AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les visages (310)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
viou1108
  01 février 2015
Epatée. Scotchée. Que dis-je. Epoustouflée. Emerveillée de voir comment je gobe encore en toute naïveté ce que me raconte la 4ème de couverture.
Avec la bénédiction du NY Times, du Guardian et de Harlan Coben (non, ne ricanez pas…), je me suis donc embarquée dans « le meilleur thriller de l'année » et « une intrigue machiavélique ». Je me demande si ce sont là des circonstances atténuantes, puisque j'aurais dû me rendre compte depuis bien longtemps qu'un tel auto-encensement par un éditeur, à coup de références plus ou moins illustres, ne sert qu'à pousser à la consommation sans garantie de qualité, quitte à fourguer de la camelote.
Je ne dis pas que le bouquin est mauvais, mais quand on s'attend à une intrigue échevelée « loin des polars calibrés habituels », on est déçue. En fait de « tension maximale », on est plutôt dans la saga familiale étalée sur 150 ans avec ses inévitables lourds-secrets-du-passé-qui-conditionnent-le-présent, mêlée à un « cold case » pédophile qui sera rouvert par la grâce d'une découverte artistique aussi fortuite que phénoménale. Et quant au côté « non-calibré », on a déjà lu plus original que ce jeune galeriste tombé dans le milieu artistique pour se rebeller contre le monde des affaires de papa, et qui pourtant ne cherche qu'à amasser du fric en dénichant le peintre du siècle, tant qu'à faire en se lançant dans une enquête pseudo-policière pour tromper son ennui.
Las ! ça n'a pas suffi à tromper le mien, d'ennui. Malgré quelques remarques sulfatées sur l'univers de l'art et ses mesquineries, c'est un peu trop emberlificoté, sans réel style, avec une fin bâclée et prévisible depuis la moitié du livre.
Vite lu, vite oublié, comme ces Visages peints par Victor Crack (patronyme plutôt ironique, quand on y pense…).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          704
carre
  15 avril 2012
Sentiment contrasté avec ce roman "Les visages" encensé par les médias comme un livre incontournable. Car franchement, tout ce patacaisse médiathique parait ridicule devant ce polar certe très ingénieux par son idée de départ, mais qui très vite nous laisse dubitatif. le narrateur n'est guère attachant, l'histoire se traine et certains passages sont à mourir ... d'ennui. Ajoutez à celà une fin prévisible et baclée, et vous aurez l'impression de vous être fait arnaquer par la marchandise. Vendu comme un thriller machiavélique,
le bouquin de Kellerman ne suscite jamais les émotions que l'on attend d'un vrai thriller. Oubliable.
Commenter  J’apprécie          591
Eric75
  11 janvier 2013
Dans la famille Kellerman, je demande… le fils !
Jesse Kellerman est le fils des écrivains chevronnés, Jonathan et Faye Kellerman, tous deux experts en écriture de polars bien ficelés, et Les visages est son premier roman. Papa et maman sont-ils fiers de leur progéniture ? On peut le penser. Ce roman, élu meilleur thriller de l'année par le Guardian, est un véritable coup de maître !
Ethan Muller, le narrateur, est le dernier rejeton d'une famille de nantis New-Yorkais, et il a choisi un boulot pas trop fatiguant : galeriste ! Son travail le maintient dans son milieu d'origine, fréquenté par les bobos, les artistes névrosés et les milliardaires incultes. Ethan cherche à s'affranchir de l'emprise familiale, qui l'étouffe, et à voler de ses propres ailes. Sa relation avec son père, homme d'affaires fortuné, est compliquée et distendue. le contact passe par Tony Wexler, l'associé de son père qui au fil des années, a fini par se substituer au père trop souvent absent.
Tony appelle un jour Ethan pour lui montrer quelque chose. Des dessins, en grande quantité et de très bonne facture, formant un étrange et gigantesque puzzle, ont été découverts dans un appartement abandonné par son locataire, ça vaut peut-être le coup d'y jeter un oeil…
Ethan Muller décide de monter l'exposition malgré l'absence de Victor Cracke, l'auteur des dessins qui reste introuvable. le succès est immédiat. Ethan est alors contacté par Lee McGrath, un vieux flic à la retraite, qui croit reconnaître dans certains portraits de l'exposition le visage des victimes d'assassinats non élucidés, vieux de quarante ans. Victor Cracke est-il impliqué dans ces meurtres ? Avec l'aide de Lee, puis de sa fille Samantha, Ethan va reprendre l'enquête à zéro.
Le roman alterne deux niveaux de récits qui finiront par converger : la recherche de l'insaisissable Victor Cracke, une incroyable quête qui va profondément bouleverser la vie d'Ethan et redonner du sens à son existence désoeuvrée de fils à papa ; et l'histoire d'une saga familiale, celle des Muller, se déroulant sur plusieurs générations entre 1847 à aujourd'hui, racontée sous forme d'interludes, qui fourniront bien entendu les clés du roman.
Ce livre, qu'on ne peut lâcher en cours de route, est incontestablement une réussite. La personnalité d'Ethan est attachante et ses motivations concernant l'enquête vont évoluer au fil du temps. Pris au jeu, le personnage s'humanise, s'éloigne de son milieu d'origine trop artificiel, et fait de la réussite de son enquête une affaire personnelle. Parallèlement, les éclairages apportés par les flashbacks sont de plus en plus ciblés, les pièces du puzzle s'emboîtent et se répondent pour donner une vue d'ensemble inattendue et une grande cohérence à l'histoire. L'émotion culmine dans le final éblouissant, qui pose la dernière pièce du puzzle.
Récompensé par le Grand Prix des lectrices de Elle en 2010, ce roman est manifestement le coup d'essai d'un auteur à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
sandrine57
  30 octobre 2012
Jusque là Ethan Muller était un galeriste new-yorkais sans grande envergure, un fils à papa issu d'une riche famille, s'occupant d'art un peu par snobisme un peu en rébellion contre son industriel de père. Tout change le jour où le bras droit de ce père l'emmène dans un appartement misérable pour lui montrer des cartons. A l'intérieur, des milliers de feuilles en format A4 couvertes de dessins qui forment un gigantesque puzzle. Leur auteur, Victor Cracke, a disparu et Ethan peut disposer des dessins à sa guise. Il fait donc taire ses scrupules et organise une exposition qui rencontre un succès sans précédent. Pour Ethan, c'est la gloire tant espérée et tant pis si l'artiste n'a pas donné son accord. Il sera toujours temps de négocier s'il réapparaît un jour. Mais le galeriste n'aura pas le temps de savourer sa réussite bien longtemps. Non loin de là, Lee McGrath un flic à la retraite reconnait sur les dessins les visages d'enfants assassinés il y a 40 ans de cela. Ethan a-t-il fait fortune grâce à l'oeuvre d'un artiste aussi génial que fou? le jeune homme ne peut pas fermer les yeux et se lance dans une enquête sur les traces de Victor Cracke.


