AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Münevver Andaç (Autre)
ISBN : 2070372766
Éditeur : Gallimard (03/04/1981)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Mèmed le Mince, le bandit d'honneur turc, le jeune et légendaire hors-la-loi, aide les paysans du village de Vayvay, soumis à l'implacable oppression de l'insatiable Ali Safa Bey, à changer d'attitude. grâce à la présence de cet allié mystérieux et puissant, les actes de résistance se multiplient, la rébellion éclate. Mèmed quitte son refuge et, sûr de la complicité profonde du peuple, tue Ali Safa Bey.


Un roman d'aventures, une épopée lyrique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sachenka
  07 novembre 2016
Mèmed le Faucon est le deuxième tome de la tétralogie de Mèmed le Mince. Son personnage éponyme (qui est une sorte de Robin des bois turc), nous revient avec des aventures aux rebondissements toujours plus nombreux et spectaculaires. Après avoir tué le bey Abdi Agha, oppresseur des habitant de la plaine de l'Anavarza, Mèmed doit rester caché. Pendant ce temps, le détestable chef de clan est remplacé dans ses fonctions par son frère Hamza. Et puis un autre grand propriétaire terrien, Ali Safa, cherche à étendre sa domination en acquérant les fermes des pauvres paysans. Bien souvent par extorsion. Bref, c'est toujours le même combat qui recommence. Ces grands personnages intouchables s'allient avec Idris Bey et ses Tcherkesses, ces voleurs de chevaux, et d'autres brigands comme Ibrahim le Noir pour terroriser la population et capturer Mèmed qui menace leurs intérêts (et leur survie). Les gendarmes, menés entre autres par le capitaine Faruk, le recherchent aussi car, aux yeux de la justice, il est considéré comme un hors-la-loi. Un fléau.
Entre ces deux parties, les paysans tergiversent : si certains lui viennent en aide, l'acclament en héros, d'autres le dénoncent par craintes de représailles. C'est que les petites gens se retrouvent souvent à payer les frais des actions du brigand, les beys se défoulant sur eux. Mèmed lui-même en convient : « Voilà ce qui me coupe bras et jambes, voilà ce qui me tue. Non seulement mes efforts se sont avérés inutiles, mais ils ont aggravé la situation. Ils l'ont rendu mille fois pire. Voilà ce qui me ronge, voilà ce qui m'interdit tout sommeil. L'enfer est pavé de bonnes intentions et tout un village est devenu un enfer. À cause de moi, les paysans ont subi l'oppresiion, ils sont morts de faim à cause de moi… Des jeunes filles fraîches comme la rose ont été violées à cause de moi… Voilà ce qui me lie les mains. »
Mais bon, Mèmed doit continuer son combat et il peut toujours compter sur le vieil Osman, la mère Kamer et Süleyman, qui l'a autrefois hébergé, aussi sur Ferhat Hodja et tant d'autres. Ces habitants de Vayvay, pas trop loin de son village natal qu'il doit désormais éviter, lui sont très sympathiques et utiles dans cette chasse à l'homme qui ouvre le roman et qui perdure tout au long de la lecture. Mais toujours le jeune turc réussit à s'échapper, à éluder ses poursuivants. Même sur les plus hautes montagnes sans issues. Il devient le Faucon et il s'envole. Et plus d'une fois. Mais pas littéralement, bien sur.
On retrouve aussi certains personnages, comme Ali le Boiteux, plus nuancé. Oui, il travaille encore pour les beys, mais à contrecoeur. On découvre aussi des nouveaux-venus, comme Adem le voleur de chevaux, le Fils du Dévôt, Mistik le Noir, et la jolie Seyran… Et cette communauté hétéroclite, où les Kurdes cotoient les Turcs, avec les nomades Tcherkesses, quelques Arméniens sont mentionnés, etc. Tous se disputent à leur façon ce bout de terre. Et toujours cette évocation des paysages du sud de l'Anatolie, des hauts plateaux de l'Anavarza, des monts couverts de ronces, de bruyères et d'églantines, des petits cours d'eaux asséchés, des plaines cultivées de part et d'autre des grandes rivières remplies de limons et qui se jettent dans la mer. Et que dire de ces froides nuits, parfois sans étoiles, plongeant tout dans les ténèbres, et des hurlements des loups et des chacals, dérangés par le passage d'un ours, d'une gazelle, d'un chamois. Ce pays-là est vivant ! Dans tous les cas, l'auteur Yachar Kemal a su le faire vivre sous nos yeux.
