre de petites choses. Au départ, j'ai pensé que ce récit me marquerait moins que celui de l'enfant qui peut être transformé par un peu d'amour ou que celui du scandale de la « blanchisserie Madeleine ». Cependant, quelques jours plus tard, il me semble que cette nouvelle restera tout de même une référence pour moi sur le sujet de la misogynie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92


critiques presse (2)
LeMonde   07 juin 2022
Comme son titre le suggère, Misogynie explore le déséquilibre qui met à mal un couple pourtant décidé à s’unir. C’est surtout l’homme, Cathal, que nous suivons dans le déroulement de cette journée fatale du 29 juillet. Il travaille dans un bureau et, assez rapidement, par de légères dissonances, une gêne qui affleure parmi ses collègues, on comprend qu’il s’est passé quelque chose, mais sans que rien soit explicité.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Elle   07 mai 2022
Avec une économie de pages et d’effets, sa marque de fabrique, l’Irlandaise Claire Keegan dresse le portrait d’un être habitué à mépriser le sexe dit faible sans rencontrer de résistance, jusqu’à ce qu’il se heurte à un obstacle : une femme lucide.
Lire la critique sur le site : Elle
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Corboland78Corboland78   11 août 2022
Ils s’étaient dirigés vers la National Gallery, pour voir les Vermeer ; elle avait acheté des billets en ligne. Il s’était tenu près d’elle, humant son parfum, pendant qu’ils regardaient les tableaux. Alors qu’elle les admirait, il trouvait les femmes de Vermeer, pour la plupart, oisives : restant assises là, comme si elles attendaient quelqu’un ou quelque chose qui ne viendrait peut-être jamais – ou se contemplant dans un miroir. Même la robuste laitière semblait verser le lait tout à loisir, comme si elle n’avait rien d’autre ou de mieux à faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cathulucathulu   08 mai 2022
- Tu sais ce qui est au cœur de la misogynie ? Dans le fond ?
- Parce que je suis misogyne à présent ?
-ça consiste simplement à ne pas donner, avait-elle dit. Que ce soit croire que vous ne devriez pas nous accorder le droit de vote ou ne pas nous donner un coup de main pour la vaisselle- c'est tout crocheté au même wagon.
Commenter  J’apprécie          30
PsychikFabPsychikFab   02 juillet 2022
Il l'avait observée à cet instant et avait vu quelque chose de hideux sur lui-même qu'elle lui renvoyait, par son regard.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Claire Keegan (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Keegan
Claire Keegan & Camilla Grudova in conversation with Sinéad Gleeson
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce genre de petites choses

1) Bill Furlong est père de famille et a :

Une fille
Deux filles
Quatre filles
Cinq filles

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Ce genre de petites choses de Claire KeeganCréer un quiz sur ce livre