Alors non ce n'est pas LE thriller qui fera frissonner d'angoisse ,terrorisé par une intrigue sanglante et machiavélique! Quoi que...En découvrant l'histoire de la famille Muller l'auteur distille dans des interludes qui viennent couper le récit initial, on ne peut s'empêcher d'avoir la chair de poule. Issus d'un marchand ambulant qui a débarqué d'Europe au début du XIXè siècle, les Muller ont bâti un empire industriel mais au prix de quelques sacrifices, quelques secrets bien enfouis, quelques cadavres dans le placard. Ethan, le dernier héritier s'est éloigné de sa famille pour voler de ses propres ailes. Mais en enquêtant sur le mystérieux Victor Cracke, il va plonger dans le passé des siens. Pas un thriller donc mais un roman noir et une saga familiale, au suspense bien menée et contée par un Ethan Muller un rien prétentieux, un zeste ironique dont la personnalité superficielle gagne en épaisseur et en humanité au fil de son enquête et de ses terribles découvertes.
Si le talent est héréditaire, Jesse KELLERMAN a été servi sur un plateau et il a su exploiter ce don atavique. Son livre est passionnant de bout en bout, il se dévore avec curiosité et angoisse. Il ne faudrait pas passer à côté sous prétexte que ce n'est pas le thriller annoncé en quatrième de couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
seshat123
  11 mai 2012
Ethan Muller, un galeriste d'art New-yorkais, désoeuvré, un peu paumé ; un inspecteur de police à la retraite, entêté, acariâtre, malade et des dessins, des visages, des cartons entiers de pages A4, tel un gigantesque puzzle, une mappemonde imaginaire qui happe quiconque la regardant... le mystérieux Victor Cracke, son auteur, qui s'est depuis évaporé dans la nature, a dessiné en son centre 5 visages d'angelots, 5 enfants assassinés 40 ans plus tôt.
Jesse Kellerman remonte le temps à deux vitesses, alternant deux histoires, celle de la famille Muller depuis son arrivée sur le territoire américain et celle de l'enquête d'Ethan, sa quête de Victor Cracke. Un polar et une saga familiale pour le prix d'un thriller, mais de quoi vous plaignez-vous ?!! ;-))) Car oui je confirme, vous ne tremblerez (frissonnerez) pas à sa lecture, rien d'effrayant. Par contre, il est conseillé de rester concentré, on s'y perd parfois... A noter aussi que J. Kellerman dessine un portrait du monde de l'art et de ses protagonistes fort peu flatteur, voire cynique ; je me demande dans quelle mesure il s'agit là de caricatures...
Pour conclure, une lecture agréable, un héros qui se présente certes au départ comme un antihéros mais dont on aime suivre les aventures et dont la quête a éveillé tout mon intérêt, ma curiosité jusqu'au bout. Bref un bon petit polar plutôt original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
latina
  16 juillet 2016
Difficile d'être le richissime héritier d'une famille qui s'est construite par la force de la volonté: on ne supporte pas son père, on fait les quatre cent coups à l'école, on n'achève pas ses études, on n'arrive pas à s'engager dans la vie amoureuse de façon sérieuse... Mais on profite quand même de la richesse, ça oui : on est galeriste d'une des plus importantes galeries d'art de New-York.