Au final, c'est un peut un jeu de chasse, comme celui du chat et de la souris, un peu à l'image du tome précédent. Pas beaucoup d'innovation au niveau de l'intrigue. Les paysans sont toujours victimes des exactions des chefs de clans, les brigands se cachent dans les montagnes, etc. Seuls les adversaires changent. Dès que l'un d'eux meurt, il est remplacé par deux autres. C'est comme s'ils se multipliaient. Cela deviendrait-il combat sans fin ? Mèmed lui-même se le demande. « Abdi s'en est allé et Hamza est venu. » Mais bon, il ne lâche pas, il pourchasse sans relâche l'injustice, libérant le chemin menant jusqu'à sa source. Ainsi, à la fin du roman, après avoir éliminé un à un leurs accolytes, il retrouve Hamza Bey et Ali Safa Bey, isolés, apeurés.
Dans tous les cas, Mèmed le Faucon est un bon divertissement, un voyage à peu de frais vers le dépaysement et l'exotisme. Une histoire pas compliquée (si on exempt tous ces noms turcs…) et bien sympathique. À lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
lapetitefadette
  04 février 2015
Mémed est une sorte de Robin des bois turc. Hors-la-loi légendaire, il aide les paysans d'un village oppressés par le Bey local à se rebeller.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   02 novembre 2016
La terre de l'Anavarza, ce n'est pas de la terre, c'est de l'or. Seul Ali Safa Bey le sait, seul Ali Safa Bey ressent jusqu'au fond du coeur la saveur de cette terre. Chacun de nous connait plus ou moins l'amour, chacun de nous nourrit une passion. La passion d'Ali Safa est folle, incurable, la pire de toutes. La passion d'Ali Safa, c'est la terre noire, féconde de l'Anavarza. À chaque aurore, plantant solidement ses pieds sur cette terre noire, tremblant de volupté, Ali Safa observe la plaine de l'Anavarza, au moment où s'éveille l'univers. Ce réveil, [...] ces insectes aux carapaces dures, multicolores, ces abeilles, ces oiseaux, ces gazelles, ces fleurs géantes, ces moissons jaillissantes, ces rizières repues débordant de verts, ces papillons, ces eaux, ces marais, ces sources, ces routes, ces colonnes de poussière, ces nuages argentés qui déversent la pluie en tourbillon, cet univers pris de folie, cette plaine de l'Anavarza, il voudrait la saisir dans ses bras, la serrer contre lui. Alors qu'autrefois, il n'avait pas un arpent de terre à lui dans cette plaine, il y possède maintenant des fermes et, pourtant, il n'en est toujours pas rassasié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
SachenkaSachenka   31 octobre 2016
- Dieu n'aime pas l'homme qui a peur, dit l'hodja. L'homme vaincu, terrorisé, épouvanté, c'est ce que le Créateur a créé de plus horrible.
Commenter  J’apprécie          250
SachenkaSachenka   29 octobre 2016
Un homme découragé est un homme mauvais. Que la malédiction du Seigneur soit sur les poltrons!
Commenter  J’apprécie          280
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2013
Ces nomades sont des hommes durs et braves. Comparés aux sédentaires, ils sont bien plus fidèles à leurs coutumes. Cette mèche de cheveux que nous portons sur la tête, Seftché et moi… Cette mèche est devenue la risée de tous ces bâtards, de ces types qui se moquent de l’œuf dont ils sont sortis. Alors que chez les Turkmènes, tous les vieux la portent. Les jeunes aussi. Une longue mèche. Les traditions turkmènes sont solides. Ce sont des traditions d’hommes, qui vous apprennent à vivre comme des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   03 novembre 2016
- Quand ils vieillissent, les gens deviennent mesquins...
Commenter  J’apprécie          284
autres livres classés : turquieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre