AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211224680
384 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (14/06/2017)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 27 notes)
Résumé :
A douze ans, le monde de Calpurnia Tate ne dépasse pas les limites du comté de Caldwell. Mais, pour qui sait regarder avec étonnement et curiosité, il y a là mille choses à découvrir. Son frère Travis rapporte à la maison un tatou, des geais bleus et un coyote, toutes sortes d'animaux sauvages qu'il veut apprivoiser en cachette. Et son grand-père initie Calpurnia aux mystères des sciences naturelles. La famille de Calpurnia accueille sa cousine Aggie, et, surtout, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Ileauxtresors
  12 juillet 2019
Le premier tome de Calpurnia avait déjà tout pour devenir une pépite de notre trésor littéraire familial : un décor dépaysant nous faisant voyager dans le Texas du début du 20ème siècle, une héroïne attachante et très drôle, une ribambelle de frères aux mésaventures réjouissantes, un grand-père doté d'un art incroyable de communiquer la passion des sciences et un message résolument émancipateur. Cette lecture avait été un grand coup de coeur pour mon fils cadet, semblant presque avoir été écrite sur mesure pour lui. Depuis tout petit, il fait preuve d'une créativité sans borne (et parfois un peu fatigante pour son entourage, il faut bien l'admettre) pour les expérimentations de toutes sortes. Et comme Travis, le petit frère de Calpurnia, il est l'ami des bêtes – de toutes ! – et rêve de pouvoir enfin en adopter une. Mon fils était donc pleinement entré dans l'univers de Calpurnia et s'était délecté de chaque chapitre. Depuis, il réclamait avec insistance la suite…
Et nous n'avons pas été déçus par ce deuxième volet, tout à fait à la hauteur du premier. Nous y retrouvons Calpurnia à l'orée de l'année 1900, sa soif de découvertes et de liberté intactes. Intrigues familiales et scientifiques s'entremêlent joyeusement pour aiguiser la curiosité du lecteur : les expériences de Travis, qui ne recule devant aucun défi lorsqu'il s'agit de domestiquer les animaux les plus improbables, seront-elles toujours aussi désastreuses ? Les mentalités finiront-elles par évoluer pour comprendre tous les bienfaits de la science – et toute l'injustice de la condition féminine ? Quelles seront les conséquences du terrible ouragan qui ravage les côte du Texas ? La destinée d'un triton nommé Sir Isaac Newton peut-elle ne pas être extraordinaire ? Tout cela est captivant, et raconté avec beaucoup de vie et d'ironie par Calpurnia. Avec, en bonus, une citation de Darwin en tête de chaque chapitre !
Il ne nous reste plus qu'à espérer que l'histoire ne s'arrête pas là et que Jacqueline Kelly reprenne un jour la plume !
Lien : https://wp.me/p9lfMs-k3
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
theannashaw
  16 mars 2020
Après être passée à côté de la merveille littéraire qu'est Calpurnia de Jacqueline Kelly pendant bien trop longtemps j'ai décidé de ne pas refaire la même erreurs avec le second volet de la série. Je suis donc retourné assez rapidement dans l'univers fascinant, passionnant et très poétique de Calpurnia et de toute sa famille à commencé bien sûr par son jeune frère Travis qui prend dans ce second volet une place plus importante.
Alors qu'elle vient d'avoir douze ans et sent approcher l'âge où elle ne pourra plus être une enfant mais devra se comporter en jeune fille, Calpurnia Tate et bien décidée à profiter au maximum de la liberté dont elle jouit encore pour s'adonner à sa passion : la science et l'observation de la nature. Et elle trouve en Travis, son drôle de petit frère, un allier de poids dans cette mission puisque le petit garçon a un don pour recueillir toutes les bêtes les plus étranges et moches du comté. Mais quand un vétérinaire fait son apparition en ville Calpurnia voit soudain de nouvelles possibilités pour le futur se présenter à elle.
Bien que j'ai un peu moins apprécié ce second tome par rapport à son prédécesseur, il n'en demeure pas moins un véritable trésor de poésie. Une nouvelle fois j'ai été prise par l'histoire d'un bout à l'autre. Et c'est avec l'impression de revenir dans un endroit familier et réconfortant que j'ai retrouvé la propriété des Tate, le début du xxe siècle et l'ambiance créer par Jacqueline Kelly grâce à son écriture exceptionnelle.
Il y a quelque chose d'un peu désuet et donc de réconfortant et d'un peu régressif dans la plume de Jacqueline Kelly, un petit côté « classique » qu'ont certains grands ouvrages de la littérature jeunesse, une impression surement amplifiée par l'époque dans laquelle se déroule l'histoire. D'autre part Jacqueline Kelly a un réel talent pour nous peindre le décor et les expressions des personnages si bien que souvent l'action, les petits détails, les émotions, les bruits et les sons courent sur la page et sur notre peau et que les mots deviennent des images et des sensations.