Voilà Ethan, 32 ans, célibataire. Mère décédée lorsqu'il avait 5 ans. Père froid, de plus en plus absent, et puis définitivement exclu de sa vie. Frères et soeur issus de mariages différents entrevus de temps en temps.
Petite vie de gosse riche qui s'ennuie. Oui, il est intéressé par l'art – heureusement, allez-vous me dire – , jusqu'au jour où l'ami-associé de son père l'emmène dans un appartement abandonné et lui montre des dessins phénoménaux, inouïs, cachés là. LA révélation artistique !
Mise en branle de la machine à succès : expositions, articles de presse...
Mais sous ce vernis, comme sous le vernis de la vie d'Ethan, se cache un lourd secret, qui gangrène, qui annihile, qui tue.

C'est essentiellement Ethan qui raconte son histoire dans un style plaisant à lire, ni trop ampoulé, ni trop plat, ni trop vulgaire. Sincère. Et de temps en temps, un interlude : plongée dans le passé de la famille où nous découvrons le secret, de façon très progressive.
A vrai dire, si j'ai été quelque peu intéressée par la découverte de l'énigme et par la psychologie des personnages, ceux-ci ne sont pas parvenus à me passionner. Curieusement, chaque fois que je reprenais mon livre, j'avais oublié ce que j'avais lu. Ca m'arrive très rarement. Ou alors, est-ce l'âge qui manifeste déjà ses premiers signes de décadence cérébrale ?

De quoi étais-je en train de parler ? D'Ethan ? Mais qui est-ce, déjà ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387
Ambages
  02 février 2018
C'est étrange de lire sur la couverture Thriller et de ne pas avoir ressenti le moindre frisson, ne serait-ce qu'un seul instant. Parfois, je me fais peur...
Sinon, j'ai bien aimé. Surtout parce que l'écriture est agréable et que cela se passe dans le monde des galeristes, de la peinture, de l'art. La construction de la trame est sympathique, pas hyper originale -on voit vite venir – mais bon.
Bref un roman agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          342
Harioutz
  10 avril 2018
Ecouté avec grand plaisir dans ma voiture, lors de mes trajets quotidiens domicile/école/travail et retour, j'ai beaucoup apprécié la voix d'Hervé Bernard Omnès qui incarnait parfaitement Ethan Muller ... le suspens m'a plusieurs fois fait amèrement regretter d'être "déjà" parvenue à destination, et c'est avec empressement que chaque matin, et chaque soir, j'ai repris le volant durant les 14 heures d'écoute de ce livre audio !
Commenter  J’apprécie          330
cannibalector
  01 avril 2011
Quelle déception
je ne doute de ses talents d'écrivain mais j'ai trouve son histoire ennuyeuse et convenu
c'est l'histoire d'un fils à papa neworkais qui n'aime pas son papa.Le fils possède une galerie d'art et découvre des dessins sublimes dans un hlm construit par son papa
l'artiste a disparu et certains dessins représentent des enfants assassinee 30 ans plus tôt
l'auteur nous précise x fois que ce n'est pas un polar, vu le peu de suspense j'avais compris
il lorgne vers irving pour sa démesure et woody allen pour sa critique mordante de la jet set newyorkaise ......mais il ne fait que lorgner
Commenter  J’apprécie          323
Zephyrine
  02 mai 2017
Très très bon livre. Je ne dirai pas thriller, je ne dirai pas polar, mais peut-être roman noir.
J'ai vu que les avis étaient très partagés, mais pour beaucoup, le sentiment d'avoir été trompé par la quatrième de couverture y est pour beaucoup. Je comprends, mais je crois qu'il faut savoir passer outre pour savoir reconnaître le talent de l'auteur.
On a : une histoire à double intrigue entre le passé et le présent très bien bâtie, qu'on découvre toute en finesse tout en mesure, une enquête policière tout de même mise en avant, des personnages attachants que l'on a envie de suivre, dans l'enquête ou dans leur vie personnelle, une écriture très fluide et percutante.
J'ai vraiment été emballée par ce bouquin, et je pense qu'un lecteur qui s'embarquerait pour trois heures de train serait bien content de l'avoir sous la main et serait même bien déçu d'atteindre déjà sa gare d'arrivée !
Commenter  J’apprécie          280


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jesse Kellerman - "Beau parleur"

"Beau Parleur" est le ... roman de Jesse Kellerman traduit en français.

1er
2nd
3ème
4ème

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Beau parleur de Jesse KellermanCréer un quiz sur ce livre