Et puis il y a Calpurnia bien sûr ! Elle a beau avoir grandi, il reste malgré tout une forme de candeur touchante qui nous la rend immédiatement sympathique. Calpurnia représente un peu l'insouciance de l'enfance mais également la capacité que nous avons dans le plus jeune âge de notre vie à nous montrer curieux, déterminé et à faire fit des carcans sociaux. On aime également le fait qu'une fois encore Calpurnia refuse de se plier aux attentes que d'autres ont pour elles, aux injustices de chance qui existent entre hommes et femmes.
J'ai été également ravie de retrouver le reste de la famille Tate et associés. À commencer bien sur par Travis qui se fait plus présent dans ce second tome. Travis qui est un peu la version masculine de Calpurnia ou plutôt son inverse car contrairement à ses autres frères il est jugé assez peu « masculin » pour l'époque. Mais il y a aussi tous les autres : les parents sévères mais justes, le reste de la fratrie aussi même si Harry l'aîné de tous reste à jamais mon préféré, le grand-père bougon mais prêt à tout pour aider sa petite fille à réaliser ses aspirations scientifiques. Il y a également de nouveaux personnages aussi bien humains qu'animaux dans ce tome mais je ne vous en dit pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise.
Une nouvelle fois Jacqueline Kelly émaille son récit de références historiques et scientifiques et autres grands noms de ces domaines. On ressent à nouveau cette joie pure, cette liberté infinie, cette simplicité de la vie qui la rend si belle et si surprenante. Il y a quelque chose de presque nostalgique dans cette enfance pleine de découvertes enfantines, de curiosités que nous avons tous expérimenté à un moment donné de notre vie.
Si comme je l'ai déjà dit j'ai été un peu moins enchantée par ce second tome, j'ai retrouvé dans Calpurnia et Travis tout ce que j'avais déjà adoré dans Calpurnia. Une nouvelle fois tout ceci sent bon l'été, les soirées à observer le ciel et les journées à attendre que la chaleur baisse suffisamment pour pouvoir jouer dehors. Un roman chargé de messages forts et optimistes qui nous donne envie qu'il ne se termine jamais pour continuer à nous gorger de cette joie pure et de cette liberté que l'on ressent à chaque page.
Lien : http://mabibliothequerose.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
darko
  09 juillet 2017
Je ne l'ai pas fini malgré une écriture toujours aussi agréable. Je n'ai pas aimé la froideur de Calpurnia face à la souffrance de son frère. Souffrance dû à la succession de la mort des animaux qu'il recueille. Je n'ai pas aimé cette succession de morts cruelles (causée par l'homme) ou naturelles.
Une déception pour moi alors que j'avais adoré le premier tome.
Commenter  J’apprécie          121
orbe
  26 août 2017
Ce roman fait suite à "Calpurnia" mais il peut être lu indépendamment.
Calpurnia vit à la campagne dans une famille nombreuse. Elle est la seule fille et semble considérée comme une pièce secondaire.
Mais sa passion pour les sciences et l'intérêt que lui porte son grand-père lui permettent de vivre heureuse.
Dans ce volume on va suivre le bestiaire des animaux sauvages rapportés par son petit frère Travis et que Calpurnia va tenter de l'aider à sauver.
En parallèle, on voit l'arrivée d'Aggie, sa cousine plus âgée qu'elle et avec qui elle va devoir partager sa chambre non sans mal. Car cette dernière a une toute autre vision de l'existence...
Un bon roman pour tous ceux qui aiment la nature et les animaux et qui souhaitent en savoir davantage sur eux. le livre recèle des pépites d'informations scientifiques.
Mon passage préféré est celui qui évoque la disparition des animaux un peu avant les catastrophes naturelles.
L'autre partie de l'histoire est consacrée à la difficile révolte de l'héroïne face à la condition des femmes au début du vingtième siècle en Amérique.
A explorer et méditer !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Jangelis
  07 mai 2018
Un roman tendre et attachant, mais cependant je n'ai pas entièrement aimé.
Je voulais depuis longtemps lire Calpurnia, sans parvenir à me le procurer, alors tant pis, j'ai commencé par cette suite. Ce qui ne semble pas gênant du tout, jamais je n'ai eu l'impression qu'il me manquait quelque chose pour comprendre.
Calpurnia est une fillette très attachante.
En ce tout début de 20e siècle, dans le Texas profond, la vie d'une jeune fille de bonne famille semble toute tracée, couture, tricot, broderie, mariage.
Mais Calpurnia rêve d'autre chose, de prendre son destin en main, de faire des études, et même, un comble, d'être vétérinaire. Grâce à un grand-père aussi gentil que distrait, très scientifique et très surprenant, qui ne se choque nullement des goûts de sa petite-fille, et qui au contraire essaie de lui apprendre tout ce qu'il sait.
Dans une famille pleine de garçons, Calpurnia, seule fille, est aussi la seule qui comprend ce grand-père, et qui veut vivre libre "comme un garçon".
Elle nous interroge sur le pourquoi de tant de différences, sur les possibilités qu'elle n'a pas.
J'ai apprécié son personnage, et toute cette réflexion.
Et aussi apprécié de découvrir à la fois l'existence de Galveston, et la catastrophe qui l'a frappé en 1900 (catastrophe naturelle la plus meurtrière des Etats-Unis).
La partie où le grand-père devine ce qui va se passer grâce aux animaux est passionnante.
J'ai aimé la grande gentillesse de Calpurnia vis à vis de son petit frère Travis, qui semble assez démuni face au reste de la famille. Et aussi sa "gentillesse à contrecoeur" pour sa cousine Aggie, qui ne donne pas très envie de l'apprécier, mais qu'elle essaie de supporter du mieux qu'elle peut à cause de la tragédie subie.
Un personnage nommé Aggie, c'est toujours un plus pour moi, même si celle-ci est particulièrement désagréable !
Je n'ai pas aimé du tout devoir suivre en détail les dissections de divers animaux, ni les explications du vétérinaire. C'est très bien que Calpurnia souhaite se former et tout apprendre, c'est sympa de la part du véto d'accepter de tout lui expliquer, mais personnellement, je m'en passe très bien !
Et j'ai trouvé très triste tous ces animaux qui sont blessés, qui meurent, malgré les efforts de Travis. J'ai le coeur sensible pour les animaux, et j'ai trouvé lourd cette répétition de drames.
Dommage, car Calpurnia et ses espérances en la vie sont bien intéressantes.
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
MilleviesenuneMilleviesenune   12 août 2017
- Je ne pourrais pas être vétérinaire, moi aussi ? intervins-je.
Je n'avais jamais sérieusement envisagé cette possibilité, mais maintenant que je l'exprimais tout haut, elle me séduisait assez.
- J'avoue que je n'ai jamais rien entendu de tel, répondit-il. C'est un travail pénible et salissant, bien trop dur pour une femme. Je passe le plus clair de mon temps dans la boue à me débattre avec des bœufs, quand ce n'est pas une mule qui me flanque des coups de sabots. Je ne vois pas une femme faire cela, et toi, Samuel ?
- Non, monsieur, pas du tout.
Ils savourèrent leur bonne blague d'un interminable éclat de rire. Je les aurais volontiers giflés, tous les deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LivresdAvrilLivresdAvril   19 juin 2020
- Quand on est une fille, on ne peut déjà pas faire grand-chose, dans ce monde, et pour ce que j'en sais, c'est encore pire quand on devient une jeune fille.
- Hum, il y a du vrai dans ce que tu dis, même si je ne comprends pas pourquoi il en est ainsi. Il me semble que n'importe quelle fillette ou jeune fille ayant un cerveau qui fonctionne bien devrait avoir le droit de réaliser ce qui lui tient à cœur.
- Je suis contente que vous soyez de cet avis, bon-papa, mais ce n'est pas le cas de tout le monde, surtout chez nous. (p. 110-111)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
IleauxtresorsIleauxtresors   12 juillet 2019
Travis essuya de nouvelles larmes.
- Pauvre Scruffy. Il voudrait juste faire partie d'une meute. Mais voilà : les chiens ne veulent pas de lui, les coyotes non plus, et les hommes veulent le noyer ou lui tirer dessus. En plus, il est orphelin et il a perdu tous ses frères et sœurs.
- Pauvre Scruffy, dis-je à mon tour, en toute sincérité.
Commenter  J’apprécie          60
JangelisJangelis   07 mai 2018
Bien sûr, à la bibliothèque, il fallait se coltiner une effrayante bibliothécaire d'âge mûr, une certaine Mrs Whipple, une vieille pie qui surveillait les livres que vous empruntiez, s'arrogeant le droit de décider s'ils convenaient ou non à des enfants.
Commenter  J’apprécie          50
LivresdAvrilLivresdAvril   21 juin 2020
Moi je me rendis à la bibliothèque.
À l'intérieur, il faisait sombre et cela sentait le papier, l'encre, le cuir, la poussière. Ahh, l'odeur enchanteresse des livres. Franchement je ne connaissais rien de meilleur. (p. 313)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : condition de la femmeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre